En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Syrie : Bachar al-Assad ne maîtrise pas la situation

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 11 heures 50 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 12 heures 24 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 14 heures 15 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 15 heures 24 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 16 heures 34 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 20 heures 49 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 21 heures 14 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 11 heures 56 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 13 heures 4 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 14 heures 48 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 16 heures 9 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 16 heures
© STEFAN SAUER / DPA / AFP
Nord Stream 2 en construction
© STEFAN SAUER / DPA / AFP
Nord Stream 2 en construction
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

Publié le 05 juillet 2020
Les États-Unis s'irritent de la construction du pipeline Nord Stream 2 entre le continent Européen et la Russie.
Lionel Taccoen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de la Lettre "Géopolitique de l'Electricité" et ancien Président du Comité Consultatif de l'Energie européen.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les États-Unis s'irritent de la construction du pipeline Nord Stream 2 entre le continent Européen et la Russie.

Atlantico.fr : Les États-Unis s'irritent de la construction du pipeline Nord Stream 2 entre le continent Européen et la Russie. Quelles sont les raisons de cette colère ? 

Lionel Taccoen : Ce n’est pas une colère. Le comportement américain relève d’une stratégie rationnelle. Aujourd’hui la production mondiale de gaz est excédentaire et les prix se sont effondrés. Or la consommation en Asie plafonne, et par contre les besoins européens à moyen terme s’annoncent importants. La production du Vieux Continent, Norvège et Pays Bas va baisser. L’Union Européenne dispose d’infrastructures remarquables, terminaux portuaires de GNL, gazoducs, capacités de stockage, et les paiements sont assurés en devises fortes. Bref, aujourd’hui dans le monde, l’UE est le marché gazier à conquérir. Un point est certain : nous ne manquerons pas de gaz naturel, c’est le trop plein extérieur qui pose problème. Les Etats Unis veulent leur place et agissent à la hauteur de l’enjeu, c’est-à-dire avec une grande détermination, qui se traduit aujourd’hui par une certaine brutalité. Le plus grand obstacle à l’arrivée du gaz de schiste américain en Europe est le gaz russe. Donc les Américains attaquent le gaz russe.

Que cherche l'Allemagne en voulant à tout prix se procurer du gaz russe ? 

Lionel Taccoen : Ici, tout s’abord, il s’agit d’une vraie colère. Les Allemands constatent une réalité : pour placer leur marchandise, les Américains s’ingèrent dans la politique d’un Etat souverain et allié. L’Allemagne ressent cela comme une humiliation, d’autant plus qu’il s’agit d’un projet, Nord Stream 2, décidé depuis plusieurs années et pratiquement terminé.  Les Etats Unis s’aperçoivent brusquement que Nord Stream 2 leur est intolérable, et sans considération pour les efforts et les dépenses consentis, ils ordonnent de tout stopper, avec la menace de sanctions du même type que celles infligées à l’Iran…Certes limitées aux entreprises impliquées, mais pour celles-ci gels des avoirs et révocation des visas américains ce qui a provoqué l’interruption immédiate des travaux . Aujourd’hui menaces d’extension aux compagnies d’assurances des dites compagnies, aux ports accueillant les navires posant les tubes…etc…Bref, le grand jeu.

Ceci étant posé, les Allemands ont vraiment besoin de gaz. La transition énergétique, qui sert de modèle à l’Union Européenne ne se passe pas bien. Les résultats de l’efficacité énergétique se font attendre. Les renouvelables ont pénétré le secteur électrique, mais celui-ci moins développé qu’en France, ne concerne que moins de 20% de la consommation totale d’énergie. Comme dit l’Agence Internationale de l’Energie, « au-delà de l’électricité » les émissions de gaz à effet de serre stagnent ou augmentent. De plus, une part non négligeable des renouvelables n’a servi, dans le secteur électrique qu’à remplacer le nucléaire sans gain pour le climat, l’atome n’émettant pas plus de gaz carbonique que le solaire et l’éolien. 

Le citoyen allemand est très attaché à la défense du climat, et les dirigeants Outre Rhin doivent mettre en œuvre une politique convaincante dans ce domaine, sous peine de disparition électorale. Compte tenu des résultats médiocres, voire inexistants actuels, il leur est nécessaire de rectifier le tir. En effet, les émanations allemandes de gaz à effet de serre n’ont pas baissé entre 2015 et 2018, et la baisse en 2019 est due, suivant l’inspirateur de la transition énergétique allemande lui-même, le think tank Agora Energiwende à un hiver doux et à une baisse conjoncturelle de l’activité industrielle. Le Gouvernement allemand va donc intensifier l’usage du gaz naturel, remplaçant autant que cela se peut charbon et pétrole. Ce combustible émet 40% de gaz carbonique en moins que le charbon et 20% de moins que le pétrole. Certes, extraction et transport causent des fuites mal connues de méthane, puissant gaz à effet de serre, mais néanmoins, l’usage du gaz naturel est admis par un certain nombre de défenseurs de l’environnement comme acceptable durant une période transitoire. De plus, il permet une production d’hydrogène bien moins chère que par électrolyse. La puissante industrie chimique allemande, dont BASF, pousse les feux pour contrôler les importantes émanations de CO2 produites lors du processus de production. Si cela aboutit, l’industrie allemande de l’automobile produira des voitures électriques sans batteries, avec piles à combustible à hydrogène donc sans problèmes de rechargement et de distances parcourues…Elle aura l’avenir devant elle. La Stratégie Nationale pour l’Hydrogène allemande dispose dès le départ de près de dix milliards d’euros.

L’Allemagne a privilégié le gaz russe car il est bon marché. Les infrastructures (gazoducs) sont moins lourdes que le transport maritime. La Russie, via Gazprom met un point d’honneur à respecter ses engagements de livraisons…car ses besoins financiers sont impératifs. En 2005, commencèrent les travaux d’un gazoduc géant, nommé aujourd’hui Nord Stream, amenant directement le gaz russe en Allemagne via le fond de la Mer Baltique, donc en évitant le passage par l’Ukraine, la Pologne et autres pays aux relations délicates avec la Russie. L’ancien chancelier allemand Schroeder a accepté, sur proposition russe, la présidence du Conseil de Surveillance de Nord Stream. Il fut mis en service en 2012. En 2015, l’Allemagne et la Russie décidèrent de le doubler, ce fut le projet Nord Stream 2. Il a comme partenaires des entreprises allemandes, comme BASF (via Wintershall) et européennes comme Engie, le principal électricien belge. Un certain nombre de pays ont une politique énergie-climat copiée sur l’Allemagne et subissant les mêmes déboires, doivent aussi augmenter l’utilisation du gaz. Ainsi la Belgique  décidé de renoncer au nucléaire alors qu’aujourd’hui l’atome produit la moitié de son électricité. Incapable de le remplacer par les renouvelables le pays a décidé la construction d’un important parc de centrales à gaz dont l’usage est présenté comme transitoire.

Comment agissent les États-Unis pour empêcher la construction de pipeline ? 

Lionel Taccoen : Les réactions immédiates ont été décrites dans la réponse à la question 1. Mais ces réactions doivent être inscrites dans une stratégie bien plus large. Il s’agit, en cassant un projet emblématique d’interrompre un processus de collaboration dans le domaine gazier entre l’Allemagne et l’Union Européenne d’une part et la Russie d’autre part.

Un groupe de sénateurs républicains et démocrates prépare un projet de loi intitulé « Protecting Europe’s Energy Security Clarification Act » qui se propose comme son nom l’indique d’imposer à l’Union Européenne un certain nombre de dispositions dont les intérêts américains ne sont pas exclus, comme ceux liés aux ventes de gaz  de schiste d’Outre Atlantique. Avec à la clef des sanctions type Iran. On notera que la non réélection de Trump ne changerait pas le problème. Les Etats Unis sont soutenus dans l’affaire Nord Stream 2 par la Pologne qui a accueilli en 2019, une première cargaison de gaz US.

Voilà où nous mènent des politiques de l’énergie-climat irréelles et la balkanisation politique européenne…car l’Allemagne a mené aussi sa politique gazière sans concertation. Pire, elle a torpillé en 2014, un gazoduc type Nord Stream, nommé South Stream qui devait alimenter l’Italie, dont le gouvernement savoure discrètement aujourd’hui les déboires allemands !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 06/07/2020 - 08:55
Article intéressant mais Engie est un groupe
Majeur d energie français. Une telle erreur grossière invalide vos propos c est bien dommage.
hoche38
- 05/07/2020 - 16:38
Conclusion:
Une fois de plus, l'inconsistance de l'Europe de Bruxelles, bien contrôlée par les lobbys US, et incapable depuis trente ans de mettre en œuvre une politique commune de l'énergie. Il était plus commode de continuer à sauter sur sa chaise en criant "L'Europe, l'Europe", comme disait l'autre.
assougoudrel
- 05/07/2020 - 15:47
Après avoir "puni" Poutine
en écoutant les américains, c'est Merkel qui risque de l’être à son tour; c'est ce que l'on gagne en se trompant de partenaire. Quand à Poutine, il est là jusqu'en 2036, son peuple, lui faisant confiance; où seront les autres?