En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 21 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 59 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 54 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 59 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 52 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 55 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 19 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 53 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 34 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 10 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 39 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 6 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 49 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 20 min
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Mark Rutte Pays-Bas accord européen
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Mark Rutte Pays-Bas accord européen
Atlantico Business

Union européenne : les Pays-Bas ont cédé pour préserver leur fiscalité très favorable et qui commence à énerver les autres membres de l’UE

Publié le 22 juillet 2020
Si les Pays-Bas, chef de file des cinq pays frugaux qui s’opposaient à la France et l’Allemagne dans la négociation du plan de relance, se sont finalement entendus avec les autres Européens, c’est aussi qu’ils tenaient à préserver leurs avantages fiscaux.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les Pays-Bas, chef de file des cinq pays frugaux qui s’opposaient à la France et l’Allemagne dans la négociation du plan de relance, se sont finalement entendus avec les autres Européens, c’est aussi qu’ils tenaient à préserver leurs avantages fiscaux.

Le Premier ministre des Pays-Bas a changé de ton au moment où les Français et les Allemands ont commencé à suggérer à l’Union européen de regarder de très près une fiscalité locale qui a tendance à attirer les sièges sociaux des européens. Recevoir des leçons de morale concernant la gestion des services publics ça passe encore, mais bloquer un accord historique qui ouvre la porte au fédéralisme quand on est assis sur un coffre fort remplis d’avantages fiscaux, ça ne passe plus. Les Hollandais aiment faire des affaires mais n’aiment guère penser qu’ils sont en Europe un paradis fiscal. 

Si les Hollandais étaient prêts à passer un peu moins leurs vacances sur les côtes italiennes ou espagnoles, l’élément de négociation qui consistait à revenir en arrière sur un système fiscal particulièrement attractif a évidemment permis de faire pencher la balance du côté d’une négociation pour un plan de relance ambitieux, à hauteur de 750 milliards d’euros et avec, pour la première fois, une part de mutualisation des dettes européennes (pour 390 milliards), l’autre partie plus conventionnelle avec des prêts remboursables (360 milliards d’euros).

L’aide concentrée vers les plus fragiles et la possibilité de contracter des dettes, sortes d’Eurobonds, constituent une avancée très forte vers des mécanismes fédéraux.

On connait pourtant les déboires de l’Union européenne pour se faire dédommager des cadeaux fiscaux de l’Irlande attribués à Apple, Google et autres multinationales face à la justice européenne, mais les manœuvres fiscales des Pays-Bas, au moins aussi attractives, font beaucoup moins parler d’elles, et pourtant.

Dans un rapport publié en plein mois d’avril pendant que le plan de relance européen se dessinait, Tax Justice Network, une ONG qui milite pour un système fiscal plus juste au niveau mondial, précisaient quelles étaient les pertes fiscales des voisins européens, dues aux avantages fiscaux hollandais.

Parce que les Pays-Bas ont toujours joué avec la ligne jaune de l’illégalité, mais l’optimisation fiscale proposée aux entreprises reste dans les clous, sans être de l’évasion.  Comme dans le système irlandais, ce sont surtout les entreprises qui bénéficient de taux d’imposition avantageux et d’un système de domiciliation de sociétés en commandite qui leur permet de rester discrètes.

Pour les taux pratiqués, soit l’entreprise, par le biais du système dit de « rulings » a négocié en amont le taux auquel elle sera imposée pendant les années qui viennent, quelques soient le montant ou l’évolution de la réglementation fiscale. Soit elle fait remonter les bénéfices dans sa holding, en les taxant comme de la propriété intellectuelle, avec un taux affiché à 7% actuellement et 9% à compter de 2021, ce qui est toujours beaucoup moins qu’un impôt sur les sociétés, aux alentours de 25% dans les pays voisins.

Ces mécanismes fiscaux profitent surtout aux entreprises américaines, précise l’ONG Tax Justice Network, pour leurs bénéfices européens qui sont en général remontés vers les Pays-Bas.

Et les pays les plus lourdement touchés par ce manque à gagner fiscal sont justement les pays touchés par la crise du Covid et à qui profiterait la relance européenne. 

La France aurait perdu plus de 2,7 milliards d’euros par an, l’Italie 1,5 milliard, tout comme l’Allemagne. Et l’Espagne comptabiliserait un manque de recettes fiscales de près d’un milliard. En tout 10 milliards d’euros, répartis entre pays européens.

Dans sa bataille contre un niveau de subventions jugé trop élevé (450 milliards, finalement ramené à 390, sur les 750 milliards du plan global), les Pays-Bas en sont finalement venus au compromis avec le reste des pays de l’Union européenne. La comparaison qu’Emmanuel Macron a tenté dimanche, d’un Mark Rutte, le Premier ministre hollandais, semblable à David Cameron, partisan de la ligne dure lors de négociations européennes et aujourd’hui sorti de l’Union européenne, n’a pas été faite par hasard. Les Pays-Bas auraient tout à perdre d’une sortie de l’Union européenne, autant sur le plan commercial que sur le plan fiscal. 

En revanche, les Européens ont tout à craindre du dumping fiscal qui sévit toujours en Europe et malgré certaines réglementations qui demandent plus de transparence, s’ils veulent aller un jour, plus loin dans l’intégration européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 22/07/2020 - 16:53
Rappel historique.
Historiquement les "petits pays " ayant des marchés intérieurs modestes et devant affronter les barrières douanières des grands pays à gros marchés, essayaient de s'en tirer en offrant des avantages, fiscaux ou autres, aux non-résidents qui acceptaient d'avoir une activité économique chez eux, qui y investissaient des capitaux etc...avec leur intégration dans de grandes zones commerciales comme l'Europe, de surcroît elles-mêmes ouvertes à tous les vents de la mondialisation, sans barrière douanière ni filtrage des capitaux, ces " petits pays" gagnent sur tous les tableaux pendant que les " grands pays " rament. En plus, ces "petits pays " servent de cheval de Troie pour les optimisations financières et fiscales de grands groupes US, Japonais, Chinois. ...ils bénéficient aussi d'une représentation politique à Bruxelles totalement disproportionnée et exorbitante eu égard à leur population et à leur poids réel.
Les Allemands s'en débrouillent grâce à une savante politique d'alliances ponctuelles et opportunistes que la France, droite dans ses grandes bottes maladroites de république présidentielle "verticale" , méprisante des " petits pays" , semble incapable de mener.
ajm
- 22/07/2020 - 16:11
Impôts fédéraux
Ganesha: les USA sont une fédération d'états ayant chacun des fiscalités ( d'état) différentes comme la Suisse ( cantons). Mais les impôts fédéraux US s'appliquent de la même façon dans tous les états de la fédération, y compris dans le Delaware
evgueniesokolof
- 22/07/2020 - 14:19
Bon je sais c'est RT
le journal où "il est interdit d'interdire la pensée officielle" mais....voila qui rabaisse la caquet à notre JMS euro béat en rappelant ce qui s'est passé sur toute la durée et..... les bataves peuvent rigoler
https://francais.rt.com/economie/77091-plan-relance-ue-est-il-si-grande-victoire-paris-berlin-sur-pays-frugaux