En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 59 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 39 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 46 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 44 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 25 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 43 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 49 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 47 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 36 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 50 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 31 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 9 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Emmanuel Macron convention citoyenne pour le climat
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Emmanuel Macron convention citoyenne pour le climat
Atlantico Business

C’est aux chefs d’entreprise de marier les objectifs de l’écologie avec le modèle économique et social des démocraties occidentales...

Publié le 30 juin 2020
Les Verts avaient tous les arguments pour accéder au pouvoir dans les municipales. Ils en ont peu pour exercer le pouvoir, sauf à remettre en cause le modèle social et le système économique des pays occidentaux ou alors à se réformer eux-mêmes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Verts avaient tous les arguments pour accéder au pouvoir dans les municipales. Ils en ont peu pour exercer le pouvoir, sauf à remettre en cause le modèle social et le système économique des pays occidentaux ou alors à se réformer eux-mêmes.

Pour Emmanuel Macron, le pari est impossible à tenir. Pour les chefs d’entreprises, il est indispensable.

En recevant les membres de la Convention citoyenne au lendemain même des résultats électoraux qui ont vu le triomphe des Verts et l’échec de sa majorité, Emmanuel Macron veut montrer qu‘il veut relever un défi impossible. Le président de la République fait le pari de pouvoir marier les objectifs écologiques avec le maintien de l’équilibre du modèle social et le productivisme du système économique. Mais cette ambition ne peut pas être   de la responsabilité du chef de l’Etat. Il n’y parviendra pas.

C’est aux chefs d’entreprise d’en être les architectes. Les plus performants et les plus intelligents le savent et n’ont pas attendu les injonctions du président de la République pour commence à mettre en œuvre des compromis.

La poussée verte ne s’explique pas seulement par le taux d’abstention historique qui, lui même, serait le résultat du risque sanitaire. La poussée verte s’explique par l’air du temps dominé par les risques du réchauffement climatique, par les excès du développement économique et des activités humaines en termes de production et de consommation.

Cette vague écologique, sur le terrain électoral, s’explique enfin par l’effondrement des partis politiques traditionnels. Les mouvements écologistes ont siphonné les partis de gauche dont l’offre politique ne correspondait plus aux besoins. Il y a du « dégagisme » avec l’arrivée massive des écologistes tout comme il y avait du dégagisme dans l’arrivée surprise d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle.

Maintenant, les Français sont-ils prêts à accepter l’application des programmes écologiques ? Sans doute entendent-ils les objectifs, mais tout dépend du coût et des conditions de ces programmes.

Il y a dans la plateforme écologique des recommandations et des actions qui sont très acceptables par le plus grand nombre et beaucoup ont été appréhendées par la majorité des citoyens : l’amélioration de la qualité de l’air et des transports publics, le développement des énergies renouvelables, la nécessité de trier les déchets, de favoriser une alimentation saine et même bio etc…Tout le monde est d’accord.

Mais quand l’application des mesures écologiques passent par des règlements et des contrôles punitifs, par des taxes (carbone ou autres), par des mesures liberticides avec des interdictions qui limitent l’exercice des libertés individuelles ou collectives, les mécontents donnent de la voix et s’y opposent. S’il s’agit d’interdire des rassemblements populaires parce qu’ils peuvent polluer, s’il s’agit d’interdire les voyages en avion, l’opinion majoritaire s’y oppose.

Enfin, ce qui paraît plus conséquent, c’est que le corpus idéologique de la plupart des leaders des mouvements écologistes entraine une remise en cause du modèle social et même du modèle économique.

La plupart des objectifs écologiques portent l’idée que la croissance économique forte, la mondialisation et le progrès scientifique sont à l’origine des perturbations climatiques et des déséquilibres naturels. Et c’est vrai, la croissance, c’est aussi des consommations de matières premières et d’énergies qui épuisent la planète de ses ressources. Mais ce que les écologistes ne disent pas, c’est que cette croissance économique est une réponse à la pression démographique. Nous sommes passés en moins de vingt ans de 3 milliards d’habitants à plus de 7 milliards aujourd’hui sur la planète.

Ce que les écologistes ne disent pas, c’est que les progrès technologiques et scientifiques et la productivité globale ont permis de répondre et de supporter la pression démographique.

Par conséquent, le modèle qu’ils nous proposent est malheureusement un modèle de décroissance. Et ce modèle remet en cause le productivisme et le modèle social. Or, la demande générale des opinions est une demande d’emplois, de progrès, de plus de pouvoir d’achat, de plus d’éducation, de plus d’assurance sociale contre les aléas de la vie, santé, retraite, accident, de plus d’égalités sociales et moins d’injustices

On revient là au débat sur la taxe carbone qui résumait à lui seul la contradiction entre l’objectif écologique et la contrainte du financement social. Personne n’a oublié et surtout pas le président de la République, que ce débat impossible avait engendré la révolte des gilets jaunes.

La convocation d’un forum citoyen pour définir des réformes n’est certes pas inutile, mais ne sera jamais suffisante.

L’objectif de combiner (de façon pacifique, non contraignante et non punitive) les objectifs écologiques et la maintenance des modèles sociaux et économiques n’est possible qu‘à une condition. Que cette combinaison se construise au sein de l’entreprise, le lieu de création de richesses.

C’est le chef d’entreprise qui doit établir un compromis entre la satisfaction de ses clients au niveau de qualité et des prix, entre les revendications des salariés (conditions de travail et salaires) et les objectifs financiers de la part des investisseurs. C’est le chef d’entreprise qui doit mettre au cœur de sa fonction l’ambition écologique. Et ça n’est pas au président de la République de le demander. C’est au chef d’entreprise de l’organiser et certains de plus en plus nombreux le font. Quand l’entreprise cherche un sens à ce qu’elle fait, quand l’entreprise propose à ses salariés et à ses investisseurs de se donner une mission d’apporter une croissance propre et verte, elle trouve ce compromis pour marier les objectifs écologiques et les contraintes de la croissance socialement équitable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
marcol
- 30/06/2020 - 10:50
les 2 décroissances indissociables
Une décroissance économique ne peut se concevoir qu’avec une décroissance - simultanée - de population -. Et une décroissance de population ne peut, elle, se réaliser qu’à moyen ou long terme. C’est à dire sur une période de 15 à 20 ans par une dénatalité, jusqu’à obtenir une population optimale. Or, jusqu’à présent, il n’est question que de décroissance, (sous entendue économique), qui ne peut effectivement que mener à la catastrophe et les opposants à la décroissance l’on d’ailleurs très bien compris. Quand on évoque les 2 aspects de la problématique, ils vous répondent généralement : qui paiera pour les retraites ? Ou pire: voulez éliminer combien de
monde ?
La natalité était une richesse quand il fallait beaucoup de bras pour l'agriculture, l’industrie et la guerre.