En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 1 heure 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 7 heures 14 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 heures 14 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 3 heures 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 7 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 8 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 heures 14 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Monde d'après

Une leçon pour l’après-crise : renforcer les services essentiels qui ont permis la résilience !

Publié le 17 juillet 2020
Dans le cadre de la reconstruction pour le monde d'après et face aux conséquences de la crise sanitaire et économique liée au coronavirus, il sera nécessaire d'insister et de renforcer les services essentiels, publics et privés.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre de la reconstruction pour le monde d'après et face aux conséquences de la crise sanitaire et économique liée au coronavirus, il sera nécessaire d'insister et de renforcer les services essentiels, publics et privés.

Le « monde d’après » est à la mode. Analystes, politiques, observateurs de toutes tendances rivalisent pour imaginer, faute d’avoir vu souvent arriver le désastre humain, social économique, et bientôt peut-être politique, qu’a été et continue d’être l’épidémie de Covid 19, le monde tel qu’il sera. Si l’effort de prospective est méritoire, il est toujours utile de garder à l’esprit qu’en fait d’avenir, les incertitudes dominent, et que l’Histoire ne connaît pas de ruptures mais plutôt des continuités, des inflexions, des accélérations. Dans un tel contexte, il est sans doute plus raisonnable de s’interroger pour savoir ce que nous a appris l’épidémie, quelles ont été nos erreurs, et, au moins autant, sur quelles « masses de granit », pour reprendre l’expression de Bonaparte, nous avons pu compter pour tenir.

Disons-le tout net : il ne s’agit pas de distribuer ici les bons et les mauvais points. L’on serait tenté, alors que les français ont craint un moment des pénuries de nourriture, de railler les grands mots tels que la « start-up Nation ». Ce serait oublier que le secteur numérique, dans une certaine mesure, a aussi joué un rôle positif durant les pires moments de la crise.

S’il est donc nécessaire de trier le bon grain de l’ivraie, c’est-à-dire de savoir discerner l’important de l’accessoire sans céder à la facilité du « il faut être absolument moderne » de Rimbaud, il faut insister ici sur le rôle spécifique des services essentiels, publics et privés, face à la crise.

En ce qui concerne les services publics, rien de nouveau dirait-on dans un pays qui a inventé la notion de même de service public, qui consacre une part sans équivalent de son PIB et de ses impôts à leur financement, dont le taux d’emploi public par habitant est si élevé etc. La France n’est pas les États-Unis, lesquels ont du mal - hormis les forces militaires au rôle reconnu - à valoriser, à tous les sens du terme, l’action publique. La crise des « gilets jaunes », donnant un visage aux analyse de Christophe Guilluy, a rappelé l’importance des services publics pour les territoires. Le Président de la République a souligné le rôle essentiel joué par les forces de sécurité (gendarmerie, armée de terre) dans la gestion de la crise. Tout ceci est fort bien…sauf que chacun comprend qu’en fait de services publics, la gestion à la petite semaine du « toujours plus d’argent » a conduit à trop longtemps différer des modernisations et des choix de périmètre de l’action publique désormais cruciaux. L’exemple de l’hôpital, tant abîmé par les 35 heures et l’absence de recherche de performance, l’illustre. Et que dire de l’armée, conduite à intervenir très au-delà de ce que son contrat opérationnel – et donc ses moyens – prévoit ? Si les services publics ont globalement tenu, il est urgent d’enfin se donner les moyens de les moderniser sauf à faire face à des ruptures majeures lors de la prochaine crise.

A côté des services publics, il faut également souligner le rôle majeur joué par les services essentiels à caractère privé. Durant toute cette crise, les français n’ont ainsi pas été confrontés à des coupures d’électricité ou des rationnements d’eau courante. Or ceci n’était ni évident, ni, c’est le plus important, forcément pérenne. Il n’était nullement acquis que les entreprises concernées dans l’électricité (EDF) ou dans l’eau (Véolia, Suez) assurent telles qu’elles l’ont fait, la satisfaction continue des besoins des français : elles se sont puissamment mobilisées, ont dû se réorganiser dans l’urgence, et, pour beaucoup de leurs salariés, à l’image du personnel hospitalier, faire preuve d’un fort engagement personnel. Si ces entreprises ont tenu, au service des français, il serait là encore illusoire, alors que des moyens considérables de relance économique sont en discussion, que la qualité des services qu’elles assurent puissent être maintenue et les ambitieux objectifs environnementaux atteints, sans qu’un effort puissant d’investissement au service de leur modernisation soit consenti. Les dirigeants des deux principales entreprises de service à l’environnement évaluaient d’ailleurs récemment à 27 milliards d’euros les investissement supplémentaires nécessaires d’ici à 2025. Si un tel chiffre mérite sans doute d’être analysé et discuté, il atteste de l’ampleur des efforts à fournir. Il doit d’ailleurs être mis en perspective avec d’autres données parlantes parmi lesquelles l’état de la gestion de l’eau : le France réutilise seulement 0,8% de ses eaux usées, contre 8% en Italie et 14% en Espagne !

En définitive, se féliciter de la résilience des services essentiels, publics et privés, ne doit être l’arbre qui cache la forêt. Cette résilience a été conquise souvent de haute lutte. Surtout, elle n’a été possible et ne le restaura qu’au prix d’un investissement soutenu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 17/07/2020 - 18:14
Ouais
Bon...on ne nous a pas expliqué, heureusement, qu'il fallait mettre en place une industrie du masque car, principe de précaution aidant , et pour peu que tombe une météorite, il faudra envoyer en prison celui qui n'a pas prévu des casques sachant que les allemands ont une longueur d'avance puisqu' étant à pointes, ils dévient le caillou !
Oui OK , mais ...y a pas eu un mot pour ceux qui nourrissent la population qui produisent, qui transportent....car le service public ? de l'éducation nationale par exemple ? Il s'est surpassé: 97% de succès au bac !!! et puis surtout sa production est insensible à la crise puisque .....elle est calculée sur la valeur des salaires qui continuent à être versés! Imaginons! 100% de fonctionnaires: le PIB n'aurait pas baissé et même augmenté comme c'était le cas en URSS ! Etonnant que Melenchon n'ait pas déjà célébré la supériorité du modèle cubain dans la lutte contre le Covid...