En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 21 min 24 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 59 min 11 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 52 min 5 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 17 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 17 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 23 min
© HAYOUNG JEON / POOL / AFP
Angela Merkel
© HAYOUNG JEON / POOL / AFP
Angela Merkel
Atlantico Business

Angela Merkel prend la présidence de l’Union européenne avec toutes les cartes en main pour sortir l'Europe de l'asphyxie ou de l‘isolement

Publié le 01 juillet 2020
L’Allemagne prend la tête de l’Union européenne en ce 1er juillet. Et si Angela Merkel a toutes les chances de réanimer l’Europe, c’est parce que l’Allemagne s’est convaincue qu’elle en avait besoin. La Chancelière n’a jamais eu autant d’opportunités pour marquer l’Histoire.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Allemagne prend la tête de l’Union européenne en ce 1er juillet. Et si Angela Merkel a toutes les chances de réanimer l’Europe, c’est parce que l’Allemagne s’est convaincue qu’elle en avait besoin. La Chancelière n’a jamais eu autant d’opportunités pour marquer l’Histoire.

L’année dernière, à la même époque, Angela Merkel était politiquement condamnée, le peuple allemand ne la voulait plus. Elle avait perdu la majorité au sein de son propre parti et se consolait à peine avec le peu de temps que le calendrier électoral lui laissait, avec la Chancellerie, pour organiser sa succession qui ne paraissait pas gagnée pour ses amis.

Aujourd’hui, la première dame d’outre Rhin n’a jamais été aussi populaire et légitime pour sortir l’Allemagne de la crise et repositionner son pays au sein d’une Europe qui a sans doute un rôle nouveau à jouer dans la concurrence mondiale. Et pour ce faire, elle doit renforcer l’Union européenne parce qu’elle a enfin réussi à faire comprendre à ses concitoyens que l’Allemagne ne s’en sortira pas toute seule et encore moins sans la solidarité des pays membres de l’Union.  Le point nouveau est dans le changement de son rôle au sein de l’Union. Et les pays membres de l’Union européenne ont tout à gagner de ce changement. 

Angela Merkel s’installe donc à Bruxelles pour six mois comme présidente de l’Union européenne, avec la ferme intention d’assumer le pouvoir. Il n’y a qu’en France que les antieuropéens ont fait croire que l’Union européenne était aux mains des eurocrates, ces fonctionnaires qui, soi-disant, décident de tout contre l’avis des peuples. A Berlin, on sait que le pouvoir à Bruxelles appartient au conseil des ministres et au conseil des chefs d’Etat et de gouvernement qui délèguent leur pouvoir à une administration et en conservent le pouvoir de la contrôler. C’est donc Angela Merkel la patronne et elle a en main toutes les cartes pour assumer ce pouvoir et relever les défis qui s’imposent, pas seulement à l’Allemagne, mais aussi à l'ensemble des pays membres.  

1ere carte, une conviction acquise et renforcée par la crise du coronavirus. Dans le contexte de la mondialisation, elle a pris conscience que la bataille contre ce type de crise pandémique ne pouvait se gagner qu’à l’échelon européen, il fallait donc trouver des nouvelles solidarités. Que l’Allemagne ait été préparée, c’est bien mais elle avait tout à craindre de l’impréparation de ses voisins et partenaires.

2e carte, la popularité nouvelle. Alors qu’il y a encore un an, Angela Merkel avait perdu toute légitimité, aujourd’hui elle a retrouvé sa puissance et son autorité interne au point de faire accepter au peuple allemand des projets et des politiques qui paraissaient complètement tabous. Quand Angela Merkel, contre l’avis des faucons de son parti, fait passer l’idée qu’il faut désormais s’asseoir sur les critères de Maastricht, dépasser les normes pour survivre, quand elle convainc les gens de son cabinet de préparer avec la France des emprunts garantis par l’Union européenne mais dont les moyens seront destinés à soutenir les pays membres les plus fragiles, quand enfin, elle reconnait que la politique d’immigration doit évoluer vers plus de restrictions, notamment à l’encontre des populations musulmanes, c’est aussi très nouveau.

3e carte en main. Le soutien de deux de ses amies qu‘elle a fait nommer aux postes stratégiques de l’Union européenne. Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne et Ursula Von der Leyen, à la présidence de la Commission européenne. D’un côté, elle peut veiller au tiroir-caisse et de l’autre à la gouvernance quotidienne. Ces trois femmes sont au diapason.

4e carte en main, le dynamisme de l’appareil industriel allemand qui a compris qu’il lui fallait changer de stratégie et peut être de modèle économique.  La force de l’Allemagne s’est construite sur les succès à l’exportation. L’industrie allemande a résisté à la tentation des délocalisations. Avec des produits très innovants à haute valeur ajoutée et une productivité très compétitive grâce à l'euro, l’Allemagne s’est imposée dans le monde comme le numéro un des exportations à grande valeur, notamment dans tous les pays émergents. Que la Chine soit devenue l’usine du monde pour fabriquer des chaussettes et des tee-shirts, les Allemands s’en moquaient tant que l’Allemagne restait le premier fournisseur de machine-outils ou de robots. 

