En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 14 min 26 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 14 min 27 sec
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 16 heures 3 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 17 heures 29 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 14 min 26 sec
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 14 min 27 sec
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 15 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 17 heures 14 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 17 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 23 heures 27 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 23 heures 27 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Nomination

France Télévisions : vers un duel Baldelli - Ernotte ?

Publié le 18 juillet 2020
La liste officielle des candidats à la Présidence de France Télévisions a été rendue publique le 15 juillet. Outre Delphine Ernotte, candidate à sa propre succession, sept autres personnalités viennent grossir la liste des futurs auditionnés par le CSA.
Etienne Rateau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Rateau est le pseudonyme d’un fin connaisseur des dessous de l’audiovisuel français.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La liste officielle des candidats à la Présidence de France Télévisions a été rendue publique le 15 juillet. Outre Delphine Ernotte, candidate à sa propre succession, sept autres personnalités viennent grossir la liste des futurs auditionnés par le CSA.

Nous l’attendions de longue date. La liste officielle des candidats à la Présidence de France Télévisions a été rendue publique le 15 juillet. Outre Delphine Ernotte, candidate à sa propre succession, sept autres personnalités viennent grossir la liste des futurs auditionnés par le Conseil supérieure de l’audiovisuel (CSA). Si tous peuvent se targuer d’une réelle expérience et d’une connaissance plus ou moins fine des arcanes de l’audiovisuel public, un duel de favoris entre Delphine Ernotte et Christopher Baldelli semble se dessiner. Avec, en embuscade, quelques autres prétendants dont les chances d’accès à la tête de l’audiovisuel public sont plus limitées.

Un duel Baldelli - Ernotte se dessine

S’il est deux candidatures qui seront particulièrement scrutées, ce sont bien celles de Christopher Baldelli et de Delphine Ernotte. C’est d’ailleurs parmi ces deux candidats que devrait être désigné le futur patron de l’audiovisuel public. Pour Baldelli, la candidature est a priori solide. Ancien haut-fonctionnaire passé par les cabinets ministériels — où l’on se fait des amis pour la vie —, Christopher Baldelli est aussi un ancien de RTL et M6. Mais Baldelli garde l’image d’un proche de Sarkozy, dont il fut conseiller technique quand celui-ci était ministre du Budget. N’oublions pas non plus ses liens avec Douste-Blazy, dont il fut conseiller au sein de son cabinet alors qu’il était encore ministre de la Culture et Alain Juppé, dont il a très brièvement appartenu à la cellule communication en 1996. Surtout, Christopher Baldelli est un homme. Une nomination qui pourrait faire mauvais genre, alors même que Bruno Patino a été nommé il y’a quelques semaines à la tête d’Arte. Ses soutiens répétés à Éric Zemmour, qu’il avait contribué à installer à France 2 puis à RTL, écornent encore l’image d’un homme à la réputation résolument droitarde.

Christopher Baldelli traîne par ailleurs avec lui son échec à la tête de RTL. Certes, sur le long-terme, le bilan demeure positif et il a beaucoup contribué à la hausse des audiences de la radio. Mais, en mai 2019, Baldelli est viré manu militari de la tête de RTL, dont les audiences ont été dépassées par France Inter. Remplacé par Régis Ravanas, il est, depuis plus d’un an, sans boulot. Autre point noir de son mandat, RTL n’a jamais réussi, sous sa direction, à prendre un virage numérique qui s’impose désormais à l’ensemble des chaînes de radio et de télévision face à la concurrence effrénée des plateformes de streaming. D’un point de vue plus stratégique, Baldelli semble décidé à pilonner le bilan Ernotte. Ainsi, en coulisses, nombreuses sont les voix suggérant qu’un papier publié ce vendredi 17 juillet sur Mediapart, dévoilant le montant de la (confortable) rémunération de Naguy, pourrait avoir été initié par son camp. Une stratégie risquée face à un CSA jugeant le bilan de Delphine Ernotte plus qu’honorable.

Pierre-Etienne Pommier toujours en lice

Pierre-Etienne Pommier, actuel conseiller numérique du groupe LREM à l’Assemblée nationale, est encore en lice. S’il fait figure de candidat relativement sérieux, il souffre cependant d’un sérieux problème de notoriété et d’une méconnaissance de l’audiovisuel public qui pourrait lui être fatale pendant les auditions du CSA. En effet, Pierre-Etienne Pommier vient plutôt du monde de l’entrepreneuriat et de la communication, secteur dans lequel il a exercé plusieurs années dans différentes agences. Un petit passage à Canal Plus Horizons, comme responsable des études, dans les années 1990, constitue sa seule expérience dans une chaîne de télévision, privée de surcroît. Peut-être peut-il compter sur un puissant réseau politique tissé à l’Assemblée nationale ? Quoi qu’il en soit, sa nomination pourrait paraître téléguidée par le pouvoir dans un contexte où la défiance de l’opinion envers nos élites s’affirme chaque jour davantage. Malgré son -petit- passif politique, Pierre-Etienne Pommier n’a pourtant pas le profil d’« Homme de l’Élysée ».

Mais, s’il n’est pas favori, sa candidature demeure tout à fait sérieuse et son dossier a le mérite de rafraichir quelque peu un audiovisuel public appelé à prendre fermement le tournant numérique. Sa proposition aspirant à relever le montant des investissements de France Télévisions consacrés à l’éducation de 0,005 % à 5 % mérite aussi qu’on s’y intéresse. D’autant que la télévision publique, à travers France 4, a témoigné de la pertinence de ses choix éditoriaux en matière pédagogique et éducative pendant le confinement. La chaîne, longtemps menacée de dissolution, devrait même être sauvée grâce à son rôle social unanimement salué pendant la crise.

En embuscade, quelques outsiders plus discrets

D’autres candidatures plus discrètes ont aussi été révélées. Nous avions déjà évoqué le cas Serge Cimino, représentant du syndicat national des journalistes à France Télévisions. Une candidature contestataire pour une présidence de combat qui ne devrait pas aboutir, tant le CSA n’a pas l’habitude de puiser parmi des représentants syndicaux pour choisir le Président du groupe.

Michel Goldstein, ancien joueur professionnel de foot de deuxième division dans les années 1980 et actuel journaliste sportif, s’est aussi déclaré candidat. Là encore, une candidature discrète, quasi impossible. Un homme de terrain, passionné par son métier, mais dont le profil ne devrait pas séduire le CSA. Citons encore Sandrine Roustan, actuelle directrice du développement international du Shanghai Media Group, l’un des mastodontes asiatiques de l’audiovisuel. Elle fut aussi brièvement directrice des programmes de France Télévisions, entre 2012 et 2014. Un CV très porté à l’international, mais qui semble être un peu léger pour prétendre à ce poste.

Plus étonnante, la candidature de Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF et ancien président de l’Union européenne de radiotélévision entre 2009 et 2019, pourrait être une surprise. En effet, il connaît très bien le monde de l’audiovisuel public. Sa nationalité pourrait même être un atout. Nommer un Belge à la tête d’un groupe public français serait le signe d’une ouverture européenne très prononcée et un choix fondamentalement disruptif, comme les aime le Nouveau Monde. Mais Jean-Paul Philippot souffre de quelques problèmes de réputation. Il fut, au début de l’année 2020, sommé de rembourser plusieurs dizaines de milliers d’euros. La formule de calcul salariale relative à ses fonctions avait, en effet, été jugée bien trop généreuse par le gouvernement belge. En février, des fonctionnaires de la RTBF ont anonymement transmis un épais dossier au parquet belge, pour dénoncer les agissements de leur directeur, dont l’issue des affres judiciaires a été jugée trop modérée pour certains employés de l’audiovisuel belge.

Bref, sauf surprise du type Pierre-Etienne Pommier ou Jean-Paul Philippot, le futur patron de l’audiovisuel français devrait être Christopher Baldelli ou Delphine Ernotte, actuelle présidente du groupe. La réponse de l’instance suprême de l’audiovisuel, que les candidats devront s’attacher à convaincre pendant les auditions, est attendue au plus tard le 24 juillet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 18/07/2020 - 19:28
Hollande
Madame Ernotte, la candidate placée par Hollande reste un atout pour les progressistes. Macron va pousser pour que le CSA la renouvelle.
A suivre
jurgio
- 18/07/2020 - 13:59
Une note d'air frais et place nette
c'est tout ce que demandent ceux qui sont asphyxiés par le masque de l'hypocrisie et la puanteur du collaborationnisme.
evgueniesokolof
- 18/07/2020 - 13:36
Ernotte
C'est radio Orwell.....pourquoi ça changerait ?