En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 9 heures 9 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 9 heures 58 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 10 heures 59 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 12 heures 28 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 16 heures 20 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 19 heures 25 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 heures 8 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 9 heures 33 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 10 heures 30 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 11 heures 35 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 12 heures 51 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 15 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 20 heures 30 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 20 heures 45 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
violences policières manifestations Adama Traoré
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
violences policières manifestations Adama Traoré
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

Publié le 12 juillet 2020
Après le confinement lié à la crise du coronavirus et suite à de nombreux drames, une "guerre des victimes" semble s'être installée en France. Est-il possible de mesurer quelle est la part de ceux qui se retrouvent plutôt dans la dénonciation des violences policières, ceux qui dénoncent les nominations de ministres ou bien encore ceux qui restent silencieux ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le confinement lié à la crise du coronavirus et suite à de nombreux drames, une "guerre des victimes" semble s'être installée en France. Est-il possible de mesurer quelle est la part de ceux qui se retrouvent plutôt dans la dénonciation des violences policières, ceux qui dénoncent les nominations de ministres ou bien encore ceux qui restent silencieux ?

Alors que les drames se multiplient ces dernières semaines, est-il possible de mesurer quelle est la part de ceux qui se retrouvent plutôt dans la dénonciation des violences policières (dans la mouvance Traoré) et dans la dénonciation de Darmanin et Dupond-Moretti (à travers la manifestation « Nous toutes » sur le parvis de l’Hôtel de ville), la part de ceux qui insistent sur l’origine des délinquants comme à Dijon ou des agresseurs de Bayonne ainsi que pour le tueur de la femme gendarme et la part de ceux qui restent silencieux ?

Chloé Morin : Selon l'Ifop, ceux qui ressentent véritablement de "l'hostilité" face aux policiers sont une petite minorité - 7%, un chiffre globalement stable depuis plusieurs années, même si nous avons connu un pic à 10% au moment des manifestations contre la réforme des retraites. Mais ceux qui considèrent que les dérapages racistes ou les violences dans la Police sont insupportables sont beaucoup plus nombreux. De la même manière, ceux qui associent délinquance et immigration, ou insécurité et Islam, sont une minorité. Mais la part de Français qui considèrent aujourd'hui que l'intégration ne fonctionne plus et engendre un certain nombre de problèmes sociaux - qui se concentrent souvent dans quelques cités - est bien plus grande.

Au fond, chacun des défis auxquels la France est confrontée - intégration, sécurité, panne de l'ascenseur social... -, et chacune de nos grandes interrogations collectives sont comme confisquées par de petites minorités, qui se les approprient et les caricaturent à la seule fin d'exister socialement. La logique n'est pas tant de chercher des solutions - ce qui supposerait de faire des compromis, de dialoguer, autant de choses qu'ils refusent - que de parvenir à exister, socialement et symboliquement, dans l'affrontement. Puisque c'est par la revendication que j'existe, je n'ai pas intérêt à ce que le problème soit résolu... voilà le raisonnement des petites minorités que l'on voit s'exprimer, essentiellement sur les réseaux sociaux, de manière très virulente. 

Dans une société qui ne sait plus produire suffisamment d'ascension sociale, de reconnaissance, et où beaucoup de gens ont le sentiment d'être isolés et en manque de reconnaissance, le statut de victime est en train de devenir un statut désirable. Désirable sans doute par défaut, parce que la promesse Républicaine est inaccessible. Puisqu'on ne peut plus être des héros, même du quotidien, alors soyons des victimes. La tragédie est un récit, tout comme l'épopée, et elle a pour fonction de donner un sens à la vie et au cours des choses. De plus en plus, nous nous inscrivons collectivement dans une tragédie, plutôt que de chercher à renouer avec un récit valorisant et positif. D'ailleurs, il n'est sans doute pas étonnant que parmis une trentaine de pays interrogés par IPSOS en mai, la France soit le pays le plus enclin à considérer qu'il va "dans la mauvaise direction" (juste avant le Chili)...

Le cercle vicieux de la victimisation n'est qu'une des facettes d'un mal qui ronge notre démocratie comme bien d'autres : la tribalisation. Au fond, quand on est sans cesse renvoyé à une origine, à un statut social, quand on est méprisé, discriminé, ou que l'on connait des difficultés dont on a le sentiment que personne ne cherche à les résoudre, on finit par retourner le stigmate, ériger la défaillance en motif de fierté, et revendiquer le statut ou l'identité à laquelle l'on se sent assigné. 

Vers qui penchent les silencieux dans cette guerre des victimes ?

Si tout le monde ne se positionne pas nécessairement sur les sujets précis que vous avez cités, la compétition victimaire n'épargne guère de monde. La "majorité silencieuse" est d'ailleurs précisément une construction artificielle conçue par des Français se sentant victimes - victimes du déclassement, victimes d'un manque de considération sociale, économique, civique. Ils n'ont pas les mêmes intérêts, pas les mêmes difficultés, mais ils sont nombreux à identifier un certain nombre de maux et de responsables de leurs misères. La différence de cette majorité silencieuse par rapport aux groupes que vous avez cité - les anti-racistes, les féministes, etc - c'est qu'ils ne sont pas organisés et ne se sentent pas défendus. Ils se sentent, confusément, majoritaires, mais dépossédés de tout pouvoir sur leurs destins individuels, et de toute capacité à peser sur notre destinée collective. Non seulement ils ne sont pas "organisés", au sens où ils manifesteraient ou signeraient des pétitions, mais ils ne se sentent pas représentés dans nos institutions. Bien souvent, et de plus en plus, ils tournent le dos au vote. 

