En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 min 53 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 48 min 40 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 41 min 34 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 6 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 12 min
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Western Union Nigeria
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP
Western Union Nigeria
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

Publié le 08 juillet 2020
La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? Quel en sera l'impact notamment sur les questions migratoires ?
Ahmed Silem
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Silem est Professeur d'université, Docteur d'état en sciences économiques, docteur en sciences de gestion, Directeur du Département Information et formation en économie au laboratoire CNRS-IRPEACS. Il a collaboré à de nombreux manuels de sciences...
Voir la bio
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? Quel en sera l'impact notamment sur les questions migratoires ?

Atlantico.fr : La Banque mondiale prévoit une chute de 20% des envois de fonds vers les pays à faible et moyen revenu. Comment la pandémie épuise-t-elle les flux d'argent vers ces pays ? 

Ahmed Silem : La pandémie a eu partout, et notamment dans les pays d’accueil des immigrés, des  effets économiques et  sociaux  péjoratifs. Le premier effet du confinement, déterminant tous les autres effets sociaux, et cela dans tous les pays d’accueil, est la baisse sévère et générale de l’activité économique hors, d’une part, certains secteurs essentiels à la vie sociale comme l’agroalimentaire, la grande distribution, le ramassage et le traitement des déchets, sans oublier les hôpitaux) et, d’autre part, les secteurs opportunistes du commerce électronique. Subséquemment la réduction ou la cessation d’activité d’un grand nombre d’entreprises, puisque privées d’une clientèle par le confinement et sans trésorerie suffisante pour attendre des jours meilleurs, s’accompagnent de mise en chômage partiel ou de licenciements de leurs travailleurs salariés. Ce chômage partiel et ces licenciements n’épargnent pas les travailleurs immigrés et les dirigeants immigrés à la tête de PME de services (restauration, hôtellerie). De ce fait l’épargne destinée à aider la famille restée au village en Afrique ne peut que diminuer. Il reste à se demander si le pourcentage de cette baisse affiché par la Banque mondiale serait aussi important. Il faudrait pouvoir disposer de données sur la répartition par secteur des travailleurs immigrés. Si les secteurs essentiels ont une forte proportion d’immigrés restés actifs, il en est tout autant dans le bâtiment à l’arrêt pendant toute la période du confinement. Il n’est donc pas certain que la pandémie serait responsable de l’épuisement (d'ailleurs improbable) des flux financiers vers les pays d’origine des immigrés.  Il est plus probable que ces pays subiront une baisse des revenus extérieurs à la fois de la part de leur diaspora et des investisseurs étrangers incités par les gouvernements de leur pays à un sursaut de patriotisme économique, dont l’une des formes est la relocalisation des activités précédemment délocalisées.

Une telle baisse va-t-elle affecter les économies des nations touchant ces revenus  ? 

Ahmed Silem : Il est bien évident que la baisse des recettes correspondant aux remises migratoires aura un impact sur le revenu disponible de la population bénéficiaire qui est souvent la plus démunie. Au-delà de cet aspect vital pour une grande partie de la population, l’effet péjoratif s’étend à la capacité d’importations du pays qui enregistre une baisse des devises nécessaires au financement des équipements nécessaires au développement et des biens de consommation. Parmi les tout premiers investisseurs arrivent les entrepreneurs de la diaspora qui participent à assurer le pump priming indispensable à l'attractivité des autres IDE. 

Quelles sont les conséquences politiques à attendre pour les pays dépendant de cet argent ? 

Ahmed Silem : Les conséquences politiques probables pourraient être l'aggravation du mécontentement des populations déjà faciles à s’embraser contre les gouvernements en place tout en dénonçant un néocolonialisme.

Coronavirus = fermeture des frontières = pas de travailleurs émigrés = plus d'argent vers les pays dont les émigrés viennent. Quel en sera l'impact sur l'émigration ? 

Arnaud Lachaize : L’épidémie de coronavirus a eu un effet massif sur les migrations de mobilité, c’est-à-dire celles qui se traduisent par des mouvements d’allers et retours. En paralysant la circulation internationale depuis mars 2020, cette crise entraîne un effondrement des migrations dites pendulaires, qui sont très importantes entre l’Europe orientale et l’Allemagne, ou entre l’Indonésie et les pays arabes producteurs de pétrole. De même, les migrations saisonnières, liés à des travaux saisonniers dans l’agriculture et le tourisme, par exemple entre l’Afrique et l’Europe occidentale, ont été frappées de plein fouet. Ces migrations temporaires de travail représentent la grande masse des transferts de fond, une ressource vitale pour de nombreux pays en développement atteignant de 10 à 30% de leur PIB. Cet écroulement des transferts de fond, s’ajoute à l’effondrement du cours des matières premières. Il aura pour effet d’aggraver la paupérisation des pays les plus pauvres d’Asie du Sud et du continent africain, Maghreb et Afrique subsaharienne, d’amplifier le chômage, le désœuvrement de leur jeunesse. Paradoxalement, l’arrêt de l’immigration de mobilité et la chute des transferts de fond, en aggravant la pauvreté, aura pour effet d’amplifier sur le long terme l’immigration définitive en incitant les populations des pays les plus touchés à tenter leur chance à n’importe quel prix pour s’installer en Europe. 

Quel l'impact cela a-t-il sur la société française ? 

Arnaud Lachaize : Il est préoccupant à double titre. Sur le court terme, il traduit la perte pour la France d’une immigration saisonnière qui est nécessaire à son économie et profite à travers les transferts de fond, au développement économique des pays en développement. Sur le long terme, il risque de favoriser les mouvements de population irréguliers vers la France destinés à fuir définitivement les pays d’origine frappés par la crise économique et la paupérisation. A cela s’ajoute un facteur de long terme. La situation démographique des pays au Sud de la Méditerranée est inquiétante : la population de l’Afrique passera de 1 à 4 milliards d’ici la fin du siècle ce qui laisse envisager, en l’absence d’un essor économique suffisant, de nouvelles vagues migratoires. Les chiffres annuels ne s’additionnent pas forcément mais ils donnent un ordre de grandeur sur l’ampleur des phénomènes migratoires actuels en France en 2019 : d’une part 270 000 « premiers titres de séjour délivrés », (dont 100 000 pour raison familiale et 80 000 étudiants), d’autre part 140 000 demandeurs d’asile. Dans une France de l’après covid 19 qui compte 5 millions de chômeurs, 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 3,4 millions de sans domiciles ou de mal logés ce phénomène risque d’accroître l’exclusion et la fragmentation du pays. La situation de ses quartiers sensibles où vivent environ 6 millions de personnes est désastreuse, violence, échec scolaire, chômage massif. Dans ces conditions, il est irréaliste d’accueillir chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes, souvent sans qualification, non francophones, de modes de vie et de valeurs différents, alors qu’on n’a pas les moyens de leur fournir des conditions dignes de travail, de logement, de scolarisation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/07/2020 - 05:56
Debout, les Damnés de la Terre !
Il y a, effectivement, partout dans le monde, des ''damnés de la terre'' qui rêvent de venir en France.
Mais, pour moi, la priorité de notre gouvernement devrait être, entre autres, de trouver une solution pour les 30% d'agriculteurs qui gagnent moins de 350 € par mois.
TPV
- 08/07/2020 - 19:46
RN!
Vite!
Ganesha
- 08/07/2020 - 13:16
Enfer et Damnation !
Cet article d'Atlantico serait-il un appel pour essayer de faire comprendre par ses abonnés la nécessité absolue et l'urgence de voter pour le Rassemblement National ?