En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 11 heures 11 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 13 heures 35 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 15 heures 54 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 19 heures 52 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 20 heures 10 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 20 heures 35 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 11 heures 17 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 12 heures 24 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 14 heures 8 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 16 heures
© Reuters
Aurélien Véron
© Reuters
Aurélien Véron
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

Publié le 05 juillet 2020
Aurélien Véron, Conseiller de Paris & Conseiller Métropolitain Grand Paris, revient sur la politique d'Anne Hidalgo et de ses alliés écologistes en matière de circulation dans la capitale.
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron, Conseiller de Paris & Conseiller Métropolitain Grand Paris, revient sur la politique d'Anne Hidalgo et de ses alliés écologistes en matière de circulation dans la capitale.

Atlantico.fr : Quel point de vue portez-vous sur la politique portée par Anne Hidalgo de rejet de l’automobile au sein de la capitale ?

Aurélien Veron : Au lieu d’apaiser la circulation en associant de manière intelligente les différents modes de transport, Anne Hidalgo oppose les modes de déplacements. Elle crée des tensions entre les cyclistes et les piétons, ces derniers n’étant pas du tout protégés de l’anarchie qui règne à la fois dans la rue et sur les trottoirs, mais aussi entre les cyclistes et les automobilistes, la voiture étant presque déjà totalement chassée du centre de Paris.  Une ville comme Paris, avec une sociologie variée (personnes à mobilité réduite, personnes âgées, travailleurs du bâtiment, artisans, commerçants, livraison de particuliers …) ne peut se passer de voitures, pour des raisons sociales et économiques.

Aujourd’hui, les automobilistes parisiens sont culpabilisés par ce discours extrêmement hostile à leur égard. Le Parisien moyen, qui lui n’est pas dans l’utopie mais dans la réalité de son quotidien, veut pouvoir être cycliste le matin, piéton l’après-midi en utilisant les transports en commun et prendre sa voiture le soir. C’est une liberté fondamentale. Il en va de même pour les Franciliens qui prennent leur voiture pour aller travailler, parfois dans des conditions difficiles, des horaires astreignants, avec du matériel parfois lourd. La circulation en voiture est une liberté essentielle à préserver. Ce petit microcosme de cyclistes « ultra », qui ne tolère pas la voiture, ressemble à une secte qui exclut les gens qui ne leur ressemblent pas. Je suis pour le développement du vélo à Paris. Le développer par des pistes larges sur les grands axes, comme sur la Rue de Rivoli (je parle des pistes, pas des voies bloquées), par des parkings sécurisés aux grands noeuds d’échanges parisiens, par des arceaux en nombre suffisant où les cyclistes s’arrêtent.  Mais cela ne veut pas dire interdire la voiture. C’est là où nous sommes dans l’apaisement plutôt que dans l’affrontement. Le vélo doit avoir sa place tout en respectant l’espace de la voiture, c’est le point où Anne Hidalgo est en contradiction orthogonale avec ses propos d’apaisement en voulant faire de Paris une ville sans voiture.

Au regard du discours de David Belliard, la voiture semble de plus en plus considérée comme « réactionnaire ». Comment en est-on arrivé là ? Quelles sont les conséquences de cette vision politique ? 

Aurélien Veron : Il est sidérant de voir que la voiture est devenue un enjeu presque de civilisation. D’un côté je vois émerger un comportement presque sectaire. Il repose sur une idéologie extrême, très intolérante qui voit dans la voiture un objet réactionnaire, c’est-à-dire un objet bourgeois, individualiste, polluant. Et de l’autre, une société qui jusqu’ici voyait la voiture comme un enjeu de liberté, liberté de se déplacer, la liberté de transporter des objets lourds, la liberté d’aller loin, la liberté de circulation seule ou en emmenant du monde avec soi.

Cette population qui est largement majoritaire aujourd’hui, elle voit les avancées technologiques autour de la voiture avec des motorisations électriques ou à hydrogène par exemple. On sait que les ruptures technologiques vont se multiplier et avec de moins en moins de pollution tant pour l’endroit où roule la voiture que celui où sont fabriquées les batteries ou autres sources d’énergie. La voiture est une source de progrès et est un élément essentiel de la liberté de déplacement.

Nous avons manifestement  affaire à un élu (et même binôme d’Anne Hidalgo auprès de qui il figurait sur les affiches de campagne au second tour) qui veut attaquer nos libertés pour imposer une idéologie dogmatique mais aussi liberticide, autoritaire, presque tyrannique. Demain, ce ne sera peut-être plus seulement la voiture mais aussi l’alimentation ou le fait de voyager qui promet de devenir « réactionnaire ». Delphine Batho a bien proposé un quota individuel de voyages en avion au cours de la vie. Où s’arrête cette vision dictatoriale qui régit nos libertés, qui régit nos vies et qui demain pourrait nous imposer un mode de vie avec, qui sait, un permis à points civique ? Tout cela va dans la très mauvaise direction. Lutter contre la voiture de manière aussi politisée, aussi idéologique et liberticide me semble aller dans une très mauvaise direction. 

