En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Chine : éveillée mais coincée

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 3 heures 27 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 4 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 7 heures 15 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 heures 16 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 8 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 8 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 3 heures 59 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 7 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 8 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 heures 12 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 8 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

Publié le 09 juillet 2020
En tant qu’avocat pénaliste, Me Dupond-Moretti a exprimé une vision tranchée des réformes nécessaires au ministère qu’il dirige désormais. Secrétaire générale de FO- Unité magistrats et fine analyste de la justice, Beatrice Brugère nous livre ses propres réflexions sur le sujet.
Béatrice Brugère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Béatrice Brugère est Vice-Procureure de la République au TGI de Paris et secrétaire générale du syndicat Unité Magistrats SNM FO. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En tant qu’avocat pénaliste, Me Dupond-Moretti a exprimé une vision tranchée des réformes nécessaires au ministère qu’il dirige désormais. Secrétaire générale de FO- Unité magistrats et fine analyste de la justice, Beatrice Brugère nous livre ses propres réflexions sur le sujet.

Atlantico.fr : Maître Dupond-Moretti annonce pouvoir réformer la justice en deux ans. Est-ce possible sans une majorité politique ?

Beatrice Brugère : On ne peut réviser la Constitution sans majorité qualifiée au Congrès. Il faut donc une majorité d'idées sur une réforme du parquet. Eric Dupond-Moretti devra notamment convaincre le Sénat et une partie des parlementaires qui les jours pairs dénoncent les pressions sur la justice et les jours impairs refusent de lui donner son indépendance.
 
Une justice efficace et respectueuse des libertés est-elle possible ? 

La justice ne peut être efficace si elle n'est pas respectueuse des libertés. L'efficacité de la justice ne peut se mesurer qu'à l'aune de sa capacité à garantir les libertés individuelles. Les libertés sont plurielles : le droit à la vie, le droit à l'intégrité physique et morale, la dignité, la propriété sont aussi importantes que la sûreté et la liberté personnelle.

Nous devons trouver un équilibre entre les libertés qui protègent la personnes contre les autres et celles qui protègent la personne contre l'Etat et ses abus potentiels.

La dignité des détenus est essentielle. Elle passe par la mise en œuvre effective de programmes de construction et de rénovation des prisons dont on doit regretter l'absence et le retard pris depuis 2 ans. 

Est-ce qu'une justice équitable passe-t-elle par la responsabilisation des magistrats ? Eric Dupond-Moretti peut-il mettre en place la réforme ? 

Tous les responsables publics doivent rendre des comptes.Tous. Car ils sont comptables des missions qu'ils rendent et des moyens qu'ils engagent. Les magistrats également et d'autant plus qu'ils sont garants des libertés individuelles et de leurs atteintes légitimes, notamment dans le cadre de la détention.

Il y a donc une place pour la responsabilité des magistrats, leur responsabilisation, mais dans un cadre qui ne doit pas conduire à une judiciarisation de leur activité et par conséquent à une inhibition, ou à la mise en œuvre d'un principe de précaution généralisé. Prenons un exemple: aujourd'hui, on pense évidemment aux détentions excessives ou arbitraires ordonnées par un juge comme illustration de mise en cause de la responsabilité d'un magistrat.. Mais demain, si un juge ne prononce pas ou n'exécute pas une peine de prison ferme alors qu'elle aurait dû l'être, et qu'il en est ainsi parce que les prisons sont pleines, devra-t-on engager la responsabilité de ce magistrat ?

Une meilleure responsabilisation est peut-être nécessaire. Nous sommes un des rares corps où les chefs de cour ne sont pas évalués ! Cette montée en responsabilité  reposera sur d'une part, l'exemplarité des chefs et d'autre part, la capacité de la hiérarchie à évaluer l'activité juridictionnelle de manière précise et objective. Cela renvoie également à l'acquisition par les chefs de cour, de juridiction, de services de compétences managériales dont ils ne disposent pas en raison du mode de recrutement et de nomination.

