En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 9 heures 27 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 10 heures 16 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 11 heures 17 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 12 heures 46 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 19 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 heures 26 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 9 heures 51 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 10 heures 48 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 11 heures 53 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 16 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 20 heures 5 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 20 heures 48 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 21 heures 3 min
© ATTA KENARE / AFP
Etats-Unis Iran Chine
© ATTA KENARE / AFP
Etats-Unis Iran Chine
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

Publié le 12 juillet 2020
La "politique iranienne" de Donald Trump, qui visait à affaiblir la Chine et l'Iran, a abouti à l'effet inverse. Les tensions ont été ravivées avec le régime iranien et cela a ouvert la voie à la plus dangereuse concurrente des Etats-Unis, la Chine.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "politique iranienne" de Donald Trump, qui visait à affaiblir la Chine et l'Iran, a abouti à l'effet inverse. Les tensions ont été ravivées avec le régime iranien et cela a ouvert la voie à la plus dangereuse concurrente des Etats-Unis, la Chine.

Nombreux sont les analystes qui se plaisent à souligner que les stratégies de partenariat économique apaisent bien davantage les mœurs entre ennemis d'hier et créent des liens plus stables que n'importe quel traité de paix... Et de citer en exemple les échanges économiques de 77 milliards de dollars qui, aujourd'hui, s'effectuent chaque année entre les Etats-Unis et le Vietnam, hier adversaires lors d'un conflit sanglant entre 1965 et 1973.

Malheureusement, l'histoire ne semble pas vouloir se répéter avec l'Iran. La responsabilité en revient à la « politique iranienne » de Donald Trump, qui avait pour ambition au début de son mandat d'affaiblir la Chine et l'Iran. Cette stratégie démontre mieux qu'aucune autre ses graves lacunes en matière d'anticipation et de sens politique, puisqu'elle a obtenu l'effet inverse : elle a radicalisé davantage le régime iranien, et ouvert la voie à la plus dangereuse concurrente des Etats-Unis, la Chine.

Dans l'esprit de son principal architecte, Barack Obama, l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015 devait permettre à l'Iran de réintégrer la communauté internationale, et ce faisant, contribuer à l'essor d'une démocratie plus juste et apaisée à Téhéran.

La décision de son successeur de retirer son pays du JCPoA en mai 2018, dans le but non seulement de faire tomber la République islamique en asphyxiant l'économie iranienne, mais aussi de renégocier un « meilleur accord » plus en faveur des intérêts américains, s'est soldée par un double échec. Le régime dirigé par Ali Khamenei est toujours debout, et celui-ci s'est détourné des Occidentaux. Car, face au retrait américain et à l'absence de réaction efficace et rapide de la part de ses partenaires européens, l'Iran semble avoir définitivement fait son choix, et son regard se tourne désormais vers l'Est.

Ces dernières semaines, plusieurs rumeurs ont agité les réseaux sociaux iraniens sur le contenu du fameux accord de coopération stratégique entre la Chine et l'Iran, dont la négociation a couru sur près d'une année, et qui devrait lier les deux pays sur le plan économique et militaire pendant 25 ans. Les conservateurs, notamment par la voix de l'ancien président Mahmoud Ahmadinedjad, ont vivement critiqué un accord présenté comme « secret » et susceptible de brader les intérêts iraniens à une puissance étrangère « sans prendre en compte l'avis de la nation à cet égard ». Lors de la première séance, particulièrement agitée, du nouveau Parlement iranien dominé par les conservateurs, le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dû infirmer ces fausses informations et garantir que la nation connaîtrait les détails de l'accord dès sa signature.

Car, en dépit des critiques des conservateurs, qui semblent refuser tout accord de coopération avec l'étranger, qu'il vienne de l'ouest ou de l'est, le président réformateur Hassan Rohani a tout de même une mission : sortir l'Iran de la terrible situation économique dans laquelle il se trouve et négocier de nouveaux partenariats pour contourner les sanctions américaines. Or, force est de constater que seule la Chine semble avoir fourni une solution à la hauteur des enjeux. Les contours du Lion-Dragon deal entre l'Iran et la Chine, déjà en partie publics, démontrent effectivement l'ampleur du lien qui unira les deux pays pendant un quart de siècle.

Sur le plan énergétique, la Chine, déjà principale cliente des hydrocarbures iraniennes, pourra obtenir pétrole et gaz à un tarif préférentiel – près d'un tiers moins cher – payable en monnaies faibles. En contrepartie, Pékin s'engage à investir près de 228 milliards de dollars en Iran sur les vingt-cinq prochaines années, les cinq premières années devant cumuler l'essentiel de ces apports. Des projets de constructions d'usines chinoises en territoire iranien, mais surtout d'infrastructures de transport, notamment « vertes » (une liaison ferroviaire électrifiée de 900 kilomètres est ainsi prévue entre Téhéran et Mashad, ainsi qu'un train à grande vitesse entre Téhéran, Qom et Ispahan), doivent faire de l'Iran un point stratégique et centrale des Nouvelles routes de la Soie, en reliant le Xinjiang à l'Asie centrale, puis la Turquie et in fine l'Europe, afin de faire circuler plus facilement les produits chinois vers le marché européen. Tous domaines confondus, les investissements chinois se chiffreraient à la somme colossale de 400 milliards de dollars.

