En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 8 heures 21 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 9 heures 10 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 10 heures 11 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 11 heures 40 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 15 heures 32 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 18 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 19 heures 20 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 8 heures 45 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 9 heures 42 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 10 heures 47 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 12 heures 3 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 15 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 18 heures 59 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 19 heures 57 min
© SAUL LOEB / AFP
Donald Trump Etats-Unis
© SAUL LOEB / AFP
Donald Trump Etats-Unis
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

Publié le 04 juillet 2020
Donald Trump connaît une chute dans les sondages dans le cadre de l'élection présidentielle de novembre prochain. Comment expliquer que l'électorat traditionnel américain se détourne de Donald Trump en particulier dans les Etats acquis à la cause des républicains ?
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump connaît une chute dans les sondages dans le cadre de l'élection présidentielle de novembre prochain. Comment expliquer que l'électorat traditionnel américain se détourne de Donald Trump en particulier dans les Etats acquis à la cause des républicains ?

Atlantico.fr : Les manifestations contre le racisme aux États-Unis sont-elles à mettre en lien avec la chute de Donald Trump dans les sondages ?

Jean-Eric Branaa : En réalité, pour impressionnantes qu’aient été ces manifestations –du moins vues de France–, rien ne montre pour le moment qu’elles ont eu une influence quelconque entrainant une modification dans les intentions de vote des électeurs Américains. 

On peut tout au plus relever que ces manifestations ont entrainé une hausse du ton de part et d’autre, ce qui a eu pour conséquence de remobiliser les deux camps. Donald Trump a pu dérouler son argumentaire sur la loi et l’ordre et dénoncer les violences de certains groupes qui, localement, pouvaient aller jusqu’à l’émeute et la destruction de biens publics ou privés, quand ils ne se livraient pas carrément à des violences incontestables et totalement condamnables. Les opposants au président ont noté son manque d’empathie et son absence totale d’intérêt pour leur cause et leurs demandes, quand ils n’ont pas été révoltés par la généralisation faites trop rapidement par Donald Trump et ses supporters, qui ont volontairement gommé les différences entre les groupes violents et les groupes pacifiques dans le but d’instrumentaliser ces événements et tenter d’en tirer un avantage électoral. 

Mais, s’il s’agissait de se convaincre mutuellement et d’amener certains à changer de camp, c’est clairement un échec des deux côtés : la société américaine est désormais trop ancrée dans ses divisions et on peut parier que rien ne fera désormais bouger les lignes jusqu’à l’élection. En tout cas pas à partir d’éléments idéologiques de cette nature. Les supporters de Trump lui restent fidèles et ses opposants continuent à dénoncer toutes ses actions, ou ses inactions. Les manifestations ont été à mon sens sans effet sur le plan électoral.

Comment expliquer que l'électorat "blanc" traditionnel américain se détourne de Donald Trump en particulier dans les Etats acquis à la cause des républicains ?

Je pense qu’il vaut mieux parler d’effritement, car –là encore– il ne s’agit pas d’un mouvement très massif. Mais c’est vrai que la situation est à considérer avec sérieux, car elle démontre que Donald Trump a perdu ce formidable don qui lui permettait de comprendre l’atmosphère autour de lui et d’en faire une force pour l’emmener vers la victoire. 

La mésaventure de Trump à Tulsa, où son meeting n’a pas attiré plus de 6000 personnes quand il annonçait encore deux jours plus tôt qu’un million de supporters avaient demandé des billets, démontre qu’il n’a pas compris le plus important : l’Amérique a peur du Coronavirus et son électorat n’est pas en dehors de l’Amérique. 

Il faut dire qu’organiser un meeting géant dans le sud des États-Unis à un moment où il était annoncé une recrudescence brutale des cas de Covid-19 était juste inconséquent. Il lui a d’ailleurs depuis fallu annuler les meetings qui devaient suivre, d’abord à Phoenix, puis en Alabama, qui était prévu pour la semaine prochaine.

En plus de cette peur qu’il a sous-estimée, la gestion de la crise Covid-19 par Donald Trump est jugée sévèrement, y compris par se supporters les plus fidèles. Le jour-même du meeting de Tulsa, l’Arizona imposait le port du masque dans l’espace public, ce qui a été fait ensuite dans de nombreux autres États du sud. La réticence de Donald Trump à se conformer à cette exigence n’est pas comprise aux États-Unis. Là où il tente de faire passer un symbole de force et d’autorité, les électeurs comprennent qu’il n’est pas conscient du danger et qu’il veut n’en faire qu’à sa tête : ça ne passe pas dans un pays qui respecte l’ordre, justement, et attend de ses dirigeants qu’ils en fassent autant.

Alors ses électeurs ont commencé à lui envoyer des messages, notamment en adoubant lors d’élections locales, des candidats qu’il ne soutenait pas et ce, contre ceux qu’il soutenait : Il y a notamment le cas de Madison Cawthorn, à peine âgé de 24 ans, qui l’a emporté dans une primaire de Caroline du Nord pour devenir très certainement celui qui emportera le siège de député de Mark Meadows, devenu chef de cabinet du président à la Maison-Blanche. Qu’un jeune totalement inconnu l’emporte dans un scrutin aussi décisif aurait dû alerter le locataire de la Maison-Blanche qu’il lui faut écouter davantage ceux qui lui sont fidèles.

Mais l’erreur de Donald Trump et de ses équipes est de ne pas regarder les bonnes courbes et les bons sondages. Alors qu’ils sont focalisés sur la course avec Joe Biden et qu’ils concentrent leurs commentaires là-dessus, ils ignorent totalement et volontairement les autres courbes, celles qui retiennent véritablement l’attention des Américains : celles du nombre de tests, des cas positifs, des hospitalisations ou du nombre de décès, tous en hausse brutale. 

Ne comprenant pas que ses compatriotes ont toutes leurs préoccupations qui sont toujours plongées dans cet épisode de la pandémie et que rien d’autre ne parvient à capter leur attention, Donald Trump a été pourtant assez maladroit pour demander à la Cour suprême de mettre fin à l’Obamacare. Joe Biden en a bien entendu aussitôt profité en qualifiant cette demande de « cruelle « et d’inhumaine ».

Enfin, Donald Trump s’est jeté dans la campagne avec précipitation, sans même tester ses slogans ou d’en mesurer la portée : ses attaques contre Joe Biden se sont vite concentrées sur sa prétendue sénilité, profitant de ce que Biden est un ancien bègue et qu’il bafouille parfois, ou souvent, lors de ses prises de parole en public. Mais ces attaques ont aussi touché d’autres cibles : beaucoup de retraités américains qui bafouillent eux-aussi ou cherchent leurs mots, parce qu’avec l’âge ou l’état de santé, les réflexes ne sont plus ce qu’ils ont été. Ceux-là n’ont pas apprécié cet âgisme sur lequel surfe le président-sortant ; ils n’ont pas aimé qu’on puisse penser qu’ils sont gâteux ou séniles, juste parce qu’ils sont vieillis. 

Le résultat ne s’est pas fait attendre : Trump n'est plus majoritaire chez les séniors. Tous les sondages indiquent ce même fait : il y a une avance de 2 points chez Siena pour Biden, 4 points dans un sondage CNN, 8 points dans un autre pour NBC/Wall Street Journal ou 8 points chez Quinnipiac. Cet électorat, si important, numériquement et qualitativement pour Donald Trump a fini par considérer que Biden leur ressemblait peut-être davantage, qu’il avait vieilli comme eux, mais qu’il pouvait encore faire de belles choses. 

La désaffection ou le désamour ne se fait donc pas encore sentir chez tous les électeurs blancs traditionnels de Donald Trump. Mais il est touché au cœur même de son électorat. Et le pire est qu’il ne semble pas s’en rendre compte.

Donald Trump pourra-t-il rattraper son retard sur Joe Biden avant les présidentielles en novembre 2020 ?

C’est la véritable question que tout le monde se pose. Les plus prudents, ou les plus timorés ou les plus convaincus pensent que oui. Il est vrai que Trump a souvent surpris et qu’il a surtout déjoué quasiment tous les pronostics en 2016. Ça plaide pour lui et pour ceux qui y croient encore.

Mais en réalité il y a tant de différence entre 2016 et 2020 : il y a 4 ans, il était l’outsider qui promettait de renverser la citadelle. C’était plaisant pour tous les antisystèmes. Mais aujourd’hui, le système, c’est lui : il est le président-sortant.

