En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 12 heures 18 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 13 heures 27 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 15 heures 7 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 17 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 23 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 12 heures 42 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 13 heures 44 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 15 heures 40 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 18 heures 5 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 20 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 23 heures 10 sec
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 23 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 11 heures
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

Publié le 03 juillet 2020
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron vient d'accorder un entretien à la presse quotidienne régionale sur l'avenir de son quinquennat, un remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures ou le sprochains jours. L'avenir d'Edouard Philippe à Matignon est incertain.

A quelques semaines près, Emmanuel Macron se trouve dans la même situation que Nicolas Sarkozy après les mauvais résultats des élections régionales de 2010. C’est le dernier moment où cela fait du sens de changer de Premier ministre. Or ce dernier est plus populaire, de plusieurs points, que le Président. L’opinion comprendrait-elle que l’on change un chef de gouvernement qui donne satisfaction - en tout cas à titre personnel car, autre point commun, les sondés de l’époque imaginaient aussi de garder la personne en lui confiant une autre politique? 

Nicolas Sarkozy avait décidé de garder François Fillon, finalement; et il semble qu’Emmanuel Macron s’apprête à prendre la décision contraire, en se séparant d’Edouard Philippe. Pour le président de 2020 comme pour celui de 2010, il y a cependant un autre point commun: le monde est plongé dans une crise mondiale - les conséquences de la crise des subprimes hier, l’impact du coronavirus aujourd’hui. En 2012, Nicolas Sarkozy ne fut finalement pas réélu. Aujourd’hui, Emmanuel Macron n’a qu’une question: comment faire pour être réélu malgré le faisceau de facteurs défavorables? 

C’est là qu’entre en jeu le tempérament propre à chaque président. Nicolas Sarkozy se prenait un peu pour Bonaparte: général au regard sûr et incisif commandant à des officiers très loin de son niveau. Emmanuel Macron, lui, se vit sur un mode bien plus solitaire: non seulement il veut décider de tout ce qui importe mais il semble se complaire dans un exercice solitaire du pouvoir sans équivalent dans notre histoire. Objectivement, la situation est, pour ce président, bien plus détériorée, que pour aucun de ses prédécesseurs, même François Hollande. Mais il semble qu’Emmanuel Macron ne se sente à l’aise que dans une situation chaotique, quand il avance au milieu d’un champ de ruines politiques. 

Au fond, le message que l’actuel occupant de l’Elysée a distillé ces derniers jours, c’est: si je pouvais, je ne changerais rien à ma politique; au contraire, il faut remettre la réforme des retraites sur le métier - comme s’il n’y avait pas eu le désastreux hiver 2019-2020; l’écologisme idéologique doit être poussé coûte que coûte: Comme s’il n’y avait pas eu la crise des Gilets Jaunes. Si l’on creuse plus profondément, on voit que le Président ne veut pas sortir du « en même temps », si désastreux pour le pays mais qui lui semble être la seule façon de survivre politiquement. Avec obstination, jusqu’en 2022, Emmanuel Macron va poursuivre le grand écart et la tâche impossible de maintenir avec lui aussi bien le centre-gauche que le centre-droit. C’est un segment de l’opinion qui peut rassembler jusqu’à 30% des électeurs. 

Parce qu’il court en permanence le danger de mécontenter la partie gauche du centre quand il en satisfait la partie droite, ou le contraire, Emmanuel Macron ne réussit qu’à conserver, en gros, son socle de 23/24% d’électeurs du premier tour de 2017. C’est apparemment suffisant pour figurer au second tour en 2022; et, l’espère le président, pour gagner. Emmanuel Macron sait très bien qu’il court un danger à rendre Edouard Philippe à sa liberté et son ancien parti. mais il espère en fait semer encore plus la zizanie à droite, pour que LR soit tiraillée entre le RN et le centre, un peu plus - d’autant plus qu’il fera entrer d’autres LR au gouvernement. Comme il fera entrer d’autres personnalités, proches de la gauche, normalement incompatibles avec les premières, dans son nouveau gouvernement. Mais l’important n’est-il pas de pouvoir continuer ce « en même temps » qu’aucun politique de droite n’a la courage de dénoncer une fois pour toute comme la source des malheurs du pays? 

Emmanuel Macron a été élu sur la décomposition du système politique; il semble survivre à toutes les crises qu’il a lui-même provoquées. Et, selon une formule célèbre, il pourrait ajouter qu’il faut, avec un nouveau gouvernement, que tout change pour que rien ne change...sauf le Premier ministre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 03/07/2020 - 15:58
Les veaux
Je me répète : les français sont des veaux disait le Général. Je le verrais autrement comme montagnard, des moutons affolés suivant le premier d’entre eux qui les mène vers le saut dans l’abime.
jurgio
- 03/07/2020 - 15:03
Les gouvernements multiplient les nominations
À quoi bon puisque nos politiques peuvent sans changer de nom revenir plusieurs fois commettre les mêmes forfaits ?
Ganesha
- 03/07/2020 - 11:37
Révolte Populaire
Cela fait quarante ans que les français haissent leur président !
Et, ils ont raison : objectivement, la majorité d'entre eux constatent qu'ils vivent de moins en moins bien... en dehors de quelques petits gadgets amusants comme les télés à écran plat et les smartphones.
Un seul de nos ''leader maximo'' a su, malgré tout, avoir une attitude gaullienne : Jacques Chirac, lorsqu'il a dissout l'Assemblée Nationale.
La différence, c'est qu'Emmanuel Macron, minable travesti inconsistant, lui, sera contraint à la dissolution, par une révolte populaire.