En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

06.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 4 heures 2 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 5 heures 40 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 8 heures 33 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 12 heures 36 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 12 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 4 heures 41 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 10 heures 31 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 12 heures 44 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 13 heures 9 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Affaire Fillon

François Fillon : un traquenard politique, une rigueur judiciaire...

Publié le 30 juin 2020
Philippe Bilger revient sur le jugement rendu dans l'affaire Fillon. François Fillon a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, et à une peine d'inéligibilité de dix ans. Penelope Fillon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger revient sur le jugement rendu dans l'affaire Fillon. François Fillon a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, et à une peine d'inéligibilité de dix ans. Penelope Fillon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis.

Le jugement qui a été rendu le 29 juin par le tribunal correctionnel de Paris à l'encontre des époux Fillon est sévère - 5 ans dont 3 avec sursis, une lourde amende et 10 ans d'inéligibilité pour François, 3 ans avec sursis et une amende élevée pour Penelope - mais les infractions qui leur étaient reprochées, et considérées comme établies, étaient graves, surtout de la part d'un ancien Premier ministre.

Je ne veux pas faire preuve d'une trop facile lucidité rétrospective mais je n'ai pas douté un seul instant, dès l'ouverture de leur procès, que leur cause était entendue dans la mesure où leur argumentation en défense - François Fillon parlant avec fermeté et hauteur pour deux et son épouse s'abritant dans son ombre judiciaire - ne me semblait pas pouvoir battre en brèche le poids et la nature des accusations portées contre eux.

J'en avais déjà eu l'intuition, quand François Fillon, après un long silence, était venu s'expliquer, le 30 janvier à la télévision sur France 2 et qu'il avait dévoilé ce que serait leur stratégie judiciaire. Sans connaître le détail du dossier mais au regard de tout ce que j'avais lu et écouté et qui avait constitué cette procédure comme quasiment un objet de curiosité publique, j'avais craint le pire pour le couple Fillon tant une relaxe ultérieure aurait relevé du miracle, à considérer, sur la balance de la Justice, les charges semblant incontestables d'un côté et les dénégations fragiles de l'autre.

Il ne faut pas oublier non plus, sans mettre en cause l'impartialité du tribunal correctionnel dont la présidente a mené les débats avec maîtrise et qui a rendu un jugement de 168 pages, que François Fillon, et évidemment son épouse avec lui, n'est pas arrivé vierge devant la juridiction, qu'il portait déjà sur ses épaules et sur sa personne tant publique que privée, sans oublier son existence familiale, tout ce qui, depuis l'article du Canard enchaîné, les péripéties ultérieures et sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, avec une médiatisation qui ne le ménageait pas, faisait déjà de lui un coupable tout désigné et presque méprisé par certains.

Pour forcer le trait, devant la juridiction, sa cause était gangrenée par une présomption de culpabilité au sens banal et apparemment les débats ne sont pas parvenus à démontrer le contraire.

François Fillon, parfait républicain dans son rapport avec l'institution et assisté par deux avocats de talent et de loyauté désaccordés avec l'atmosphère générale et singulière de ce dossier hors de l'ordinaire, est apparu, dès le premier jour du procès, handicapé par ce que le grand avocat américain Alan Dershowitz a appelé "la culpabilité par accusation".

Difficile, dans ces conditions, de mettre à bas une telle chape sauf à refuser la thèse extrême de la totale innocence du couple Fillon pour plaider une sorte de périphérie : "ils sont coupables mais ils étaient nombreux à faire comme François Fillon et il convient de prendre en compte l'étrangeté précipitée d'un processus de destruction". Démarche guère brillante pour un homme fier et qui aurait sans doute abouti à une sanction moins rigoureuse.

L'erreur est de mettre ensemble deux moments radicalement différents du destin de François Fillon ; le moment politique et la phase judiciaire. Pour le premier, il est clair qu'il s'est agi d'un traquenard qui a détruit sa candidature présidentielle et relégué en troisième place le favori qu'il était avec un score non négligeable : on imagine alors son triomphe s'il n'avait pas été brisé net en y ajoutant quelques erreurs et maladresses de son fait (Sud Radio : Matinale du 30 juin).

On voudra bien se reporter à mes billets du 19 juin : "Houlette aurait dû mettre le holà" et du 21 juin : "Emmanuel Macron : j'y suis j'y reste", traitant de la saisine pour avis, par le président, du CSM. Au sujet de la procédure Fillon lui ayant facilité son "dégagisme", son principal concurrent ayant été écarté.

