En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 9 heures 34 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 10 heures 22 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 11 heures 23 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 12 heures 53 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 16 heures 44 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 19 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 heures 33 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 9 heures 58 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 10 heures 55 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 11 heures 59 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 13 heures 16 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 16 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 20 heures 55 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 21 heures 9 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

Publié le 06 juillet 2020
Emmanuel Macron avait promis d'instaurer un "spoil system" à la française lors de son arrivée au pouvoir. La nomination de fonctionnaires en phase avec la politique gouvernementale aux postes clés de la haute administration française devait permettre d'éviter les effets de l'inertie.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron avait promis d'instaurer un "spoil system" à la française lors de son arrivée au pouvoir. La nomination de fonctionnaires en phase avec la politique gouvernementale aux postes clés de la haute administration française devait permettre d'éviter les effets de l'inertie.

Remanier le gouvernement oui, mais on ne touche pas aux hauts fonctionnaires dont les ministres dépendent ! Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a battu des records d’instabilité ministérielle (avec des démissions fracassantes et régulières), mais, « en même temps », des records de stabilité administrative. Jamais aucun Président n’avait garanti une telle impunité à de hauts fonctionnaires dont la crise du coronavirus a pourtant montré les faiblesses et les limites. Et si la situation exigeait plus un renouvellement de la haute fonction publique qu’un remaniement gouvernemental ?

Durant sa campagne électorale, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il rencontrerait personnellement les 400 hauts fonctionnaires qui détiennent les postes-clés de la République afin de les évaluer. Pour des raisons qu’il n’a jamais expliquées, il n’a jamais réalisé cette promesse, pas plus qu’il n’a esquissé la moindre réforme de l’Etat. Les plus attentifs à ce dossier se souviennent qu’il devait, le 4 décembre 2018, faire de grandes annonces sur ce sujet (comme la fin du recrutement direct des grands corps à la sortie de l’ENA). La crise des Gilets Jaunes a finalement rendu tout cela caduc. C’est donc une haute fonction publique intouchable, irréformée et sans doute irréformable, qui tient l’Etat. Les ministres changent, les directeurs restent.

Fautes et limites des hauts fonctionnaires

A l’issue d’une crise du coronavirus où les ratés administratifs se sont accumulés, la question des hauts fonctionnaires et de leur gestion méritait pourtant d’être posée. Il suffit d’écouter l’audition de Jérôme Salamon, le directeur général de la santé pour être interloqué par la dérive technocratique du pouvoir actuel. Devant des parlementaires médusés, Salomon a en effet expliqué qu’il s’était abstenu de commander le milliard de masques que préconisait Santé Publique France. Entre octobre 2018, mois où il décide de détruire le stock existant, et début février 2020, où le virus se propage, il aura commandé à peine 100 millions de masques, abandonnant les Français (et leur économie) à leur triste sort en cas de pandémie.

Ce genre de faute mérite au minimum une éviction de son poste. Dans l’ordre des choses, le Président aurait dû procéder sans délai à son licenciement pour faute lourde et le renvoyer chez Pôle Emploi. Avec Emmanuel Macron, il existe une impunité de la haute fonction publique, celle dont le Président lui-même est issu, et celle avec laquelle il gouverne par-dessus l’épaule des ministres.

Castex et le triomphe de la technostructure

L’arrivée de Jean Castex à Matignon laisse à penser que cette impunité de la technostructure devrait se renforcer. Ce pressentiment ne tient pas seulement à la personnalité du nouveau Premier Ministre, lui-même archétype du haut fonctionnaire. Il tient au duo qu’il formera avec son directeur de cabinet, Nicolas Revel, homme de la deuxième gauche dont on dit qu’il est un fidèle d’Emmanuel Macron et qu’il a été choisi par Emmanuel Macron. Dans les mois à venir, la chaîne de commandement sera claire : elle partira de Macron, passera par le secrétaire général Alexis Kohler, puis atteindra directement le directeur de cabinet du Premier Ministre, sans passer par le Premier Ministre lui-même.

C’est ce qu’on appelle court-circuiter un échelon de la hiérarchie. Bruno Le Maire adore le faire chez Renault, en court-circuitant Jean-Dominique Sénard. Edouard Philippe avait décidé de le faire avec Agnès Buzyn pour contourner les conflits d’intérêt de la ministre avec l’INSERM. Le même Philippe a semble-t-il terni ses relations avec Macron en refusant d’être lui-même durablement court-circuité, et en s’assurant de la loyauté de son directeur de cabinet, Benoît Ribadeau-Dumas.

Avec Jean Castex, tout indique que l’unité de la chaîne de commandement devrait être rétablie, c’est-à-dire que le Président pourra continuer à s’appuyer sur la haute fonction publique pour diriger seul le pays. Voilà qui pose un sérieux problème démocratique.

La politisation de la haute fonction publique est devenue irrespirable

Les dangers d’une telle technocratie sont en effet bien connus. En principe, le statut protecteur de la haute fonction publique vise à empêcher sa politisation. Le statut est devenu de nos jours le levier du contraire. Parce que les (hauts, mais pas que) fonctionnaires sont protégés même s’ils sont nuls, seule la politisation leur permet de se différencier. Faute d’une évaluation par la compétence, on évalue par la soumission au politique.

Ce phénomène de politisation a beaucoup gagné avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, et a explosé avec l’arrivée de Lionel Jospin à Matignon. Pour faire carrière, il faut passer en cabinet ministériel, plaire à son ministre puis se recaser à la tête d’une grande direction quand le ministre part. Si les Français assistaient aux réunions d’écurie, à l’approche de chaque remaniement, où les conseillers préparent de conserve leur parachutage à tel ou tel endroit, ils sortiraient probablement écoeurés par le spectacle de cette transformation de la République en supermarché de la carrière administrative. Et pourtant c’est bien de cela qu’il s’agit : on fait carrière comme on fait ses courses, à cette différence près que les conseillers de cabinet ne risquent pas le chômage s’ils sont fonctionnaires, et sont donc protégés contre tout.

Dans cet univers qui pourrait donner de très belles leçons d’opportunisme et de cynisme à la cour de Versailles, l’atmosphère est irrespirable et a définitivement desséché toute idée d’intérêt général et toute aspiration à celui-ci.

Indispensable nettoyage des écuries de l’ENA

Face à ce lent pourrissement de l’esprit démocratique en France, dû à la décadence de nos élites publiques, un coup de balai massif, radical, devient indispensable. Il faut rompre sans mollesse avec ce jeu de cour et de courtisan où, pour plaire au Président, pour plaire au ministre, les esprits se corrompent et la médiocrité triomphe. Là encore, la crise du coronavirus a montré comment cette petite cour, qui pense tout savoir mieux que tout le monde et veut tout diriger en considérant qu’elle a face à elle une masse de Gaulois imbéciles, a multiplié les ratés scandaleux. Combien de cliniques privées, de laboratoires territoriaux, de médecins de ville, ont été écartés de toute participation à la gestion de crise par l’incompétence de ces hiérarques qui se soucient plus de leur petit pouvoir que de servir le pays ?

Il est indispensable de prendre une mesure simple et forte vis-à-vis de ces pique-assiettes de la République : supprimer leur statut protecteur et permettre leur licenciement pour faute ou pour insuffisance à l’issue d’une procédure d’évaluation publique. C’est par cette mesure radicale que les petits calculs personnels passeront après la cause collective.

La réforme de l’Etat devient urgente

On comprend bien le problème qui se pose pour un président de la République qui n’est pas élu local, qui ne l’a jamais été, et qui ne le sera jamais. Le naufrage de la République En Marche aux municipales l’a montré : faute de pouvoir s’appuyer sur les barons locaux, il doit s’appuyer sur les surintendants du Royaume, sur cette cohorte de hauts fonctionnaires qui émaillent le territoire, avec leur morgue et leur mépris si caractéristique pour le tiers état. Si la France souffre d’avoir des élus locaux d’un niveau très inégal, ses hauts fonctionnaires territoriaux, ses préfets, ses directeurs locaux en tous genres, ne manquent pas de se transformer en tyrans sans contrôle dès que le Président s’appuie sur eux pour gouverner.

Cette cascade de hiérarques dirige une administration obsolète, aux services poussifs, médiocres, qui ne parvient pas à se moderniser. En contrepartie de cette prestation digne d’un pays de troisième ou quatrième rang, les Français sont accablés d’impôts et de tracasseries administratives. Disposer de services publics performants, coopératifs, comme en Allemagne, comme au Luxembourg, comme dans les pays du Nord de l’Europe, et non de contrôles mesquins opérés sous la houlette de hauts fonctionnaires imbus d’eux-mêmes et dépassés par leur époque, devient une mesure de salubrité publique.

Dommage que nous ayons encore manqué le coche.

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 06/07/2020 - 18:34
L'islamisation de la France....
A Goussainville,un islamiste fiché ''S'' a été élu maire voir https://www.youtube.com/watch?v=UAsGkNSUqYE...voir https://ripostelaique.com/le-musulman-karim-zeribi-devant-les-juges-cest-du-racisme.html..A Marseille,la sénatrice Franco-Algérienne,Samia Ghalli,a magouillé avec des procurations...Samia Ghalli est maire des quartiers Nord de Marseille mais elle habite,dans une villa,dans le quartier chic de Marseille,elle a eu ''quelques problèmes'' lors de l'achat de sa villa de luxe..Aux avant-dernières élections municipales de Marseille:elle allait chercher les personnes âgées chez elles et elle leur donnait 1€ pour qu'elles votent pour elle,elle a embauché ses cousins dans sa mairie et l'un d'entre eux est un dealer bien connu..son père a ''combattu'' pour ''l'indépendance'' de l'Algérie mais il n'st pas RESTE dans ''son'' pays ''indépendant''!
Lou Bïarnès
- 06/07/2020 - 16:41
Coup de torchon
En 2017, nous avons évité le chaos. Il est à notre porte. Si le peuple avait du courage, il oserait MLP. Mais comme dit notre BB nationale, ils ne sont que des trouillards émasculés. Qu’ils en bavent. Les durs survivront toujours.
tatouzou
- 06/07/2020 - 14:54
Ce qui manque le plus c'est la volonté politique
Ayant fait toute ma carrière dans la haute fonction publique, j'ai effectivement constaté les travers soulignés dans cet article.
Mais c'est une erreur de croire que le problème viendrait d'un statut trop protecteur.
Tous les directeurs et sous-directeurs de la haute fonction publique peuvent être nommés, remerciés ou remplacés à l'initiative du gouvernement et sans qu'il soit nécessaire d'en justifier le motif, exactement comme pour les fonctions de direction générale dans les entreprises privées.
Pendant leur mission de direction, ils sont "détachés " de leur administration d'origine, qu'ils réintégreront lorsque cette mission sera terminée. Évidemment ils seront alors affectés à un poste moins prestigieux mais cette sécurité de l'emploi a justement pour but de faciliter le spoil system.
Le fait que l'on préfère souvent les recaser plus "dignement" sur un nouvel emploi de direction résulte donc davantage d'un échange de bons procédés entre les partis politiques qui alternent au gouvernement que d'une prise de pouvoir par la haute fonction publique.
Cette pratique n'a rien de spécifiquement français, on peut l'observer dans de nombreuses démocraties parlementaires.