En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 11 heures 8 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 3 heures 25 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 4 heures 25 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 9 heures 32 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 10 heures 10 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 10 heures 40 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 11 heures 47 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 12 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 12 heures 50 min
© Olivier Douliery / AFP
Donald Trump Etats-Unis
© Olivier Douliery / AFP
Donald Trump Etats-Unis
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

Publié le 06 juillet 2020
Jean-Paul Betbeze décrypte et analyse la situation aux Etats-Unis liée au coronavirus. Un rebond inquiétant de cas a été enregistré ces derniers jours. Ces contaminations pourraient entraîner de lourdes conséquences sur l'économie américaine.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze décrypte et analyse la situation aux Etats-Unis liée au coronavirus. Un rebond inquiétant de cas a été enregistré ces derniers jours. Ces contaminations pourraient entraîner de lourdes conséquences sur l'économie américaine.

1 - Plus de 11,4 millions de cas et 530 000 morts dans le monde. La pandémie poursuit son avancée et se déploie sur trois fronts

-Premier front : toujours la vague des pays touchés en premier, industrialisés, avec bientôt 2,9 millions de cas aux États-Unis sur 330 millions d’habitants, suivis de l’Espagne (298 000 cas pour 47 millions d’habitants), du Royaume-Uni (285 000, 68 millions), de l’Italie (641 000, 61 million), de l’Allemagne (197 000, 84 millions) et France (167 000, 66 millions). Maintenant, cette première vague se divise en deux :

  • la zone euro pense avoir stabilisé cette première vague. Elle pense, par ses politiques budgétaires nationales, plus monétaires et budgétaires au niveau européen, en atténuer les effets et préparer le rebond, tout en surveillant ses frontières. L’Europe les ouvre à la Chine, mais les ferme aux États-Unis !
  • c’est aux États-Unis, en effet, où il semble qu’elle repart, avec 54 000 nouveaux cas ces derniers jours. Le Dr Fauci, le spécialiste en charge des maladies infectieuses aux États-Unis a parlé de 100 000 cas journaliers possibles, si rien n’est fait pour freiner le rebond !

Résurgence ? Les nouveaux cas quotidiens aux États-Unis (Source : Wordometer)

- Deuxième front : les grands pays émergents, le Brésil avec 1,5 millions de cas (pour 212 millions d’habitants) et l’Inde avec 650 000 (1 379 millions d’habitants), en attendant le Mexique (245 000 cas, 130 millions d’habitants) et le Pakistan (225 000 cas, 221 millions d’habitants).

- Troisième front : les pays émergents de taille moyenne (Chili, Pérou) et les pays pauvres (Afrique du Sud et autres pays d’Afrique), où la pandémie, liée à la crise économique, peut faire des ravages.

Le graphique ci-dessous illustre ces différences de situations.

Le risque est donc triple : humain toujours, économique et financier de plus en plus, surtout si les inquiétudes montent aux États-Unis.

2 – Le Nasdaq, gagnant boursier d’une économie post COVID-19, rejoint par les économies qui repartent

Plus le temps passe, plus l’écart se creuse en faveur des GAFAM, au NASDAQ. Ce sont eux qui transmettent les informations, permettent les Webinaires et transportent les colis, même si une fronde semble toucher Facebook, accusé de ne pas assez surveiller les messages qu’il véhicule. Par ailleurs, les indices de reprise sont en train de bénéficier à la Chine et à l’Allemagne, cette dernière étant épaulée par son puisant plan de soutien, par ailleurs bien accueilli. En revanche, avec ses valeurs plus classiques dans la distribution, les industries, les banques et le pétrole le Cac 40 continue de souffrir, même s’il remonte.

La nouveauté est l’inquiétude qui demeure sur le Dow Jones, en dépit des trillions de dollars de déficit budgétaire, des achats sans limite de bons du trésor et considérables d’obligations privées et même des bonnes nouvelles sur le marché du travail. Les 4,8 millions de nouveaux emplois de juin et la baisse du taux de chômage à 11,1% ne parviennent pas à compenser l’inquiétude qui vient de la remontée des nouveaux cas, de 20 000 mi-juin à 60 000 actuellement. Elle fait ralentir les déconfinements et craindre une rechute économique, dont… le Nasdaq profiterait !

