En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 32 min 26 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 46 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 9 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 41 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 11 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 26 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 25 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 1 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 32 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 9 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 24 min
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Non, caillasser la police n’est pas une activité festive

Publié le 29 juin 2020
Les images des forces de l’ordre obligées de quitter l’esplanade des Invalides ce week-end sous les jets de projectiles de personnes décrites comme des "jeunes" ou des "fêtards" n’ont même pas suscité d’émotion particulière. Cette banalisation des violences est inacceptable.
Laurence Sailliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Sailliet, ex-porte-parole Les Républicains, est chroniqueuse politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les images des forces de l’ordre obligées de quitter l’esplanade des Invalides ce week-end sous les jets de projectiles de personnes décrites comme des "jeunes" ou des "fêtards" n’ont même pas suscité d’émotion particulière. Cette banalisation des violences est inacceptable.

Dimanche matin, les journaux titraient : « A Paris, des incidents entre jeunes et policiers lors d'un "Projet X" aux Invalides ». De prime abord, on pouvait imaginer que des heurts avaient suivi l’intervention des forces de l’ordre. Pas un scoop malheureusement, tant les actes de rébellion, les insultes et les violences à l’encontre des policiers sont devenus courants et pour certains même « acceptables ». Pourtant, à la lecture des articles, on comprenait que les « jeunes », les « fêtards » même diront certains ont envoyé des projectiles au passage des véhicules qui arrivaient sur les lieux. Jeunes et fêtards donc … Qu’aucune autre dénomination, qu’aucun autre qualificatif n’ait été trouvé pour designer ces individus dangereux est pour le moins inquiétant et participe amplement à la délétère banalisation de la « haine anti-flic ». 

Oui il y avait des jeunes et des fêtards à ce moment-là sur l’Esplanade des invalides. Venus pour se détendre et s’amuser, on ne peut douter que pour le plus grand nombre ils étaient prêts à quitter les lieux sans esclandre respectueux de l’autorité légitime des policiers. Il ne s’agit pas de faire un brûlot anti-jeunesse. D’ailleurs qui pourrait leur reprocher de se retrouver sur l’esplanade sans autorisation alors que les plus hautes autorités ont expliqué, il y a peu, que les rassemblements interdits étaient tolérés. La brèche est ouverte, ne nous étonnons pas des conséquences. Mais ceux qui ont commis ces actes de violences contre les policiers ne sont pas de jeunes fêtards. Ce sont des délinquants.  Pour certains même, affronter la police est devenu un jeu. 

Le bilan de cette soirée est lourd : neuf blessés parmi les forces de l’ordre. Rappelons qu’elles sont intervenues après que des jets de bouteilles ont eu lieu, effrayant certains participants pacifiques. Les policiers remplissaient leur mission : sécuriser et protéger. A ce stade d’écriture, je n’ai pas entendu l’expression d’une quelconque indignation ou mot de soutien de leur hiérarchie, peut-être seront-ils tardifs, en tous cas trop tardifs. Peu d’émotion aussi du côté des commentateurs ou des responsables politiques. On peut ainsi imaginer le désarroi de la profession face à cette triste indifférence. 

C’est bien cette banalisation de la haine anti-flics, ces accusations à leur encontre de violence ou de racisme qui seraient généralisés ou la remise en cause même de leur mode opératoire qu’ont voulu dénoncer ceux qui se sont rassemblés depuis deux semaines. Ils ont déposé menottes à terre et chanté la Marseillaise dans plusieurs lieux symboliques comme au Trocadéro, à l’Arc de Triomphe ou encore devant le Bataclan. Pour ce dernier lieu l’image est encore plus forte évidemment lorsque l’on se souvient que lors des attentats du 13 novembre 2015 les policiers de la BAC avaient été les premiers à intervenir au Bataclan et avaient tué l'un des assaillants. 

A ceux qui ont l’outrecuidance de remettre en cause ce moyen de contestation rappelons leur qu’il est le seul. Le sens du devoir qui constitue leur engagement fera qu’ils ne failliront pas dans leur mission. Non ils ne bloqueront pas le pays. Oui ils continueront à intervenir quelles qu’en soient les circonstances pour protéger les personnes et les biens. Parce qu’ils sont loyaux ils ne seront peut-être pas entendus. Quelle injustice ! Leur colère doit être la nôtre et l’on ne peut accepter que le pouvoir ne cède qu’aux violents et aux factieux, à ceux qui brandissent injures et menaces et qui n’hésitent pas à utiliser la force pour obtenir gain de cause. Il est temps de revenir à l’ordre mais aussi à l’ordre des choses. Et pour cela déjà ne considérons pas et ne laissons pas dire que des individus qui attaquent la police ne sont que des « jeunes » ou des « fêtards ». Aux dérives du langage succèdent immanquablement les dérives de la pensée … si ce n’est pas le contraire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires