En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 min 20 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 40 min 7 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 55 min 31 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 58 min 13 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 58 min 14 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 58 min 14 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 58 min 14 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 58 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 33 min 1 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 55 min 4 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 58 min 13 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 58 min 13 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 58 min 14 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 58 min 14 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 58 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 4 min
© Theo Wargo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Lady Gaga concert
© Theo Wargo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Lady Gaga concert
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

Publié le 12 juillet 2020
Le tempo des 20 chansons les plus vendues de 2020 des artistes comme Lady Gaga, Dua Lipa ou Harry Styles est de 120 battements par minute, soit le rythme plus rapide depuis 2009. Comment expliquer ce phénomène et cette folle envie de danser après la période du confinement ?
Patrick Thevenin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Thevenin est journaliste freelance pour la presse écrite et la radio. Il est également concepteur, rédacteur et conférencier. Il travaille notamment pour Trax, Les Inrockuptibles, Brain.fr. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le tempo des 20 chansons les plus vendues de 2020 des artistes comme Lady Gaga, Dua Lipa ou Harry Styles est de 120 battements par minute, soit le rythme plus rapide depuis 2009. Comment expliquer ce phénomène et cette folle envie de danser après la période du confinement ?

Dua Lipa, Harry Styles et Lady Gaga cette année. Le tempo des 20 chansons les plus vendues de 2020 est de 120 Beats (120 battements par minute) soit le plus rapide depuis 2009. Qu'est-ce qui explique ce phénomène ?

Patrick Thevenin : Il y a un énorme retour depuis quatre, cinq ans de la house music et du disco qui sont transformées et remis au goût du jour. On le voit déjà avec des gens comme Kanye West, qui sample des tubes de house music. Je pense qu’on est sorti d’une période avec un mix entre rock et danse. Je le vois un peu comme un cycle du retour des années 90. Nous sommes en plein dans un revival 90. La house new-yorkaise, dérivant du disco, était à son maximum. Il s’agit en réalité d’histoire de cycles.

Ce phénomène se vérifie un peu partout il est vrai. Ce constat peut être fait autant dans la pop que dans la musique dance underground.

C’est peut être une facilité aussi pour les DJs. Une nouvelle génération découvre ce son avec des chansons qui peuvent facilement se fredonner. Dans les années 90, on connaissait vraiment les paroles des chansons. On dansait, on pouvait chanter, je pense à un morceau comme "Gypsy Woman (She’s homeless)" de Crystal Waters. Il y avait une structure pop qui existait, qui a été déconstruite. Il y a toute une jeune génération qui n’a pas connu cela en fait et qui découvre ce phénomène. Il y a énormément de tubes des années 1990 qui sont remixés aujourd’hui. Il y a tout un circuit de remise sur le marché en version neuve, pseudo neuve des gros tubes des années 90. Ce phénomène est vraiment marquant depuis deux à trois ans.

Il y a dix ans, nous étions dans le revival 80, dans une musique plus froide, plus électronique. Là, on est dans une musique plus chaude, beaucoup plus vocale, plus chantée avec des paroles qui ne prêtent pas à conséquence (des paroles qui disent qu’il faut s’embrasser, qui disent comment on s’est rencontrés). Ce ne sont pas des paroles déprimantes.

Est-ce que cela a un rapport avec la crise économique ? C’est fort possible. Les musiques de danse sont liées au contexte économique de l’époque. C’est par exemple étonnant que Calvin Harris revienne à la house.   

Avec Dua Lipa, il y a une certaine facilité d’écoute alors qu’avec Lady Gaga la chanson semble constamment se réinventer. Justin Timberlake a fait un récent duo qui est très house et disco.

On voit que dans les clips qui arrivent aujourd’hui, il y a beaucoup de danse, de gens qui se mettent en scène en train de danser. Peut-être que le confinement a participé à ce phénomène. On  recommence à voir les rollers dans les clips qui viennent directement des disco roller des années 70.

Comment expliquer cette folle envie de danser en ce moment après cette période du confinement ?

Ce phénomène évoqué s’applique pour des musiques sur lesquelles il est facile de danser. On peut danser n’importe comment, cela colle toujours. La techno est plus difficile pour danser. Il faut rentrer dans une espèce de transe répétitive.

Avec tous ces titres qui rencontrent un franc succès dans les charts cette année, le rythme est plus lent que celui de la techno. On est dans le rythme du cœur, 120 Bpm, le côté amoureux ressort dans cette histoire de rythme. C’est le rythme de la vie. Je pense que c’est peut être pour ça qu’il est plus facile et tentant de danser sur ces titres.

En 1985, il y avait Wham et maintenant on a Billie Eilish qui est assez négative voire dépressive dans ses paroles. Pourquoi autant de négativité ? Est-ce un rapport à l'époque ? 

La voix peut jouer un rôle important également, comme avec Miley Cyrus qui a une voix assez triste quelque part, une voix assez lacrimale.

A titre de comparaison, le disco et la house music ne parlaient pourtant pas uniquement de bonheur et de joie. L’exemple de la chanson emblématique de Crystal Waters, c’est l’histoire d’une fille qui est SDF et tout le monde dansait et chantait les paroles malgré tout ("she's homeless", "elle est SDF", ndlr). Le disco peut parfois être assez violent. C’est une musique de crise économique. "Saturday night fever" est un film en réalité extrêmement sombre.

Les chanteurs de moins de trente ans actuellement sont malheureusement beaucoup dans la complainte. C’est un phénomène lié aux Millennials. Il faut toujours qu’il y a ait un peu de souffrance.

L’album de Jessie Ware a contrario est excessivement dansant, disco, très beau, très positif. La chanteuse de Moloko, Róisín Murphy, revient avec des morceaux très house music.

"La grenade" de Clara Luciani est un morceau parfaitement dansant disco et variété. Il y a aussi l’artiste Corine qui fait un énorme pastiche de la disco. Le côté triste ne semble pas être aussi puissant. Cela était plus prononcé il y a trois, quatre ans véritablement. Il y a néanmoins un retour des musiques très calmes et très lentes.

Après la Seconde Guerre mondiale on a eu envie d'écouter des chansons qui décrivaient un monde dans lequel on voulait vivre. Elles ne décriviaient pas celui où on vivait. Est-ce qu'il y a eu un changement de comportement dans les écoutes ? On écoute de la musique quand on est déprimé ou pour danser ? Quels en sont les morceaux symboliques ?    

Il y a une mode du chanteur torturé chez la jeune génération d’artistes. Ils sont caractéristiques de leur génération.

Le cas le plus emblématique de l’euro pop déprimée a été symbolisé finalement à travers le titre de Stromae, "Alors on danse".

Il s’agissait effectivement d’un morceau dansant mais assez triste. On voit par la suite ce que cela a donné pour l'évoultion de sa carrière malheureusement. Le cas de Jeanne Added peut également être évoqué.

Il y a aussi toujours des gens pour penser que la musique triste est plus intéressante que la musique pop, que la musique dansante alors que je pense que c’est plus facile d’écrire une chanson triste que d’écrire une chanson qui fait danser les gens. Le dernier Madonna est très dansant par exemple.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires