En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 37 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 30 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 7 heures 14 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 44 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 44 min
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Meilleurs ennemis

Etats-Unis - Chine : guerre froide ou conflit chaud ?

Publié le 27 juillet 2020
La tension monte entre la Chine et les Etats-Unis, qui se sont engagés dans une spirale de sanctions et de mesures de rétorsions. La crise de la Covid-19 a accentué les ambitions chinoises et l’approche des élections américaines durcit le ton du président-candidat Trump.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tension monte entre la Chine et les Etats-Unis, qui se sont engagés dans une spirale de sanctions et de mesures de rétorsions. La crise de la Covid-19 a accentué les ambitions chinoises et l’approche des élections américaines durcit le ton du président-candidat Trump.

Atlantico.fr : Sur fond de crise sanitaire et économique mondiale, les Etats-Unis et la Chine s'engagent de nouveau dans une spirale de sanctions et de mesures de rétorsions. Sommes-nous revenus à une Guerre Froide où la République populaire de Chine a pris la place de l'URSS ?

Cyrille Bret : Le cycle des sanctions et des mesures de rétorsions est ouvert depuis plusieurs années entre la République Populaire de Chine et les Etats-Unis. La comparaison avec l’affrontement entre l’URSS et les Etats-Unis est tentante au vu des événements qui ont émaillé la présidence Trump. Sur le plan économique, la priorité des pouvoirs publics américains a été de réduire la dépendance à l’égard des importations chinoises et des capitaux venus de Chine pour financer les dettes privées et publiques américaines. C’est ce qui a conduit à la « guerre commerciale » lancée par la présidence Trump dès 2017. Sur le plan militaire, les tensions montent également : les capacités chinoises s’accroissent et s’améliorent dans tous les domaines classiques (naval, missiles, etc.) et moins conventionnel (cyberattaques, drones, etc.). Si bien que dans l’aire indo-pacifique, les Etats-Unis ont désormais désigné la Chine comme la principale menace militaire. Enfin, sur le plan politique et symbolique, les valeurs chinoises sont considérées par Washington comme incompatibles avec les valeurs américaines. Et d’autres domaines encore sont les champs de rivalité entre les deux grandes puissances du 21ème siècle. Si bien qu’elles semblent promises à l’affrontement comme l’a souligné il y a quatre ans le géopoliticien Graham Allison dans son célèbre ouvrage Destined for War qui examine les raisons pour lesquelles les deux puissances, l’une installée et l’autre en essor, seront tentées par le conflit armé.

Aujourd’hui, les tensions se réchauffent nettement : la crise du COVID-19 a accentué les ambitions chinoises et l’approche des élections américaines durcit le ton du président candidat Trump. Mais la comparaison avec l’affrontement entre Etats-Unis et URSS a ses limites : l’URSS avait obtenu une parité militaire et diplomatique mais n’était jamais parvenu à une parité économique alors que la Chine a l’infrastructure économique pour rivaliser avec les Etats-Unis. En revanche, l’URSS avait bâti, souvent les armes à la main, un réseau d’alliés, ce que la Chine peine à faire même avec les investissements de la Nouvelle Route de la Soie. De plus la Chine est prise dans une tentation de la revanche après les humiliations coloniale du 19ème siècle. Ces différences peuvent assurément jouer pour évaluer les risques de conflits armés.

La Chine peut-elle "réchauffer" le conflit et mener des opérations militaires contre les alliés des Etats-Unis en Asie? Ou même affronter les Etats-Unis pour Taiwan?

L’Asie du Sud Est est le champ d’affrontement le plus évident entre les deux puissances. Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, les Etats-Unis étaient la puissance militaire dominante dans la région par la présence de bases sur le territoire américain (Guam) et sur les territoires de ses alliés (Japon, Corée du Sud, Philippines). Désormais, la Chine conteste cette suprématie dans un espace qu’elle considère comme sa zone historique d’influence en raison de la présence de ses diasporas du Nord au Sud (Malaisie, Singapour) mais aussi en raison de ses ambitions sur des îles des îlots et des récifs à proximité des eaux territoriales de ses voisins. Ainsi, elle conteste la souveraineté du Vietnam, de la Malaisie, des Philippines ou encore du Japon sur un ensemble de territoires marins et terrestres. Même si l’arbitrage de 2016 par la Cour de La Haye l’a déboutée, elle continue à revendiquer, à poldériser et à militariser ces îlots pour en faire des points d’appui destinés à ses pêcheurs, ses industriels et surtout sa marine.

C’est là que les risques de réchauffement en conflit armé sont les plus grands. Le détroit de Taïwan cristallise toutes les tensions. D’une part, la Chine considère que l’île doit rejoindre la RCP comme Hongkong mais, d’autre part, les Etats-Unis entendent faire de l’île un symbole de la lutte contre l’expansion militaire chinoise. Reste à savoir si une guerre pour Taiwan est possible pour l’électeur, le contribuable, et le politique américain. Les tensions actuelles peuvent être largement surjouées par une administration américaine en campagne qui a besoin de se poser comme l’adversaire du parti communiste chinois.

Le président Trump peut-il profiter d'une guerre à l'approche des élections présidentielles du 3 novembre prochain ?

Le président candidat n’est pas assuré de sa victoire le 3 novembre prochain. Sur la scène politique intérieure, il est toujours aussi clivant. Ses prises de position sur le meurtre de George Floyd, sur la lutte contre la pandémie, sur la liberté de la presse, etc., réactivent à nouveau le clivage entre l’Amérique profonde, de la Bible Belt, des couches populaires blanches, etc. et l’Amérique libérale, noire et immigrée. Pour compenser la faiblesse des intentions de vote, il est tentant, pour l’équipe Trump de se donner la posture internationale de celui qui résiste au « parti communiste chinois. » C’est ce qu’ont fait en Europe plusieurs représentants de l’équipe Trump dans les semaines passées. Cela peut attirer la sympathie de ceux qui redoutent l’emprise chinoise.

Mais, comme dans le cas de l’Iran en 2017 et de la Corée du Nord, il y a loin de la menace de la guerre à la guerre elle-même. Pour le moment, le président Trump serait plutôt tenté de remporter un succès net, symbolique et circonscrit sur la scène internationale. S’engager dans le conflit réel avec la Chine serait plus déstabilisateur que bénéfique pour sa réélection.

Toutefois, par-delà les péripéties de la campagne électorale, il convient de garder à l’esprit que la rivalité sino-américaine est structurelle et déterminera une large partie de la scène géopolitique du siècle. Les Français et les Européens doivent trouver dans cette tension une position qui défendent leurs intérêts propres. S’aligner sans condition sur les Etats-Unis au nom de la solidarité des valeurs n’est pas plus indiqué que de sous-estimer les risques de l’activisme chinois dans l’espace européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 27/07/2020 - 15:34
Sub primes
Avant de s'aligner il faut penser a ses propres interets. Pour commencer, une amende convenable pour payer la crise des sub primes cause par les banques americaines. 1000 milliards $ me parait raisonable. Autrement sanctions! Pour commencer finir le Nord stream et sanctions contre le gaz americain, Apple, facebook, Amazon etc. Etc, comme refuser le vol des Boeing 337 sur le territoire europeen.
evgueniesokolof
- 27/07/2020 - 13:51
Y a -t-il vraiment besoin de s'abonner
pour se taper une flaque de platitudes?