En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 9 min 10 sec
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 1 heure 55 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 27 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 45 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 55 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 58 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 59 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 34 min 48 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 25 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 3 heures 3 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 29 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 42 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 51 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

Publié le 03 juillet 2020
Un essai mené par l'Institut du cancer (IC) et le Royal Marsden NHS Trust montre les premiers signes d'efficacité du Berzosertib. Plus de la moitié des 40 patients ayant reçu du Berzosertib ont vu la croissance de leurs tumeurs arrêtée.
Nicole Delépine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un essai mené par l'Institut du cancer (IC) et le Royal Marsden NHS Trust montre les premiers signes d'efficacité du Berzosertib. Plus de la moitié des 40 patients ayant reçu du Berzosertib ont vu la croissance de leurs tumeurs arrêtée.

Atlantico.fr : Un essai mené par l'Institut du cancer (IC) et le Royal Marsden NHS Trust montre les premiers signes d'efficacité du Berzosertib, un médicament qui empêche les cellules cancéreuses de se réparer elles-mêmes. En effet, plus de la moitié des 40 patients ayant reçu du berzosertib ont vu la croissance de leurs tumeurs arrêtée. 
 
Qu'est-ce que le Berzosertib  ? En quoi constitue-t-il une avancée médicale dans le traitement des tumeurs cancéreuses ?

Nicole Delépine : Le système de réparation par excision de base (BER) réalise la réparation de bases d'ADN perdues ou mal appariées et constitue la voie la plus courante pour éviter l’accumulation d’ADN endommagées. 

L'absence de BER augmente les dommages à l'ADN et facilite ainsi l’apparition de cancers. 

Le Berzosertib connu aussi sous le nom de VX-970 ou M6620 est un inhibiteur de l'ATR à petites molécules qui bloque de la réparation des dommages à l'ADN. Le Berzosertib supprime la prolifération de certains cancers et induit l'apoptose sur différentes lignées de cellules cancéreuses.

Actuellement, il ne représente pas une avancée médicale, mais seulement l’espoir ou la possibilité d’un nouveau médicament.

Il s’agissait jusque-là d’un essai « phase un » : que faut-il encore vérifier et développer pour que le Berzosertib fasse ses preuves ? 

Les essais de phase 1 ne permettent pas de déterminer la place d’un médicament parmi ceux qui existent déjà. 

Ils étudient les propriétés pharmacologiques du médicament et la toxicité de la molécule chez l’homme Ils recherchent la posologie minimale efficace et la posologie maximale possible (seuil de toxicité).

Les essais de phase II recherchent la posologie optimale.

Ce n’est qu’à partir des essais de Phase III que l’on détermine l’efficacité thérapeutique par des études contrôlées vs placebo ou vs médicament de référence.

Et que l’on mesure les effets indésirables.

Afin de déterminer le Rapport bénéfices risques.

Si ce rapport est favorable le laboratoire dépose un dossier d’Autorisation  de Mise sur le Marché auprès de l’agence nationale ou européenne.

De quelle façon pourrait-il être prescrit ?

Ce n’est qu’à ce moment que se posera peut-être le problème de son éventuelle indication.

Tous les essais (1 à 3) sont réalisés sur des groupes de sujets sélectionnés pour limiter les risques de toxicité ; parfois ces groupes ne reflètent pas la population susceptible de recevoir le médicament et la toxicité rapportée dans un essai sous-estime parfois beaucoup la toxicité réelle dans la population courante.

La Phase IV détermine l’utilité réelle du médicament en population courante et permet enfin d’évaluer la balance avantages/ risques.

Le médicament fait partie des «médecines de précision», qui cible des gènes spécifiques ou des changements génétiques. En quoi ce premier essai est-il prometteur pour les traitements du cancer en général ? De nouvelles avancées sont-elles à venir ?

Cet essai n’est en rien annonciateur de progrès réel. A la date du 25 juin la consultation de la base de données américaine Pubmed (qui recense tous les articles publiés) ne retrouve que trois publications originales sur le Berzosertib dont une seule en utilisation clinique (essai de phase 2).

La publication que vous citez constitue manifestement un article purement publicitaire destiné à faire connaitre le promoteur ou à faire monter son cours de bourse (comme nous l’avons récemment observé pour les publications Remdesevir et Gilead).

Ce n’est qu’en analysant des essais phase 3 honnêtes que l’on peut se faire une idée réelle de l’utilité éventuelle du produit. Beaucoup trop tôt ici.

Les thérapies ciblées qu’on nous a tant vanté depuis les années 2000 ont globalement échoué.  Elles sont incapables d’éviter la chirurgie et les chimiothérapies classiques, ni d’augmenter le taux de guérison des cancéreux, ni à prolonger sensiblement leur survie (sauf pour quelques tumeurs très rares et de rares maladies hématologiques).

Leur mise sur le marché trop précoce permise par des critères substitutifs de décision (stabilisation tumorale de quelques mois) au lieu des critères classiques (taux de guérison, durée de survie globale) a seulement permis aux firmes pharmaceutiques d’engranger des gains considérables grâce à des prix astronomiques (3 à 5 mille euros le mois) que ne justifient ni leur utilité ni leur mise au point. 

Notre livre « médicaments peu utiles, souvent toxiques et hors de prix » le détaille abondamment.

De nombreux articles confirment les faibles progrès engrangés depuis 20 ans par ces thérapies ciblées et pour cette raison les grands laboratoires misent maintenant davantage sur l’immunothérapie encore plus couteuse (et globalement aussi peu efficace). Mais les gains financiers colossaux alimentent une propagande sans limites facilitée par le contrôle quasi-total de la presse médicale (exemples récents du Lancetgate et du NEJMGate sur la chloroquine) et grand public et souvent une corruption des décideurs.

Pour se faire une idée scientifique du Berzosertib, il est urgent d’attendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elmer
- 08/07/2020 - 10:54
Article scandaleux et honteux
J ai gagné dix ans de vie gràce aux thérapies ciblées et aux immunothérapies et élever mes enfants un peu plus longtemps. Heureusement que ces thérapies existent. Durer sans guérir, c'est déjà vivre. Et oui, on finit - comme tout le monde- par mourir. Quant au prix, il faut payer la recherche. Et le prix finira par baisser, comme pour toutes les innovations.
ajm
- 04/07/2020 - 12:32
Douche froide
L'article est effectivement en opposition totale avec le titre et constitue une vraie douche froide pour ceux qui ont ou qui craignent d'avoir un cancer. Pas de nature à améliorer un moral en berne.
evgueniesokolof
- 03/07/2020 - 15:37
Non mais
Avez vous remarqué l'écart entre le titre (écrit par la réaction ) et ce que raconte la dame?
C'est un phénomène récurrent! Qu'attend Ferjou pour virer le ou les bras cassés qui sévissent dans les cuisines ?