En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 7 heures 48 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 8 heures 31 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 10 heures 2 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 12 heures 56 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 14 heures 16 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 14 heures 39 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 15 heures 17 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 16 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 7 heures 29 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 8 heures 3 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 9 heures 7 sec
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 11 heures 16 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 17 heures 18 min
© John MACDOUGALL / AFP
Angela Merkel Europe Allemagne
© John MACDOUGALL / AFP
Angela Merkel Europe Allemagne
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

Publié le 02 juillet 2020
Le 1er juillet 2020, l'Allemagne a pris la présidence du Conseil de l'Union européenne. Le gouvernement allemand va mener les discussions et les débats entre les Etats membres pour les six prochains mois. L'Europe a-t-elle les moyens d'assumer un rôle de premier plan sur la scène géopolitique mondiale ? Quel rôle pourrait jouer la France dans cette nouvelle organisation de l'Europe ?
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 1er juillet 2020, l'Allemagne a pris la présidence du Conseil de l'Union européenne. Le gouvernement allemand va mener les discussions et les débats entre les Etats membres pour les six prochains mois. L'Europe a-t-elle les moyens d'assumer un rôle de premier plan sur la scène géopolitique mondiale ? Quel rôle pourrait jouer la France dans cette nouvelle organisation de l'Europe ?

Atlantico.fr : Alors que depuis le 1er juillet l'Allemagne a pris les rênes de l'UE, quels peuvent-être les atouts d'Angela Merkel pour redonner vie au rêve de puissance européenne ?

Christophe Bouillaud : Le principal atout dans son jeu est son caractère irremplaçable dans le jeu politique allemand. Vu sa longévité au pouvoir et sa capacité à gérer les crises qui se sont succédées, il est difficile en Allemagne de la mettre en cause. Son acceptation de l’idée qu’il va falloir faire un pot commun européen pour sortir de la crise économique est décisive, car elle donne de la crédibilité à une idée encore très mal vue par la majorité conservatrice en Allemagne et ailleurs. Elle élève en quelque sorte le débat au niveau où il doit se situer : sans réelle solidarité plus importante qu’actuellement, la zone Euro et l’Union européenne à sa suite finiront par disparaître. 

Le second atout, c’est qu’au niveau européen rien ne peut se faire sans l’Allemagne. Si ce pays appuie dans une certaine direction, il est probable – mais pas certain – que l’Union européenne choisisse cette direction.  Il me semble que la situation géopolitique de cette année 2020, avec des Etats-Unis en grande difficulté à cause de leur gestion erratique de la pandémie sur leur propre sol, avec une Chine populaire de plus en plus « impérialiste », et une Russie toujours aussi prompte à tout saboter, sans compter une Turquie « néo-ottomane » de plus en plus agressive, appelle une réaction de l’Etat allemand et de ses dirigeants, qui, au-delà des propos lénifiants sur le multilatéralisme, doivent prendre désormais leurs responsabilités face à ce monde dangereux qui se profile. Là encore Angela Merkel est peut-être la seule à pouvoir dire à ses compatriotes que le temps de l’Allemagne comme « grande Suisse », championne du monde des exportations, au cœur d’un continent en paix est révolu par la force des choses. 

Le troisième, c’est que le parti d’A. Merkel, la CDU, reste au cœur du principal parti paneuropéen, le Parti populaire européen (PPE). Avec la CDU, c’est tout l’univers des conservateurs européens qui se trouve dans la boucle. Le groupe du PPE est au cœur du Parlement européen, mais aussi beaucoup de dirigeants nationaux sont membres d’un parti lui-même adhérent du PPE. 

Face aux désirs expansionnistes chinois et à l'effondrement de la politique extérieure américaine, l'Europe a-t-elle les moyens d'assumer un rôle de premier plan sur la scène géopolitique mondiale ?

Du point de vue économique, l’Union européenne et ses Etats fondateurs restent largement au cœur de l’économie mondiale. Il ne faut pas sous-estimer leur poids commun, même si bien sûr leur poids relatif diminue, en particulier en faveur de l’Asie. 

Par contre du point de vue géopolitique, il est bien évident que remettre en cause l’ensemble de l’héritage « atlantiste », dont la garantie américaine de sécurité pour le continent européen proprement dit, mais aussi la délégation de la sécurité européenne au Moyen-Orient aux Etats-Unis, constituent en réalité des problèmes inédits depuis deux siècles au moins. 

