En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 48 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 21 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 26 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 46 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 20 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 1 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 36 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 5 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 32 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 47 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

Publié le 10 juillet 2020
Selon une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology, les villes «superstar» ne sont pas tout ce qu'elles sont censées être, en particulier pour les diplômés des périphéries, des banlieues ou pour les classes moyennes qui ne perçoivent pas de très hauts salaires.Les emplois restants dans les villes sont principalement des emplois bien rémunérés pour des travailleurs hautement qualifiés et spécialisés dans des secteurs tels que les banques, ou des emplois peu rémunérés dans les services alimentaires, le nettoyage, la sécurité. Et la Covid-19 pourrait aggraver les choses.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology, les villes «superstar» ne sont pas tout ce qu'elles sont censées être, en particulier pour les diplômés des périphéries, des banlieues ou pour les classes moyennes qui ne perçoivent pas de très hauts salaires.Les emplois restants dans les villes sont principalement des emplois bien rémunérés pour des travailleurs hautement qualifiés et spécialisés dans des secteurs tels que les banques, ou des emplois peu rémunérés dans les services alimentaires, le nettoyage, la sécurité. Et la Covid-19 pourrait aggraver les choses.

Atlantico.fr : Comment expliquer ce phénomène ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Quels en sont les principaux facteurs ? Pourquoi les villes ne sont plus pourvoyeuses d’opportunités comme elles l’avaient pu l’être autrefois ? 

Michel Ruimy : La mondialisation a donné une véritable impulsion à la métropolisation. La multiplication des échanges internationaux, en relation avec le développement des réseaux de transports et de communications, a accentué la concentration de métiers à haute valeur ajoutée sur les grands axes et sur les principaux nœuds bénéficiant des différentes formes d’interconnexion (gares, aéroports, autoroutes…). Les « villes mondiales » sont des agglomérations qui détiennent les principaux pouvoirs politiques, économiques et financiers. 

Elles sont devenues d’importants relais de croissance pour dynamiser l’économie et élever le niveau de vie de l’ensemble de la société. Elles attirent en offrant des perspectives d’emploi nombreuses et variées, favorisant ainsi l’exode rural. Près de la moitié des postes à pourvoir en France le sont dans les 13 principales villes ! Pour trouver du travail, il ne « suffit pas de traverser la rue », tout dépend de quelle rue nous parlons. L’emploi en France est donc très polarisé. 

Les villes d’importance sont le « terrain de jeu » des techniciens, des cadres moyens et supérieurs (Les « bac+5 » sont plus recherchés, particulièrement dans l’agglomération parisienne, où ils représentent environ 30% des offres d’emploi). Ce constat infirme l’idée qui veut que, grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons travailler de partout. Il s’agit d’une tendance émergente mais, dans les faits, l’emploi, notamment l’emploi technologique, est encore très localisé. Très peu de place pour les non-diplômés dans les plus grandes agglomérations d’autant que du fait notamment de la tertiarisation de l’économie, de la hausse du prix de l’immobilier urbain…, il est plus avantageux, pour les entreprises, d’investir « un peu plus loin ». Quand on s’éloigne des métropoles, les métiers techniques et manuels deviennent plus recherchés. 

Par ailleurs, un autre mouvement se fait jour. Sous l’effet du dynamisme démographique urbain (En 1800, 3% de la population mondiale habitait en ville contre 50% aujourd’hui et, selon certaines études, 70% dans 40 ans, avec la poursuite du développement tentaculaire de mégalopoles), les villes ont tendance à s’étaler dans l’espace : des petites villes ou des villages se retrouvent enserrés et intégrés à la banlieue pour répondre aux vœux de certains de pouvoir accéder à la propriété et de s’éloigner de la pollution sous toutes ses formes. Toutefois, ces migrations ne s’accompagnent que rarement d’une promotion sociale. Comme si, en région, la qualité́ de vie primait sur la carrière professionnelle.

