En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 24 min 52 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 48 min 9 sec
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 1 heure 25 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 2 heures 48 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 4 heures 57 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 39 min 26 sec
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 1 heure 49 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 3 heures 57 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 heures 19 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 heures 28 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 18 heures 52 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Business

Les responsables politiques font commerce de la peur alors que les chefs d’entreprise se veulent être optimistes...

Publié le 25 juillet 2020
Pour la majorité des chefs d’entreprises, la crise doit rendre intelligent. Il y a forcément une solution. Pas le choix, et pas question d’en sortir en dramatisant en permanence comme le font les responsables politiques...
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la majorité des chefs d’entreprises, la crise doit rendre intelligent. Il y a forcément une solution. Pas le choix, et pas question d’en sortir en dramatisant en permanence comme le font les responsables politiques...

Le climat qui règne dans le milieu des chefs d’entreprise est totalement différent de celui qui domine la sphère politique. Alors que la classe politique fait commerce de la peur en prédisant une rentrée épouvantable, une deuxième vague épidémique et un tsunami social pour cause de chômage, le monde de l’entreprise est lui beaucoup plus pragmatique. Et ce qui désespère les patrons d’entreprises, c’est plus la gestion politique du pays que les perspectives économiques.

Alors ne soyons ni crédules, ni naïfs. Le Covid 19 a bouleversé la planète toute entière et bloqué depuis le début de l‘année l’essentiel de l’activité économique. Mais soyons lucides et limite cyniques, ce n’est pas le Covid 19 qui a tout bloqué, ce sont les gouvernements qui ont mis en coma artificiel toutes les activités pour freiner la circulation du virus. Tous les gouvernements ont choisi de mettre la protection des vies humaines au dessus des intérêts économiques. L’avenir dira si les gouvernements ont eu raison ou pas.

En attendant, tout le monde sent bien qu’il va falloir sortir de cette situation sinon, beaucoup sur la planète risquent de mourir, non pas du Covid, mais de l’asphyxie.

Et ce qui est intéressant, c’est que coexistent aujourd’hui deux stratégies pour en sortir. La stratégie des responsables politiques qui, dans les grandes démocraties, utilisent la peur du virus pour contrôler et réguler les activités émergentes et essayer d’imposer des réformes que les politiques estiment difficiles à appliquer. Et la stratégie de la majorité des chefs d’entreprise qui refusent ce commerce de la peur, parce que le métier même du chef d’entreprise, son ADN est de trouver les moyens de s’adapter et de rebondir.

Quand on les interroge, qu’ils soient de Paris ou de province, ils avancent en général trois grandes raisons d’être optimiste et de refuser un scénario qui dessinerait peu ou prou la fin du monde.

1ère  raison : la pandémie du coronavirus et le confinement généralisé n‘a cassé aucun des mécanismes de fonctionnement du système. Les actifs n’ont pas été détruits. Les usines, les équipements collectifs, les moyens de transport ont été arrêtés mais pas détruits. Ils ont même pour la plupart été entretenus. Les actifs humains ont été préservés grâce aux procédures de chômage partiel qui ont évité le broyage des contrats de travail. Par ailleurs, le télétravail a permis de maintenir un minimum d’activité. Si des pans entiers du système économique ont été figés, d’autres se sont développés et ont profité de la situation pour croitre et s’imposer. La crise a été un accélérateur de mutations : la digitalisation et la prise en compte des contraintes écologiques. Les industries du digital, de la santé, des moyens de mobilité ont profité de la crise.

La crise n’a pas détruit de moyens de production contrairement à ce qui se passe lors d’une guerre civile ou militaire à l’issue de laquelle il faut reconstruire et réparer. Le Covid 19 a détruit de la valeur, certes en paralysant des actifs immatériels. C’est flagrant dans le tourisme et le transport aérien. Les hôtels et les avions sont restés vides mais ils n’ont pas été détruits. Ce qui va se passer, c’est qu’on va s’apercevoir qu‘un certain nombre d’actifs sont obsolètes. Mais l’obsolescence ou la destruction peuvent être créatrices de richesses, d’emplois et de progrès. 

2e raison : les gouvernements ont fait beaucoup d’erreurs sous le coup de la panique, de l’impréparation, de l’incompréhension, la France en a cumulé beaucoup. Mais au final, les gouvernements ont fait le job d’amortir les effets du confinement. Ils ont tous mobilisé l’argent qu’il fallait pour compenser les pertes de créations de richesses pendant les deux ou trois mois d’arrêt. La France aura mobilisé près de 500 milliards d’euros entre les amortisseurs sociaux du chômage partiel, les garanties de prêts aux entreprise et les reports fiscaux. Il faudra y ajouter les 100 milliards de sorties d’argent pour financer la relance de septembre.

Le résultat de cette situation très inédite, c’est qu’a priori, le système devrait repartir à plein régime. La consommation repart et heureusement. Les particuliers ont stocké plus de 80 milliards en épargne de précaution pendant la crise du Covid 19. L’industrie aussi, puisque sur les 140 milliards de prêts garantis par l’Etat aux entreprises pour assurer leurs trésoreries, les deux tiers n’ont pas encore été utilisés et beaucoup ont obtenu des prêts sans en avoir l’usage. Quant à l’emploi, personne ne voit très exactement pourquoi il y aurait 1 million de chômeurs supplémentaires en septembre. La vague de jeunes va certes arriver sur le marché, mais elle ne sera pas plus grosse que les années précédentes. L’industrie du tourisme ne va pas repartir au mieux avant la fin de l’année, et il y aura dans ce secteur de la casse sociale, mais pas au point de créer 1 million de chômeurs.

