En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 11 heures 26 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 12 heures 58 sec
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 13 heures 51 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 15 heures 45 sec
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 16 heures 10 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 20 heures 7 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 20 heures 25 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 20 heures 50 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 11 heures 32 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 12 heures 40 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 14 heures 24 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 21 heures 46 sec
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 16 heures
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

Publié le 06 juillet 2020
Les transactions immobilières ont redémarré suite au déconfinement. Quelle est la réaction du marché ? Quelles sont les perspectives dans le domaine de l'immobilier avec la crise économique suite à la pandémie de coronavirus ? Les villes vont-elles être désertées au profit des campagnes ?
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les transactions immobilières ont redémarré suite au déconfinement. Quelle est la réaction du marché ? Quelles sont les perspectives dans le domaine de l'immobilier avec la crise économique suite à la pandémie de coronavirus ? Les villes vont-elles être désertées au profit des campagnes ?

Atlantico.fr : Le déconfinement sonne la reprise des transactions immobilières. Comment réagit le marché de l'immobilier en France ? Les ventes et achats baissent-ils ? 

Philippe Crevel : Après un arrêt sur image qui a duré près de deux mois, le marché de l’immobilier a vite redémarré. Les notaires des grandes villes font l’objet de nombreuses demandes de cessions. Les acheteurs comme les vendeurs veulent au plus vite conclure les opérations engagées bien souvent avant le confinement. Il y a un évident effet rattrapage qui ne devrait pas néanmoins compenser l’arrêt des ventes constaté entre mars et mai. La crainte d’une hausse des taux d’intérêt ou du resserrement du crédit incitent les ménages à accélérer leur projet d’achat. La pierre, en outre, joue toujours son rôle de valeur refuge. En étant resté bloqué deux mois dans leur logement, certains peuvent estimer qu’il est plus temps d’en changer. Dans un tel contexte, le marché n’est pas baissier. Les résultats du premier trimestre 2020 qui incluent le début de confinement indiquent clairement que les prix restaient orientés à la hausse. Les prix ont continué à augmenter. Par rapport au trimestre précédent, la hausse est de 1 %. Sur un an, la hausse des prix des logements s’accentue avec une progression de 4,9 %. Dans le détail, les prix des logements anciens croissent de +1,2 % (après +0,2 % au trimestre précédent). En revanche, ceux des logements neufs diminuent de 0,2 % (après +1,1 % au trimestre précédent). Sur un an, les prix des logements anciens s'accroissent plus vite (+5,0 % sur un an) que ceux des logements neufs (+3,9 %). Pour les ventes actuellement réalisées, entre les prix demandés et les prix de vente réellement enregistrés par les notaires, il peut y avoir des écarts. Si les acheteurs sont nombreux, les vendeurs souhaitent également rapidement vendre par crainte d’avoir à subir une baisse des prix à l’automne. Ce comportement peut justement autoréaliser la baisse.

Quelle sera la situation du marché avec la crise économique à venir ?

Il convient de souligner qu’il n’y a pas un marché immobilier mais une multitude de marchés immobiliers. Les marchés sur lesquels investissaient des étrangers comme dans le cœur de Paris ou sur la Cote d’Azur risquent d’être touchés par les restrictions de circulation et la fermeture des frontières. Les villes frappées de plein fouet par la crise comme Toulouse pourraient connaitre des évolutions différentes de celles qui continueront à accueillir des habitants.

Le resserrement du crédit devrait limiter les capacités de financement, en particulier des primo-accédants. Les banques, face au risque de défaut de paiement, devraient, en effet, être plus exigeantes. Sous la pression de la Banque centrale européenne, elles avaient déjà, en début d’année, décidé d’appliquer un taux maximum de 33 % des revenus pour les crédits. Elles avaient également réduit le nombre de prêts de très longue durée. Si le chômage s’accroît dans de forte proportion d’ici la fin de l’année, le nombre d’acheteurs devrait se réduire. Si par malheur, une deuxième vague survenait, cela aurait un effet délétère peu favorable au marché immobilier.

Par suite du confinement, de nombreuses personnes ont pu goûter aux joies de la campagne. Allons-nous assister à une désertion des villes pour la campagne ?  

Avec le confinement, des centaines de milliers d’urbains auraient goûté aux charmes de la nature, de la campagne. Certains imaginent certains pourraient réaliser un retour à la terre. Ce phénomène sera marginal du moins dans sa forme extrême. Les Français ont, ces dernières années, opté pour les grandes villes car elles concentrent non seulement les emplois mais aussi les services, santé, éducation, loisirs, sports, etc. Pour des familles ayant des enfants d’âge scolaire, l’installation en milieu rural n’est pas aisée. Par ailleurs, la multiplication des déplacements pour le travail est une source de coûts et de fatigue. Le télétravail se développe mais suppose néanmoins des retours réguliers au bureau. En revanche, et cette tendance était déjà constatée avant la crise sanitaire, des ménages pourraient chercher à partir des grandes métropoles et privilégier des villes à taille humaine où il est possible d’avoir une maison tout en ayant accès à des services de qualité. Des villes comme Angers, Tours, Orléans, Reims, Avignon, Aix, Ajaccio pourraient continuer à attirer des habitants. Pour être viable, l’exfiltration des grandes métropoles suppose que le lieu d’implantation, en plus des services, soit bien desservi par les transports. Cela suppose au minimum une liaison ferroviaire à grande vitesse et un ou plusieurs axes autoroutiers. Des communes touristiques bien équipées en services de proximité et bien reliées à une grande ville pourrait également être attractive. Dans tous les cas, ce sera un marché de niche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 06/07/2020 - 14:30
j'allais les oublier
Les écologistes par souci de laïcité et de diversité (ben oui) ne manqueront pas de préempter des terrains constructibles pour la seule religion de paix et d'amour qu'ils tolèrent.
C'est au moins inscrit dans le programme de la mairesse (ouf) de Marseille.
tubixray
- 06/07/2020 - 14:28
immobilier crise toujours
Pour les français moyens (ils étaient "aisés" avant les années 2000), le manque de biens immobiliers à vendre est toujours critique alors les vendeurs peuvent faire monter les enchères.
Gageons que les écologistes dans les mairies vont encore alourdir les contraintes liées à la construction et que la crise de l'immobilier sera pire encore.
Le moindre terrain disponible va être transformé en "puits de Co2" ou "jardin inclusif" et autres délires de toxicomanes.