La crise du Covid-19, le nombre de jeunes sur le marché du travail en septembre prochain, les conditions de vie (notamment sur le plan économique) ou bien encore la rentrée difficile tant redoutée sur le front de l’emploi ne vont-ils pas accentuer encore plus ce phénomène ?

Michel Ruimy : Avec la crise du coronavirus et le confinement, les désirs de grands espaces et de qualité de vie des Français ont été exacerbés. Nombreux sont ceux qui dès la mi-mars ont pris la route direction leur résidence secondaire, en dehors des grandes agglomérations. Cette tendance à l’« exode urbain » interroge. Avec moins de pollution, moins de densité de population et un foncier plus abordable, les villes moyennes de province seraient-elles en mesure de prendre leur revanche ?

Déjà, l’Île-de-France fonctionne comme une « pompe aspirante et refoulante ». Elle attire beaucoup de jeunes pour leurs études et le premier emploi mais, au moment du premier enfant ou du deuxième, ils déménagent en province. Les villes moyennes répondent à leurs aspirations actuelles pour un logement plus grand et financièrement accessible, des temps de trajet réduits, une vie moins stressante… Mais il ne faut pas exagérer l’importance de ces migrations, même si leurs effets sur les prix locaux de l’immobilier et le marché́ du travail sont bien réels. Les migrations dont bénéficient les métropoles sont, plus souvent, inter-régionales qu’interrégionales.

Or, quels que soient les atouts des villes moyennes en termes de cadre de vie, la question de l’emploi demeure centrale pour déclencher un déménagement, d’autant plus dans un contexte de crise économique annoncée. Or, c’est précisément là où le bât blesse. Le « nouveau » pouvoir d’attraction de ces villes est inégal et une grande hétérogénéité demeure. Laquelle ne sera pas forcément atténuée par la crise du coronavirus. Certaines auront beaucoup plus de facilités à « se vendre ». Et, il faudra certainement plus que la crise sanitaire pour venir bousculer les clichés géographiques. Quitte à sortir des métropoles, certains préféreront la campagne plutôt que des villes moyennes.

La crise sanitaire a totalement redistribué les vulnérabilités de nos métiers et renforcé les inégalités entre les travailleurs. Si les prévisions actuelles concernant l’automne se confirment (Des « centaines de milliers » de personnes perdraient leur emploi), il est certain que cette métropolisation de l’activité économique risque de s’accentuer d’autant que les entreprises sont, dans les faits, très peu nombreuses à déménager : leur taux de mobilité́ est inferieur à 3% et moins d’un tiers de ces mouvements sont interrégionaux. 

À l’issue des municipales, quels pourraient être les outils ou les moyens qui pourraient être déployés par les maires afin d’inverser cette tendance et d’éviter ce triste constat ?

Michel Ruimy : Il est nécessaire de poser des jalons sur le rôle capital que joueront les collectivités locales pour gérer l’après Covid-19, en particulier sur la relance économique du pays. Elles doivent, au plus tôt, anticiper les besoins immenses de la nouvelle société qui émergera de la crise (éducation, santé, protection de l’environnement, enseignement supérieur, culture, tissu associatif dans toutes ses dimensions, construction d’un nouveau modèle urbain…). Le temps est venu pour que les collectivités assument leur rôle, aux côtés de l’Etat, au service de tous les citoyens, mais aussi des entreprises et des acteurs sociaux. 

Pour que les villes moyennes réussissent à être attirantes, il faut des infrastructures, des installations physiques et un environnement bâti adéquat pour encourager les investissements, attirer les entreprises et créer de l’emploi. Il faut aussi une structure économique diversifiée, une bonne gouvernance et des services publics. Il faut aller vers une France plus polycentrée qui repose sur un système de villes connectées avec leur environnement rural. 

Se posera alors la question des capacités budgétaires. Pour ce faire, il faudra imaginer une nouvelle architecture des finances publiques locales. Un défi colossal. Les villes moyennes ont les moyens de faire pression. Avec la crise du coronavirus, on a pu observer les défauts de la délocalisation et la nécessaire relocalisation de certaines productions. Il faut que la réindustrialisation se fasse dans les petites et moyennes villes et elles ont tout intérêt à rappeler qu’elles sont là. Sans cela, il n’y aura pas d’exode massif mais peut-être simplement quelques ajustements. 