Aujour'd'hui il n'est plus nécessaire de réformer la justice mais de la repenser ou plutôt de la réinventer dans ses fondations. Le système hérité du XIXème siècle et rafistolé au XXème siècle est à bout de souffle.

Tout doit être remis à plat. Tout.

A commencer par la gestion des ressources humaines. Le débat sur l'indépendance des magistrats ne peut pas se résumer à une question purement statutaire et constitutionnelle. L'avis conforme du CSM est une nécessité à court terme, mais en soi elle n'est pas une véritable réforme puisque c'est déjà la pratique depuis 2008.  L 'indépendance viendra aussi et surtout de la qualité des magistrats, de leur recrutement, de leur sélection et de leur formation tout au long de leur parcours. Ainsi, les magistrats formés à l'ENM doivent-ils être sélectionnés pour accéder aux postes de hiérarchie, de juridiction et de chefs de service. Le management ne s'improvise pas, il s'apprend comme c'est le cas dans les autres ministères régaliens (intérieur et défense). Il faut repérer tôt les hauts potentiels, identifier sur des critères de compétence et humains les candidats utiles, les former à la direction, à la gestion de crise, aux ressources humaines. C'est ainsi que se forgeront des esprits réellement indépendants et forts, qui ne craindront plus les pressions réelles ou supposées et qui sauront exercer leurs responsabilités, transmettre, former et diriger. Un magistrat indépendant est un magistrat qui a confiance en lui.

Le choix des responsables doit être fait à l'abri des pressions politiques et syndicales aujourd'hui excessives en raison de la composition du CSM. Celui-ci doit être repensé et refléter d'autres composantes de la société, et changer son mode de scrutin.

Il faut responsabiliser les chefs de cour et leur donner les moyens de gérer. Comment peut-on expliquer que  pendant la crise du COVID et le confinement les chefs de cour n'aient pas eu la possibilité d'acheter des masques pour les fonctionnaires et magistrats ? Et même que cela leur ait été interdit expressément par la chancellerie ?

Aujourd'hui, le budget du ministère de la justice est absorbé par l'administration pénitentiaire. Il est temps d'autonomiser les moyens de la justice judiciaire dans un programme autonome, qui permettra de dégager des marges de manœuvres et des priorités. 

Il est temps de mieux distinguer et d'identifier les missions des magistrats qui aujourd'hui sont à l'origine de confusions et partant de critiques justes et injustes. Le parquet et le siège exercent des missions différentes et complémentaires, mais qui doivent être mieux perçues dans leur identité. Aujourd'hui, dans l'esprit des justiciables, celui qui poursuit et celui qui juge ne sont plus assez clairement identifiés et cela contribue à la crise de confiance dans la justice.  Il faut réfléchir à la séparation de ces deux missions dans un corps judiciaire unique, doté des mêmes garanties statutaires et notamment d'indépendance. Mais, au-delà des premières années de fonctions, les magistrats pourraient  faire carrière au siège ou au parquet. Un parquet qui serait composé de magistrats soumis aux mêmes grands principes et garanties. 

Un parquet qui doit tout de même appliquer une politique pénale définie par le gouvernement dans le cadre de circulaires générales qui garantiront sa cohérence et sa légitimité démocratiques. Tout cela fait défaut et cruellement. Où sont les instructions en matière de lutte contre les trafics de stupéfiants qui rongent nos cités et nos quartiers ? Qui donnent lieu à des règlements de compte dont on finit par se satisfaire? Où est la volonté politique dans ce domaine ?

Notre procédure pénale et notamment les cadres d'enquête (préliminaire, flagrance, instruction, enquêtes spécialisées) est confuse et incompréhensible. L'enquête préliminaire est indispensable et permet de traiter 80% des affaires pénales dans de bonnes conditions. Ne nous privons pas de cet instrument indispensable en termes de sécurité quotidienne.

La justice est aussi au service de la sécurité dans le respect des libertés.

