En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© DR
© DR
Bouclier intelligent

La peau, pièce maîtresse de notre immunité

Publié le 24 juillet 2020
Béatrice de Reynal évoque le rôle de la peau et son impact sur l'immunité. La peau est une véritable protection contre le milieu extérieur et son cortège de microbes et d'éléments agressifs. Deuxième article d'une série en trois parties consacrée à l'immunité.
Béatrice de Reynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice de Reynal est nutritionniste Très gourmande, elle ne jette l'opprobre sur aucun aliment et tente de faire partager ses idées de nutrition inspirante. Elle est par ailleurs l'auteur du blog "MiamMiam".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice de Reynal évoque le rôle de la peau et son impact sur l'immunité. La peau est une véritable protection contre le milieu extérieur et son cortège de microbes et d'éléments agressifs. Deuxième article d'une série en trois parties consacrée à l'immunité.

Une évidence : la peau est notre protection contre le milieu extérieur et son cortège de microbes, de toxines, d’éléments agressifs. C’est aussi l’organe le plus important, le plus lourd : 15 % du poids corporel, pour une superficie d’environ 2 m2. La peau est notre pièce maîtresse de notre immunité.

Bouclier intelligent

Bouclier contre le monde extérieur, il n’est – surtout pas – étanche car il gère de nombreux échanges vitaux : l’eau, des éléments nutritionnels, des éléments chimiques. Pour démontrer combien son intégrité est vitale, les risques immenses encourus par les sujets qui perdent leur peau, souvent par brûlures. Selon la gravité et l’ampleur de la brûlure, la survie n’est pas possible au-delà de 50 % de surface brulée.

En effet, la peau sans derme est la porte ouverte aux microbes qui sont naturellement présents dans notre environnement. Dans l’air, sur les surfaces, sur les autres. Privés d’une partie de notre flore cutanée qui, normalement, occupe le terrain, l’invasion est très rapide et la multiplication des germes dans le corps est très rapide.

Soignons donc notre flore cutanée de façon intelligente en considérant bien la peau comme une membrane poreuse, habitée de microorganismes bénéfiques, nourrie par le derme sous-jacent et donc, par les aliments plus ou moins riches de nutriments que nous mangeons, hydratée par les boissons ingérées et par l’eau naturellement contenue par les aliments, protégée par un film hydrolipidique précieux qui ne doit être ni trop fin et fragile, ni trop épais et étouffant. Finalement, vous le constatez : la peau est d’une très précieuse complexité.

Soigner sa peau, c’est surtout lui éviter les agents déshydratants, agressifs, abrasifs. Le soleil et ses UBA et B, la chaleur qui augmente la température, les rayons (UV cabine, les spots intenses), le vent et le grand froid, qui déshydratent beaucoup, mais aussi, tous les savons décapants, trop acides ou trop basiques qui « décapent » les protections naturelles.

Évitez impérativement les aliments déshydrateurs comme l’alcool (les boissons alcoolisées), le sel et les aliments très salés comme Nuoc mam, sauce soja, moutardes, les comprimés effervescents (très salés), certains boissons et eaux trop salées, et les aliments en saumure comme olives ou anchois, les aliments salés.

Nourrir sa peau pour la rendre plus forte

Nous avons tous en tête les liens étroits entre la flore intestinale, notre intestin et notre immunité. Nous savons tous que si notre flore est bien équilibrée avec plus variétés de microorganismes bénéfiques, meilleure sera notre digestion et notre confort digestif et meilleure sera notre santé aujourd’hui et demain. Pour la peau, c’est similaire. Il faut bien l’entretenir, bien la nourrir, bien la protéger … sans oublier de soigner la flore cutanée qui l’habite.

Étaler des probiotiques sur la peau ? Un masque au yaourt ? Oui, c’est un peu l’idée, sauf que le choix des souches sera différent de celui de la flore intestinale : sur la peau, les sources sont tolérantes à l’oxygène, voir amateur d’oxygène quand les éléments de la flore intestinale préfèrent l’anaérobie.

Cette flore est composée de souches bénéfiques en général Gram+, staphylocoques et corynébactéries. Derrière ces noms barbares se cachent des souches qui prennent une vie à s’installer car le bébé naît sans flore. Directement liée aux sécrétions hormonales, la flore cutanée va évoluer avec l’âge : on le voit avec la puberté qui parfois, génère des boutons, comédons, infections très invalidantes et perturbantes pour les jeunes sujets.

