En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 3 heures 55 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 11 heures 23 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 11 heures 26 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 3 heures 43 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 4 heures 43 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 9 heures 51 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 10 heures 29 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 10 heures 58 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 12 heures 5 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 12 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 13 heures 8 min
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Pierre Hurmic Bordeaux maire EELV
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Pierre Hurmic Bordeaux maire EELV
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

Publié le 06 juillet 2020
Pour beaucoup de chefs d’entreprises, le président de la République va se retrouver confronté à la pression des écologistes qui peuvent faire capoter son plan de relance.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour beaucoup de chefs d’entreprises, le président de la République va se retrouver confronté à la pression des écologistes qui peuvent faire capoter son plan de relance.

Le nouveau Premier ministre Jean Castex va se retrouver confronté à une équation difficile à résoudre : préparer et gérer un plan de relance pour les entreprises qui, à la rentrée, risquent de tomber comme des mouches après plusieurs mois de coma artificiel.  Il faudra limiter la casse sociale où on attend plus d’un million de chômeurs supplémentaires.

Chacun de ces deux chantiers ne sont pas très difficiles à ouvrir.

Le premier passe par des mécanismes d’offre sur lesquels le ministre de l’Economie a déjà commencé à plancher et qui reviennent à donner plus de liberté et de moyens aux entreprises françaises (en priorité) pour qu’elles investissent, s’engagent et créent des emplois : ça passe par des baisses d’impôts et il faudra bien un jour accepter de supprimer les impôts de production qui mangent plus de 3% de la valeur ajoutée. Ça passe par des simplifications administratives et notamment des normes et des procédures, ça passe par quelques gros investissements dans le domaine de l’environnement.

Le deuxième chantier plus social revient surtout à réduire les plans sociaux annoncés par les grandes entreprises pour éviter d’enflammer les territoires : ça passe par un traitement social des départs volontaires ou provoqués (donc indemnités chômages) et par de la formation.

Ces deux chantiers font appel à des techniques très classiques et connues par toute l’administration. Le problème, c’est évidemment la gestion politique.

Après le mouvement des gilets jaunes, les grèves contre la réforme des retraites, l‘épidémie du coronavirus, le pays est désormais balayé par une vague écologique où certains ont vu un véritable tsunami quand la plupart des grandes métropoles sont passées au vert.

La réalité est un peu différente. Si la vague écologique est une vague de fond partie depuis longtemps, elle est moins profonde qu‘elle n’y paraît. D’abord, elle a été poussée par très peu de votants (record d’absentéisme). Ensuite, elle a bouleversé le centre des grandes métropoles, sociologiquement très bourgeois et embarqué de bobos, enfants éduqués et professionnellement casés de la gauche sociale démocrate.

Et enfin, cette vague d’écologistes n’est pas homogène. Beaucoup de leurs leaders sont assez radicaux et considèrent que la protection de l’environnement ne peut s’opérer que par un changement radical de système économique : moins de capitalisme, moins de mondialisation, moins de consommation, moins de production, moins de croissance. Derrière ces leaders, d’ailleurs très peu sont charismatiques, le gros des troupes se composent de militants plus pragmatiques, la protection de l’environnement oui, mais à condition de générer des richesses, de la croissance et des emplois.

Quand le gouvernement reprend ses chantiers prioritaires : relancer l’économie des entreprises et amortir le choc social, il se rend bien compte que ces deux priorités ont du mal à s’accompagner d’une action violente et rapide en faveur de la transition écologique.

Il se retrouve face à un sac de nœuds de contradictions. Il lui faut marier l’économie et l’écologie. Sur le seul dossier de l‘énergie par exemple, tous les pays occidentaux sont coincés parce qu’il n’y a pas d’autre solution pour faire face aux besoins, que de passer par l’énergie nucléaire si on veut une énergie décarbonée. Comme le nucléaire est le tabou non négociable par les écolos, il faut imaginer réveiller des centrales au charbon comme en Allemagne, ce qui est une aberration en termes de pollution, ou alors promouvoir un système de décroissance relative au système, ce qui est inimaginable pour la grande majorité de l’opinion qui aspire au progrès, et donc à l’emploi.

Pour la mobilité, nous sommes devant des contradictions identiques et ne parlons pas des systèmes de valeurs. La protection de l’environnement passe forcément par des mesures liberticides, inenvisageables dans des pays occidentaux élevés dans le cœur des valeurs de la république.

On peut imaginer, dans la mise en œuvre de l’action politique quotidienne, des chantiers de relance de l’économie et d’amortissement social qui prennent en compte certaines préoccupations environnementales, notamment par le biais d’incitations fiscales, si elles n’hypothèquent pas trop les objectifs budgétaires, ou alors par le biais des investissements. Les chefs d’entreprise ont parfaitement compris la nécessité d’introduire dans la recherche l’optimisation financière, les responsabilités environnementales et sociales qu‘elles doivent assumer. Ça fait partie de leur mission que de prouver tous les jours qu’il leur faut satisfaire d’abord leurs clients, ensuite leurs salariés et leurs actionnaires.

Mais ce qui est beaucoup plus compliqué à réaliser, c’est évidemment de composer un gouvernement dont l’incarnation correspondrait à ces différentes composantes. Impossible de décider un grand leader de l’écologie qui viendrait négocier ces compromis avec le ministre de l’Economie ou du travail. Nicolas Hulot en avait fait l’amère expérience et il avait préféré démissionner plutôt que d’entamer sa notoriété. Une retraite un peu honteuse, plutôt que le risque de passer outre certaines de ses convictions.

« Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne» disait Jean-Pierre Chevènement. C’est vrai pour tous les ministres, y compris le premier d’entre eux... Mais c’est encore plus vrai, pour le ministre qui sera chargé de l’environnement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/07/2020 - 15:24
C'est marrant
le nombre d'articles depuis quelques jours sur la nuisibilité des écolos! On ne s'en était pas rendu compte?
C'est comme la nomination de Dupont Moretti....va falloir qu'il vide les prisons pour qu'on se rende compte que ce n'est pas un hasard s'il voulait interdire le RN !
JBL
- 06/07/2020 - 09:27
Ah ce clavier (suite).....
Ces écologistes, dont les médias nous bassinent tous les jours, qui ont conquis des villes par effraction, qui ne sont là que par l'abstention de la majorité des citoyens.

Il serait peut-être intéressant de savoir ce que dit Michael Shellenberger, militant écologique américain, héros de l'environnement selon le magasine Time et membre du GIEC :

Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».

Ce genre de vérité, peu de médias s'en font l'écho. Ils contribuent de ce fait à cette médiocrité et imposture de l'écologie de salon.
JBL
- 06/07/2020 - 09:20
Ces écologistes !
Dont les médias nous bassinent tous les jours, qui ont conquis des villes par effraction, qui ne sont là que par l'abstension de la

Monsieur Plus-vert-que-moi-tu-meurs se sent aujourd’hui dans l’obligation de s’excuser « pour la façon dont nous, les environnementalistes, avons gravement induit le public en erreur », et pour « la panique climatique que nous avons créée au cours des 30 dernières années ».