En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 16 heures 34 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 18 heures 26 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 20 heures 15 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 20 heures 49 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 21 heures 9 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 21 heures 24 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 22 heures 2 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 23 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 13 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 16 heures 24 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 18 heures 21 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 20 heures 58 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 22 heures 50 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 15 heures
© DOMINIQUE FAGET / AFP
opération serval militaires Mali Sahel Jean-Yves Le Drian
© DOMINIQUE FAGET / AFP
opération serval militaires Mali Sahel Jean-Yves Le Drian
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

Victoires militaires versus défaites politiques ?

Publié le 16 juillet 2020
Ultime volet d'une série de quatre articles sur la situation au Sahel et sur le rôle que joue la France dans le conflit.
Emmanuel Dupuy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ultime volet d'une série de quatre articles sur la situation au Sahel et sur le rôle que joue la France dans le conflit.

Les forces françaises engrangent d’indéniables succès sur le point cinétique. En témoigne la récente mise hors d’état de nuire de plusieurs chefs de katibas. Le dernier en date, en la personne du chef « historique » d’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, dans l’Adrar des Ifoghas, ou encore l’arrestation d’un des chefs de l’Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS), Mohamed el Mrabat, le 19 mai dernier, dans la région dite des trois frontières (Mali, Niger, Burkina-Faso).

C’est, du reste, l’Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS) qui a prêté allégeance à Daesh en mai 2015, sous l’égide d’Adnane Abou Walid al-Sahraoui que le Mouvement pour le Salut de l’Awazad (MSA) et les forces de l’opération Barkhane combattent ensemble, dans la zone d’Indelimane, précisément où l’accident de novembre dernier entre les deux hélicoptères français a couté la vie aux 13 militaires français. C’est d’ailleurs, à proximité, que les forces maliennes ont subi une attaque particulièrement meurtrière, ayant couté la vie à 53 militaires maliens, il y a quelques mois. 

Les soldats tchadiens devaient arriver depuis, précédemment dans la zone où l’accident de novembre dernier s’est produit. Ces derniers sont toujours attendus, alors que le Président tchadien, Idriss Deby Itno, avait déclaré, il y quelques mois que les troupes tchadiennes n’avait pas vocation à intervenir ailleurs qu’au Tchad ! Il est vrai, que désormais auréolé de sa dignité de Maréchal, ce dernier avait pris directement le commandement de l’opération « colère de Bohoma » qui semble avoir éradiqué, en six jours, la menace que Boko Haram faisait peser sur la région du lac Tchad.

Il n’en demeure pas moins évident, de ce point de vue, que la lutte anti-terroriste qui s’engage implique autant une approche cinétique qu’une « approche globale », dont la finalité reste avant tout politique.

Par ailleurs, désormais, les exécutions extra-judiciaires commises par les forces armées maliennes, nigériennes, tchadiennes, régulièrement dénoncées par l’ONU et les ONG, telles que Human Rights Watch (HRW) font peser une indéniable opprobre sur les troupes étrangères agissant au Sahel, en premier lieu desquels, les soldats français. L’on évoque, désormais, près de 250 civils tués par les forces armées maliennes reconstituées (FAMAR), les forces de sécurité nigériennes (FDS), les forces nationales de sécurité et l’Armée nationale tchadienne (ANT) ou encore les milices supplétives armés par Bamako et Niamey. Human Rights Watch va jusqu’à qualifier ces exactions commises sur les civils par les forces sensées les protéger de potentiels « crimes de guerre ».

Indiscutablement, ces exactions constituent un fertile terreau favorable à la mobilisation d’une jeunesse désœuvrée et laissée à l’abandon par un état défaillant volontairement ou contraint, au profit de l’aventurisme guerrier proposé par les groupes armés terroristes et organisations narco-criminelles.

Sommes-nous en guerre contre le même ennemi ?

On le comprend ainsi aisément, la France et le Mali ont aussi une divergence fondamentale quant à la désignation des adversaires, ou du moins dans la hiérarchie des menaces. Il est de notoriété publique, que la France a fortement appuyé l’élaboration et mise en application de l’Accord d’Alger, conclu en mai 2015, avec les mouvements touaregs et qui devait engager « théoriquement » un processus de réconciliation nationale. Or, de ce point de vue, la situation qui prévaut à Kidal, où les autorités maliennes ne sont toujours pas « bienvenues » symbolise toute l’ambiguïté de la situation.

Cette « exception » toujours motivée par une velléité d’autonomie politique et institutionnelle touaregue, a pu, en effet, motiver un sentiment d’incompréhension croissant contre les troupes étrangères, onusiennes et françaises, qui elles y sont installées. 

Du reste, les autorités maliennes nous interrogent constamment quant aux amitiés anciennes entre les militaires de l’Opération Serval puis Barkhane avec plusieurs mouvements touaregs, qui ne sont pas forcèrent seulement ceux avec lesquels Bamako collabore également, à l’instar du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA), né de la scission du MNLA en plusieurs succursales en septembre 2016, et qui, contrairement au Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA), travaille, main dans la main, à travers des patrouilles mixtes, tant avec les forces maliennes que françaises.

Certains, à Bamako, mettent désormais aussi en garde contre un sentiment anti-français inquiétant car il implique autant la rue que l’Establishment. En témoigne une lettre particulièrement violente du chanteur Salif Keïta, qui fait figure de héros national, dénonçant l’intervention française.

Ce sentiment semble, du reste, dynamisé par un islam politique qui fourbit ses armes, en vue des prochaines échéances électorales, à l’instar du Haut Conseil islamique malien (HCIM) sous l’égide de l’imam Mahmoud Dicko, fortement inspiré par ses années de formation passées en Arabie Saoudite. C’est, ce dernier, qui prônait, du reste, dès 2012, un dialogue avec les leaders de l’insurrection islamiste, à l’instar d’Iyad Ag Ghali, qui est désormais à la tête du Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM, né en mars 2017 du regroupement des organisations proches d’Al Qaeda : Ansar Dine, MUJAO, AQMI, Al Mourabitoune).

Les récentes manifestations dans les rues de Bamako, le 5 juin dernier, à l’appel de la coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS) et dont la demande de destitution du président IBK et de dissolution de l’Assemblée nationale, mal élue, à l’occasion des dernières élections législatives du 29 mars et 19 avril dernier, témoignent d’un nouveau front « politique » qui risque de gagner d’autres pays.

Certains activistes burkinabais rêvent ainsi de s’inspirer de la réussite du mouvement du 5 juin - Rassemblement des forces patriotiques - RFP, qui rend, désormais plausible l’idée d’un gouvernement de transition, suite à la demande réclamée par les très nombreux Maliens descendus dans la rue, de la démission de l’actuel président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), réélu en août 2018.

La prochaine manifestation prévue le 10 juillet prochain risque d’être déterminante pour la stabilisation au Mali et au-delà…

A lire aussi : De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

A lire aussi : La France peut-elle faire face seule ou en coordination avec nos partenaires et alliés ?

A lire aussi : Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 16/07/2020 - 20:10
Un bon terrain d'entraînement.
Pour un maintien à niveau de nos forces d'intervention. Plus efficace que de crapahuter dans le Larzac avec des tirs à blanc. Après, savoir contre quoi on envoie la mitraille.....
assougoudrel
- 16/07/2020 - 15:03
La France n'est même pas capable de
désarmer la vermine des banlieues, mais elle joue au shérif à l'extérieur et le contribuable paie.