Mais ce traquenard politique - le PNF ayant retenu sa compétence même à discuter - n'a pas eu une incidence directe sur la phase judiciaire qui lui a succédé avec une lenteur, l'élection passée, tranchant avec l'urgence dévastatrice de l'origine. Processus judiciaire distinct du piège partisan.

Il y avait des infractions - caractérisées ou non - reprochées au couple Fillon et leur élucidation ne devenait pas inutile, parce que le candidat Fillon avait été "coulé", à la suite d'une information ouverte et de mises en examen à bride abattue puis avec un cours ayant retrouvé un rythme judiciaire habituel aboutissant à un renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris.

On pourrait faire une sorte de "justice-fiction" et se demander ce qui se serait passé si face à un PNF soumis à un pouvoir politique de gauche largement entendu, François Fillon avait suivi le conseil que Me Dupond-Moretti lui aurait donné et qui est rapporté par Tugdual Denis dans son excellent livre "la Vérité sur le mystère Fillon" : ne pas se rendre aux convocations et manifester donc son opposition à cette procédure "politique".

Il se serait engagé alors dans une autre forme de défense qui lui aurait fait gagner du temps et qui probablement l'aurait sauvé sur le plan présidentiel. En différant, après son ou ses mandats, le jugement sur les faits que le Canard enchaîné avait vicieusement révélés après sa victoire éclatante à la primaire de la droite et du centre.

Me Antonin Lévy a annoncé que le premier mot de François Fillon, après la décision les ayant condamnés, avait été "appel" et l'avocat, après l'avoir qualifiée d'injuste, a fait preuve à mon sens d'un optimisme exagéré pour la suite. Il est risqué et d'une certaine manière indécent de faire des pronostics dans cette matière. Mais si j'imagine une possible atténuation des peines avec plus de considération pour le couple Fillon, je ne serais pas surpris si le principe des condamnations était maintenu.

Certes les conseils du couple, même si ce n'est pas leur genre, tenteront de "casser la baraque" en intégrant dans leur défense tout ce qu'ils n'avaient pas pu invoquer en première instance et qui a été révélé par Eliane Houlette et, probablement aussi, des comparaisons avec la gestion paresseuse de certains autres dossiers comme celui par exemple de Richard Ferrand.

Ce ne sera pas inutile.

Mais, si le traquenard politique a brisé le candidat, la rigueur judiciaire n'épargnera pas forcément le couple Fillon.

Même en appel.

Cet article a été initialement publié sur le site de Philippe Bilger, cliquez ICI 

A lire aussi : Fillon : une condamnation pour l’exemple, mais une justice loin d’être exemplaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 01/07/2020 - 13:24
@G
Oui et non . Le traquenard aurait pu être mis en action avant la candidature, car au dernier moment, il prouve qu'il n'était pas désintéressé, fait par la même engeance ( si ce n'est toi c'est donc ton frère ) ;La vénalité médiocre est en effet méprisable, hélas elle mène ce monde . Que faire? Pour qu'il existe un De Gaulle,il faut qu'il y ait une guerre, et il n'y aura plus de guerre, nucléaire oblige, à moins que ce ne soit une guerre civile et dans ce cas les dirigeants sont impuissants ...Triste époque .
GP13
- 01/07/2020 - 11:09
Un traquenard bienvenu
Fillon a reconnu publiquement les accusations portées contre lui et a présenté ses excuses aux français!! C'est par manque de caractère qu'il a glissé dans une vénalité médiocre. Il avait dit qu'il dirigeait un pays en faillite. Désavoué par l'Elysée, il n'a pas démissionné....
Et il a géré, au fil de l'eau une politique qu'il n'approuvait pas. Il a préféré son intérêt à celui du pays. Il avait dit qu'en cas de mise en examen il retirerait sa candidature ce qu'il n'a pas fait. Ce sont ses soutiens qui auraient du le démissionner de force et le bannir à la mode des anciens. Imaginons qu'il ait été élu : quel déshonneur pour le pays et sa fonction quand ses faiblesses auraient été révélées !
Aurait-il pu se maintenir face aux gilets jaunes ? Le traquenard était, hélas, mérité, et il aurait du être bienvenu pour que les adhérents de l'UMP cessent d'être des naufrageurs suicidaires.
Sedona
- 30/06/2020 - 19:07
Fillon c'est comme Balkani
ils sont défendus par des superstars qui les mènent droit dans le mur. Soulez Larriviere avait écrit un bouquin pour expliquer que plus l'avocat était renommé et plus les juges tapaient fort. Ils auraient dû prendre un blaireau plaidant l'indulgence et ça se serait très bien passé ! Le mec qui vous dit "mes coui..." sur le billot que j'obtiens votre relaxe est un baltringue