Sur le plan géopolitique, le rapprochement avec l'Iran ouvre les portes de l'Irak à la Chine, autre territoire où elle pourra potentiellement remplir le vide laissé béant par les Américains. Plus important enfin, l'accord pose les termes d'un triumvirat militaire, essentiellement aérien et naval, entre l'Iran, la Chine mais également la Russie, ce qui aura nécessairement des implications sur l'équilibre des forces en présence au Moyen-Orient. En cas de signature de l'accord, d'ici début novembre, les bombardiers et avions de chasse sino-russes bénéficieront d'un accès total aux bases aériennes iraniennes, tandis que leurs navires pourront user librement des ports de Chabahar, Bandar-e-Bushehr et Bandar Abbas, développés par des compagnies chinoises. Chine et Russie fourniront également à l'Iran leurs meilleures compétences et matériels en matière de guerre électronique, un domaine où l'armée iranienne est déjà particulièrement aguerrie.

Ironiquement, c'est Zhang Jun, représentant permanent de la Chine aux Nations Unies, qui a le mieux résumé les intentions de l'Iran et ses espoirs avec la signature de cet accord : contourner les sanctions économiques américaines et redresser son économie au bord de la faillite. C'est donc bien l'abandon américain qui a permis à l'Iran de tomber dans l'escarcelle chinoise... Ce rapprochement géostratégique avec Téhéran bénéficie pleinement à la Chine, car en servant les intérêts de sa Belt and Road Initiative, elle acte et aggrave le recul stratégique américain en Asie centrale et au Moyen-Orient.

Mais les intérêts de l'Iran sont également multiples. Outre la promesse d'un redressement et d'un développement économique, celui-ci voit son poids diplomatique renforcé face aux Américains et aux Européens en se trouvant lié plus étroitement à deux membres permanents du Conseil de Sécurité. Bénéficier du soutien tactique et militaire de la Chine et de la Russie lui garantit également une meilleure capacité de riposte en cas d'attaques israéliennes ou américaines, sujets particulièrement prégnants dans le contexte actuel.

La question se pose néanmoins de savoir si ce pari sera gagnant pour l'avenir de l'Iran. La polémique autour de la signature de l'accord, qui a rappelé les fortes tensions internes à la République islamique entre réformistes et conservateurs sur le choix de la stratégie géoéconomique la plus pertinente, traduit le caractère clivant de la solution chinoise. Reste à espérer, a minima, que les déceptions de l'accord de Vienne ne se répèteront pas avec ce Lion-Dragon deal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 15/07/2020 - 15:55
ma chère andouille
Louis XI un de nos plus grands rois, contre lui le duché de Bourgogne (+ franche-comté et Benelux) représentait un ensemble, démographiquement , économiquement, militairement comparable à ce qu'était l'Angleterre au début de la guerre de cent ans, n'aurait il pas été là, à peine la guerre de cent ans finie que la France serait repartie pour un tour ...
Au final son règne aura été l'un des plus bénéfiques, tant du point de vue de la sécurité que de l'agrandissement du royaume que de la condition du peuple, mais cela aura eu un prix : pour piéger ses adversaires Louis XI se sera fait passer pour un imbécile qu'il n'était pas, tout l'inverse d'un François Ier ("roi chevalier") ou d'un Louis XIV ("roi soleil") aux egos démesurés et aux résultats catastrophiques (guerres ruineuses et vaines, envolées des impôts pour les petites gens, de telle sorte qu'ils étaient nombreux à ne même plus pouvoir se nourrir : famines dévastatrices).
Mais vu du gloubi-boulga qui te tient lieu de culture historique ...
Ta dent contre l'Iran c'est parce que tu as vu BHL dire chez Ruquier que les Perses se sont rebaptisés Iraniens par référence aux Aryens du IIIème Reich ? LOL ...
evgueniesokolof
- 15/07/2020 - 13:37
C'est vrai que pour Commynes, j'avais confondu Philippe Le Bel
c'est à dire celui qui fait brûler les Templiers et Louis XI dont le verger a été vanté dans une chanson de Brassens....On comprend l'attirance de Phiphi pour la mollahs lapidateurs, égorgeurs et coupant les têtes comme les rondelles de saucisson hallal car à la viande de Koufar! Pauvre Evguenie Sokolof: un pet à la mosquée et c'est la crucifixion....
Manifestement, vu l'époque, tu devais retrouver Torquemada pendant tes vacances pour une "saussage party" avec des vrais juifs....
Bon, je pense que tu vas changer de pseudo: Goofie ? ça te plairait ?
evgueniesokolof
- 15/07/2020 - 11:03
Ben dis don....
Mon Phiphi, j'en suis impressionné parce qu'on sent que t'es un mec qui connait l'histoire...A côté de toi, Decaux ..enfin je veux dire que, dans ce que tu racontais, il en connaissait même pas le titre ! Et je suis sûr que tu connais la biographie d tous les chats du Roi Dagobert, chapeau!!!!
Ah....Evguenie Sokolof !? Si tu ne passais pas ton temps à astiquer la cote de maille de Godefroy de Montmirail, tu saurais que c'est le nom d'un romain de Gainsbourg qui en a fait aussi une chanson , disons..... venteuse. Gainsbourg, un mec qu'avait du talent , né 2374 ans après Phiphi de Commynes mais qui jouait à touche pipi avec Isabeau d Bavière...
Le reste de tes réflexions , propose les à Noz !