En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 1 heure 9 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 7 heures 21 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 7 heures 22 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 7 heures 22 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 7 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 7 heures 26 min
© Thomas SAMSON / AFP / POOL
© Thomas SAMSON / AFP / POOL
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

Publié le 09 juillet 2020
Le pays a souffert de la Covid-19 et doit se renforcer pour panser ses plaies et se préparer en cas de deuxième vague.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pays a souffert de la Covid-19 et doit se renforcer pour panser ses plaies et se préparer en cas de deuxième vague.

La COVID-19 est une pandémie en évolution 

Malgré tous les efforts des complotistes pour nous faire croire à une petite grippe le virus, envahisseur aveugle et sans dessein, continue à se répliquer. En effet les populations sont largement naïves et les hôtes humains susceptibles d’héberger le virus ne manquent pas. En Suède le taux de personnes immunisées est de  6,1% (https://www.medscape.com/viewarticle/932550). En Espagne une étude récente (http://ow.ly/WukM50AsBkS) aboutit à la conclusion que seulement 5% de la population est immunisée. Même si ces moyennes cachent des disparités régionales importantes héritées des foyers initiaux. À l’heure actuelle les personnes immunisées sont peu nombreuses c’est pourquoi le virus se redistribue avec la reprise des transports. Encore un échec des avocats de l’immunité grégaire qui proposaient de laisser faire et d’attendre la production collective d’anticorps. Une barrière incertaine à plusieurs dizaines de milliers de morts si on les avait écoutés.

Cette phase endémique qui a débuté à la fin de la phase sporadique qui a coûté la vie à 500 000 humains est différente. Alors que la première était liée à l’arrivée du virus transporté par des hôtes humains voyageant depuis le foyer initial et donc assez prévisibles, cette phase est plus aléatoire car elle dépend de porteurs viraux qui provoquent des foyers liés à l’inobservance des comportements anti-transmission. Cette phase endémique peut aussi être amplifiée par des facteurs saisonniers comme la température, l’humidité ou l’ensoleillement.

Enfin, la durée de l’immunité elle même est peut être un facteur favorisant si des individus perdent cette mémoire immune et sont susceptibles de se réinfecter.

Continuer à casser la transmission: voilà où nos forces doivent s’exercer

Contrairement aux premiers mois nous savons précisément comment préserver les vies humaines et notre économie. Les deux objectifs rappelons le ne sont pas contradictoires, ils sont synergiques. Pas question de refaire l’erreur du confinement indifférencié prolongé de 55 jours. 

Nous avons quelques indicateurs avancés 

Le nombre de cas porteurs du virus dépend certes du nombre de tests effectués mais il s’agit d’un bon indicateur géolocalisateur des foyers. La présence d’ARN viral dans les eaux usées aussi avec une puissance plus grande et un coût plus faible. Un de ses avantages est de précéder la maladie clinique chez les pré symptomatiques d’une semaine. Où en sommes nous dans les stations d’épuration? Quel est l’impact de la migration estivale? Le SARS-CoV-2 serait réapparu fin juin dans les eaux usées parisiennes.

Encore une fois aucune université ne suit ces données et c’est une faiblesse alors que nous avons les scientifiques, les moyens et le temps de le faire.

Mais ces indicateurs ne sont utiles que si les 3T sont effectués sans faille

Le test n’est pas utile si l’information n’est pas partagée et les mesures suivies en cas de positivité. Tout test remboursé par l’assurance maladie doit être transmis au médecin traitant et aux ARS. Mais ce n’est pas suffisant, les contacts doivent être  tous testés et l’isolement avec un nouveau test à deux trois semaines doit être effectif. Il est certain que nous avons des progrès à faire dans ce domaine car il existe encore beaucoup trop de trous dans la raquette des ARS.

Notre dispositif de prévention est il complet et pleinement appliqué?

