En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Les fausses promesses du bio

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 26 min 52 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 28 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 23 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 17 heures 4 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 40 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 52 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 15 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 20 heures 43 min
© KARIM SAHIB / AFP
© KARIM SAHIB / AFP
Coopération spatiale

Ce que pourront nous apprendre les trois missions spatiales qui partent pour Mars en juillet

Publié le 19 juillet 2020
La fin du mois de juillet sera placée sous le signe des sciences, avec le lancement de trois missions vers la planète rouge : une émiratie, ce dimanche soir, une chinoise le 23 et une américaine le 30.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin du mois de juillet sera placée sous le signe des sciences, avec le lancement de trois missions vers la planète rouge : une émiratie, ce dimanche soir, une chinoise le 23 et une américaine le 30.

Atlantico : Développée par le Centre spatial Mohammed Bin Rashid à Dubaï, la sonde Hope s'envolera vers Mars ce dimanche soir (à 23h58, heure française) depuis le site de lancement de l'île de Tanegashima, au Japon, à bord d'un lanceur japonais H-IIA. Quels sont les enjeux techniques et politiques de cette mission spatiale émiratie vers Mars ?

Olivier Sanguy : Les enjeux techniques sont ceux d’une mission vers Mars. Atteindre la planète rouge avec un engin spatial reste difficile, même si les missions les plus récentes connaissent logiquement un taux de succès plus élevé que les premières tentatives. La sonde émiratie Hope devra tout d’abord, comme les autres engins de ce type, supporter un voyage de plusieurs mois puisque l’arrivée est prévue pour février 2021. L’insertion sur orbite autour de la planète rouge est une manœuvre délicate en elle-même et les erreurs de calculs ou de programmation de la sonde ne pardonnent pas ! La NASA a par exemple perdu sa sonde Mars Climate Orbiter en 1999 en raison d’une mauvaise coordination avec l’industriel Lockheed qui a fourni un logiciel basé sur les unités anglo-saxonnes au lieu du système métrique. Scientifiquement, Hope est équipée de trois instruments conçus pour étudier l’atmosphère martienne. Il est à noter que ces instruments sont fournis par deux universités américaines, l’University of Colorado Boulder et l’Arizona State University. D’ailleurs, la sonde elle-même a été fabriquée en collaboration avec ces deux universités plus celle de Californie à Berkeley. C’est là que, politiquement, la mission Hope prend toute son importance. Elle est donc basée sur une coopération technique et scientifique entre les Émirats Arabes Unis et les États-Unis. On pourrait y voir un aspect simpliste où l’UAE Space Agency, l’agence spatiale des Émirats Arabes Unis, achète une sonde aux États-Unis, mais c’est oublier que la gestion d’une mission spatiale demande énormément de compétences. Toute proportion gardée, ce n’est pas parce que vous pouvez acheter une voiture que vous savez la conduire. Donc, même si la sonde a une origine américaine pour sa fabrication, l’UAE Space Agency reste l’agence responsable de la mission ce qui demande de toute façon des compétences pointues en ingénierie et en science. D’ailleurs, les Émirats Arabes Unis ont clairement expliqué que cette mission faisait partie de leur volonté de participer à une société de la connaissance et d’investir de plus en plus dans la science. L’UAE Space Agency compte partager les données acquises par les instruments de Hope auprès de plus de 200 institutions scientifiques dans le monde et de façon gratuite. La portée géopolitique de type «soft power» est du coup évidente.

Pourquoi le lancement se fait-il au Japon ?

L’UAE Space Agency ne dispose pas d’un lanceur capable d’envoyer une sonde vers Mars. Donc, elle s’est tournée vers l’industriel Mitsubishi Heavy Industries qui gère le lanceur H-IIA employé par la JAXA, l’agence spatiale japonaise. C’est ce lanceur qui doit envoyer Hope vers sa destination.

Deux autres missions spatiales pour Mars auront lieu ces prochains jours : la Chinoise Tianwen qui sera lancée le 23 juillet depuis le cosmodrome de Wenchang, et l'Américaine Perseverance dont le départ depuis le Centre spatial Kennedy est prévu le 30 juillet. En quoi leurs enjeux diffèrent-ils de la mission spatiale émiratie ?

Pour les Émirats Arabes Unis, Hope fait partie des actions qui symbolisent leur volonté de s’inscrire dans une société de la connaissance et donc de dépasser le modèle actuel centré sur l’économie du pétrole. En terme d’image internationale, il s’agit aussi de montrer la volonté de cet État fédéral du Moyen-Orient d’investir dans la science, la technologie, l’éducation les universités, etc. L’UAE Space Agency a aussi, l’année dernière, organisé sa première mission habitée avec son astronaute Hazza Al Mansouri qui a passé une semaine à bord de la Station Spatiale Internationale. Ce vol a été mené avec l’agence spatiale russe Roscosmos puisque Hazza Al Mansouri est allé vers la station, et en est revenu, à bord d’un vaisseau Soyouz. Récemment, l’agence émiratie a procédé à une nouvelle sélection d’astronautes qui a vu 4305 personnes faire acte de candidature. Le communiqué soulignait que 1400 femmes se sont présentées, soit environ 33 %. Le spatial est donc aussi un moyen pour les Émirats Arabes Unis de lutter contre certains clichés les concernant.

Côté américain avec la mission Mars 2020 qui consiste à amener le rover Perseverance (une tonne, comme son prédécesseur Curiosity) sur la planète rouge, on retrouve aussi cet aspect «soft power» avec la volonté de continuer à être l’acteur principal de l’exploration planétaire en général et de Mars en particulier. De plus, la coopération existe sur Mars 2020 puisque par exemple l’instrument SuperCam, une caméra laser capable de déterminer la composition des roches et du sol à plusieurs mètres de distance, est une contribution française. La caméra-laser en elle-même est en effet fournie par l’agence française CNES et conçue par l’IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) de Toulouse.

Pour la Chine, la mission Tianwen-1 s’avère ambitieuse. L’agence chinoise compte en effet placer sur orbite une sonde qui larguera ensuite un atterrisseur chargé d’amener au sol un rover de 240 kg. C’est en quelque sorte une mission double puisque les Chinois disposeront alors en 2021 (ne pas oublier le temps du voyage) d’un orbiteur autour de la planète et d’un robot mobile, le rover, au sol. Là encore, on peut y voir un aspect «soft power» par lequel la Chine entend conforter sa position de puissance spatiale à part entière tout en démontrant les capacités de ses filières industrielles et universitaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires