En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 4 heures 37 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 12 heures 8 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 4 heures 25 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 heures 25 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 7 heures 13 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 10 heures 33 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 11 heures 11 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 11 heures 40 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 12 heures 47 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 13 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 13 heures 50 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

Publié le 12 juillet 2020
Saveria Rojek publie "Impitoyable : Mairie de Paris : la folle campagne qui a changé la politique" aux éditions Stock. Jamais, dans l’histoire politique française, on n’aura vécu une campagne municipale aussi folle, aussi chaotique, aussi violente que cette bataille pour la Mairie de Paris. Extrait 2/2.
Saveria Rojek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir travaillé plusieurs années à la rédaction de Paris Match, comme journaliste chez M6, puis à la rédaction d’Europe 1, Savéria Rojek rejoint Public Sénat en septembre 2007. Elle y présente les journaux ainsi que différentes émissions comme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Saveria Rojek publie "Impitoyable : Mairie de Paris : la folle campagne qui a changé la politique" aux éditions Stock. Jamais, dans l’histoire politique française, on n’aura vécu une campagne municipale aussi folle, aussi chaotique, aussi violente que cette bataille pour la Mairie de Paris. Extrait 2/2.

Emmanuel Macron est furieux. Il traverse Paris en voiture et, partout, des grappes de badauds s’agglutinent sous le soleil fragile de mars. D’autant qu’au téléphone, les nouvelles ne sont pas rassurantes : « Ça arrive fort dans les services hospitaliers. » Le fils de médecins qu’il est croit en la science. Le Président a beau avoir appelé à « limiter les déplacements au strict nécessaire », les Français continuent de se masser dans les parcs et les rues pour profiter du printemps naissant.

En ce samedi 14 mars, le soleil inonde la capitale. Dans l’air flotte certes un vent d’anxiété face à ce virus qui, dit-on sur les plateaux télé, s’apprête à envahir le pays. L’avant-veille, le chef de l’État a annoncé la fermeture des écoles et conseillé à la population de rester chez elle, mais aucune mesure d’interdiction formelle n’a été émise, et puis les élections sont maintenues le lendemain… l’heure est encore à l’insouciance. Même insouciance, même légèreté, même printemps naissant, avant que ne s’abatte, sur l’Oran des années 1940, la peste de Camus. Troublante similarité. Bientôt viendront la solitude, la peur, la détresse des soignants, les applaudissements de 20 heures et les enterrements sans communion. Quelle ironie, ces soignants qui depuis des mois appellent à l’aide et à qui l’on objecte les contraintes budgétaires, il leur incombe désormais de sauver la patrie en danger.

Pourtant, à l’Élysée, à Matignon, l’angoisse se propage, la gravité envahit les visages. Dans la matinée, les experts du conseil scientifique ont demandé le passage au stade 3, l’épidémie progresse, les services de réanimation commencent à être submergés. Décision est prise de fermer les bars et les restaurants le soir même. Édouard Philippe l’annonce en direct à 19 heures. Pour les Français, c’est une déflagration. Pour la classe politique, l’occasion de se prêter encore quelques heures au jeu politicien.

Toute la journée, Emmanuel Macron est assailli de messages : on le presse de reporter les municipales. Mais une telle décision serait une folie institutionnelle à quelques heures de l’ouverture du scrutin outre-mer. François Bayrou, dont la parole est toujours écoutée attentivement par le Président, tente de le convaincre : comment demander aux Français de rester chez eux, fermer les bars et restaurants, tout en leur imposant de se rendre aux urnes ? Certains menacent : « Ce serait un coup d’État », lance un Christian Jacob, infecté depuis par le virus. Ils seront nombreux en politique à être contaminés, des ministres, des députés, des maires. Et nombreux à payer de leur vie, dont le flamboyant Patrick Devedjian. En attendant, les rumeurs enflent, les constitutionnalistes réfléchissent à tout-va : et pourquoi pas l’article 16 qui octroie les pleins pouvoirs au chef de l’État ? Mais c’est précisément pour éviter tout procès en autoritarisme que cette option a été écartée dès le jeudi soir. Ce jour-là, Emmanuel Macron a longuement parlé avec Laurent Fabius, le président du Conseil constitutionnel. « Un questionnement sur l’usage de l’article 16 », lâche un proche du chef de l’État. Preuve que ce dernier a bien pensé à appliquer cet article de notre Constitution qui octroie les pleins pouvoirs au Président de la République. Certains membres du gouvernement s’attendent eux à un Conseil des ministres extraordinaire avant minuit.

Il est trop tard. « Ils se sont mis dans une nasse. La classe politique leur serait tombée dessus », lâche Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d’Anne Hidalgo. Toute la journée de samedi, l’équipe municipale pense que le report du premier tour va être annoncé. À 19 heures, après les déclarations d’un Édouard Philippe le visage plus fermé que jamais, le doute n’est plus permis : les élections auront lieu. « Je ne voulais pas que le pays pense qu’il y avait une manipulation, que les gens puissent se dire que j’avais trouvé là un prétexte pour ne pas les organiser.

Quand la défiance s’installe, elle est irrémédiable », confiera Emmanuel Macron quelques semaines plus tard au journal Le Point. Tragique absurdité alors que le pays bascule en quelques heures dans la brutalité crue de la maladie et que chaque soirée est désormais rythmée par la litanie des morts égrenée par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

La crise du coronavirus a bouleversé ces derniers jours de campagne. Anne Hidalgo, avec le calme et le sang-froid qui la caractérisent, en sourit : « Je suis latine, c’est difficile pour moi de ne pas embrasser, de ne pas prendre les gens dans mes bras. Votez en pensant à vos enfants », lâche la candidate en ces dernières heures de compétition.

Au même moment, de l’autre côté de la Seine, Olivier Véran, stylo à la main, hésite un infime instant. Dans sa tête, ces couples qui vont devoir annuler leurs mariages, ces familles séparées, la France des restaurants à qui on demande de baisser définitivement le rideau de fer. Finalement, le ministre de la Santé appose sa signature au bas des neuf articles de l’arrêté qui fige la vie du pays : dès ce soir minuit, sur tout le territoire, les commerces, les cafés, les musées, tous doivent fermer. Une des décisions « les plus compliquées » qu’il aura eu à prendre », confiera le ministre.

Le dimanche, les Français – peu nombreux – se rendent aux urnes. On ne s’approche pas les uns des autres, on s’asperge de gel hydroalcoolique. Drôle de journée électorale. Les QG, d’ordinaire pris d’assaut, sont vides, les médias tenus à bonne distance à l’extérieur. Le pays a déjà basculé. « Faites attention, c’est un très sale truc ce virus », alerte au téléphone Philippe Grangeon, le conseiller du chef de l’État. En ce dimanche 15 mars, l’heure n’est plus aux considérations politiques d’une campagne électorale.

Dans le 5e arrondissement, la candidate de la majorité va voter. Acte manqué, Agnès Buzyn oublie ses papiers d’identité, ce qui l’empêche de glisser son bulletin dans l’urne. Vite, l’équipe court récupérer les papiers pendant que la candidate patiente devant le bureau de vote. Pense-t-elle alors aux dernières municipales, où elle avait voté… pour Anne Hidalgo ! Le lendemain, elle confiera au Monde avoir vécu ces derniers jours de manière « dissociée ».

Après avoir voté au Touquet, les Macron rentrent à Paris. Et alors que le Président reprend les réunions rythmées par les alertes sanitaires, Brigitte Macron fait quelques pas sur les quais de Seine. Elle en revient effrayée de l’affluence sous ce premier soleil de mars. Les Français n’ont pas compris, ou bien le gouvernement n’a pas été assez clair. Même consternation pour Olivier Véran qui arrive de Grenoble : « J’ai vu aujourd’hui des grands-parents joyeux avec leurs petits-enfants, des belles images, il fait beau, mais le virus est invisible. » Albert Camus décrivait déjà ceux espérant « toujours que l’épidémie allait s’arrêter. En conséquence, ils ne se sentaient encore obligés à rien ». Pourtant d’ici quelques jours, des milliards d’êtres humains, la moitié de la planète, vont se retrouver enfermés. Une peur archaïque, ancestrale, qui ressuscite partout les mêmes déserts. Partout la stupeur et l’anxiété, partout la tragédie et les deuils.

A lire aussi : Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris 

Extrait du livre de Saveria Rojek, "Impitoyable : Mairie de Paris : la folle campagne qui a changé la politique", publié aux éditions Stock 

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires