En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 9 heures 2 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 9 heures 51 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 10 heures 52 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 12 heures 21 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 17 heures 23 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 19 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 heures 1 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 9 heures 26 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 10 heures 23 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 11 heures 28 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 15 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 20 heures 23 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 20 heures 38 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

Publié le 08 juillet 2020
Alors que le climat est plombé par les perspectives catastrophiques sur le terrain économique et social, les chiffres, vus au microscope, commencent à dessiner des éléments de reprise assez surprenants avec des leviers qu'on n'imaginait pas au moment du déconfinement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le climat est plombé par les perspectives catastrophiques sur le terrain économique et social, les chiffres, vus au microscope, commencent à dessiner des éléments de reprise assez surprenants avec des leviers qu'on n'imaginait pas au moment du déconfinement.

Si on rassemble toutes les données statistiques de l’économie française, qu‘elles viennent de la Banque de France, de Bercy, de la BPI et même des banques françaises, on s’aperçoit qu‘il existe des éléments de reprise permettant d’imaginer une sortie de crise plus rapide et moins douloureuse que ce que l’on pouvait imaginer.

Jusqu’alors, toutes les conditions étaient réunies pour écrire un scénario catastrophe qui pouvait se dérouler sur plus d’un an.

Après deux mois d’arrêt total du fonctionnement de l’économie, après une sortie de coma compliquée alors que l’état initial de l’économie française n’était pas bon, les responsables politiques et les analystes avaient toutes les raisons de nous prévenir que la rentrée serait cataclysmique. Sans même parler des risques d’un retour du Covid-19 à l’automne, sans rappeler qu‘il n’existe toujours pas de traitement ou de vaccin et qu’il faudra attendre plusieurs années, on savait que les entreprises auraient du mal à redémarrer et qu’il fallait se préparer à une vague de faillites suivie d’une déferlante de chômeurs à partir de septembre.

Et pour cause, des secteurs entiers vont rester paralysés au moins jusqu'à la fin de l’année (le tourisme notamment), des marchés extérieurs importants vont rester fermés (en Asie comme en Amérique du Sud). Des revendications sociales et salariales vont déséquilibrer des grandes entreprises. Les administrations, les caisses de retraite, les collectivités locales vont ajouter de la dette à la dette... La pression légitime des mouvements écologistes va accélérer la nécessité de mettre en œuvre des réformes structurelles pour affronter les dérèglements climatiques et du coup, l’obligation de se réformer va précipiter des entreprises obsolètes dans des restructurations sociales douloureuses.

Cet inventaire de calamités probables a engendré une gravité chez les responsables politiques et désespéré une grande partie de l’opinion.

Or, cette conjoncture ne correspond pas forcément à la réalité, même si les optimistes ne sont pas à la mode et si les bonnes nouvelles se vendent plus mal que les mauvaises.  

Il existe des chiffres et des faits qui permettent de dire que le pire n’est jamais sûr. Au niveau macro économique, comme au niveau micro économique.

Les chiffres d’abord sont assez parlants. La Banque de France par exemple, et ça n’est pas la première fois, vient de réviser sa prévision d’activité en amenant la baisse du PIB à moins de 10%. Il n’y a pas si longtemps les services de Bercy s’attendaient à une chute d’activité sur l’année proche de 12%. Alors 10% de baisse sur le PIB, c’est évidemment catastrophique. Mais ça montre que ça ne s’effondre pas puisqu’on aperçoit des forces de rappel.

Beaucoup d’économistes parient d’ailleurs sur une évolution en V ou en U. Bref, ils dessinent, après une chute violente, une reprise toute aussi rapide puisque contrairement à une guerre ou même à la crise de 2008, il n’y a pas eu de destruction d’actifs ou de valeur. Les guerres se terminent dans des champs de ruines. L’immobilier a été détruit, les actifs industriels ont été bombardés ou mis hors-jeu. En 2008, la valeur des actifs immobiliers et financiers a été décimée. A chaque fois, il faut donc restaurer, et reconstruire pour recréer de la valeur.

Avec la crise sanitaire, il n’y a pas eu de destruction de valeur.   

Il y a eu une mise en coma artificiel des systèmes qui, en théorie, sont restés en bon état.

Le seul problème, hormis l’aspect sanitaire et humain, c’est que tout ce qui a été fait pour amortir le choc et survivre à ce coma a consisté à distribuer de la liquidité sans que cette liquidité ne corresponde à une création de valeur.

D’un côté, l’Etat a ouvert les vannes de l’aide sociale avec notamment la mise au chômage partiel et de l’autre, il a distribué des garanties de prêt bancaire, les fameux PGE, pour que les entreprises puissent respirer.

Mais aujourd’hui, après presque deux mois de déconfinement, on constate que les consommateurs ont mis en réserve une masse d’épargne considérable, épargne de précaution, liquide et disponible pour plus de 80 milliards d’euros. Ce qui veut dire que les particuliers ont une réserve historique pour consommer ou pour investir.

On constate aussi du côté de la BPI, que les prêts garantis par l’Etat ont été distribués en abondance pour des encours qui dépassent les 140 milliards d’euros... Mais la Banque de France nous dit que les trésoreries d’entreprise sont créditrices et détiennent en compte courant des sommes colossales de 120 milliards d’euros. Ça veut dire que, dans la grande majorité, les entreprises ont demandé des PGE, mais la plupart ne les ont pas utilisés.

Toutes ces données qui ont été rappelées dernièrement lors du colloque organise par la CRCC, la Compagnie régionale des commissaires aux comptes, sont intéressantes parce qu’elles montrent que les acteurs du système économique de marché, les consommateurs d’un côté et les chefs d’entreprises ont des réserves sous le pied, des potentialités de reprise et de financement.

On a de quoi financer la demande d’un côté et l’appareil de production, de son coté, a aussi de quoi financer l’offre des chefs d’entreprise.

Le risque premier n’est donc pas financier à court terme.

Le risque est plus social dans la mesure où les acteurs peuvent hésiter à démarrer les moteurs.

Les consommateurs ne sont pas frileux, contrairement à ce qu’on craignait. Les concessions automobiles sont très visitées et les stocks s’écoulent. Il faut dire que l’Etat n’a pas hésité à mettre le paquet sur les primes au renouvellement des voitures pour débloquer le secteur en pleine mutation structurelle.

Le risque financier est d’autant moins probable que les taux d’intérêt sont extrêmement bas grâce à la garantie que l’Allemagne apporte sur l’ensemble de la zone euro. Or, l‘Allemagne a besoin des marchés européens, l’Allemagne n’a aucun intérêt à suspendre cette garantie sur l’euro.

Les chiffres ne sont pas inquiétants. Les faits et les attitudes sont plus ambigus. Il existe des outils pour activer le financement de la demande. Il existe des outils pour activer le financement des entreprises. Après les PGE qu’il faudra rembourser, il existe quantité de moyens de dégager des participations en fonds propres ou même des subventions pour les entreprises qui n’auraient pas la possibilité de rembourser leur PGE ou pour celles qui ne les auraient pas obtenus.

Cela dit, ça n’est pas parce qu’il y a de l’argent pour financer la demande et l’offre, que le consommateur va se mettre à acheter et que le chef d’entreprise va se mettre à investir et créer des emplois. Pour consommer, il faut en avoir envie et/ou besoin. Pour investir, il faut en avoir envie et intérêt. Or, nous sommes devant des tendances lourdes d’évolutions qui rendent le déclic de l’achat ou de l’investissement hésitant.

- Le réchauffement climatique, ou plutôt le sentiment de culpabilité qui fait penser pour beaucoup que le seul moyen efficace de lutter pour le climat passe par un ralentissement de la croissance.

- La digitalisation qui peut être anxiogène à tous ceux qui ne maitrisent pas les outils électroniques ;

- Les excès de la mondialisation et les risques géopolitiques qui poussent à des investissements relocalisés mais plus onéreux.  

