En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 2 min 52 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 24 min 55 sec
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 28 min 4 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 28 min 4 sec
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 28 min 5 sec
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 28 min 5 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 28 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 heures 33 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 9 min 58 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 25 min 22 sec
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 28 min 4 sec
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 28 min 5 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 28 min 5 sec
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 28 min 5 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 28 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 21 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 13 heures 34 sec
jean meckert nous avons les mains rouges
jean meckert nous avons les mains rouges
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

Publié le 09 juillet 2020
Jean Meckert a publié "Nous avons les mains rouges". "Jean Meckert raconte la tragédie des mains rouges, rouges de sang. Le chef d'un maquis, ses deux jeunes filles, le pasteur Bertod et quelques camarades continuent, deux ans après la Libération, une épuration qu'ils pensent juste".
Gilles Antonowicz pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Antonowicz  est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Meckert a publié "Nous avons les mains rouges". "Jean Meckert raconte la tragédie des mains rouges, rouges de sang. Le chef d'un maquis, ses deux jeunes filles, le pasteur Bertod et quelques camarades continuent, deux ans après la Libération, une épuration qu'ils pensent juste".

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert

Editions Joëlle Losfeld, 303 pages, 12,80 €

 

RECOMMANDATION
Bon


THEME
La Libération et sa face noire : l'Épuration.

La Libération et ses déceptions : l’avènement de la IVe République n’a profondément rien changé aux yeux de ceux qui, dans la Résistance, avaient rêvé d’une société idéale, égalitaire et juste.

La Libération et les divisions d’anciens maquisards communistes : d’un côté, les « connivents », qui acceptent de jouer la carte politique et le jeu démocratique, de l’autre, les « purs », qui prônent « l’action directe » et pratiquent le terrorisme au nom de l’intransigeance révolutionnaire.

 

POINTS FORTS
Sur la forme, un style reconnaissable, une langue très orale, des images à foison, une gouaille pétrie d’authenticité, signant la qualité de l’écrivain.

Sur le fond, un propos qui n’a rien de neutre. Meckert a beau être lui-même un révolté, un anarchiste, il n’en dénonce pas moins vigoureusement la folie des « purs » qui, au nom de la construction d’un monde idéal, se révèlent prêts à tout au risque de ressembler comme des frères à leurs pires ennemis d’hier : les nazis. Ils se voulaient justiciers, les voilà tueurs et c’est en vain que Lucas, le maquisard communiste élu conseiller général – qualifié depuis par ses anciens amis de « bigot rouge » et considéré comme un « pet de lapin » - s’indigne de les voir « assez couillons pour croire qu’il suffit d’assaisonner de temps en temps [un profiteur] pour obtenir paix, justice et prospérité » … Rien n’y fait, la « guerre aux ploucs » est déclarée … « Aux purs, tout est pur », y compris le crime.

 

POINTS FAIBLES
L’histoire et certains personnages manquent quelque peu de crédibilité, sauf à considérer le tout comme une allégorie.

 

EN DEUX MOTS
Soyons clair : il ne s’agit pas là du meilleur des romans de Meckert, loin de là ; il permet néanmoins de pénétrer dans son univers par le biais d’un moment d’histoire rarement exploité.

 

UN EXTRAIT
« Laurent n’aimait pas les ploucs, cette race inférieure. (…) Ah ! les sales truies immondes ! Quand ils vous jugeaient de bas en haut, dans un coin de porte, graisseux et luisants, pétant de la bedaine, tripes à l’image de Dieu, mâles et femelles, qui vous sentaient la faim au ventre et vous faisaient attendre trois heures près du fumier ! … Ah ! les sales maîtres ! Dégoût sans nom du nombre, maintenant tous électeurs, les gorets, maîtres encore, tabous, protégés, encensés par les politiques ! Paysans, commerçants, toute la bassesse du monde, profiteurs des misères, hyènes, chez qui un homme de bonne race prend figure d’incongru ! Non vraiment, si l’on cassait la gueule à quelques-uns de ces salauds, on n’accomplissait qu’un devoir humain d’autodéfense ! Avait-on assez craché sur le juif ! Et le plouc, donc ! Le plouc aux champs, le plouc en boutique, le plouc en caserne, le plouc en bureau, le plouc en usine, toujours profiteur, combinard, fort en gueule et bestial ! A quand donc, la ligue anti-plouc ? A quand l’extermination de la race ! »

 

L'AUTEUR
Jean Meckert (1910-1995) a publié neuf romans entre 1941 et 1954 chez Gallimard dans la collection Blanche, dont Les Coups, son livre majeur, livre « culte », réédité en Folio, salué à raison avec enthousiasme par Gide, Queneau, Martin du Gard et Jean-Jacques Pauvert qui l’adouba comme « l’un des très grands livres du XXe siècle » ... Sous le pseudo de Jean Amila, Meckert est également l’un des plus prolifiques auteurs français de la mythique « Série noire » où il publia une vingtaine de titres entre 1950 et 1985, dont une dizaine furent portés à l’écran.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires