En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

04.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

05.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

06.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 5 heures 3 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 7 heures 37 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 13 heures 24 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 2 heures 16 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 4 heures 24 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 6 heures 52 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 10 heures 55 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 3 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 5 heures
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

Publié le 05 juillet 2020
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 2/2.
Claudia Chatelus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Praticien hospitalier au pôle urgences/SMUR à l’hôpital Pasteur de Colmar, Claudia Chatelus est responsable du plan blanc, spécialiste de la médecine de catastrophe, expert du mécanisme européen de protection civile, médecin pompier et réserviste du...
Voir la bio
Stéphane Loignon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Loignon est grand-reporter au Parisien Week-end
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 2/2.

Au fil de ces deux mois, j’ai d’abord connu la stupeur, l’inquiétude, la colère, l’abattement, puis l’énergie de la résilience et enfin l’épuisement. Maintenant que l’heure est venue de dresser un bilan de cette aventure inédite, j’éprouve des sentiments mitigés. J’ai encore du mal à croire que nous ayons dû affronter cette épidémie sans les moyens nécessaires pour nous protéger et traiter au mieux les patients. Le manque de masques, de blouses, de gel hydroalcoolique, de respirateurs, d’écouvillons, de drogues, de ballons de ventilation, de lits en réanimation, de personnel, d’équipes de SMUR et, d’une manière générale, d’organisation, a mis en lumière, au pire moment, les failles d’un système de santé déjà à bout de souffle. Ces lacunes, qui ont mis nos vies en danger, nous ont poussés dans nos retranchements et nous avons été très près de refuser des soins de réanimation à des patients non pour des raisons médicales, mais faute de place. 

L’amertume le dispute donc à une profonde fierté. C’est parce que nous avons tenu bon, malgré tout, que le système, sur lequel nous aurions dû pouvoir compter, n’a pas craqué. En l’absence d’aide des autorités sanitaires, l’hôpital Pasteur tout entier s’est surpassé, mobilisant les ressources nécessaires pour relever ce défi et démontrant une agilité insoupçonnée. Sur le terrain, le personnel administratif, les brancardiers, les agents d’entretien, les secrétaires d’accueil, les aides-soignants, les infirmiers, les médecins urgentistes, infectiologues, réanimateurs et spécialistes en tous genres, les pharmaciens, les biologistes, les agents de la morgue – j’en oublie sans doute – ont pris la crise à bras-le-corps, sans se poser de question, faisant preuve d’un profond sens du devoir et d’une résistance hors du commun. 

Le soutien dont nous avons bénéficié nous a aussi beaucoup aidés. Je veux rendre hommage aux membres du service de santé et de secours médical du SDIS 68, qui nous ont fourni de l’équipement de réanimation quand nous en manquions. Aux sapeurs-pompiers de la caserne de Colmar, qui, dans les heures les plus sombres, ont fait sonner leur sirène à 20 heures pour témoigner leur solidarité. Aux ambulanciers, aux entreprises locales qui nous ont offert du matériel, et à certains élus locaux, comme Jean Rottner, le président de la région Grand Est, qui a très tôt tiré la sonnette d’alarme, et bien sûr Brigitte Klinkert, la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin, qui est notamment à l’origine des transferts de patients vers l’Allemagne. 

Que nous aura appris cette période historique ? Face à l’urgence, à l’intérieur de l’hôpital comme à l’extérieur, les barrières entre métiers, entre services, entre institutions, entre pays même, sont tombées. Nous avons enfin su décloisonner un système trop figé. Galvanisé par un impératif d’efficacité, le collectif a pris le dessus sur les individualités. Nous avons osé emprunter des chemins de traverse, actionner nos propres réseaux, échanger nos postes en fonction des nécessités, accepter les coups de main entre médecins, personnel médical et paramédical, blouses blanches et pompiers, hôpitaux, régions, nations. Nous avons su nous détacher des organigrammes traditionnels pour travailler de manière nettement plus horizontale, en cassant les silos. Il faudra nous en souvenir. Ce virus a bougé nos lignes de crête et prouvé que nos schémas institutionnels et nos modes de fonctionnement habituels n’étaient plus les bons, encore moins en temps de crise, où la priorité doit être donnée à l’opérationnel. À l’issue de ces mois sur le front du Covid, je décèle dans notre réaction collective des forces qui, je l’espère, permettront de bâtir l’hôpital public de demain – l’agilité, la transversalité, la confiance donnée aux acteurs de terrain – et grâce auxquelles nous pourrons à nouveau être fiers de notre système de santé.

A lire aussi : Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

Extrait du livre de Claudia Chatelus et Stéphae Loignon, "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne", publié aux éditions des Equateurs.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 05/07/2020 - 16:29
Je suis effondré
La gravité du propos, la douleur et l'emotion m'ont un l'instant fait penser que les auteurs faisaient le récit de leur débarquement à Omaha Beach le 6 juin 44 ! Pauvre pays!