En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

07.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 2 heures 12 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 4 heures 15 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 5 heures 13 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 6 heures 56 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 8 heures 13 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 9 heures 11 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 11 heures 12 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 23 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 2 heures 58 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 4 heures 47 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 6 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 11 heures 36 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 27 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Atlantico Business

En quoi l’arrivée des Verts va-t-elle changer la gestion des communes ?

Publié le 29 juin 2020
Le résultat des élections municipales confirme la montée des écologistes qui vont devenir incontournables dans la gestion de beaucoup de municipalités. Mais les Verts ne vont pas bouleverser la politique municipale, qui répond davantage à des contraintes très pragmatiques qu’à des objectifs idéologiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le résultat des élections municipales confirme la montée des écologistes qui vont devenir incontournables dans la gestion de beaucoup de municipalités. Mais les Verts ne vont pas bouleverser la politique municipale, qui répond davantage à des contraintes très pragmatiques qu’à des objectifs idéologiques.

Les élus « Verts » sont devenus, sinon majoritaires, du moins incontournables dans beaucoup de conseils municipaux et principalement, dans la gouvernance des grandes métropoles. A Paris, ils étaient déjà omniprésents, ils vont le devenir à Bordeaux, Lyon, Marseille, Lille ou Strasbourg.

La montée des électeurs verts n’a surpris personne, notamment après leur score aux élections européennes. Ils sont partout. Leurs « influenceurs » comme Nicolas Hulot et leurs dirigeants comme Yannick Jadot sont devenus des stars, notamment chez les jeunes et les CSP+, gros utilisateurs de réseaux sociaux et de marché bio.

Cette progression en France correspond à l’air du temps qui souffle dans beaucoup de démocraties occidentales et notamment celles du Nord. Elle est principalement liée au risque probable du réchauffement climatique de la planète et à la conviction que ce phénomène serait du essentiellement à l’activité humaine. C’est l’activité de production dans tous les domaines et tous les secteurs qui engendrent des émissions de gaz carbonique dans une quantité supérieure à celle que la nature peut digérer.

Aucun de ces phénomènes n’a encore été prouvé scientifiquement mais il existe un consensus assez fort chez les experts pour le penser. Dont acte !

A partir de ce double phénomène se sont développés des courants de pensée pour mettre en œuvre des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec des considérations sociales pour lutter contre les inégalités engendrées par la croissance économique et la consommation.

Ces mouvements ont eu d’autant plus de succès que leur promesse touchait directement à l’amélioration de la qualité de vie quotidienne  (la qualité de l’air qu’on respire, la sécurité énergétique, le retour à la nature, simple et hygiénique), bref les mouvements écologistes ont laissé penser aussi que le bonheur personnel ne dépendait pas uniquement de la quantité des biens produits et consommés.

Ces mouvements ont été également portés sur le terrain électoral par l’effondrement des partis politiques traditionnels qui n’ont pas su apporter des réponses cohérentes aux problèmes ou aux enjeux de la modernité.

C’est ainsi qu’en France , les Verts ont siphonné les partis de gauche et on le voit clairement dans les résultats électoraux. La gauche a disparu ou elle s’est alliée. Tout comme la droite et le centre qui ont été siphonnés par un ovni du marché politique, Emmanuel Macron.

Maintenant, il ne faut pas croire que les Verts arrivent au pouvoir dans les grandes villes pour bouleverser les administrations, les gouvernances et les politiques. Il y a chez les écologistes et leurs électeurs un décalage d‘analyse et de préconisation.

Qu‘ils le reconnaissent ou pas, les écologistes ont une empreinte idéologique très forte. La majorité d’entre eux ont la conviction que les problèmes écologiques sont les résultats du fonctionnement du capitalisme et donc de la croissance économique. Les plus radicaux pensent qu‘il faut changer de système, interdire la concurrence dont ils ne reconnaissent pas les vertus pour produire du progrès, interdire la production d’énergies fossiles au profit du renouvelable et surtout réorienter la consommation individuelle. Bref, les outils préconisés par les écolo-radicaux conduisent les sociétés sur la voie de la décroissance et des injonctions liberticides le plus souvent.

La majorité de ceux qui votent écologistes ne souhaitent pas un changement aussi radical, ils souhaitent des régulations douces, ils souhaitent surtout préserver les potentiels de croissance parce que cette croissance leur apporte le progrès technologique et sanitaire.

