En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 12 heures 10 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 14 heures 35 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 15 heures 44 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 16 heures 54 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 20 heures 51 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 21 heures 9 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 21 heures 34 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 12 heures 16 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 13 heures 23 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 15 heures 8 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 16 heures 29 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 17 heures
© Aris MESSINIS / AFP 000_1AI5WO
© Aris MESSINIS / AFP 000_1AI5WO
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

Publié le 14 juillet 2020
L'Europe vient de céder près d'un demi-milliard d'euros supplémentaire aux 6 milliards déjà alloués en Turquie pour soutenir les réfugiés syriens qui y sont cantonnés, aux portes de notre continent. Problème, cette manne était originellement prévue en cas de crise agricole...
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Europe vient de céder près d'un demi-milliard d'euros supplémentaire aux 6 milliards déjà alloués en Turquie pour soutenir les réfugiés syriens qui y sont cantonnés, aux portes de notre continent. Problème, cette manne était originellement prévue en cas de crise agricole...

On le sait, l'Europe se dote de missions supplémentaires sans pour autant s'en donner les moyens. Là où l'agriculture était l'une des seules politiques communes aux Etats-membres avec la cohésion des territoires, viennent s'ajouter la défense européenne, et les migrations. Or, l'enveloppe globale n'augmente pas, les pays-membres refusant de contribuer davantage, qui plus est dans un contexte compliqué par la mise en application du Brexit. Néanmoins, le vote du budget est transparent, et une fois les arbitrages décidés pour le financement des différentes missions que s'attribue l'Europe, tout est clair.

Sur les 485 millions d'euros alloués de soutien humanitaire des réfugiés syriens en Turquie, 465 étaient prévus pour l'agriculture européenne 

Pourtant, tout récemment, ce vendredi 10 juillet 2020, dans le cadre du "projet de budget rectificatif numéro 5", l'Europe a décidé d'allouer 585 millions d'euros supplémentaires pour l'aide humanitaire apportée aux réfugiés syriens, d'une part en Jordanie et au Liban (100 millions d'euros), d'autre part en Turquie (485 millions d'euros). Ces fonds viennent s'ajouter à un budget déjà conséquent en la matière, de 6 milliards d'euros.

On connait le choix stratégique fait par l'Europe de gérer la crise migratoire le plus possible à ses portes, mais aussi les difficultés de communication rencontrées avec la Turquie et son Président Erdogan. N'étant pas un spécialiste de cette question, je me garderai bien de la commenter davantage.

Pour autant, il faut noter un aspect précis : d'où vient l'argent. Si les 100 millions qui vont aller en Jordanie et au Liban sont bien issus d'une ligne budgétaire affectée à l'engagement européen envers le reste du monde, il n'en est pas de même de l'enveloppe prévue pour la Turquie. Pour être précis, 465 des 485 millions d'euros étaient à l'origine prévus pour les agriculteurs européens !

Des questions essentielles 

L'argument selon lequel le budget agricole n'est pas affecté est pourtant vrai, mais fallacieux. Certes, l'enveloppe d'où ont été tirés ces millions d'euros n'est pas celle des paiements directs, qui ne seront donc pas amputés pour ce choix stratégique. Mais il s'agit de celle dans laquelle on pioche en cas de crise agricole ! En d'autres termes, si un secteur doit souffrir particulièrement prochainement, il ne pourra être possible de le secourir au niveau européen car ces euros là auront été utilisés pour maintenir les migrants syriens en Turquie.

Cela pose tout de même plusieurs questions. Sur la politique migratoire externalisée de l'Europe d'abord : encore une fois, je ne suis pas un spécialiste de la question, mais pourquoi a-t-il fallu cette rallonge, visiblement dans l'urgence, puisque pas programmée au budget ? Existerait-il un risque fort d'une nouvelle crise migratoire en Europe ? Sur la considération de l'Europe vis-à-vis de son agriculture ensuite : déjà souvent considérée comme une variable d'ajustement lors des tractations sur les accords de libre-échange, elle semble l'être également dès lors qu'un besoin financier se fait sentir. Enfin, sur le fonctionnement des fonds prévus pour gérer les crises agricoles : la viticulture va mal depuis la fermeture du marché américain, que fait-on ? Et comment réagir si demain une autre filière se heurte à des déboires imprévus... Ce qui, somme toute, reste quelque part le propre du risque en agriculture !

Un vote rectificatif porté par l'Allemagne 

Politiquement, le lièvre a été levé par les députés européens français du groupe PPE. Un communiqué, co-signé par Anne Sander (membre de la commission de l'agriculture au Parlement européen) et François-Xavier Bellamy (président de la délégation française du groupe PPE), dit en substance ceci : « En pleine crise du Coronavirus, les secteurs agricoles, en particulier le secteur viticole, ont été particulièrement affectés par la fermeture des marchés à l’exportation et la baisse de la consommation hors foyer. Ils ont réclamé en vain une réponse à la hauteur de la crise, et de pouvoir bénéficier d’une aide européenne exceptionnelle. Il s’agissait d’un véritable appel de détresse pour compenser l’effondrement des prix et rééquilibrer le marché unique. La Commission européenne a refusé d’y répondre positivement, justifiant cette décision par le manque de fonds disponibles dans le budget de la Pac, et plongeant de facto de nombreux producteurs déjà fragilisés dans une situation critique. Aujourd’hui, la même Commission mobilise des fonds issus très largement des marges du budget agricole pour 2020 pour couvrir l'aide humanitaire d'urgence aux réfugiés en Turquie ; elle se justifie en expliquant que la « technique budgétaire » ne permettrait pas de dégager de l'argent, pourtant issu des fonds agricoles, pour l’agriculture... Ce n’est pas sérieux. L’exécutif européen commet une faute politique grave. Rappelons que plus de 6 milliards d'euros ont déjà été versés pour financer l'aide humanitaire auprès des réfugiés en Turquie. Cohérents avec nos engagements de toujours envers nos agriculteurs et viticulteurs, il nous était simplement impossible de voter pour une telle décision, et nous assumons notre décision contre la ligne de notre Groupe politique. Nous regrettons d’ailleurs le positionnement de la délégation Renaissance qui n’a pas hésité à soutenir ce texte. Choyé dans les beaux discours à Paris et abandonné à Bruxelles, le monde agricole appréciera... »

Pour autant, la rectification budgétaire a finalement été adoptée à une immense majorité : 557 voix pour, 72 contre et 59 abstentions. L'Allemagne, notamment, a pesé de tout son poids pour qu'une solution soit donnée au problème migratoire, essentiel à ses yeux. Elle n'a peut-être pas tort. Mais il va falloir réfléchir, et très vite, à d'autres solutions que celle consistant à pomper l'argent des agriculteurs pour soutenir des missions de ce type, aussi utiles soient-elles...

Cet article a été initialement publié sur le site de WikiAgri, cliquez ici
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 14/07/2020 - 16:47
L'UE essaie de colmater les fissures d'un
barrage avec du plâtre. Quand ça pétera, la vallée Europe sera submergés par un flot de musulmans. Quand ça pétera?