Le problème est que cette répartition des taches a évolué.  Les pays émergents, grâce aux transferts de technologie, sont devenus des concurrents sur les créneaux sophistiqués. A partir de ce moment-là, le patronat allemand a compris qu’il aurait besoin des marchés européens. Mais pour avoir accès aux marchés européens, il fallait protéger les économies européennes et cesser de les fragiliser par des conditions de compétitivité inaccessibles.

Populaire dans les campagnes allemandes, écoutée par les élites, Angela Merkel a pu imaginer un changement de modèle économique.

Et toutes ces cartes en main doivent maintenant lui permettre de relever les défis qui se présentent à l’Europe. 

Le premier défi est celui de la relance budgétaire, dans laquelle les Etats ont encore leur mot à dire. Ce sera le premier gros dossier d’Angela Merkel : faire passer l’accord de plan de relance au moment du sommet européen, organisé le 17 et 18 juillet. Les 750 milliards d’euros seront empruntés au nom de l’Union européenne, une dette européenne mutualisée, mais dont les modalités de remboursement sont encore à définir.

Car, pour valider le plan de relance de la Commission européenne, il va falloir trouver un compromis entre les pays dit frugaux (dont l’Allemagne ne fait pas partie), mais où l’on trouve l’Autriche, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et de l’autre coté, tous les pays du Sud qui ont le plus besoin d’argent.  Faire accepter le principe de « subventions », des dons budgétaires aux Etats les plus en difficultés, dont la dette sera remboursée par l’ensemble européen. Un des points de négociation serait alors la participation au budget pluriannuel, qui va aussi se décider ses prochains jours, les quatre pays frugaux pourraient se voir attribuer une contribution de leur participation au budget diminuée, aux dépens des autres et notamment de la France.

Pour résoudre la crise économique, Angela Merkel devra éviter la crise politique majeure et une nouvelle distanciation entre les pays frugaux et les autres.

Le deuxième grand défi sera celui de trouver un accord avec le Royaume-Uni pour que le Brexit soit effectif d’ici la fin de l’année, sur les futurs échanges commerciaux et la circulation de personnes. Les discussions n’ont pour l’instant connu aucune avancée. On sait que la Chancelière est en faveur du maintien d’une coopération forte avec le Royaume-Uni, mais il faudra faire accepter à Boris Johnson de respecter les normes européennes, ce qui n’est pas négligeable. Mais le Premier ministre sait que, plus que jamais, l’Union européenne compte sur ces échanges commerciaux pour contrer l’horizon économique européen plutôt sombre. Un élément qu’il pourrait donc utiliser pour forcer la main des Européens.

Le troisième gros défi , c’est de répondre à la préoccupation environnementale des Européens. Une demande à laquelle l’Europe a déjà tenté de répondre via le Green Deal, un ensemble d’investissements avec pour objectif la neutralité carbone de l’Europe en 2050 et des contraintes plus fortes sur les réductions de gaz à effet de serre.

Les négociations que va mener Angela Merkel vont être capitales sur la direction que va se donner l’économie européenne : une économie plus verte et leader en ce domaine ou des applications à reculons d’une écologie sans idées et punitive. Elle devra sur ce point se réinventer, car ce qu’elle a fait jusqu’à présent en Allemagne, avec la réouverture des centrales à charbon, ne plaide pas en sa faveur. Mais là encore , elle a presque l’assurance que « les Verts allemands », qui ont empoisonné son début de mandat, ont évolué dans leurs positions. Il faudra fermer les centrales au charbon parce qu’ils reconnaissent que c’est une aberration. Et si on ferme les centrales au charbon, il faudra bien acheter de l’électricité en France (donc nucléaire) ou alors construire sa propre énergie nucléaire. Ou alors être fer de lance d’une nouvelle énergie…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 01/07/2020 - 15:32
Simplement au titre de l
Simplement au titre de l’article, et du nom de ses rédacteurs, j’anticipe ce qu’il va dire, je ris. Jaune, c’est de saison, mais je ferais avec.
Gpo
- 01/07/2020 - 11:50
Sauf que cette présidente est une feme malade
et qui va oeuvrer uniquement pour les intérêts des allemands et des trucs qui peuplent son pays..Nous ne voulons plus de cette europe qui tue notre identité et notre civilisation greco romaine
Ganesha
- 01/07/2020 - 11:35
Adolf Hitler se serait rasé la Moustache ?
Article très optimiste !
Certes, mr. Sylvestre n'est pas une source d'informations très fiable : il a déjà souvent essayé de nous ''faire prendre des vessies pour des lanternes".
Mais, dans cette période si pessimiste, pourquoi ne pas rêver un peu ?
A titre indicatif, je regardais ce matin les nouvelles du jour sur CNews, et on nous y affirmait que le coût moyen de l'heure de travail était le même en France et en Allemagne : 37 euros.