- Les excès de la fiscalité et les risques sociaux qui hypothèquent l'utilité marginale de tel ou tel investissement.

La liste des freins à la consommation ou à la mise en production peuvent être innombrables certes, mais les freins les plus puissants sont psychologiques. Ils relèvent de la peur du lendemain. On ne consomme pas, on n’investit pas parce qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait.

L’ingrédient qui manque le plus à la recette de croissance, c’est évidemment la confiance. Et le contrat de confiance relève de la sphère politique. Est-ce que le gouvernement nouveau sera en mesure de restaurer cette confiance ou pas ? L’équation est très fragile et le pari n’est pas gagné.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 09/07/2020 - 16:06
Vous avez dit recréer la confiance?
Et vous pensez que c'est en remettant à l'ordre du jour la réforme des retraites avant même que le nouveau gouvernement soit au complet qu'on va recréer de la confiance?
Ou qu'en faisant de la "transition écologique et solidaire" l'alpha et l'omega de l'année qui vient que l'on va donner aux Français l'envie de consommer?
A moins que ce ne soit en restreignant l'usage des automobiles et en pénalisant les seules qui sont techniquement efficaces, essence ou diesel, pour promouvoir de très coûteuses voitures électriques qu'on ne sait pas comment recharger?
On nous parle même de rendre obligatoire la rénovation thermique des logements existants, qui, si elle est effectivement imposée, ruinera tous ceux qui ont un peu d'épargne pour un rendement très illusoire.
pierre de robion
- 08/07/2020 - 23:06
"A chaque fois, il faut donc
"A chaque fois, il faut donc restaurer, et reconstruire pour recréer de la valeur." Certes mais cela donne du boulot car de l'argent on en trouve toujours et sans forcément aboutir à une hyper inflation! JMS devrait téléphoner en PCV au paradis des économistes, peut-être le Dr SCHACHT lui donnera la solution!
Car la suite ne manque pas de sel: Le seul problème (MAIS IL EST DE TAILLE, ndlr), hormis l’aspect sanitaire et humain, c’est que tout ce qui a été fait pour amortir le choc et survivre à ce coma a consisté à distribuer de la liquidité sans que cette liquidité ne corresponde à une création de valeur."
Allez JMS, un petit effort, et si la thésaurisation de cette "helicopter money" n'était que la preuve que l'économie n'est pas uns science, mais un art et que le moral ou le feeling sont prépondérants ? Produire, mais quoi et comment quand les frais fixes vous condamneraient à un déficit chronique!
Mais en continuant je constate que l'ami JM n'en est pas à une contradiction près, la confiance est-elle là? "L’équation est très fragile et le pari n’est pas gagné." Alors j'ai relu le titre!
evgueniesokolof
- 08/07/2020 - 10:58
Si JMS prenait des vacances
je ne parle pas de sa retraite car, là c'est pisser dans un violon- il éviterait d'écrire des bêtises comme il le fit en prédisant l'apocalypse aux anglais au lendemain du Brexit ( mais la c'est comme dans la chanson de Brel "ou alors j'ai oublié , ou ils sentaient pas bon mais j'ai jamais tué de chats..."
On passera sur la "légitime pression des écologistes" qu'on mettra sur le compte de l'incontinence...
Mais juste une question: aurait -il échappé à notre JMS adoré que tout cela est en trompe l'oeil, que si la production marchande s'est effondrée , le PIB non marchand lui, n'a pas bougé d'un pouce pendant le fonctionnement! Imaginez un monde où tout le monde serait employé dans l'administration: crise ou pas, on serait toujours aussi riche!!
En revanche , les gens peuvent toujours puiser dans leur épargne pour acheter plus mais qui va en profiter ? Les chinois tiens parce qu'une industrie dévastée par des politiques criminelles avec l'aide des écolos cela ne se reconstruit pas d'un coup de braguette magique comme dirait Cohn Bendit