En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 22 min 58 sec
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 1 heure 43 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 2 heures 26 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 12 heures 41 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 13 heures 40 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 19 heures 48 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 51 min 47 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 1 heure 46 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 2 heures 24 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 12 heures 53 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 55 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 20 heures 10 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 22 heures 7 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 22 heures 32 min
© PHILIPPE MERLE / AFP
© PHILIPPE MERLE / AFP
Les chiffres et les faits

Bonne nouvelle ou trompe l’œil ? Cette mauvaise nouvelle qui se cache derrière le pic de créations d’entreprises post-Covid-19

Publié le 20 juillet 2020
Après deux mois de confinement, la France a connu une hausse de plus de 38% des créations d'entreprises au mois de juin.
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux mois de confinement, la France a connu une hausse de plus de 38% des créations d'entreprises au mois de juin.

Atlantico.fr : Comment expliquer la forte hausse de création d'entreprises en France alors même qu'une crise économique sans précédent s'annonce ?

Gilles Saint-Paul : Cette hausse est en trompe-l’œil. Rappelons que l’activité économique a été littéralement sabotée depuis le 15 mars, date du confinement. On observe une croissance forte du nombre d’entreprises créées en mai par rapport à avril, puis en juin par rapport à mai. Mais c’est parce que le nombre d’entreprises créées en avril est lui-même très faible, du fait du confinement. D’une part les tribunaux de commerce, contraints de passer au télétravail, étaient perturbés dans la gestion des dossiers. D’autre part, créer une entreprise pendant le confinement présentait évidemment toutes sortes de difficultés connexes, en plus de l’effet « keynésien » de l’incertitude macroéconomique sur la confiance des entrepreneurs et les incitations à créer des entreprises.

Prenons un exemple simple. Si je produis 100 et que ma production chute de 50 %, je ne produis plus que 50. Si ensuite ma production remonte de 50 %, je me retrouve à 75, très en-deçà du niveau initial. L’utilisation des pourcentages est donc trompeuse, la reprise étant exprimée relativement à un niveau de référence faible, apparaît artificiellement gonflée.

Cette illusion d’optique explique en partie les bons chiffres de création d’entreprise en juin. L’autre élément d’explication est l’effet de report, ou de rattrapage : une partie des entreprises que leurs patrons voulaient créer en mars ou avril n’a vu le jour qu’en juin à cause du confinement, d’où à nouveau un effet de gonflement artificiel.

Si l’on regarde les chiffres de manière rigoureuse, on constate qu’en mars 2020 il y a 20 % de moins d’entreprises créées qu’en mars 2019, qu’en avril la perte s’élève à 50 %, et qu’en mai, à nouveau, l’économie française crée 24 % d’entreprises de moins qu’un an auparavant. Au total, de mars à mai, il y a 140000 créations d’entreprises contre 200000 au cours de la même période de 2019. A cause de l’effet de report, on crée 14000 entreprises de plus en juin 2020 qu’en juin 2019, ce qui ne représente que le quart du déficit accumulé pendant la période du confinement.

Ajoutons que ces comparaisons sous-estiment l’effet de la crise, parce que les données de création d’entreprise pour janvier et février suggèrent une accélération de l’activité en 2020 relativement à 2019. On peut donc supposer qu’en l’absence de pandémie, on aurait eu plus de créations d’entreprises entre mars et mai 2020 qu’à la même période de 2019, qui est notre élément de comparaison.

Il faut donc éviter de se réjouir de cette hausse. Elle indique une reprise mais elle suggère également que revenir au niveau d’activité pré-covid prendra un temps considérable.

Quelles structures ont été privilégiées par les nouveaux chefs d'entreprises ? Est-ce une bonne nouvelle pour l'emploi à court, moyen, long terme ?

Relativement à 2019, on observe une hausse de la part d’auto-entrepreneurs dans les entreprises créées pour avril, mai et juin. Les auto-entrepreneurs sont des travailleurs indépendants, pas des entreprises. Si je les inclus dans les statistiques, la France a créé 19 % de moins d’entreprises de mars à juin qu’à la même période de 2019. Mais si j’exclus les auto-entrepreneurs, pour ne prendre en compte que les « vraies » entreprises, la chute monte à 23 %. Par ailleurs, cette hausse de la part d’auto-entrepreneurs nous indique une montée de la précarité et de l’incertitude. D’un côté, des chômeurs deviennent auto-entrepreneurs faute de mieux ; de l’autre, des entreprises préfèrent recourir à des prestataires extérieurs ayant ce statut plutôt qu’au salariat, à cause des mauvaises perspectives économiques.

Comment peut-on imaginer la situation de l'emploi en France à la fin de l'année 2020 ?

La situation est catastrophique. D’après la Dares, il y aurait eu 6.3 milliards d’heures chômées entre le premier mars et le 6 juillet, ce qui représente environ la moitié du nombre total d’heures fournies en temps normal par les salariés du privé. A cela il faut évidemment ajouter les chômeurs proprement dits. Tout se passe comme si le taux de chômage, exprimé en nombre d’heures, était de l’ordre de 60 % de la population active depuis le début du confinement. De plus, le nombre de demandes de chômage partiel continue à augmenter début juillet. Soit le gouvernement continue à imprimer des euros pour financer le chômage partiel, ce qui implique le bon vouloir des Allemands et comporte le risque d’une forte dérive inflationniste, soit il tente de remettre en cause ce « socialisme monétaire » en cessant les subventions exceptionnelles au chômage partiel, et l’on observera des faillites en cascade et une brutale hausse du nombre de demandeurs d’emploi. Même dans le premier cas, la France risque de s’enfoncer dans la dépression. Le chômage partiel permet aux entreprises de « tenir » en évitant des plans sociaux coûteux ainsi que le coût de réembaucher si la situation se rétablit. Mais, plus la situation se prolonge, plus les entreprises (comme Airbus ou Air France) comprennent qu’elles ne reprendront pas l’activité au même niveau qu’avant. Dans ce cas, profiter du chômage partiel ne les intéresse plus et elles se tournent vers les licenciements massifs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 20/07/2020 - 15:12
Tenons le pari et
....espérons que certains ne vont pas tarder à trouver que le principe de précaution nous a coûté bien cher....
élémentaire mon cher Watson me direz vous....
Sauf que combien ici, cons de lecteurs et contributeurs un peu cons vont comprendre cela? Quand on est fonctionnaire ou "logue" payé directement ou indirectement par l'argent public, cela va prendre du temps: il faudra un effondrement des rentrées fiscales (TVA , IR et IS) pour que le gros malin Castex flanqué du pas malin Lemaire nous déclare un matin qu'il n'y a plus que de la monnaie de singe, la vraie étant partie à Pekin.....Il vous faut une démonstration ? Oh mademoiselle Martin et Chlorrhée vont bien aller au charbon !