Il faut pour cela enfin revenir à ce qui est un principe cardinal : l'exécution des peines. Il est inadmissible que les peines prononcées ne soient pas exécutées. Madame BELLOUBET a mis en place une régulation pénitentiaire qui est une forme de gestion hôtelière de la détention. Demain ce sera peut-être hélas un numérus clausus qui nous fera renoncer à l'emprisonnement pour des raisons de place et sans aucun lien avec la dangerosité des condamnés. Quid de la responsabilité personnelle d'un magistrat qui soumis à  cette politique pénale se verra dans l'obligation de libérer de manière anticipée des condamnés ?   Il faut construire des établissements pénitentiaires. Et ne pas cesser de le faire, car les retards pris sont irratrapables.  Un pays de 67 millions d'habitants doit assumer une capacité de détention de 80 000 personnes dans des conditions décentes. Il faut mettre à niveau notre institution pénitentiaire pour détenir dignement. Et surtout mieux distinguer au sein de la détention. Tous les détenus ne présentent pas le même profil et la même dangerosité. Il nous faut des établissements différents, mieux adaptés à chaque profil.

Une partie de ces réformes reposent sur des moyens budgétaires. Des moyens effectifs et prévisibles. Il ne suffit pas d'avoir une loi de programmation. Il faut que chaque année les ressources budgétaires soient effectivement votées, ce que n'a pas su faire Madame BELLOUBET.

Les réformes de structures, de statut et d'organisation nécessitent une volonté politique. La question est celle de la volonté du politique qui les jours pairs dénonce le manque d'indépendance de la justice et les jours impairs se garde bien d'y pourvoir. Qui a peur de l'indépendance des magistrats dans notre pays ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 10/07/2020 - 07:07
Au point où nous en sommes...
L'effondrement du système français ne justifierait-il pas de réfléchir à une justice à l'américaine où les magistrats sont élus localement par les citoyens qui en assurent la légitimité démocratique?
evgueniesokolof
- 09/07/2020 - 20:13
Il se trouve que je suis
membre d'une association nationale et que j'ai rencontré aujourd'hui le bâtonnier du département. Il pense que Dupont Moretti va effectivement faire en sorte que la responsabilité des magistrats soit engagée. C'est une bonne chose mais faudrait-il rappeler que le juge Burgaud, qui a géré de manière foireuse et lamentable l'affaire d'Outreau est aujourd'hui ....à la Cour de Cassation!
Et puis, à la fin de l'entretien, il a évoqué une affaire au pénal dans laquelle un type est poursuivi pour avoir foncé en voiture sur une gendarmette à l'occasion d'une manifestation organisée toujours par les mêmes ( Verts+Extrême gauche). Il évoque l'ambiance où le tribunal siège avec une foule de manifestants soutenant l'automobiliste. Lui même (l'avocat)sort salué par des manifestants lui faisant le salut hitlérien. Je ne sais plus le terme qu'il utilise pour faire comprendre que le tribunal prononce une condamnation modérée....
Alors, on peut tjs rendre les juges indépendants et responsables mais si l'Etat n'est pas capable de faire rendre la justice autrement que sous les cris des "tricoteuses" ce sera vain!
Demandez à E Levy qui étaient les tricoteuses en 1793
lasenorita
- 09/07/2020 - 18:21
Notre ''Justice'' doit être impartiale!
Nos juges ''rouges'' ont toujours été du côté des criminels! Grâce à Badinter: un meurtrier sait qu'il peut TUER, lui, il ne sera pas tué! Nicole Belloubet a libéré des islamistes et des meurtriers: l'un d'eux a tué le lendemain de sa libération!.. Les Français ne sont pas en sécurité, chez eux, à cause de notre ''Justice'' qui ne punit pas, comme il le faudrait, les délinquants...ceux-ci savent qu'ils ne seront pas punis en fonction de ce qu'ils feront et ils ''récidivent''...Nos policiers risquent leur vie en arrêtant des délinquants mais notre ''Justice'' les relâche! Dans les ''pays musulmans'', ceux qui gouvernent tirent ''à balles réelles'' sur les manifestants, les dictateurs à la tête de ces pays, font régner la ''terreur'' et les musulmans qui viennent, ensuite, chez nous, crachent leur HAINE des ''Blancs'' et font, à leur tour, régner la terreur dans le pays qui les a accueillis!