En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

07.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 32 min 5 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 2 heures 5 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 18 heures 15 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 22 heures 34 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 23 heures 39 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 jour 24 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 1 heure 48 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 12 heures 49 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 28 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 19 heures 30 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 22 heures 54 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 jour 42 min
© YOAN VALAT / POOL / AFP
© YOAN VALAT / POOL / AFP
Mesures concrètes

Et si toutes les propositions de la Convention citoyenne pour le climat étaient effectivement appliquées, quel serait leur impact réel pour la planète ?

Publié le 30 juin 2020
Alors qu'Emmanuel Macron vient de proposer des mesures suite aux travaux des citoyens, quel pourrait être l'impact sur la planète si les propositions de la Convention citoyenne pour le climat étaient appliquées ?
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Emmanuel Macron vient de proposer des mesures suite aux travaux des citoyens, quel pourrait être l'impact sur la planète si les propositions de la Convention citoyenne pour le climat étaient appliquées ?

Quel serait l’impact sur la planète des propositions de la convention citoyenne si elles étaient acceptées ?

Loïk Le Floch-Prigent : La France est un petit pays avec 1 pour cent de la population mondiale, c’est aussi un de ceux le mieux placé du point de vue de ses émissions de gaz à effet de serre, en particulier grâce à sa production électrique décarbonée à partir de ses centrales nucléaires et hydrauliques. Il n’y a donc pas grand-chose à gagner pour la planète en mettant l’accent sur les transformations à effectuer dans notre pays. Si l’ambition de la Convention était de protéger la planète, il aurait donc fallu qu’elle s’intéresse aux autres pays à démographie galopante et à la manière dont ils pourraient être aidés pour faire des avancées significatives.

Il s’agit donc d’un tout autre exercice, celui de recycler sous une forme originale , une réunion de citoyens considérés tirés au sort , un certain nombre de vœux de cercles divers sur une transformation de notre société nationale en société vertueuse. Pour cela il faut faire accepter à la population la décroissance et des obligations, régulations, limitations sur les déplacements, la consommation, le logement, la production, le travail et la nourriture. Il s’agit donc de bâtir un autre pays que celui dans lequel nous vivons mais  avec l’espoir de faire le  bien au prix d’une restriction des libertés individuelles et collectives avec une manipulation lucidement acceptée « faire de l’éducation, de la formation, et de la sensibilisation des leviers d’action de la consommation responsable ». 

Si ces propositions n’auraient aucune incidence sur la vie de la planète, elles conduiraient rapidement à la ruine de notre économie puisque nous sortons difficilement d’une période de confinement qui a bousculé nos secteurs de production et que ce ne sont pas des mesures coercitives étatiques qui vont pouvoir nous sortir de l’ornière mais plutôt un appel aux initiatives, à la créativité et d’une manière générale à la liberté de penser, de concevoir, et d’agir. Le catalogue que nous recevons va en sens inverse, il suppose qu’il faille éradiquer tout ce qui nous reste encore pour repartir de zéro dans une tout autre direction. Il vaut mieux que le monde du travail ne se mette pas à lire cet ouvrage car il risquerait d’abandonner le laboratoire, l’atelier, l’usine, le champ et la mer. 

Enfin pour rester dans les généralités, on perçoit bien le parti pris des auteurs de ce livre lorsque les notions de gaz à effet de serre, empreinte carbone et verdeur sont mêlées,  entremêlées, tandis que l’on ne sait plus si on parle de pollution ou de climat, deux notions parfaitement distinctes puisque l’on peut ne pas polluer dans un lieu donné, mais polluer gravement ailleurs pour produire et détruire le matériel en question et donc, par exemple,  améliorer Paris en détruisant l’Afrique. La réalité est bien plus complexe que celle qui sous-tend les propositions, il faut revenir aux préceptes de base de l’écologie, « penser globalement et agir localement » et non comme ici « penser localement pour agir globalement «  car le nombrilisme du propos n’est pas exempt d’arrogance quand il voudrait servir d’exemple au monde entier dans une dynamique messianique illusoire : le monde entier n’attend pas que 150 citoyens tirés au sort en France lui montre la voie. 

Quelles propositions ont particulièrement retenu votre attention ? 

Je suis industriel et je suis inquiet de la délocalisation qui a été la règle de ces vingt dernières années. Nous avons perdu de la souveraineté, de la richesse, des emplois et une des causes, pas la seule, a été la convergence anti-industrielle des normes et règlements avec les contrôles et punitions qui les ont accompagnés. Celles concernant l’environnement ont été les plus couteuses, et certaines productions ont du être déménagées pour pouvoir rester compétitives. Ce sont des souvenirs très lourds pour tous les industriels et ils espéraient , en sortie du confinement, dans les propos officiels donnant la direction de la relocalisation. J’ai donc lu avec une attention particulière les chapitres consacrés à la production et au travail. 