Ce qui va se passer en France, c’est que la sortie de crise va révéler le nombre et le poids d’entreprises zombie. C’est à dire des entreprises qu’on maintient en activité, depuis des années pour des raisons politiques. Toute la question va être d’accélérer le processus de restructuration et d’accepter cette destruction créatrice.

3e raison, les banques centrales ont fourni la liquidité qu‘il fallait pour empêcher les arrêts du cœur pendant ce coma artificiel. Ce qui n‘avait pas été fait en 2008. A l’époque, la crise des subprimes avait provoqué un arrêt total des marchés interbancaires et un blocage complet de la circulation de liquidités, d’où l’asphyxie des systèmes économiques et la rupture générale des contrats de confiance. Christine Lagarde a confirmé que la BCE pouvait encore émettre 1200 milliards d’euros au profit des banques, en contrepartie du rachat de dettes bancaires

A court terme, les plans de soutien et de relance ne sont donc pas porteurs de risques financiers. Les liquidités sont abondantes, les taux d’intérêt vont rester faibles. Ajoutons à cela que la principale source de l’accroissement de l’endettement public se situe dans le déficit de rentrées fiscales (et sociales) et l’excès de dépenses publiques. Si la dépense publique participe à solvabiliser la relance, la perspective de reprise de l’activité ne peut qu’entrainer un retour des recettes fiscales et faire baisser la pression de la dette. Si la dette est aujourd’hui de 120 % du PIB, c’est plus à cause de l’effondrement du PIB qu’à cause de l’accroissement de dettes.

Donc à court terme, il existe peu de risque d’une crise de la dette (comme ce fut le cas en sortie de crise 2008-2010), mais à moyen terme, tout dépendra de notre capacité à gérer la dépense publique.

Ces trois séries de raison sont évidentes, mais ça n’exclut pas un certain nombre d’incertitudes qui sont difficiles à gérer au niveau d’une entreprise.

Le retour d’une vague épidémique ne peut être exclue bien sûr, mais elle peut s’anticiper et se gérer plus efficacement que la première, sans passer par le confinement qui serait alors catastrophique. Ça passe essentiellement par un comportement responsable des particuliers plus que des entreprises. Et pour rendre responsable une population, il y a différents moyens que toutes les autorités connaissent : la peur, la contrainte, la pédagogie, la motivation, l’intérêt et la vertu. Ces moyens ne sont pas tous incompatibles avec nos valeurs de la démocratie.

La guerre froide qui s’installe entre les Etats-Unis et la Chine peut avoir des effets aussi graves que le protectionnisme sur le commerce international. Personne n’a intérêt à ce protectionnisme. Personne, sauf les dirigeants des deux puissances antagonistes. Xi Jinping a besoin de montrer à son peuple et au parti communiste qu’il protège la Chine et Donald Trump va avoir besoin d’un ennemi extérieur pour sa campagne électorale. Si les gros poissons se battent, les petits risquent de périr.

L'autre incertitude relève des opinons publiques dans les pays démocratiques qui ont du mal à prendre en compte les réalités. Accepter les faits et les chiffres. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 25/07/2020 - 16:08
JMS
devrait animer une émission télé dans le genre "questions pour un champion" qui ferait exploser l'audimat de BouFfeMerde tv: "Il fait le job" car c'est un tic chez lui...un Tic mais pas un Toc car ....il ne se rappelle jamais ses prédictions foireuses...C'est suivi d'un 1,2,3 comme au temps de Giscard quand JMS n'avait que 75 ans....
Ben oui le pouvoir et les merdias jouent sur les peurs: c'est le mode de contrôle des individus aujourd'hui ( pas la peur hitlérienne ou stalinienne) non la peur de ce dont ils vont vous protéger: mais le problème est que les entreprises s'en accommodent fort bien: regardez celles qui prospèrent sur la peur climatique ......Ce sont les hommes, blancs de préférence qui paient la casse! Pas Chlorrhée ou mademoiselle Martin.....elles vivent de ce qu'elles émettent le logue, monnaie beaucoup plus prisée sur le marché des changes que le bitcoin puisque même Atlantico en a dans ses réserves
salamander
- 25/07/2020 - 13:18
tout à fait d'accord avec JMS
les politiques , les media , les toubibs (qui se contredisent tous) en rajoutent avec le catastrophisme.
Il faut apprendre à vivre avec le covid , point barre.
Sur le plan des finances publiques, nous avons sorti notre dernier joker. la prochaine crise(?) ne sera plus financée par les marchés.
JBL
- 25/07/2020 - 11:16
Malaise !!!!
Est-ce que toute vérité est bonne à dire ? Nous avons un CSA, avec des membres royalement payés, qui surveille, qui décide et qui se permet d'influencer la société française, dans ce qu'elle a de plus profond. Quand on reproche au PDG de France Télévision que la diversité n'est pas assez représentée, notamment que les Noirs et les Arabes n'ont pas suffisamment de premier rôle dans les séries, on intervient massivement sur l'image subliminale que les médias doivent véhiculer, aux citoyens. Ce n'est tout de même pas anodin. Dans ces conditions, pourquoi une éthique ne serait-elle pas mis en place, dans les médias, sur le discours politique, économique véhiculé. Depuis des décennies, nous avons des entraineurs qui nous indiquent que nous allons perdre toutes les compétitions. Tous les soirs, ils se battent pour l'émission politique la plus catastrophique. Peut-être que par le biais d'une éthique, une ambiance positive, un message dynamique national, seraient plus important que les audiences publicitaires de quelques requins !!!! Et pour revenir au CSA, j'assimile leur action, à de la bonne vieille collaboration anti-française.