En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 50 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 23 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 28 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 49 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 22 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 8 heures 3 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 39 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 10 heures 8 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 35 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 50 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Parc éolien

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

Publié le 30 juin 2020
L'éolien peut-il être une alternative "verte" crédible au nucléaire ? Avons-nous aujourd'hui la technologie suffisante pour aller vers une transition énergétique viable ?
Gilles Babinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Babinet est Digital Champion. Il a co-fondé l'entreprise Captain Dash,entreprise chargée de développer son expertise sur l'analyse de "Big Data", et y est en charge de la stratégie, du marketing et de la communication. Il est l’auteur de ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'éolien peut-il être une alternative "verte" crédible au nucléaire ? Avons-nous aujourd'hui la technologie suffisante pour aller vers une transition énergétique viable ?

Atlantico.fr : Quelle vision portez-vous sur la décision de la Commission Européenne de soutenir la construction du plus grand parc éolien de France ?

Gilles Babinet : Cela s’inscrit dans un renforcement d’une stratégie déjà ancienne, dans le cadre du Green Deal de la présidente Von Der Leyen. Il existe d’importantes forces politiques et économiques qui militent à Bruxelles pour que cette énergie soit au coeur des plans de relance post-Covid.

Sous la pression de ces lobbies (je ne trouve pas d’autre mot), le nucléaire est stigmatisé alors même que les verts allemands ne peuvent que constater qu’après avoir dépensé des centaines de milliards d’euros, il n’y a pour ainsi dire aucune décrue dans les émissions de CO2 de l’industrie de production électrique en Allemagne. Ils ne sont pas loin d’être dix fois plus émetteur de CO2 que nous.

L'éolien peut-il être une alternative "verte" crédible au nucléaire ?

Si dans certains cas l’énergie éolienne peut être intéressante pour décarboner la production électrique, par exemple au Royaume-Uni où l’énergie était essentiellement carbonée, et où les côtes en mer du nord sont particulièrement ventées, cela reste un cas exceptionnel. Il est par ailleurs important de souligner que les Britanniques, qui sont très attachés à effectuer au plus vite leur transition énergétique, ont compris qu’il vont devoir construire entre cinq et sept tranches nucléaires pour compléter leur dispositif de production électrique. Dans le cas français, c’est exactement l’inverse. A ce jour, la France bénéficie de l’énergie électrique la moins carbonée au monde grâce au nucléaire, et cela avec une absence d’accidents significatifs remarquable. L’énergie nucléaire française est tout à la fois économique (les centrales sont largement amorties et leurs coûts opérationnels sont peu élevés), sûres, aucun accident significatif et des contraintes de sécurité considérablement renforcées depuis Fukushima, sous la supervision d’une autorité de contrôle totalement indépendante, résiliente. Nous avons des dizaines d’années de combustible en stock.  Le coût d'approvisionnement est également marginal et très vertueux pour l’environnement : cela ne produit pour ainsi dire aucun gaz à effet de serre. Lorsque l’on fait un calcul du béton nécessaire par mégawatt-heure produit, le nucléaire est incomparablement plus économe qu’une éolienne. Enfin, c’est une énergie pilotable, c’est à dire que l’on peut définir le niveau de production nécessaire, à la différence des ENR dont la production est totalement aléatoire, par nature. Ce dernier point est le plus problématique. Ne pas pouvoir synchroniser l’offre et la demande crée d’immenses défis pour le réseau, et oblige à surdimensionner les capacités de production et de transport de façon massive.

C’est pourquoi l’éolien est au mieux un substitut partiel, crédible par rapport aux énergies thermiques. Dans les pays en développement par exemple où l’énergie était essentiellement produite par des moyens thermiques, l’éolien et parfois le solaire peuvent être vertueux. Dans un pays comme la France, mettre plus d’éolien revient mécaniquement à émettre plus de CO2. Car contrairement à ce que racontent les lobby pro-ENR, lorsqu’il n’y a pas de vent et pas de soleil, il faut mettre en marche des moyens thermiques pour compenser cette absence de production. On objecte généralement que l’on saura bientôt stocker l’énergie produite durant les heures creuses. C’est tout simplement faux : le stockage par hydrogène est à des décennies d’être suffisamment performant pour être utilisé en masse, les batteries électrochimiques sont totalement hors de prix pour du stockage au-delà de quelques minutes et les barrages hydrauliques ne représentent au mieux que 4% des capacités de production de l’énergie électrique, il faudrait au moins dix fois cette capacité hydroélectrique pour compléter les ENR (énergies renouvelables, ndlr) sans avoir à recourir aux moyens thermiques. Or, la géographie française fait que les opportunités de construire de nouveaux barrages sont pour ainsi dire inexistantes.

Il faut avoir à l’esprit que lorsque les conditions climatiques sont mauvaises et apportent un temps froid, qu’il n’y a pas de vent et pas de soleil pendant plusieurs jours, voir semaines, si l’on n’a pas pu stocker l’énergie suffisante sur cette durée, il n’y a pas d’autres recours que des moyens de production thermique. C’est aussi simple que cela. Donc de façon théorique, si la France en hiver se retrouvait sans vent, sans soleil et sans nucléaire, elle passerait pour ainsi dire à 96% en production thermique, les 4% restant étant sa capacité hydro-électrique.

C’est pourquoi il faut arrêter de diffuser l’idée que les ENR sont une solution. Elles sont surtout poussées par des lobbies au bénéfice de quelques acteurs privés qui s’enrichissent sur des énergies largement subventionnées. Les ENR sont, il faut avoir le courage de le dire, une catastrophe pour l’environnement, tout au moins en France : elles imposent un socle en béton de plusieurs milliers de tonnes de ciment par éolienne, socle qui restera sur place après démantèlement, elles nécessitent des terres rares qui viennent de pays en guerre, où l’on se bat pour ces ressources, elles défigurent le paysage, elles ne sont que marginalement recyclables en fin de vie et plusieurs études pointent du doigt le fait que leur fonctionnement auraient une incidence sur la faune et sur le bétail. Sans compter le fait qu’elles ne réduisent pas les émissions de CO2, l’exemple allemand en témoigne.

La crise du coronavirus a accentué la volonté de la population française d'aller plus rapidement vers une transition énergétique viable. Avons-nous aujourd'hui la technologie suffisante pour aller vers cette transition ?

Nous avons en tout cas des outils pour significativement améliorer la situation. Je milite pour ma part pour créer un dividende carbone, tel que présenté par l’économiste Eric Chaney et l’Institut Montaigne, cela serait probablement la mesure la plus rapidement efficace. Contrairement à la taxe carbone, l’intégralité des prélèvements seraient reversés aux ménages. Ainsi les plus vertueux en émissions carbone y gagneraient, tandis que les plus gros consommateurs de transports et de produits ou services carbonés y perdraient. Cela procurerait aussi un avantage compétitif si cela était institué à l’échelle de l’Europe car par Euro de richesse produite, nous sommes trois fois moins consommateur d’énergie carbonée que la Chine et deux fois moins que les USA. Or, l’idée de ce dividende est aussi d’introduire une taxation carbone aux importations vers l’espace européen.

Il faut de surcroît comprendre que si cette initiative était mise en place à l’échelle de l’Europe, elle aurait un effet d'entraînement extraordinaire et serait probablement plus efficace que d'autres mesures.

L’autre grand sujet c’est la rénovation énergétique. Sur ce volet je me réjouis de voir que le gouvernement semble vouloir accélérer et, après les logements sociaux et les bâtiments publics, trouver des dispositifs pour s’attaquer sérieusement au parc privé.

Il reste encore des trous dans la raquette : l’agriculture pourrait être capteur net de carbone mais cela nécessite une forte évolution des processus productifs. Le bâtiment devrait construire avec plus de bois qui est un puit à carbone (beaucoup de pays européens commencent à le faire). Les transports ferroviaires devraient être plus efficaces, pour ne citer que quelques mesures d’importance. Tout cela est trop long à mettre en place, mais l’exigence des jeunes générations reste un point d’optimisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 02/07/2020 - 09:36
On n avance pas et c est bien le signe
Qu' il y a beaucoup de fric à gagner dans toutes ces pseudo énergies bidon ,elles ont démontré chiffres à l appui leur totale inutilité, arrêtons de nous laisser racketter,que les organismes de contrôle énergétique, financier,scientifique ,indépendants, mettent fin à ce scandale des éoliennes pour que d autres voies plus prometteuses vous abordez , puissent être étudiées.
hoche38
- 01/07/2020 - 07:52
Erreur originelle?
Personne ne comprend encore les causes du réchauffement climatique. Elles sont probablement multiples mais il devient de plus en plus douteux qu'il soit provoqué par l'effet de serre du au gaz carbonique. Jamais la terre n'a pu bénéficier d'une telle explosion de la végétation et de la vie qu'au temps des dinosaures où la concentration du gaz carbonique dans l'air était de trois à cinq fois supérieure à celle d'aujourd'hui.
Olivier62
- 30/06/2020 - 23:28
L'imposture de l'écologisme
Ce qu'on appelle "l'écologie politique" est un phénomène totalement financier et idéologique, dont le but est de "déconstruire" les capacités énergétiques de l'occident. L'objectif n'est nullement écologique : comme vous le montrez, leurs propositions aboutissent systématiquement à l'effet inverse, mais cela n'a aucune importance, ce n'est pas du tout le but poursuivi. Les partis "écologistes" ne sont qu'un camouflage de la vieille extrême-gauche qui a eu recours à ce déguisement devant l'échec total de ses lubies idéologiques.