En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 6 heures 23 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 11 heures 21 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 4 heures 41 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 heures 41 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 10 heures 48 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 11 heures 26 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 11 heures 56 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 13 heures 3 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 13 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 14 heures 6 min
© MENAHEM KAHANA / AFP
© MENAHEM KAHANA / AFP
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

Publié le 09 juillet 2020
Netanyahu ne possède pas d’autre alternative que d’occuper définitivement toute la Cisjordanie. Et il doit le faire avant la prochaine échéance électorale américaine.
Jean-Pierre Marongiu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Marongiu est écrivain, conférencier, ingénieur, expert en Management et Directeur général et fondateur du thinktank GRES : Groupe de Réflexions sur les Enjeux Sociétaux.Perpetuel voyageur professionnel, il a parcouru la planète avant de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Netanyahu ne possède pas d’autre alternative que d’occuper définitivement toute la Cisjordanie. Et il doit le faire avant la prochaine échéance électorale américaine.

Le retrait américain du Moyen-Orient a renversé l’échiquier géopolitique du monde. En quittant la table de jeu, Trump a donné de l’imagination à Erdogan qui crevait d’envie de se déployer vers l’Ouest et de l’air à Poutine auquel celui-ci ne faisait déjà pas défaut. Pour Israël, la stratégie sécuritaire doit s’accommoder des contraires.

Depuis son lointain bureau de la Maison de moins en moins Blanche, la voix de Trump ne parvient plus que faiblement en Orient, lui donnant des accents de Donald Duck, on ne comprend plus vraiment ce qu’il dit. Certes, le langage corporel du président américain laisse poindre une inquiétude davantage qu’un véritable désaveu, pour autant Netanyahu peut parier sur la neutralité des USA, en cas de passage à l’acte. 

Le désengagement militaire américain dans la région ne date pas d’hier, Obama avait déjà enclenché un processus que Trump n’a fait que formaliser. Pour Trump, l’ennemi n’est plus l’Iran, pas davantage que la Russie, le dragon qu’il s’est choisi, à raison sans doute, est chinois.

Benjamin Netanyahu a tout à gagner à annexer la Cisjordanie, en premier lieu un héritage politique lui permettant de détourner les regards puritains ailleurs que sur son procès pour corruption. 

Assumer son idéologie expansionniste possède désormais un alibi sécuritaire que ses contradicteurs régionaux ne peuvent que valider. Le retrait américain inquiète également les partisans les plus farouches d’une annexion totale de la vallée du Jourdain, la Jordanie et les Emirats Unis.

Certes, son image de conservateur belliciste va se voir conforter de même que l’intransigeance des Palestiniens qui n’ont de cesse que de dénoncer l’impérialisme sioniste. Netanyahu se trouve face à un échiquier entièrement renouvelé, c’est à lui d’avancer ses pions et il possède une fenêtre de tir qui pourrait ne pas rester ouverte longtemps.

La puissance de feu du lion américaine ne rugit plus sur le champ de bataille, les charognards s’infiltrent de plus en plus profondément, déjà la hyène turque a pris ses quartiers en Lybie.

Que sont les risques pour Netanyahu ?

Pas grand-chose en vérité.

Sa situation intérieure n’est pas des plus reluisante. Les atteintes internationales soutenues à la position diplomatique d’Israël, l’affaiblissement ses alliances régionales, les enquêtes de la Cour pénale internationale à l’encontre de hauts responsables israéliens, l’isolement politique et la menace de sanctions économiques internationale rendent encore plus aléatoire une économie lourdement éprouvée par le coronavirus.

La possibilité d’une défaite de Donald Trump à la présidentielle Américaine n’est pas propice à une politique d’attentisme. Erdogan l’a bien compris, lui qui a lancé 7000 djihadistes syriens pour s’assurer du contrôle du gouvernement libyen prenant ainsi pied en méditerranée occidentale.  Les USA et l’Europe ont laissé faire Erdogan en Libye ravivant l’espoir des Palestiniens de s’appuyer sur la Turquie et le Qatar pour renforcer leurs positions. Ce danger-là, Netanyahu ne peut le minimiser. 

D’autant que la Jordanie ne devrait pas s’insurger excessivement, puisqu’elle est soumise au même péril, par sa frontière poreuse avec la Syrie, c’est Tsahal qui à maintes reprises a assuré sa protection. 

La Pax Americana a disparu au Moyen-Orient laissant augurer une longue période d’instabilité. L’Europe ne devrait pas oublier que la période de paix qui perdure depuis la deuxième guerre mondiale n’est qu’une expression de l’hégémonie militaire américaine.

Quand la diplomatie moraliste de l’Union européenne tente de se substituer à celle de l’Amérique, on assiste à un immobilisme sanglant ne parvenant finalement qu’à renforcer les camps plus extrémistes. Les exemples de l’ex-Yougoslavie et plus récemment de la Syrie ne peuvent qu’inciter Israël au durcissement de sa stratégie sécuritaire.