Dans cette optique, le programme Action Cœur de Ville, lancé en 2018 à hauteur de 5 milliards d’euros, qui vise à redynamiser 222 villes moyennes en déclin urbain, pourrait se retrouver sur le devant de la scène. Il porte déjà ses fruits. Entre 2018 et 2019, grâce à la rénovation et la construction de logements, les transactions immobilières ont augmenté de plus de 10%. Une bonne base mais elle invite de repenser, de manière urgente, le centralisme à la française par une large politique urbaine nationale au risque de se retrouver avec des métropoles encore plus étalées. Avec à la clef, des services publics de plus en plus éloignés, des trajets domicile-travail plus long et avec ce que cela implique en termes d’émissions gaz à effet de serre. Ce serait synonyme d’un bond en arrière de 20 ans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 11/07/2020 - 10:22
Pour Qui Votons-Nous ?
Les commentaires ci-dessous dérivent sur un sujet qui n'est pas du tout abordé par l'article de mr. Ruimy : pour qui votent les citoyens ?
Et, ces ''experts'' posent le postulat que les gens voteraient égoïstement selon le parti qui se présenterait comme le plus capable de défendre leurs intérêts personnels et matériels.
L'idée que l'on puisse voter pour un parti qui propose la politique la plus juste et favorable pour l'avenir et le bien-être de la plus grande partie de la population du pays, leur parait profondément méprisable et grotesque.
Ceci est d'autant plus absurde que les deux partis qui se sont alternés au pouvoir depuis 40 ans se sont illustrés par des programmes électoraux totalement mensongers.
evgueniesokolof
- 11/07/2020 - 07:14
Oui
sans doute: d'ailleurs les stats de l'INSEE sont bâties sur des schémas datant des années 70: la notion de tertiaire qui a un sens quand écrit Fourastié n'en a plus aujourd'hui car ce secteur recouvre aussi bien des activités utiles et fondamentales ( recherche, informatique) qu'inutiles ou parasitaires ( des logues aux intermittents du spectacle), marchandes que non marchandes et l'INSEE brouille les pistes. Qu'est ce qu'un emploi public ? au sens strict c'est l'emploi dont l'employeur est l'Etat ou une collectivité ou un établissement public administratif: mais quid des EPICs, des associations comme celles des Traoré mais aussi de toute cette nébuleuse vivant de la commande publique ou de réglementation. Danssle modeste département où j'habite un type est devenu milliardaire grâce au traitement des déchets c'est à dire sur le dos du contribuable, du consommateur et de la reglementation
ajm
- 10/07/2020 - 23:25
DGFP
Les statistiques fiscales de la DGFP sont une mine, très bien faite ( on voit que Bercy met le paquet, notamment sur les sites purement fiscaux très robustes) mais que l'on ne peut pas mettre en rapport avec des informations sur les professions ( sauf : retraites/ pensions, salaires et autres). En fait, il n'y a pas d'études approfondies, par exemple sur la population.parisienne . Qui vote , nombre d'étrangers ou de provinciaux résidant en intermittence à Paris ( ne votant pas), nombre de parisiens votant dans le ressort de leur résidence secondaire mais pas à Paris ( nombreux dans les " beaux quartiers "), pourcentage d'abstention dans la population immigrée ayant la nationalité française, profession et revenus des locataires d'HLM ou de logements intermédiaires de la ville, vote par rapport à la profession etc.. Idem pour les proches banlieues et les " périphériques"
En réalité , nos chercheurs en " sciences sociales " , à part un tout petit nombre, préfèrent évacuer ces sujets pour se focaliser sur des thématiques plus à la mode et largement bidons qui permettent de progresser dans leur carrière et , pour certains, de postuler pour quelques bonnes petites sinécures.