« Organiser et soutenir le financement de la transformation de l’outil de production des entreprises dans le cadre de la transition écologique « avec plus loin « dans la société décarbonée transformer l’appareil de production et ses métiers : travailler et produire différemment s’impose » … » c’est une opportunité pour l’économie et l’emploi, mais sans accompagnement, sans dispositifs adaptés, beaucoup pourraient souffrir » 

Dans quel monde industriel les rédacteurs de ces propos vivent-ils ? Ont-ils déjà travaillé en usine ? Savent-ils ce qu’est un métier ? Connaissent-ils la portée financière d’une transformation de l’appareil de production ? N’ont-ils pas déjà compris que la souffrance existe car la transition, les transitions, l’industrie la prépare et la vit tous les jours ? N’ont-ils pas pris connaissance des charrettes de suppressions d’emplois industriels qui se préparent déjà, conséquences des mois d’inactivité et de la reprise faible en période de préparation des vacances ? N’ont-ils pas perçu le niveau d’endettement de notre pays à la sortie de cette épreuve et la nécessité de réaliser des efforts considérables pour sortir de l’ornière ? 

Je pense, avant toute chose, qu’il faut donner des cours d’économie à notre population et faire visiter des laboratoires, ateliers et usines aux personnes généreusement tirées au sort. Bien sur que les industriels ont compris que l’écologie et l’environnement étaient des éléments essentiels de notre avenir, bien sur qu’ils intègrent déjà depuis longtemps le recyclage, le développement durable, la santé de leur personnel et de leurs clients dans leurs programmes d’investissements, bien sur qu’ils tentent d’avoir les meilleurs à leurs postes et qu’ils veillent à la qualité de leurs produits. Ils n’ont pas besoin de conseils, d’avis , de punitions pour avancer , ils font de l’écologie au jour le jour, ils tentent de trouver les voies et moyens de respecter le futur qui est aussi le leur et celui de leurs enfants. Pour qui ces rédacteurs nous prennent-ils, pour des irresponsables à qui il faut donner la main, pour des frères quêteurs venant mendier chez les « gardiens du bien » quelques précieux deniers et une médaille de bonne conduite ? Et puisque l’on parle ici de « verdeur », notion fourre-tout figurant le bien, pourrait-on y faire rentrer un peu de bienveillance à l’égard de tous les acteurs des secteurs de production, agricole, maritime et industriel de la part des administrations tatillonnes et soupçonneuses ? 

Et lorsque dans le même chapitre on parle de « créer une nouvelle gouvernance de la transition des emplois et des compétences au niveau national et régional «  on comprend que l’on va ainsi créer des emplois de fonctionnaires, de nouvelles Agences dont le fonctionnement a si bien réussi dans une période récente, ils auront le souci de disposer de « critères verts ». Les lunettes tombent alors, les bras aussi, ces propositions sont hors sol orchestrées par des individus éloignés du monde du travail. 

Nous vivons dans les secteurs de production des transitions, énergétique, numérique, environnementale… mais nous ne pouvons pas continuer à faire de l’Asie notre usine, il faut en conserver en France et en refaire d’autres, ce n’est pas avec cet ouvrage et ces propositions que nous pourrons y arriver. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 02/07/2020 - 10:09
Continuez à dire ce que vous dites sous différentes formes
Peut être serez vous entendu un jour en espérant que ce ne soit pas trop tard . Effectivement propositions de bidochon dignes du bar de la place ,on évolue chez les fumeurs de Bedots qui d ailleurs veulent la légalisation du cannabis,autant dire que la convention s appelle "zadiste".Comment le gouvernement a t il pû nous mettre dans cette situation !!!!
tatouzou
- 30/06/2020 - 15:15
Les faits font moins rêver que la démagogie
Le verdissement dans toute l'Europe des dicours de tous les partis politiques ne repose sur aucune analyse industrielle, économique ou environnementale.
Il s'agit uniquement de ne pas s'aliéner les citadins aisés, qui sont le socle des électorats des partis de gouvernement, et sont séduits par la pensée magique des partis de gauche et des écologistes radicaux (qui ont recyclé les communistes, trotskystes et maoïstes des années 60/70), afin de pouvoir gagner les élections face aux "populistes".
Gaia a remplacé Jésus et Mahomet, dont les fidèles exigent trop de soumission à des dogmes et règles de vie qui ont beaucoup perdu de leur pouvoir de séduction.
Le problème c'est qu'à force de psalmodier en choeur avec les écologistes, on finit par être obligé à toujours plus de genuflexions.