Suite à la « vague verte » aux municipales cette politique et cette « hostilité » contre les voitures pourrait-elle être amenée à se généraliser ? 

Aurélien Veron : Ce n’est pas une vaque mais la mousse d’une vaguelette. Les Verts ont bénéficié du fort taux d’abstention d’un contexte exceptionnel. Les Verts, c’est un peu le RN de la gauche, populistes et attentatoires à nos libertés. La droite a eu le courage de ne jamais composer avec le FN/RN. A gauche, ils ont franchi la ligne rouge (qualifions-la de verte), ce qu’elle a d’ailleurs aussi fait avec le Parti communiste au passé bien sombre. Les Verts sont devenus le parti dégagiste des partis traditionnels. 

Cette politique contre les voitures va être appliquée un peu partout par ces maires écologistes qui assument la disparition de ce mode de déplacement. J’attends de voir si la mousse est durable ou si, comme dans beaucoup d’idées de ce courant politique, seulement opportuniste parce qu’idéologique et inacceptable par la majorité des gens.

Les préoccupations environnementales sont essentielles et présentes dans tous les partis politiques. Le parti Europe Ecologie Les Verts, lui, ne défend pas l’environnement mais une vision idéologique de la vie sociale et économique. L’exemple des centrales nucléaires est parlant.  Le parti EELV veut supprimer les centrales nucléaires... pour les remplacer par des centrales à charbon ? Les environnementalistes crédibles et sérieux l’estiment irremplaçable tant que nous ne disposons pas d’une énergie renouvelable en quantité suffisante aux heures nécessaires. Le dogme anti-nucléaire est profondément contraire à l’intérêt environnemental. Le repli sur soi (tout à moins d’un quart d’heure de chez soi, circuits courts), l’autarcie, l’envie d’avoir moins d’enfants… cette vision de la société est inquiétante, d’autant qu’elle assume le fait que la planète dont elle prétend représenter les intérêts, passe avant l’humanité. Tous les moyens sont bons pour appliquer leurs principes, quitte à voler les principes de l’Etat de droit.

Comment expliquer le recrutement massif par la maire de Paris d’une équipe de près de 40 adjoints ?

Aurélien Veron : Anne Hidalgo place ses alliés : Parti Communiste, EELV, les vieux serviteurs. 37 adjoints et 3 conseillers constituent un nombre effarant. Une grande partie de ses adjoints sont à des postes assez exotiques. Nous avons l’impression qu’elle se positionne presque dans un programme quasi présidentiel…  En tout cas, l’exotisme de ces positions crée de l’opacité et de la confusion. Qui sera chargé de la circulation par exemple ? La voirie ? L’aménagement urbain ? La ville du quart d’heure ? Chaque enjeu sera couvert par plusieurs adjoints, chacun disposera d’une bureaucratie propre, tous vont évidemment se marcher sur les pieds, nous promettant une cacophonie masquant l’opacité des décisions finales. Alors qu’on entendait Anne Hidalgo faire campagne en annonçant simplifier les processus, alléger la bureaucratie, rendre les procédures décisionnelles plus claires, décentraliser les pouvoirs au niveau de maires d’arrondissement, l’annonce des 37 adjoints et 3 adjoints complémentaires va totalement à l’encontre de ces intentions. C’est une prise de décision qui s’engage vers une verticalité encore plus grande du pouvoir de la maire.

Le fait qu’Anne Hidalgo ait accepté de donner la mairie du 12e arrondissement aux Verts vous étonne-t-il ?

Aurélien Veron : C’est un déni démocratique majeur.  Quand la quatrième liste du premier tour se voit confier la mairie d’un grand arrondissement comme le 12e c’est un véritable scandale. Quand les électeurs du 12e vont retrouver aux prises de décisions de leur municipalité un parti très radical, révolutionnaire, anti-capitaliste, somme toute très éloigné des positions du PS et d’Anne Hidalgo, il y a tromperie sur le produit, publicité mensongère.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/07/2020 - 23:35
Trop tard
Si les Parisiens de droite ne voulaient pas de cette pourriture gaucho-ecolo , ils devaient se mobiliser et voter au lieu d'aller se confiner à perpet dans leurs résidences secondaires.
Liberte5
- 05/07/2020 - 15:26
L'accomplissement d'un processus engagé depuis bientôt 20 ans...
et qui entre dans sa phase finale. A. Hidalgo joue sur du velours avec une population Bobo toute acquise à sa cause. L'opposition trop molle et trop dispersée ne peut rien. A. Hidalgo installe à Pris un pouvoir totalitaire. Les parisiens vont connaitre l'enfer. Mais il est trop tard. Il n'y aura aucun recul en arrière. Au contraire!! On finit toujours par payer sa lâcheté et son inconséquence. Quant à Aurélien Véron, qui a toujours refusé de voir le danger (notamment sur la venue en masse des musulmans) et n' a jamais proposé une union des droites et des libéraux, il pourra toujours méditer sur sa mauvaise stratégie depuis plus de 15 ans.