Les choix stratégiques auxquels Israël est confronté ne sont pas ceux de la France, de l’Allemagne ou de la Grande-Bretagne.

Il demeure évident que les subtilités de la diplomatie internationale n’ont de sens que pour des pays en paix et aux frontières stables.  Avant toute négociation les positions doivent être clairement établies et sécurisées, c’est vers cette stratégie de défense que s’oriente Netanyahu. 

C’est tout le paradoxe du choix que doit faire Israël avant novembre 2020. 

Les partisans de l’annexion de la Cisjordanie affirment que l’instabilité de la région conjuguée au retrait américain impose le renforcement des alliances avec les États sunnites conservateurs comme la Jordanie, l’Arabie Saoudite et les États du Golfe. 

Et c’est pour les mêmes raisons que pour sa propre sécurité délaisser la région est impossible pour Israël. Une zone sans contrôle militaire israélien en Cisjordanie serait utilisée par des ennemis multiples d’Ankara à Téhéran – et leurs alliés idéologiques du Hamas, du Hezbollah et du djihad islamique – pour menacer directement les entrailles et le cœur d’Israël.

La présence militaire israélienne en Cisjordanie est inversement proportionnelle au recul militaire de la puissance militaire américaine au Moyen-Orient. 

La fenêtre de tir pour Netanyahu est devenue une fenêtre obligatoire à l’aulne du désengagement américain.

La vision conservatrice et sécuritaire de Netanyahu se trouve renforcée par la volonté de l’administration américaine de faire pivoter sa diplomatie vers l'océan pacifique plutôt que vers le Moyen-Orient. La décision d’annexer définitivement la vallée du Jourdain ne mettra pas à mal les alliances avec l’Égypte, l’Arabie Saoudite et la Jordanie qui y trouvent un même intérêt sécuritaire, si ce n’est idéologique.

Par ailleurs, annexer la Cisjordanie pourrait offrir durant la fenêtre de tir électorale américaine à Donal Trump une victoire politique. En transformant un plan théorique aux contours obscurs, en plan opérationnel qui contraint déjà les Palestiniens à reprendre les négociations. 

Le plan Trump était flou, mais comme souvent avec le président américain, il met en évidence une réalité crue, des vérités vitales pour les Israéliens, le besoin de frontières fiables. 

La question n’est plus de s’interroger sur la faisabilité ou pas d’une annexion de la Cisjordanie, mais quand va-t-elle avoir lieu.

C’est l’instabilité régionale consécutive au désengagement militaire américain qui pousse Netanyahu à annexer la vallée du Jourdain, pour la simple raison qu’il pense pouvoir le faire… sans conséquences sérieuses avec ses alliés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 09/07/2020 - 17:04
en ce qui concerne la Turquie
Erdogan veut reconstituer l'Empire ottoman. Il s'occupe de la Libye, toujours de Chypre et de ses gisements maritimes sur le sud et l'est. Il s'occupe de Jerusalem (la Jordanie et l'Arabie Saoudite voient d'un mauvais oeil l'entrisme des Freres Musulmans chez les Palestiniens pour approcher Al Aqsa) ... et surtout Erdogan s'occupe bien de lla Syrie et de l'Irak (et pas qu'en raison de la presence kurde) : https://www.dreuz.info/2020/07/06/la-turquie-prive-lirak-et-la-syrie-de-leur-quota-deau-dans-le-bassin-du-tigre-et-de-leuphrate/
Erdogan veut draguer la rue arabe ... pas sure qu'il y arrive. Ce qui est drole c'est de voir Chypre abandonnee par l'UE bien qu'en faisant partie. Chypre avec raison se rapproche de plus en plus d'Israel et a des accords avec la Grece et Israel. Enfin la Turquie ne peut que protester contre l'intention des États-Unis d'établir une coopération militaire avec Chypre ...Quant aux rapports entre la France et la Turquie ? .... Assougoudrel, je vous remercie et vous souhaite aussi une bonne continuation en Italie avec votre epouse
assougoudrel
- 09/07/2020 - 16:22
Merci, Marie-Esther
Le plus surprenant, c'est que le président turc fait des bonds de lémurien, alors que la Turquie a un barrage sur l'Euphrate depuis 1973 et qu'elle vient d'inaugurer un autre (6 turbines) sur le Tigre (Ilisu), au mois d'avril, jour de la fête nationale. Bonne retraite, à vous et à votre mari.
hoche38
- 09/07/2020 - 16:18
Il faut choisir!
Sommes nous les alliés des djihadistes et les ennemis d'Israël ou les alliés d'Israël et les ennemis des djihadistes? Le reste échappe à l'analyse politique mais garde toute sa place dans une conversation de bonne compagnie, sans incidences trop désagréables.