En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 3 heures 15 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 4 heures 45 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 10 heures 46 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 3 heures 3 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 4 heures 3 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 9 heures 11 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 9 heures 49 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 10 heures 18 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 11 heures 25 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 11 heures 54 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 12 heures 28 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

Publié le 04 juillet 2020
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 1/2.
Claudia Chatelus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Praticien hospitalier au pôle urgences/SMUR à l’hôpital Pasteur de Colmar, Claudia Chatelus est responsable du plan blanc, spécialiste de la médecine de catastrophe, expert du mécanisme européen de protection civile, médecin pompier et réserviste du...
Voir la bio
Stéphane Loignon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Loignon est grand-reporter au Parisien Week-end
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claudia Chatelus et Stéphane Loignon ont publié "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne" aux éditions des Equateurs. Dans la foulée du rassemblement évangélique de Mulhouse, mi-février, les hôpitaux du Haut-Rhin sont les premiers en France à connaître un afflux de patients atteints du Covid-19. Extrait 1/2.

En théorie, mercredi devait être dédié au repos. Mais au final, ce jour-là, je n’ai pas chômé non plus. À Pasteur, le manque de matériel devient critique. L’ancienne nounou de Louis, Océane, qui travaille maintenant comme technicienne dans un laboratoire près de Strasbourg, m’a envoyé un message pour m’informer que son patron souhaitait offrir 1500 masques FFP2. Or il ne parvenait pas à joindre l’hôpital. Je l’ai appelé et nous nous sommes donné rendez-vous devant Pasteur, pour les déposer directement au magasin. « N’hésitez pas à activer vos réseaux, parce qu’on n’a presque plus de charlottes, ni de blouses non plus », m’a glissé l’employée qui a reçu le matériel. De retour chez moi, j’ai contacté tous les amis que je connaissais dans le monde de l’entreprise. J’ai fini par obtenir les coordonnées d’une personne à l’antenne locale de l’Institut national de recherche agronomique, à Colmar, qui a accepté de nous fournir des blouses. J’ai passé ma journée au téléphone. Heureusement, mes enfants se montrent compréhensifs. Ils ont l’habitude de me voir occupée et savent quand il ne faut pas me déranger, même le plus petit. 

En revenant travailler le lendemain, j’apprends que de grandes entreprises du département – Recipharm, Werey, Vialis… – nous ont, elles aussi, livré des milliers de masques. Des distilleries locales nous ont également offert de larges quantités d’alcool pour que les pharmaciens de l’hôpital produisent pour nous du gel hydroalcoolique. Grâce à l’activation des réseaux de chacun, grâce à la générosité de ces entreprises, la menace de la rupture de stock s’éloigne. Jusqu’ici, nous sommes parvenus, parfois in extremis, à l’éviter. Je suis quand même abasourdie que, en 2020, l’hôpital public français en soit réduit à compter sur des dons. C’est un peu comme si notre système de santé dépendait des Restos du cœur…

Depuis ma prise de service ce jeudi midi, je n’arrête pas une minute. Ma tenue enfilée, je me rends en « salle tiède », une grande pièce équipée de respirateurs et de plusieurs scopes (des écrans de suivi des paramètres vitaux) où nous avons installé nos patients en urgence absolue, car la salle voisine de déchocage ne suffit plus. 

À peine la porte franchie, le confrère que je relève, Nicolas K., dont je devine tout juste la barbe derrière son masque FFP2, me lance d’un ton calme : « Est-ce que tu veux l’intuber ? Je viens d’en enchaîner trois, comme ça, je pourrai peut-être aller manger. » Je réponds : « OK, j’y vais. » Ma collègue Leslie D., avec qui je discute souvent après nos gardes, car nous partageons le même bureau, m’interroge : « T’as déjà intubé ce type de patient ? » Non, c’est une première. C’est une technique que je maîtrise, mais je ne l’ai encore jamais pratiquée sur un patient Covid en syndrome de détresse respiratoire aigu. « Attention », me prévient-elle, « ce type de malade désature anormalement vite. » Une fois le patient endormi avec des hypnotiques et curares, il faut, avant de l’intuber, cesser la ventilation dont il bénéficie pour ouvrir sa bouche et visualiser sa glotte à l’aide d’un laryngoscope, qui dégage la langue, afin d’insérer la sonde d’intubation, laquelle sera reliée au respirateur. La manipulation, qui se fait généralement en binôme médecin/ infirmier, est risquée pour la personne soignée. Pendant ces quelques secondes sans ventilation, son taux d’oxygène dans le sang tombe en flèche et passe très vite de 80 % à 40 %, voire 20 %. Après l’intubation, il remonte lentement. Une fois qu’on l’a fait, on le sait, mais sur le coup, ça surprend. La chute est bien plus brutale que lors des intubations habituelles. Il faut agir vite, très vite. Les réglages du respirateur sont également différents, il faut insuffler de plus petits volumes. Au final, ça se passe très bien. Mais heureusement que Leslie m’a avertie. 