En 2016, il avait surtout le vent qui soufflait pour lui : les médias couvraient tous ses faits et gestes, qui semblaient juste incroyables, tant il était transgressif. On se levait tous les matin avec une seule question en tête : « qu’à fait Donald Trump pendant la nuit ? » 

Au-delà de ça, il dégageait une image positive, vantait sa richesse « je suis riche, très riche, très très riche », utilisait l’emphase avec brio « je serai le plus grand président que Dieu aura mis sur terre » et arborait sans cesse un sourire triomphant, qui surplombait son éternelle cravate rouge. L’optimisme de sa campagne, qui emportait tout, a drainé des milliers, des dizaines, puis des centaines de milliers de supporters qui se sont embarqués à sa suite et ont fait sa victoire. 

En 2020, il traverse au contraire la période la plus noire de son existence : tout semble aller de travers. Aucune de ses attaques contre Joe Biden ne semble atteindre cet adversaire qui ne fait même pas campagne. La campagne de Donald Trump est donc terne. Pire encore : elle en devient négative, sombre, hargneuse, arc-boutée sur des dénonciations et des slogans agressifs. 

On peut développer longtemps ainsi mais une chose est sûre : jamais encore dans l’histoire moderne un candidat n’a réussi à remonter en 120 jours le retard qu’accuse aujourd’hui Donald Trump dans les sondages nationaux et locaux. Pire encore : il est donné au coude à coude, ou carrément derrière son adversaire, dans des bastions républicains dans lesquels il n’avait même pas imaginé faire campagne et où il devra engloutir des millions de dollars pour rétablir, pour tenter de rétablir l’équilibre en sa faveur : Indiana, Missouri, Georgie… et même le Texas !

Qui pariera sur la victoire de Trump aujourd’hui ? Pour y croire encore, il faudrait qu’il y ait une campagne. Or on en revient toujours à la même problématique : la crise de la Covid a tué les espoirs de Donald Trump parce qu’elle a d’abord tué la campagne présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/07/2020 - 23:44
Démocrates en charge, on l'oublie un peu trop.
On essaye de coller sur Trump la responsabilité de la mort du délinquant noir de Minneapolis alors que le policier coupable très mal noté avait été maintenu ( syndicats liés au parti démocrate historiquement) par un responsable de la police démocrate, nommé par un maire démocrate dans un état démocrate depuis des décennies. Le virus il s'est propagé d'abord dans le Nord-est, NY notamment, fief démocrate où il a tué beaucoup malgré le confinement et les masques. Il a migré dans d'autres états démocrates, en particulier en Californie.
jurgio
- 05/07/2020 - 13:52
Même pas sûr !
On ignore souvent que Trump a aussi un solide électorat africain. Toutefois, on n'en mesure pas toute l'étendue. La civilisation occidentale n'a tout de même pas tout perdu puisque les campagnes des fachos de gauche US ont tellement pris le parti d'un soutien outrancier des Blacks que ce soutien inconditionnel en est devenu abject et méprisant pour eux.
VALKO
- 05/07/2020 - 09:56
:«  la crise de la Covid a
:«  la crise de la Covid a tué les espoirs de Donald Trump parce qu’elle a d’abord tué la campagne présidentielle » La COVID n’a semble-t-il pas tué la volonté des BLM et des blancs qui les soutiennent de se rassembler, se mélanger et propager le virus en pratiquant la politique de la terre brûlée . Ce serait intéressant de nous dire combien d’émeutiers et déboulonneurs de statues sont malades , de la COVID s’entend, parce que pour le reste ils sont tous névrosés ou psychotiques pour faire preuve d’autant de violence Après, JEB dit que les blancs trumpistes ne se déplacent pas par peur du virus , ne lui pardonnent pas la gestion du virus MAIS le fait que les démocrates encouragent les émeutes donc la proximité avec postillons ( la violence verbale haineuse des PRO FLOYD a du faire qques dégâts ds la transmission ) ne semble pas effleurer l’esprit de M. BRAANA . Donc les électeurs démocrates n’ont pas peur du virus mais les ttrumpistes oui ! C’est scientifique, cette analyse ou ... un fantasme?