Le virus est transmis par l’air. Mais à côté des gouttelettes que nous connaissons depuis longtemps le rôle des aérosols dans des espaces clos est à nouveau au devant de la scène de la transmission. Tous les espaces clos, tous les aérosols. Et comme nos systèmes de climatisation ou de ventilation ni ne filtrent ni ne stérilisent le sujet est sensible. En dehors des avions de ligne dont le système de ventilation est muni d’un filtre HEPA, tous les autres moyens de transport recirculent du virus dès lors qu’un porteur est monté à bord. L’avion, cible des écologistes, est le moyen de transport le plus sûr du point de vue du risque de contracter le SARS-CoV-2. Ce d’autant que le port du masque est obligatoire. Il reste beaucoup à faire pour rendre Covid compatibles les autres moyens de transport. Pour les bâtiments ce sont d’abord les EHPA qui doivent tous modifier, remplacer ou arrêter le système de climatisation collective. En pleine période estivale c’est à la fois urgent et difficile mais c’est un impératif. Dans les hôpitaux la situation est complexe mais le danger est important vis à vis des autres patients et du personnel. Chaque cas doit été réévalué compte tenu de l’ancienneté des systèmes en place. La plupart du temps les filtres de type HEPA ne sont présents que sur le circuit du bloc opératoire. Partout où les fenêtres peuvent être laissées ouvertes cette solution est préférable à une ventilation ou à son absence dans un espace clos. Dans ce contexte il est important de porter un masque dans les espaces clos ou bien lorsque l’éloignement interpersonnel est impossible. Les masques ne sont pas tous égaux. Des dispositifs innovants apparaissent et sont testés actuellement en particulier pour diminuer la charge virale qui peut pénétrer dans l’air inspiré. Ils sont utiles pour les soignants mais aussi pour les personnes immuno-fragiles qui sont plusieurs millions en France.

Le système de soins et de santé comme l’économie doivent être le plus rapidement possible COVID-19 compatibles

La mise à  niveau du système de santé et du système de soins est une condition nécessaire du rétablissement économique.

Il ne s'agit pas de distribuer dans six mois et après un mélodrame syndical des primes aux soignants. Un employeur responsable prend des décisions rapides et celle de reconnaître les risques et le travail accompli devrait être déjà prise et l’argent versé. Il est irresponsable que les syndicats aient refusé ces primes au motif d’un égalitarisme sans fondement. Rappelons qu’il s’agissait de 7 à 8 milliards d’euros. La question fondamentale est tout autre: c’est de réparer les insuffisances tant organisationnelles que techniques. Plusieurs sujets sont à traiter d’urgence. Le système de santé aux populations est inopérant et le système de soins est totalement étatisé. Dans ce contexte l’inutilité des ARS doit être traitée afin d’appliquer le principe de subsidiarité et de simplifier l’administration de l’état. D’autre part une insuffisance de lits techniques opérationnels ou déployables en cas de catastrophe est apparue alors que de nombreux établissements ont beaucoup de lits non techniques utilisés pour de l’hébergement. Dans ce domaine et suivant le même principe les directions d’hôpitaux doivent pouvoir décider en responsabilité de l’orientation et de l’équipement de leurs lits. La poursuite et l’amplification des soins ambulatoires n’a pas fini de transformer nos hôpitaux et cette autonomie est nécessaire pour une adaptation de l’offre sans retard ni carence. L’ancien directeur des hôpitaux devenu premier ministre et son ministre de la santé doivent agir vite sous peine de voir se répéter les erreurs tragiques du début de la pandémie. Tout doit être en place à la rentrée ce qui représente un véritable défi (https://actu17.fr/coronavirus-un-plan-de-reconfinement-cible-est-pret-en-cas-de-seconde-vague-affirme-jean-castex/).

Une économie COVID-19 compatible et plus efficiente c’est possible

Les annonces sur les liquidités, les subventions et les prêts ont donné le tourni aux  Français car elles ont été mal expliquées. Cet argent est nécessaire pour éviter l’arrêt de l’économie favorisé par un trop long lockdown (le confinement indifférencié prolongé). C’est un fusil à un coup, il est donc impératif de rendre notre économie complètement COVID-19 compatible pour les années à venir. Or nous en sommes loin. 

