En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 7 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 44 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 56 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 48 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 48 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 48 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 52 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 48 min
© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

Publié le 09 juillet 2020
Les bourses américaines, au plus haut, ont déjà effacé les pertes du krach de mars. Les boursiers anticipent maintenant quelles seraient les conséquences d’un mandat de Joe Biden. Mais sans aucun enthousiasme...
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les bourses américaines, au plus haut, ont déjà effacé les pertes du krach de mars. Les boursiers anticipent maintenant quelles seraient les conséquences d’un mandat de Joe Biden. Mais sans aucun enthousiasme...

Les élections américaines se résument plus souvent à une histoire de porte-monnaie qu’à des débats d’idées. Cette élection ne devrait pas créer l’exception. Les financiers américains n’aimaient pas Donald Trump, ni sa culture, ni ses manières, mais ils ont appris à l’accepter et à le supporter parce que les résultats boursiers étaient au rendez-vous et ils reconnaissent que c’est grâce aux fourberies de sa politique. Il jouait le populisme, le protectionnisme, mais protégeait en fait l’essentiel du fonctionnement des marchés, et surtout savait tordre le bras à la banque centrale pour qu’elle inonde l’économie américaine de liquidités. Et quand une banque centrale distribue des dollars à tout le monde, ce sont les boursiers qui se servent les premiers. Jusqu’au jour où trop c’est trop. La gouaille de Trump, ses tweets intempestifs n’ont rien pu faire contre le coronavirus dont les effets collatéraux ont semblé ouvrir une voie à Joe Biden. 

Alors que la pandémie secoue maintenant un peu moins les marchés, les investisseurs se sont fixés un nouveau cap et cherchent à anticiper les effets d’une victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. Les sondages donnent le candidat démocrate gagnant, alors que celui-ci reste pourtant très discret sur son programme et ses intentions depuis le début de la crise.  

Si Biden lemporte en novembre prochain, ce sera surtout que les Américains auront fait payer à Donald Trump sa gestion de crise pandémique et le risque de crise économique et sociale quil fait courir au pays.

Au départ, les marchés étaient pourtant pro-Trump. Pour cause, ils détestent l’incertitude – ce que représente  toute nouvelle arrivée à la Maison Blanche, alors que Donald Trump est vu par Wall Street comme quelqu’un qui ne va pas aller à l’encontre des marchés.  Le S&P 500, le principal indice américain qui regroupe les 500 premières capitalisations américaines, a grimpé de 45% depuis son élection.  Le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques, est à son plus haut historique. Mais cette période de hausse a été marquée par de fortes incertitudes concernant l’avenir commercial avec la Chine, ce qui signifie beaucoup de volatilité et d’inquiétudes pour les traders.

Les analystes de Wall Street qui fournissent des études de marché aux gérants des hedge funds, aux gestionnaires d'actifs et aux autres grands investisseurs sont donc actuellement tous sollicités par leurs clients pour connaitre quel serait l'impact d'une présidence Biden et dessinent trois grandes tendances. 

La 1ère  tendance est dominée par la fiscalité. Parce que Biden veut défaire ce que Trump avait pu décider. Le futur nouveau président aurait l’intention de rehausser les impôts des sociétés à leur niveau d’avant Trump, c’est à dire 28% des bénéfices. Bref, revenir sur le choc fiscal du début de mandat et qui a permis a Trump d’être applaudi par Wall Street au début de son mandat. Un stimulus de près de 2000 milliards de dollars de réduction d’impôts pour les entreprises et les ménages.  Selon une analyse de la banque Goldman Sachs, cette mesure de Biden, si elle est adoptée, réduirait les bénéfices des sociétés du S&P 500 d'environ 12 %, une perspective qui pourrait agir comme un vent contraire pour les actions. Donc les analystes financiers pensent que la bourse baissera avec l’arrivée de Joe Biden. 

La 2ème tendance sappuie sur le dossier du salaire minimum, que Joe Biden promet à 15 dollars par heure, soit le double de ce qui se fait actuellement. Alors là, la mesure très sociale ne serait pas forcément négative pour la bourse selon JP Morgan. Une hausse du salaire minimum, c’est un impact positif sur les dépenses de consommation, supérieur au coût des pertes d’emplois ou pertes financières pour l’entreprise. Politique classique de relance pratiquée par les démocrates. 

Enfin, 3e tendance, Biden peut revenir sur toutes les déréglementations de l’ère Trump.  Banques, environnement, pétrole…. Certains secteurs et certaines entreprises seraient plus touchés que d’autres. En réglementant la concurrence et « l’antitrust », les GAFA pourraient être forcés de revoir leur modèle. Les GAFA, qui étaient plutôt démocrates, regardent cette perspective avec un peu de suspicion mais pas au point de venir soutenir Donald Trump.  Compte tenu de l’ADN des démocrates, on craint pour les secteurs de l’armement et des énergies pétrolières et gazières. Biden devrait  limiter les forages de pétrole de schiste, qui permettent l’indépendance énergétique des Etats Unis.  Et un retour dans l’Accord de Paris signifierait aussi des mesures à prendre pour réduire les émissions de carbone des entreprises. Mais au final, par cette relance plus verte que sous Trump, Biden espère que l’économie américaine saura créer des emplois, c’est du moins ce qu’il commence à expliquer. 

Les boursiers sont très pragmatiques : les meilleurs stratèges espèrent une flexibilité de Biden et de ses priorités, par rapport à ce qui avait été défini avant le Covid, ce qui ramènerait la promesse Biden à une certaine stabilité de la politique américaine.

D’abord, parce que dans le fond, les deux candidats ne sont pas si différents. Ils sont favorables à des relances par l’infrastructure. Tous deux n’ont pas peur de se confronter aux grands de la technologie, ou d’aller affronter la Chine, avec des styles différents.  

Ensuite, parce que la banque centrale américaine a déversé beaucoup d’argent dans l’économie, a baissé les taux au plus bas et que Jérôme Powell, le gouverneur de la Fed, a déjà annoncé que cette tendance s’inscrirait dans la durée, quelque soit le président élu. Les politiques monétaires restent les principaux moteurs des marchés aujourd’hui. 

Mais surtout, il existe une force bien plus puissante sur les marchés, qui façonnera la reprise économique et boursière future. L’évolution de la pandémie et la recherche d’un vaccin guideront les marchés et les comportements économiques dans les prochains mois.  Et l’arrivée d’un vaccin ne dépendra ni de Trump, ni de Biden.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 09/07/2020 - 14:58
La momie masquée
Biden, candidat quasi muet et masqué, qui ne fait pas campagne, autant envoyer une momie du Metropolitan Museum à la Maison Blanche. Trump était assez baroque mais bien vivant lui !
Marie Esther
- 09/07/2020 - 14:52
c'est Wall Street
ou JMS quiu se resoud a voir arriver Biden ... Attendons avant de vendre la peau de l'ours. Les elections sont en novembre, il peut arriver encore beaucoup de choses
Ganesha
- 09/07/2020 - 13:19
Relance Keynésienne
Mr. Sylvestre nous explique que doubler le salaire minimum est une excellente idée, puisque cela entraînera une relance économique par le soutien de la demande.
Sachant que Donald Trump a lancé depuis le début de son mandat, la ré-industrialisation et la limitation des importations de Chine.
Et, si on faisait pareil en France ?