En effet, la stabilité de l’ordre européen a dépendu depuis 1815 d’une puissance hégémonique aux marges de l’Europe continentale : le Royaume-Uni jusqu’en 1914, et les Etats-Unis après 1945. Imaginer que les Etats européens arrivent à se constituer durablement en puissance dans les prochaines années est d’autant moins facile que tous les Etats européens ne voient pas les mêmes urgences, et qu’en plus, ils n’ont pas sur certains théâtres d’opération extérieure la même stratégie. Je pense en particulier au cas libyen, où la France a été soupçonnée de soutenir le Maréchal Haftar, alors que l’Italie tenait pour le gouvernement de Tripoli. De fait, avant de pouvoir se positionner sur la scène géopolitique mondiale, il faudrait déjà que tous les Etats européens se mettent d’accord sur les alliances et priorités stratégiques dans leur environnement proche. En même temps, l’Union européenne peut finir par se trouver aidée par ses voisins, qui prennent trop visiblement leurs aises, comme par exemple la Turquie d’Erdogan ou même la Chine et sa tendance à s’ingérer dans les Balkans. 

Quel rôle pourrait jouer la France dans cette nouvelle organisation de l'Europe ?  

Pour le coup, cette montée en puissance de l’échelon européen serait une réussite des théories de Jacques Delors à la fin de son mandat de Président de la Commission européenne en 1995. Finalement, cette monnaie unique, créée audacieusement sans politique budgétaire associée, finirait par le jeu des crises successives par accoucher d’un budget européen conséquent, et donc d’un fédéralisme européen de fait, sinon de droit. 
Cela serait aussi une réussite tardive des théories gaullistes sur l’indépendance stratégique de la France vis-à-vis des Etats-Unis, désormais étendue à l’Union européenne. En quelque sorte, nous aurions eu sur ces deux points raison avant tout le monde, ce qui ne manquera pas de rehausser quelque peu notre prestige bien écorné actuellement. 

Par contre, si nous allons vers un fédéralisme de fait, sans passer nécessairement par des changements de traité, les institutions françaises seront particulièrement mises à mal dans leur esprit très Vème République. En effet, si le pouvoir réel de dépenser et de taxer commence vraiment à se déplacer vers « Bruxelles », comment faire comprendre cela à nos concitoyens qui sont tous les 5 ans abreuvés du mythe du « Monarque électif » toujours un peu thaumaturge ? Les Allemands, les Espagnols ou les Belges peuvent comprendre le fédéralisme. Je ne suis pas sûr que cela soit le cas en France. C’est un peu le paradoxe : les Français sont sans doute l’une des nations européennes les moins préparées à s’habituer à ce fédéralisme européen qu’un Emmanuel Macron, après d’autres dirigeants français, appelle de fait de ses vœux, et qui constitue la seule issue logique pour construire une vraie puissance continentale européenne. L’ « Europe-puissance » oui, mais au prix de l’effacement de la France comme puissance – certes moyenne - dans le monde ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 03/07/2020 - 14:34
Ce sont, en effet, nos politiques qu'il faudrait sortir du coma
L'Allemagne ne pouvait que prendre les rênes de l'Europe puisqu'elle possède la carriole et le cheval. La France devra rapidement revenir à la triste réalité car elle se comporte déjà depuis longtemps, sans le courage de se l'avouer comme une province européenne.
cmjdb
- 02/07/2020 - 21:44
EUROPE FEDERALE
Et si les Français avaient intérêt à une Europe Fédérale en raison de la nullité de leur classe politique ?
lasenorita
- 02/07/2020 - 18:48
RAS-LE-BOL de Merkel et de l'Europe!
Macron est le toutou de Merkel: celle-ci lui ordonne de prendre des ''migrants'' et Macron obéit... bien que la majorité des Français n'en veut pas! ''L'Europe'' a pénalisé la France qui a renvoyé des Comoriens ''clandestins''dans leur pays voir https://www.france24.com/fr/20200625-la-france-condamnée-pour-l-expulsion-de-deux-enfants-comoriens-entrés-illégalement-à mayotte..c'est pourtant bien ''le droit'' de la France de ne pas garder les ''clandestins'' chez elle?..Mayotte et La Guyane,où des ''clandestins'' arrivent chaque jour dans ces pays,ne peuvent arrêter l'épidémie du coronavirus..il en va de la SANTE des Français de STOPPER cette immigration clandestine!