3 – Tout dépend toujours des Banques Centrales pour faire baisser les taux longs nominaux et lutter contre les menaces de déflation

Evidemment les Banques Centrales sont toujours là, surtout pour les pays industrialisés. Il ne s’agit pas là de préférence, car la raison est simple : derrière une banque centrale, il y a une monnaie. Derrière la Fed le dollar, la BCE l’euro, la Banque Centrale Mexicaine le Peso mexicain, la Banque Centrale Turque la livre turque, et ainsi de suite. Donc une Banque Centrale soutiendra son économie et achètera des bons du trésor aussi longtemps que la devise dont elle a la responsabilité « tiendra ».

Le quantitive easing mis en œuvre aux Etats-Unis est très important mais a fort à faire, pour soutenir le déficit public, les obligations privées, y compris risquées, donc la bourse et la croissance. Un rendement faible envoie donc le bon message d’implication de la Fed, aux États-Unis, mais il sera mauvais si ce rendement devient négatif. Mais, même avec une devise unique les effets du quantitive easing sont différents comme le montre ce qui se passe en zone euro. L’Allemagne a «en temps normal » un déficit budgétaire faible, donc des bons du trésor à rendements nominaux faibles, le quantitive easing les fait vite devenir négatifs. Mais évidemment, dans le cas italien, malgré tout ce que peuvent faire la BCE et l’Union Européenne, la croissance négative du pays y fait baisser les prix (-0,2%) ce qui amène un rendement réel élevé de la dette publique à 1,5%, ce qui ne peut que détériorer encore la situation. Le quantitive easing est l’outil anti-déflation majeur, mais on ne peut tout lui demander.

4 – L’or, encore et toujours

Face à ces risques de déflation et de reprise de la pandémie aux États-Unis, pas de surprise si l’or seul avance, tandis que les prix des matières premières sont toujours à la baisse, mais un peu moins, en liaison avec les meilleures nouvelles de la demande dans les pays industrialisés. La situation des pays émergents reste donc préoccupante, sachant leurs étroites limites budgétaires et monétaires. Les marchés se disent donc que les pays les plus puissants sortiront les premiers de crise : États-Unis et Chine, s’ils ne font pas de bêtises. 

5 – Le dollar toujours, mais l’inquiétude est là, avec le franc suisse (comme avec l’or)

Le dollar reste fort. Le franc suisse est toujours l’abri préféré, à tel point que la Banque Centrale Suisse essaie de freiner sa progression par rapport au dollar, en vendant des francs suisses et en achetant des dollars, mais sans y parvenir. La livre sterling souffre de la chute de l’activité, addition de la pandémie qui la frappe fortement et du Brexit, pour qui les nouvelles deviennent de moins en moins bonnes. Dans les pays émergents, la pandémie qui entraine une récession qui entraine des troubles politiques et sociaux fait chuter les changes. C’est le cas pour le real brésilien qui a perdu presque le tiers de sa valeur depuis janvier, moins pour la livre turque et le rouble. Pour l’Inde, très grand pays pauvre frappé, en tension avec la Chine, c’est la roupie qu’il faudra suivre.

Rien n’est donc fini avec la pandémie. Le risque majeur, qui pourrait faire replonger le monde entier, est devenu américain en cas de récidive.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 06/07/2020 - 14:55
Ce qui est bien chez Betbeze
C'est qu'il est un Bocuse qui s'ignore
Sans transition comme disait PPDA il passe du cimetière à la bourse, du corbillard au Nasdaq, de la morgue à la BCE...Le lien....ben c'est à vous de deviner bande de benêts!
Donc, je pense que reconverti à la cuisine, Betbeze ravirait les palais ( Brongniard ou pas) avec des artichauts farcis aux tagadas ou encore des tagliatelles à la crème pâtissière...
Qu'est ce qu'elle en dit Cloette ?
salamander
- 06/07/2020 - 14:50
si l'on veut être objectif on doit
aussi mettre le graph des morts aux US disponible sur worldometers.
Il est baisse constante. La côte est au niveau de l'Europe désormais.
La sun belt est effectivement touchée mais l'on constate 2500 morts au Texas et 3500 en Floride. Comme toujours, une différence importante entre les titres des articles et le contenu de l'information."épidémie hors de contrôle" ...etc...