Déjà, certains laboratoires et marques de compléments alimentaires ou de boissons fonctionnelles proposent des produits pour la flore cutanée. Certains cosmétiques s’y mettent aussi.

Une crème au magnésium idéale pour les peaux sensibles qui va dynamiser votre flore microbiotique et nourrir votre flore cutanée. Un soin 100% d'origine naturelle.

Enrichi en pré et probiotiques, ce gommage libère votre peau de toutes les impuretés, protège le film protecteur 

Quant aux compléments alimentaires, on ne compte plus les formules avec prébiotiques ou probiotiques, mais aussi avec certains nutriments qui jouent un rôle sur l’équilibre de la flore cutanée.

Fibres prébiotiques, probiotiques (différents ferments), mais aussi certains nutriments comme les oméga 3 dont on va encore retrouver l’efficacité dans l’immunité.

Postbiotiques bénéfiques

Certaines populations utilisent des postbiotiques pour nettoyer la peau : le sérum du yaourt, le jus de légumes lactofermentés, le petit lait des fromages faisselle, le jus de la choucroute crue. Riche en acide lactique et en éléments vivants, ils respectent la peau et peuvent permettre de stimuler la flore cutanée naturelle. 

Fermented berry vegetable drink. Des baies fermentés et de la vitamine C pour ce postbiotique vendu en Chine

Questions pratiques

• Un comédon, un bouton infecté : que faire ?

Aider votre corps à s’en débarrasser sans abimer davantage votre peau avec des pression, des expulsions forcées, voir des coups d’aiguille ou de rasoir pour « ouvrir » et sortir le point noir ou le pus.

Au contraire, nettoyez le tout avec une eau micellaire et respectez la peau, lui donnant toutes chances pour avoir le dessus.

• Manger plus de yaourts ? Oui pour votre flore intestinale, peu efficace pour stimuler votre flore cutanée.

• Aisselles ou pieds malodorants ?

L’humidité et la chaleur de ces microclimats favorisent le développement de bactéries dont le métabolisme produit des odeurs désagréables. Inutile d’utiliser des déodorants agressifs ou alcoolisés qui vont mettre votre flore cutanée à genoux. Au contraire : c’est le bon moment pour les postbiotiques : petit lait, jus de légumes lactofermentés, sérum de yaourt. Appliquez et laisser faire votre nature.

A lire aussi : Comment notre alimentation peut agir sur notre immunité

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 24/07/2020 - 20:22
Atlantico version Amazon !
Pourquoi pas ?? !! On n'est pas à ça près. Nonobstant l'intérêt du sujet, il est regrettable qu'il n'ait pas été abordé le sur-usage de gel hydro-alcoolique sur les mains à longueur de journée, qui est contreproductif et totalement "pathogènophile".
Mais c'est dans la droite ligne de la médiocrité et de l'incompétence générale qui font office de critères de qualité en France ! Et la bergerie nationale est à cette image.
COUKOUCéMOI
- 24/07/2020 - 20:21
Atlantico version Amazon !
Pourquoi pas ?? !! On n'est pas à ça près. Nonobstant l'intérêt du sujet, il est regrettable qu'il n'ait pas été abordé le sur-usage de gel hydro-alcoolique sur les mains à longueur de journée, qui est contreproductif et totalement "pathogènophile".
Mais c'est dans la droite ligne de la médiocrité et de l'incompétence générale qui font office de critères de qualité en France ! Et la bergerie nationale est à cette image.
evgueniesokolof
- 24/07/2020 - 16:46
C'est devenu un site de pub ?
Parce que , si on laisse faire, la prochaine fois Chlorrhée nous fait un article sur les multiples usages de l'aubergine.....selon qu'elle est chinoise ou "monstrueuse de New York " ( c'est disponible aux graines Baumaux )
Alors je m'y mets: le "crâne en peau de fesses de Bordeaux " le copyright revient à Gerra et désigne l'ancien maire de Bordeaux.....Comment a-t-il pu obtenir une peau de son crâne aussi miraculeuse, piste de ski pour les mouches mais surtout protectrice des neurones du "meilleur d'entre nous"
Et là l'article ne nous le dit pas alors que si soigner la peau de son crâne rendait futé, Matznef n'aurait pas utilisé celui ci comme gland de son penis!