Au fond, la "majorité silencieuse" est un ensemble soudé par le sentiment d'injustice et de dépossession. Mais il s'agit là que d'une autre forme de posture victimaire. Ils se sentent victimes des "élites" qui ne les représentent ni ne les comprennent pas, d'un "système" économique et scolaire qui ne leur donne plus les moyens de l'émancipation depuis longtemps, mais ils ajoutent à cela un autre bouc émissaire : les "minorités". 

Et c'est bien là tout le drame de la spirale victimaire dans laquelle nous sommes engagés : rejeter la responsabilité, qu'elle soit individuelle ou collective, de ce qui va mal sur quelques groupes qui servent de paratonnerre sociaux ou d'épouvantails, c'est bien souvent caricaturer des situations complexes, éviter de se remettre soi-même en cause, et donc se priver des moyens de résoudre les problèmes.

Cependant, soulignons que quand on fait référence à ce concept de "majorité silencieuse", il faut garder à l'esprit qu'il ne s'agit nullement d'un ensemble homogène de situations sociales, fiscales, professionnelles, géographiques ou culturelles. Cet ensemble vaste recouvre des situations extrêmement différentes. Même les Gilets jaunes - ensemble déjà assez vaste mais dans lequel toute la "majorité silencieuse" ne se reconnaissait pas - ont eu du mal à se réunir autour de quelques causes communes, pour bâtir un récit et un horizon de moyen et long terme. La grande difficulté de la posture victimaire est qu'elle trouve sa justification non dans un problème à régler, mais dans la valorisation sociale que la dénonciation du problème permet. Résoudre le problème, c'est supprimer la raison d'être de la victime. Et au fond, il est plus confortable et facile aujourd'hui de se poser en victime, de critiquer, que de chercher à être valorisé par la société en tant que héros...

Après le départ de Christophe Castaner et suite à l’arrivée de Gérald Darmanin et d’Eric Dupond-Moretti, va-t-on vers un climat plus apaisé en France sur ces questions sensibles ? 

De fait, la défiance de nombreux policiers vis à vis de Christophe Castaner, qu'elle ait été justifiée ou non, était devenue un obstacle à une pacification et une résolution de la situation. Son départ joue plutôt en faveur de l'apaisement sur le front sécuritaire. Mais d'un autre côté, il est vrai que l'arrivée d'Eric Dupond-Moretti et la promotion de Gérald Darmanin on généré de nouvelles tensions. 

Pour un ministre, il est évidemment toujours beaucoup plus simple de partir d'une page blanche. Qui plus est à des postes aussi exposés, lorsqu'on est en charge de dossiers épineux, souvent enlisés depuis de nombreuses années. Mais à ce stade, je pense que la plupart des Français vont donner à l'un comme à l'autre le bénéfice du doute - ne serait-ce que parce que pour l'immense majorité des Français, ces questions sont trop importantes pour faire le pari cynique et politicien de l'échec. Peut-être leur patience ne durera-t-elle pas longtemps, mais ils vont observer les actes et jugeront sur pièces. Darmanin et Dupont-Moretti sont attendus au tournant, mais compte tenu de la situation ils ont une carte à jouer.

Reste que sur ces questions comme sur les autres, en réalité, le problème central reste le Président. Il détient donc les clefs de sa résolution. Les ministres, ou le Premier ministre, peuvent faire ce qu'ils voudront, mais l'opinion rend le Président (quasi) seul responsable de tout. C'est la logique imposée par les réformes institutionnelles du début des années 2000 - inversion du calendrier électoral et instauration du quinquennat -, qui donnent toutes les clefs au Président. Donc à mon sens, il est fort probable que quels que soient les mérites des ministres, ou leurs erreurs, l'opinion publique les attribue au Président. 

Or, nous savons que les relations entre le Président et les Français sont dégradées. Ils ne perçoivent pas vraiment, à ce stade, le sens de cette "réinvention" qu'il avait promise. Dès lors, autant voire plus que de l'action de Darmanin ou Dupont-Moretti, la résolution des problèmes sensibles que vous citez dépendra de sa capacité à s'approprier ces sujets, à en parler, à leur donner sens, et à expliquer la manière dont nous allons surmonter ces problèmes. L'interview du 14 juillet nous donnera peut être quelques réponses...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 12/07/2020 - 20:39
C’est qui cette nana ? Ex
C’est qui cette nana ? Ex conseillère de l’édredon ex président qui vient jouer les sociologues après cinq ans , il faut remarquer, d’un extraordinaire parcours ! Elle enfonce des portes ouvertes et profite avec raison du peuple de cons qui la font vivre. Et en plus elle a tribune ouverte. Que désirer de plus ? Que ça perdure.
Jasmin84
- 12/07/2020 - 18:14
L’auteur de l’article passe
L’auteur de l’article passe totalement à côté du sujet.
Avec un tel conseiller opinion pas étonnant qu’aucune décision efficace n’ait été prise.
Comment peut on nier la réalité au point d’affirmer que ceux qui associent délinquance et immigration sont une minorité !!!!!
Mais le lien est malheureusement flagrant...
La quasi totalité des crimes et délits sont aujourd’hui commis par des personnes issues de l’immigration.
Il suffit de parcourir la. Rubrique des faits divers pour être édifié.
Un récent rapport du sénat est à cet égard particulièrement alarmant.
La majorité silencieuse est celle qui ne supporte plus cette situation, cette sauvagerie qui s est installé dans nos villes petites ou grandes et qui pourrit le quotidien des braves gens.
Il est évident que le problème ne sera pas réglé par ceux qui le nient.

assougoudrel
- 12/07/2020 - 16:10
On les appelle les "Yaknous"
Y a que nous qui sommes victimes d'oppression; Y a que nous qui subissons le racismes; y a que nous qui croulons sous le travail, alors que la machine à café est trop lente...et la liste est longue.