Arrivés au pouvoir, les avocats de l’écologie savent très bien que les responsabilités que leur impose l’exercice du pouvoir, les obligent à limiter ou raboter leurs ambitions de réforme. La ville qu‘ils vont gérer doit être propre, avec des mobilités faciles, des écoles qui fonctionnent dans lesquelles les enfants doivent apprendre à lire, à écrire et à respecter les autres, et des hôpitaux qui répondent aux besoins.

Pendant toute la pandémie que l’Occident vient de traverser, on ne peut pas dire que les dirigeants écologistes ont débordé d’imagination et d’énergie pour lutter contre le covid. Ils n’ont pas apporté de solutions nouvelles. Ils ont même participé à la demande générale de trouver des masques, des traitements et des vaccins alors que beaucoup d’entre eux appartiennent à des associations qui défendent la médecine naturelle et s’opposent aux vaccins.

Devant le mur de la réalité des risques, les écolos ont eu peur comme les autres. Les plus audacieux ont simplement essayé d’expliquer que le covid était un pur produit de la mondialisation, sauf qu‘ils n’ont pas refusé les masques et les traitements fabriqués en Chine.

« L’exercice du pouvoir impose aux gouvernances la prise en compte des besoins réels des gouvernés, disait Machiavel et si cette prise en compte oblige à s’asseoir sur certaines de ses convictions, la gouvernance n’a que deux solutions, ou elle s’assoit ou elle s’en va. »

A Paris, à Lyon, à Bordeaux ou à Strasbourg... Les élus Ecologie-les Verts savent bien que concrètement leur ville doit être plus belle, plus respirable, plus vivable et cela pour le plus grand nombre. Ils savent aussi que la ville doit être attractive, désirable pour les habitants, les touristes et les investisseurs. Sans investisseurs, la ville n’est qu’un champ de ruine et de misère. Il suffit de relire Zola ou Dickens... Aucun écolo aujourd’hui, dans ses rêves les plus fous, ne voudrait d’une ville en ruine ou misérable.

Les écolos dans les villes ne changeront pas la ville. Ils se changeront eux-mêmes. En Allemagne, les mouvements verts pèsent très lourd dans la gouvernance locale ou fédérale. A leur arrivée au pouvoir il y a plus de dix ans, les écologistes avaient exigé et obtenu la fermeture des centrales nucléaires. Aujourd’hui, l’Allemagne est devenue le pays en Europe le plus émetteur de gaz carbonique puisqu’elle a dû rouvrir des centrales au charbon. En plus, l’Allemagne s’approvisionne en électricité en France parce que ses centrales ne suffisent pas. L’Allemagne gouvernée par des Verts dépend du nucléaire français et pollue le reste de l’Europe avec son charbon.

Angela Merkel, qui passe en Allemagne pour avoir particulièrement bien managé la lutte contre le coronavirus, vient d’obtenir de ses partenaires verts la possibilité de fermer progressivement les centrales au charbon et de recouvrir des centrales nucléaires. Il n’y a guère eu de communication de peur de ne vexer personne.  Comme quoi, la crise rend intelligent, parfois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 30/06/2020 - 16:01
Ces arrivées de magiciens ne changeront rien
Peut-être un peu plus de difficultés dans la vie quotidienne et un peu plus de dettes pour le prochain tour. On compte heureusement sur la réalité pour limiter les rêves. Le plus inquiétant est que le pays avance encore en reculant.
Alain Proviste
- 29/06/2020 - 19:57
Article bien optimiste...
Qui veut croire que le principe de réalité ramènera, ou amènera, les écolos à la raison. Mais il est écrit aussi "les écologistes ont une empreinte idéologique très forte". C'est une religion de substitution chez certains et qu'importe les faits. De toute façon, sans être officiellement au pouvoir, ils sont bien arrivés à rendre Paris incirculable (néologisme ?). Ils vont juste continuer à houspiller les "mecs qui sentent la clope et le diesel".
patafanari
- 29/06/2020 - 18:10
Mobilité douce.
On va en écraser, du cycliste; ça ne sera pas nous, mais les bus roulant au gaz naturel, les tramways silencieux ou tout autre mode de transports dit respectueux de l’environnement et du cadre de vie urbain. On comprends que nos chevaliers modernes à roulettes prennent une vengeance anthume en chassant le piéton des trottoirs où ne devraient stationner que les pots de fleurs déposés par les riverains soucieux de vegetaliser l’espace public.