En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

Johnny, ta gueule !

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 min 57 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 11 sec
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 54 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 3 heures 33 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 3 heures 51 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 1 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 4 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 22 min 49 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 9 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 3 heures 35 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 14 heures 48 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 20 heures 57 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 22 heures 19 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

Publié le 05 juillet 2020
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 2/2.
Claudia Chatelus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Praticien hospitalier au pôle urgences/SMUR à l’hôpital Pasteur de Colmar, Claudia Chatelus est responsable du plan blanc, spécialiste de la médecine de catastrophe, expert du mécanisme européen de protection civile, médecin pompier et réserviste du...
Voir la bio
Stéphane Loignon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Loignon est grand-reporter au Parisien Week-end
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 2/2.

Au fil de ces deux mois, j’ai d’abord connu la stupeur, l’inquiétude, la colère, l’abattement, puis l’énergie de la résilience et enfin l’épuisement. Maintenant que l’heure est venue de dresser un bilan de cette aventure inédite, j’éprouve des sentiments mitigés. J’ai encore du mal à croire que nous ayons dû affronter cette épidémie sans les moyens nécessaires pour nous protéger et traiter au mieux les patients. Le manque de masques, de blouses, de gel hydroalcoolique, de respirateurs, d’écouvillons, de drogues, de ballons de ventilation, de lits en réanimation, de personnel, d’équipes de SMUR et, d’une manière générale, d’organisation, a mis en lumière, au pire moment, les failles d’un système de santé déjà à bout de souffle. Ces lacunes, qui ont mis nos vies en danger, nous ont poussés dans nos retranchements et nous avons été très près de refuser des soins de réanimation à des patients non pour des raisons médicales, mais faute de place. 

L’amertume le dispute donc à une profonde fierté. C’est parce que nous avons tenu bon, malgré tout, que le système, sur lequel nous aurions dû pouvoir compter, n’a pas craqué. En l’absence d’aide des autorités sanitaires, l’hôpital Pasteur tout entier s’est surpassé, mobilisant les ressources nécessaires pour relever ce défi et démontrant une agilité insoupçonnée. Sur le terrain, le personnel administratif, les brancardiers, les agents d’entretien, les secrétaires d’accueil, les aides-soignants, les infirmiers, les médecins urgentistes, infectiologues, réanimateurs et spécialistes en tous genres, les pharmaciens, les biologistes, les agents de la morgue – j’en oublie sans doute – ont pris la crise à bras-le-corps, sans se poser de question, faisant preuve d’un profond sens du devoir et d’une résistance hors du commun. 

Le soutien dont nous avons bénéficié nous a aussi beaucoup aidés. Je veux rendre hommage aux membres du service de santé et de secours médical du SDIS 68, qui nous ont fourni de l’équipement de réanimation quand nous en manquions. Aux sapeurs-pompiers de la caserne de Colmar, qui, dans les heures les plus sombres, ont fait sonner leur sirène à 20 heures pour témoigner leur solidarité. Aux ambulanciers, aux entreprises locales qui nous ont offert du matériel, et à certains élus locaux, comme Jean Rottner, le président de la région Grand Est, qui a très tôt tiré la sonnette d’alarme, et bien sûr Brigitte Klinkert, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, qui est notamment à l’origine des transferts de patients vers l’Allemagne. 

Que nous aura appris cette période historique ? Face à l’urgence, à l’intérieur de l’hôpital comme à l’extérieur, les barrières entre métiers, entre services, entre institutions, entre pays même, sont tombées. Nous avons enfin su décloisonner un système trop figé. Galvanisé par un impératif d’efficacité, le collectif a pris le dessus sur les individualités. Nous avons osé emprunter des chemins de traverse, actionner nos propres réseaux, échanger nos postes en fonction des nécessités, accepter les coups de main entre médecins, personnel médical et paramédical, blouses blanches et pompiers, hôpitaux, régions, nations. Nous avons su nous détacher des organigrammes traditionnels pour travailler de manière nettement plus horizontale, en cassant les silos. Il faudra nous en souvenir. Ce virus a bougé nos lignes de crête et prouvé que nos schémas institutionnels et nos modes de fonctionnement habituels n’étaient plus les bons, encore moins en temps de crise, où la priorité doit être donnée à l’opérationnel. À l’issue de ces mois sur le front du Covid, je décèle dans notre réaction collective des forces qui, je l’espère, permettront de bâtir l’hôpital public de demain – l’agilité, la transversalité, la confiance donnée aux acteurs de terrain – et grâce auxquelles nous pourrons à nouveau être fiers de notre système de santé.

A lire aussi : Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

Extrait du livre de Claudia Chatelus et Stéphae Loignon, "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne", publié aux éditions des Equateurs.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 05/07/2020 - 16:29
Je suis effondré
La gravité du propos, la douleur et l'emotion m'ont un l'instant fait penser que les auteurs faisaient le récit de leur débarquement à Omaha Beach le 6 juin 44 ! Pauvre pays!