En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© PHILIPPE MERLE / AFP
© PHILIPPE MERLE / AFP
Les chiffres et les faits

Bonne nouvelle ou trompe l’œil ? Cette mauvaise nouvelle qui se cache derrière le pic de créations d’entreprises post-Covid-19

Publié le 20 juillet 2020
Après deux mois de confinement, la France a connu une hausse de plus de 38% des créations d'entreprises au mois de juin.
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux mois de confinement, la France a connu une hausse de plus de 38% des créations d'entreprises au mois de juin.

Atlantico.fr : Comment expliquer la forte hausse de création d'entreprises en France alors même qu'une crise économique sans précédent s'annonce ?

Gilles Saint-Paul : Cette hausse est en trompe-l’œil. Rappelons que l’activité économique a été littéralement sabotée depuis le 15 mars, date du confinement. On observe une croissance forte du nombre d’entreprises créées en mai par rapport à avril, puis en juin par rapport à mai. Mais c’est parce que le nombre d’entreprises créées en avril est lui-même très faible, du fait du confinement. D’une part les tribunaux de commerce, contraints de passer au télétravail, étaient perturbés dans la gestion des dossiers. D’autre part, créer une entreprise pendant le confinement présentait évidemment toutes sortes de difficultés connexes, en plus de l’effet « keynésien » de l’incertitude macroéconomique sur la confiance des entrepreneurs et les incitations à créer des entreprises.

Prenons un exemple simple. Si je produis 100 et que ma production chute de 50 %, je ne produis plus que 50. Si ensuite ma production remonte de 50 %, je me retrouve à 75, très en-deçà du niveau initial. L’utilisation des pourcentages est donc trompeuse, la reprise étant exprimée relativement à un niveau de référence faible, apparaît artificiellement gonflée.

Cette illusion d’optique explique en partie les bons chiffres de création d’entreprise en juin. L’autre élément d’explication est l’effet de report, ou de rattrapage : une partie des entreprises que leurs patrons voulaient créer en mars ou avril n’a vu le jour qu’en juin à cause du confinement, d’où à nouveau un effet de gonflement artificiel.

Si l’on regarde les chiffres de manière rigoureuse, on constate qu’en mars 2020 il y a 20 % de moins d’entreprises créées qu’en mars 2019, qu’en avril la perte s’élève à 50 %, et qu’en mai, à nouveau, l’économie française crée 24 % d’entreprises de moins qu’un an auparavant. Au total, de mars à mai, il y a 140000 créations d’entreprises contre 200000 au cours de la même période de 2019. A cause de l’effet de report, on crée 14000 entreprises de plus en juin 2020 qu’en juin 2019, ce qui ne représente que le quart du déficit accumulé pendant la période du confinement.

Ajoutons que ces comparaisons sous-estiment l’effet de la crise, parce que les données de création d’entreprise pour janvier et février suggèrent une accélération de l’activité en 2020 relativement à 2019. On peut donc supposer qu’en l’absence de pandémie, on aurait eu plus de créations d’entreprises entre mars et mai 2020 qu’à la même période de 2019, qui est notre élément de comparaison.

Il faut donc éviter de se réjouir de cette hausse. Elle indique une reprise mais elle suggère également que revenir au niveau d’activité pré-covid prendra un temps considérable.

Quelles structures ont été privilégiées par les nouveaux chefs d'entreprises ? Est-ce une bonne nouvelle pour l'emploi à court, moyen, long terme ?

Relativement à 2019, on observe une hausse de la part d’auto-entrepreneurs dans les entreprises créées pour avril, mai et juin. Les auto-entrepreneurs sont des travailleurs indépendants, pas des entreprises. Si je les inclus dans les statistiques, la France a créé 19 % de moins d’entreprises de mars à juin qu’à la même période de 2019. Mais si j’exclus les auto-entrepreneurs, pour ne prendre en compte que les « vraies » entreprises, la chute monte à 23 %. Par ailleurs, cette hausse de la part d’auto-entrepreneurs nous indique une montée de la précarité et de l’incertitude. D’un côté, des chômeurs deviennent auto-entrepreneurs faute de mieux ; de l’autre, des entreprises préfèrent recourir à des prestataires extérieurs ayant ce statut plutôt qu’au salariat, à cause des mauvaises perspectives économiques.

Comment peut-on imaginer la situation de l'emploi en France à la fin de l'année 2020 ?

La situation est catastrophique. D’après la Dares, il y aurait eu 6.3 milliards d’heures chômées entre le premier mars et le 6 juillet, ce qui représente environ la moitié du nombre total d’heures fournies en temps normal par les salariés du privé. A cela il faut évidemment ajouter les chômeurs proprement dits. Tout se passe comme si le taux de chômage, exprimé en nombre d’heures, était de l’ordre de 60 % de la population active depuis le début du confinement. De plus, le nombre de demandes de chômage partiel continue à augmenter début juillet. Soit le gouvernement continue à imprimer des euros pour financer le chômage partiel, ce qui implique le bon vouloir des Allemands et comporte le risque d’une forte dérive inflationniste, soit il tente de remettre en cause ce « socialisme monétaire » en cessant les subventions exceptionnelles au chômage partiel, et l’on observera des faillites en cascade et une brutale hausse du nombre de demandeurs d’emploi. Même dans le premier cas, la France risque de s’enfoncer dans la dépression. Le chômage partiel permet aux entreprises de « tenir » en évitant des plans sociaux coûteux ainsi que le coût de réembaucher si la situation se rétablit. Mais, plus la situation se prolonge, plus les entreprises (comme Airbus ou Air France) comprennent qu’elles ne reprendront pas l’activité au même niveau qu’avant. Dans ce cas, profiter du chômage partiel ne les intéresse plus et elles se tournent vers les licenciements massifs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 20/07/2020 - 15:12
Tenons le pari et
....espérons que certains ne vont pas tarder à trouver que le principe de précaution nous a coûté bien cher....
élémentaire mon cher Watson me direz vous....
Sauf que combien ici, cons de lecteurs et contributeurs un peu cons vont comprendre cela? Quand on est fonctionnaire ou "logue" payé directement ou indirectement par l'argent public, cela va prendre du temps: il faudra un effondrement des rentrées fiscales (TVA , IR et IS) pour que le gros malin Castex flanqué du pas malin Lemaire nous déclare un matin qu'il n'y a plus que de la monnaie de singe, la vraie étant partie à Pekin.....Il vous faut une démonstration ? Oh mademoiselle Martin et Chlorrhée vont bien aller au charbon !