Aux urgences, nous n’avons que des cas graves. La vitesse à laquelle les gens se dégradent continue de me surprendre. Ils entrent parfois en détresse respiratoire dans l’heure de leur arrivée, alors même qu’ils sont venus sans ambulance jusque chez nous. L’intubation les maintient en vie de justesse. Dans la salle tiède, je lis sur le visage de certains malades une grande angoisse. C’est impressionnant d’arriver là-dedans. Ils nous découvrent dans nos tenues blanches hermétiques, ça leur fait peur. Je discute beaucoup avec eux, notamment avec une femme qui a exactement mon âge, quarante-neuf ans. L’expression figée, le teint pâle, les yeux effrayés, elle reste muette. Je tente de la détendre un peu, d’expliquer la situation et de rationaliser : « Vous êtes là parce que vous avez des signes de difficultés respiratoires, c’est probablement le coronavirus. Ce n’est pas parce que vous êtes ici que c’est grave, beaucoup en guérissent. » Je lui donne des précisions sur les examens qu’on doit pratiquer et les raisons pour lesquelles il faut la garder pour l’instant, le temps d’avoir les résultats. Après avoir parlé quelques minutes avec elle, je vois ses traits se relâcher et la sens un peu moins anxieuse. Malheureusement, dans l’action, et ce contexte si particulier, on est tellement concentré sur la pathologie et le virus qu’on oublie parfois la femme ou l’homme qui en souffre. 

Le bilan, ce soir, est alarmant. Nous comptons 2 décès aux urgences, parmi les patients dont mes collègues se sont occupés. L’établissement accueille 78 malades du Covid, dont 33 dans le secteur de réanimation et de soins intensifs, où tous nos lits sont déjà pleins alors que le dernier service de réa non-Covid vient d’être absorbé lui aussi. C’est la même chose dans tout le Haut-Rhin, le département de France le plus touché à ce jour. La situation devient de plus en plus compliquée. Avant chaque intubation, on vérifie qu’on a de la place derrière. Après, on se demande si on a bien fait. Quand la personne intubée a des comorbidités, quand on sait que la probabilité qu’elle s’en tire est faible malgré les soins qui lui seront apportés en réanimation, on espère qu’elle n’a pas pris la place d’une personne qui arrivera demain et aura plus de chances de survie. 

Pour l’instant, il n’existe pas de remède miracle. Nous ne faisons que donner aux patients de l’oxygène, le temps que leur corps surmonte l’inflammation qui menace de les tuer. Nous prescrivons souvent aussi des antibiotiques, en cas de surinfection. Les anesthésistes-réanimateurs peuvent essayer d’autres traitements, antiviraux, mais aucun n’a encore fait ses preuves sur le plan scientifique. Le professeur Didier Raoult, au centre de recherche de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, à Marseille, vante les mérites de la chloroquine. Les médias en parlent de plus en plus. C’est une piste intéressante, un traitement pas cher. Cela donne de l’espoir. On aimerait tellement pouvoir administrer quelque chose aux patients dès le test positif, pour éviter qu’ils se dégradent, un peu comme le Tamiflu que l’on prescrit habituellement contre la grippe. Il va falloir patienter. 

En attendant, l’oxygénation, voire, si nécessaire, l’intubation, sont nos seules armes. Encore faut-il pouvoir les utiliser !

Extrait du livre de Claudia Chatelus et Stéphae Loignon, "Ma guerre du Covid, journal d’une urgentiste alsacienne", publié aux éditions des Equateurs.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires