En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 9 heures 35 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 10 heures 24 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 11 heures 25 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 12 heures 54 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 16 heures 46 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 19 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 heures 35 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 9 heures 59 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 10 heures 57 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 12 heures 1 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 16 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 20 heures 14 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 21 heures 11 min
© HAYOUNG JEON / POOL / AFP
Angela Merkel
© HAYOUNG JEON / POOL / AFP
Angela Merkel
Atlantico Business

Angela Merkel prend la présidence de l’Union européenne avec toutes les cartes en main pour sortir l'Europe de l'asphyxie ou de l‘isolement

Publié le 01 juillet 2020
L’Allemagne prend la tête de l’Union européenne en ce 1er juillet. Et si Angela Merkel a toutes les chances de réanimer l’Europe, c’est parce que l’Allemagne s’est convaincue qu’elle en avait besoin. La Chancelière n’a jamais eu autant d’opportunités pour marquer l’Histoire.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Allemagne prend la tête de l’Union européenne en ce 1er juillet. Et si Angela Merkel a toutes les chances de réanimer l’Europe, c’est parce que l’Allemagne s’est convaincue qu’elle en avait besoin. La Chancelière n’a jamais eu autant d’opportunités pour marquer l’Histoire.

L’année dernière, à la même époque, Angela Merkel était politiquement condamnée, le peuple allemand ne la voulait plus. Elle avait perdu la majorité au sein de son propre parti et se consolait à peine avec le peu de temps que le calendrier électoral lui laissait, avec la Chancellerie, pour organiser sa succession qui ne paraissait pas gagnée pour ses amis.

Aujourd’hui, la première dame d’outre Rhin n’a jamais été aussi populaire et légitime pour sortir l’Allemagne de la crise et repositionner son pays au sein d’une Europe qui a sans doute un rôle nouveau à jouer dans la concurrence mondiale. Et pour ce faire, elle doit renforcer l’Union européenne parce qu’elle a enfin réussi à faire comprendre à ses concitoyens que l’Allemagne ne s’en sortira pas toute seule et encore moins sans la solidarité des pays membres de l’Union.  Le point nouveau est dans le changement de son rôle au sein de l’Union. Et les pays membres de l’Union européenne ont tout à gagner de ce changement. 

Angela Merkel s’installe donc à Bruxelles pour six mois comme présidente de l’Union européenne, avec la ferme intention d’assumer le pouvoir. Il n’y a qu’en France que les antieuropéens ont fait croire que l’Union européenne était aux mains des eurocrates, ces fonctionnaires qui, soi-disant, décident de tout contre l’avis des peuples. A Berlin, on sait que le pouvoir à Bruxelles appartient au conseil des ministres et au conseil des chefs d’Etat et de gouvernement qui délèguent leur pouvoir à une administration et en conservent le pouvoir de la contrôler. C’est donc Angela Merkel la patronne et elle a en main toutes les cartes pour assumer ce pouvoir et relever les défis qui s’imposent, pas seulement à l’Allemagne, mais aussi à l'ensemble des pays membres.  

1ere carte, une conviction acquise et renforcée par la crise du coronavirus. Dans le contexte de la mondialisation, elle a pris conscience que la bataille contre ce type de crise pandémique ne pouvait se gagner qu’à l’échelon européen, il fallait donc trouver des nouvelles solidarités. Que l’Allemagne ait été préparée, c’est bien mais elle avait tout à craindre de l’impréparation de ses voisins et partenaires.

2e carte, la popularité nouvelle. Alors qu’il y a encore un an, Angela Merkel avait perdu toute légitimité, aujourd’hui elle a retrouvé sa puissance et son autorité interne au point de faire accepter au peuple allemand des projets et des politiques qui paraissaient complètement tabous. Quand Angela Merkel, contre l’avis des faucons de son parti, fait passer l’idée qu’il faut désormais s’asseoir sur les critères de Maastricht, dépasser les normes pour survivre, quand elle convainc les gens de son cabinet de préparer avec la France des emprunts garantis par l’Union européenne mais dont les moyens seront destinés à soutenir les pays membres les plus fragiles, quand enfin, elle reconnait que la politique d’immigration doit évoluer vers plus de restrictions, notamment à l’encontre des populations musulmanes, c’est aussi très nouveau.

3e carte en main. Le soutien de deux de ses amies qu‘elle a fait nommer aux postes stratégiques de l’Union européenne. Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne et Ursula Von der Leyen, à la présidence de la Commission européenne. D’un côté, elle peut veiller au tiroir-caisse et de l’autre à la gouvernance quotidienne. Ces trois femmes sont au diapason.

4e carte en main, le dynamisme de l’appareil industriel allemand qui a compris qu’il lui fallait changer de stratégie et peut être de modèle économique.  La force de l’Allemagne s’est construite sur les succès à l’exportation. L’industrie allemande a résisté à la tentation des délocalisations. Avec des produits très innovants à haute valeur ajoutée et une productivité très compétitive grâce à l'euro, l’Allemagne s’est imposée dans le monde comme le numéro un des exportations à grande valeur, notamment dans tous les pays émergents. Que la Chine soit devenue l’usine du monde pour fabriquer des chaussettes et des tee-shirts, les Allemands s’en moquaient tant que l’Allemagne restait le premier fournisseur de machine-outils ou de robots. 

Le problème est que cette répartition des taches a évolué.  Les pays émergents, grâce aux transferts de technologie, sont devenus des concurrents sur les créneaux sophistiqués. A partir de ce moment-là, le patronat allemand a compris qu’il aurait besoin des marchés européens. Mais pour avoir accès aux marchés européens, il fallait protéger les économies européennes et cesser de les fragiliser par des conditions de compétitivité inaccessibles.

Populaire dans les campagnes allemandes, écoutée par les élites, Angela Merkel a pu imaginer un changement de modèle économique.

Et toutes ces cartes en main doivent maintenant lui permettre de relever les défis qui se présentent à l’Europe. 

Le premier défi est celui de la relance budgétaire, dans laquelle les Etats ont encore leur mot à dire. Ce sera le premier gros dossier d’Angela Merkel : faire passer l’accord de plan de relance au moment du sommet européen, organisé le 17 et 18 juillet. Les 750 milliards d’euros seront empruntés au nom de l’Union européenne, une dette européenne mutualisée, mais dont les modalités de remboursement sont encore à définir.

Car, pour valider le plan de relance de la Commission européenne, il va falloir trouver un compromis entre les pays dit frugaux (dont l’Allemagne ne fait pas partie), mais où l’on trouve l’Autriche, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et de l’autre coté, tous les pays du Sud qui ont le plus besoin d’argent.  Faire accepter le principe de « subventions », des dons budgétaires aux Etats les plus en difficultés, dont la dette sera remboursée par l’ensemble européen. Un des points de négociation serait alors la participation au budget pluriannuel, qui va aussi se décider ses prochains jours, les quatre pays frugaux pourraient se voir attribuer une contribution de leur participation au budget diminuée, aux dépens des autres et notamment de la France.

Pour résoudre la crise économique, Angela Merkel devra éviter la crise politique majeure et une nouvelle distanciation entre les pays frugaux et les autres.

Le deuxième grand défi sera celui de trouver un accord avec le Royaume-Uni pour que le Brexit soit effectif d’ici la fin de l’année, sur les futurs échanges commerciaux et la circulation de personnes. Les discussions n’ont pour l’instant connu aucune avancée. On sait que la Chancelière est en faveur du maintien d’une coopération forte avec le Royaume-Uni, mais il faudra faire accepter à Boris Johnson de respecter les normes européennes, ce qui n’est pas négligeable. Mais le Premier ministre sait que, plus que jamais, l’Union européenne compte sur ces échanges commerciaux pour contrer l’horizon économique européen plutôt sombre. Un élément qu’il pourrait donc utiliser pour forcer la main des Européens.

Le troisième gros défi , c’est de répondre à la préoccupation environnementale des Européens. Une demande à laquelle l’Europe a déjà tenté de répondre via le Green Deal, un ensemble d’investissements avec pour objectif la neutralité carbone de l’Europe en 2050 et des contraintes plus fortes sur les réductions de gaz à effet de serre.

Les négociations que va mener Angela Merkel vont être capitales sur la direction que va se donner l’économie européenne : une économie plus verte et leader en ce domaine ou des applications à reculons d’une écologie sans idées et punitive. Elle devra sur ce point se réinventer, car ce qu’elle a fait jusqu’à présent en Allemagne, avec la réouverture des centrales à charbon, ne plaide pas en sa faveur. Mais là encore , elle a presque l’assurance que « les Verts allemands », qui ont empoisonné son début de mandat, ont évolué dans leurs positions. Il faudra fermer les centrales au charbon parce qu’ils reconnaissent que c’est une aberration. Et si on ferme les centrales au charbon, il faudra bien acheter de l’électricité en France (donc nucléaire) ou alors construire sa propre énergie nucléaire. Ou alors être fer de lance d’une nouvelle énergie…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 01/07/2020 - 15:32
Simplement au titre de l
Simplement au titre de l’article, et du nom de ses rédacteurs, j’anticipe ce qu’il va dire, je ris. Jaune, c’est de saison, mais je ferais avec.
Gpo
- 01/07/2020 - 11:50
Sauf que cette présidente est une feme malade
et qui va oeuvrer uniquement pour les intérêts des allemands et des trucs qui peuplent son pays..Nous ne voulons plus de cette europe qui tue notre identité et notre civilisation greco romaine
Ganesha
- 01/07/2020 - 11:35
Adolf Hitler se serait rasé la Moustache ?
Article très optimiste !
Certes, mr. Sylvestre n'est pas une source d'informations très fiable : il a déjà souvent essayé de nous ''faire prendre des vessies pour des lanternes".
Mais, dans cette période si pessimiste, pourquoi ne pas rêver un peu ?
A titre indicatif, je regardais ce matin les nouvelles du jour sur CNews, et on nous y affirmait que le coût moyen de l'heure de travail était le même en France et en Allemagne : 37 euros.