En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 10 min 29 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 1 heure 2 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 28 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 47 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 56 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 59 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 21 heures 32 sec
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 36 min 7 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 30 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 43 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 52 min
© BERTRAND GUAY / AFP
manifestation féministres Christophe Girard mairie de Paris
© BERTRAND GUAY / AFP
manifestation féministres Christophe Girard mairie de Paris
Le "en même temps" pertinent

La radicalité, seule issue pour la gauche face à Emmanuel Macron ?

Publié le 27 juillet 2020
A la suite de la démission de Christophe Girard, Virginie Martin revient sur le climat politique et idéologique au sein de la gauche. Elle évoque également le bilan du chef de l'Etat et les enjeux pour le scrutin présidentiel de 2022.
Virginie Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Martin est une professeure-chercheure à Kedge Business School et politologue française. Elle est présidente du Think Tank Different, laboratoire politique créé en 2012, et est l'auteur de Ce monde qui nous échappe : pour un universalisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la suite de la démission de Christophe Girard, Virginie Martin revient sur le climat politique et idéologique au sein de la gauche. Elle évoque également le bilan du chef de l'Etat et les enjeux pour le scrutin présidentiel de 2022.

Atlantico.fr : L'adjoint chargé de la culture à la mairie de Paris Christophe Girard vient d'être poussé à la démission par des féministes et écologistes de la majorité d'Anne Hidalgo. Cet événement laisse-t-il présager des règlements de compte violents à suivre au sein de la gauche en vue de l’élection présidentielle en 2022 ?

Virginie Martin : Il faut voir, dans cette demande de démission, un changement de braquet chez celles et ceux qui défendent les causes telles que le féminisme. Le féminisme qui s’excuse d’être féministe a vécu, il est terminé, il fait partie du monde d’avant. Il y a aujourd’hui un gap entre celles et ceux qui acceptent Matzneff, Polanski, Darmanin et j’en passe et celles et ceux qui ne veulent plus de ce monde là. 

Un monde construit autour du Male Gaze, c’est à dire du point de vue masculin. 

Dans une sorte d’empowerment bien légitime, les « minorités » veulent compter autant que les autres. Les travaux de la philosophe Judith Butler ne disent pas autre chose.

La gauche doit juste comprendre cela. Ni plus, ni moins. Il n’y a en fait rien d’outrancier à se faire pleinement entendre, à dire – par exemple - que dans un monde lesbien les femmes peuvent potentiellement se sentir plus confortables, car libérées de l’injection masculine-sexualisée. Virginie Despentes l’a dit depuis bien longtemps. 

C’est bizarre, comme notre société accepte que certains ministres trouvent les blagues sexistes sympas, que certains s’adonnent à des concours de drague à l’Assemblé nationale, mais que notre société ne soit pas capable d’accepter que des Noirs ou des femmes aient pleinement envie de parler de LEUR point de vue, de leur retour d’expérience. 

Si la gauche ne comprend pas cela, alors elle est de droite ! J’ai écrit un livre, sur l’universalisme des différences : le socle commun oui, mais dans le respect réciproque des différences. C’est la condition éthique pour que chacun ait une vie bonne, comme Paul Ricœur pouvait l’écrire. 

D'un point de vue historique, que laisse présager cette tendance à la radicalité pour l'avenir de la gauche ? L'alliance avec les mouvements écologistes qui comptent en leurs membres de nombreux radicaux est-elle une stratégie électorale gagnante ?

Qu’est ce que la radicalité aujourd’hui ? Est-ce que la zemourisation de la société n’est elle pas une radicalité ? Est-ce que nommer Ministre de l’intérieur, une personne ayant reconnu avoir échangé des faveurs politiques contre du sexe, n’est il pas radical ? Est-ce que le tout communication de ce gouvernement vidé de sa substance politque n’est pas une forme de radicalité ? Que dire de toutes ces postures qui perdent l’objectif du politique : à savoir le vivre ensemble. 

Le « en même temps » pertinent ce n’est pas être « et de gauche et de droite », le « en même temps » devrait être la recherche du commun : en même temps comprendre les Gilets jaunes et en même temps les combats féministes ou le malaise des handicapés ou que sais-je encore ? Le véritable « en même temps » c’est la recherche d’un commun qui se délite. 

Bien sûr, électoralement, la gauche craint d’assumer ce type de discours. Pourtant, cette même gauche arc-en-ciel gagne Marseille, Grenoble, Lyon, Bordeaux…. Ces discours aujourd’hui résonnent auprès d’une partie de la jeunesse, est-ce que cela n’est pas une signe ? Mais cette jeunesse est peu sur les plateaux TV, et les opinions se construisent dans un brouhaha médiatique compliqué à pourfendre. Cette gauche là existe, elle ne sait plus comment se raconter. 

L’extrême fragilisation des partis traditionnels, LR ou le PS, voulue et orchestrée par Emmanuel Macron, est d’une très grande dangerosité pour notre oxygène démocratique. La démocratie a besoin d’une droite solide et responsable, elle a tout autant besoin d’une gauche bien ancrée et forte. Les oppositions sont aujourd’hui encore dans le chaos : en manque de leader, de structure, de relais médiatiques et intellectuels et parfois d’argent. 

Dans ce contexte, la frilosité politique peut être une solution – on peut penser à Olivier Faure ou à des gens comme Raphaël Glucksman - ou à l’inverse, pour exister et se faire entendre, il faut frapper fort et être outrancier. 

La gauche classique doit choisir son camp ; ou elle reste chez Emmanuel Macron, quels que soient ses choix politiques ; soit elle assume cette gauche arc-en-ciel Macron incompatible. 

Le phénomène de dénonciation et de stigmatisation dépasse le champ de la gauche et s'observe également à droite. Quelle stratégie les partis traditionnels français doivent-ils adopter pour pouvoir exister en 2022 ?

Les partis politiques traditionnels doivent vraiment retrouver leur ADN originel – adapté bien sûr au goût des années 2020. Ils ont, à mes yeux, un grand avantage : c’est la faiblesse politique et philosophique d’Emmanuel Macron. Le candidat Macron avait écrit, en 2016, un livre truffé de lieux commun sans aucune colonne vertébrale. En 2017, le nouveau président se disait libéral à la fois économiquement et sur les questions de société ; il est aujourd’hui finalement plutôt stato-financier et conservateur-traditionnel. 

Au-delà de cela, il a, à ce jour un bilan plutôt médiocre : échec cuisant des négociations sur le réforme des retraites via Jean-Paul Delevoye, crise des Gilets Jaunes qui n’aurait jamais dû s’enkyster, Covid-19 non anticipé avec une communication gouvernementale désastreuse, chiffres de l’insécurité qui ont atteint les niveaux records des années 60, négociation Européenne peu bénéfique pour la France, municipales catastrophiques… Tout cela émaillé des affaires Benalla, Griveaux, Buzyn, Darmanin et de la relative médiocrité de certains ministres ou porte-parole. La conséquence est que de nombreux députés, qui avaient cru à la macronie, ont fait sécession, c’est par exemple Frédérique Dumas ou plus récemment le groupe autour d’Aurélien Taché. 

Tout cela pour dire, que si les partis traditionnels avaient une sincère volonté de jouer leur rôle d’opposants ; ils pourraient être largement audibles. Mais… ont-ils cette volonté ? Ils semblent tous un peu anesthésiés ; beaucoup semblent préférer faire du miel, soit cultiver tranquillement leur mandat local… 

Faute de combattants, il n’y aura donc pas de lutte politique. Et Emmanuel Macron peut continuer à avancer, même si lui même ne semble pas connaître son chemin. 

A lire aussi : Les guérilleros de la justice sociale, bien partis pour être les pires ennemis de la gauche en 2022

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 28/07/2020 - 18:11
evgueniesokolof
Pas mal vu, mais guignol est même d’un autre niveau!
evgueniesokolof
- 27/07/2020 - 23:21
imaginons .....
que LGBT triomphant , on fabrique un hybride: mademoiselle Martin+ Marion Cotillard.....là, à coup sûr les extra terrestres débarquent pour voir ça!
evgueniesokolof
- 27/07/2020 - 23:17
On la savait bête mais....à ce point!!!!
la , même dans les pires spectacles de Guignol on ne pourrait voir pire: un savant gloubigoulba d'illettrisme, de bêtise et de crotte de chien.....
Allons, je pense que Ferjou l'a libérée de sa niche pour qu'on la compisse !