Par exemple l’utilisation des équipements personnels de protection n’est pas généralisée, beaucoup de commerces ne sont pas organisés pour casser la transmission en premier lieu desquels les grands centres commerciaux qui ne font respecter en pratique ni l’éloignement interpersonnel ni le port du masque. La sécurité des salariés et des clients doit être une priorité car nous sommes loin de la phase aiguë où le matériel était en grande pénurie. 

Concernant la supply chain des biens et services médicaux il faut dire la vérité aux Français. L’état n’a jamais inventé ni découvert un médicament. Il n’a jamais inventé de nouvelles techniques d’imagerie, de traitement. Si notre industrie du médicament, des biotechnologies et des équipements techniques de soin n’a pas prospéré ces 40 dernières années c’est en raison d’un environnement adverse. Pourtant nous étions présent sur tous ces fronts depuis la recherche développement jusqu'à la production. C’est pourquoi on peut sourire quand un responsable politique saute comme un cabri en parlant de souveraineté économique ou qu’un membre du gouvernement prétend savoir quelle molécule il faut produire en France en l’occurrence le paracétamol. Sans un Big Bang fiscal, réglementaire et social cette chaîne vitale continuera à fonctionner préférentiellement à l’étranger. Notre dépendance dans ce domaine est une conséquence dont il faut traiter les causes. C’est donc le moment d’accélérer l’amélioration de l’environnement des entreprises et de laisser les entrepreneurs décider de leur projet, leur recherche et leur production. 

Cette compatibilité des activités humaines avec l’évolution de la pandémie nécessite des dépenses qui sont des investissements pour garantir la continuité de l’activité économique. C’est à la fois par l’innovation, l’investissement et l’audace que nous rendrons à l’économie son efficience et aux Français la confiance. Cette audace qui consiste à avoir des résultats dans l’action politique et non des intentions vites évanouies.

Encore et toujours notre principal adversaire c’est d’abord le temps. C’est pourquoi un changement de gouvernement alors même que la pandémie n’est pas maîtrisée est risqué. On peut se demander si l’objectif est politique, électoral ou technique. Pour autant il faut réussir. Certaines déclarations d’intention des ministres nouveaux arrivants se caractérisent par un irréalisme choquant. Avant de vouloir réinventer la France ce qui est bien au dessus de leur agenda, il faut le renforcer car il est affaibli. À cette fin le gouvernement serait bien inspiré de s’appuyer sur la société civile qui a montré beaucoup de courage et d’initiative pendant cette pandémie. Il devrait aussi accepter d’être besogneux et comptable de ses résultats.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 12/07/2020 - 16:32
Bon.....
Pelouze, il nous...rase!!!!
Fatigué de tout cela....les mecs ( pas les femmes camarade Forbanova) qui ont débarqué à Omaha Beach n'ont pas mis de masque pour aller chez le bon dieu ou Satan...Ne vous affolez pas! on a le retour de Vaselyne qui avait fait piquer son gros bras gras devant les caméras pour coller les pétoches à H1N1 qui s'est enfui en faisant dans son ben...
Parce que quand l'économie va jeter des millions de gens au chômage, va les précipiter dans la misère, il leur restera tout le temps d'attraper le Covid à ...la soupe populaire !
Loupdessteppes
- 10/07/2020 - 21:02
Avec la même bande de bras cassés que la première vague ?
On est mal barrés non ? Pitoyables statistiques françaises...
Forbane
- 10/07/2020 - 08:32
Fousseau
Il est vrai que le traitement de Sanofi, préconisé contre toutes les maladies virales ( chikungunya....) sur youtube, BFM TV et RMC par le chercheur public a 80 millions d’euros par an qui ne trouve pas grand chose mais qui a du temps pour écrire un bouquin et pour passer tous les jours dans les médias , montre sa très grande efficacité aux USA et au Brésil ....