En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

04.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 26 min 9 sec
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 6 heures 3 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 7 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 7 heures 33 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 6 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 7 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 7 heures 33 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Justice et âge

La justice serait-elle plus efficace et plus équilibrée en acceptant de recruter des magistrats plus âgés ?

Publié le 28 juin 2020
Ce jeudi, le défenseur des droits a appelé à la suppression des limites d'âge pour accéder à la magistrature : une décision qui interroge quant à savoir ce que la justice gagnerait à avoir des magistrats plus expérimentés.
Bertrand Mathieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Mathieu est un professeur et juriste français, spécialiste de droit constitutionnel. Il est notamment professeur de droit à Paris-I, membre du Conseil de la magistrature et Président de l'Association française de droit constitutionnel. C&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi, le défenseur des droits a appelé à la suppression des limites d'âge pour accéder à la magistrature : une décision qui interroge quant à savoir ce que la justice gagnerait à avoir des magistrats plus expérimentés.

Atlantico.fr : Quels sont les profils-types dans la magistrature aujourd’hui ? Que gagnerait-on à recruter des magistrats plus âgés ?

 

Bertrand Mathieu : Les magistrats du siège et du parquet sont, pour l’essentiel, recrutés parmi ceux qui ont suivi les enseignements de l’École nationale de la magistrature. Pour le premier concours d’entrée à l’École, destiné aux étudiants titulaires au moins d’un master 1 (4 ans après le bac), la limite d’âge est de 31 ans, pour les fonctionnaires en poste depuis au moins 4 ans, un second concours est organisé pour lequel la limite d’âge est de 48 ans, un troisième concours est ouvert aux personnes ayant au moins 8 ans d’activité dans le secteur privé et âgés au plus de 40 ans. Un recrutement hors concours est organisé pour des personnes justifiant d’activités juridiques ou titulaires du doctorat en droit, la limite d’âge est alors de 40 ans. Il existe également des possibilités de détachement et d’intégration directe dans les plus hauts grades, notamment la Cour de cassation, par exemple pour les professeurs de droit et, sous certaines conditions, les avocats. Cette présentation simplifiée des modes d’accès aux fonctions peut donner l’impression d’une grande diversité. En réalité ce n’est pas le cas. En 2018, 70% des auditeurs de justice sont issus du premier concours, seuls 1, 71% sont issus du troisième concours. incidemment on relèvera que 87% des auditeurs sont des femmes. L’âge moyen de la promotion, tous concours confondus, est de 28 ans. 

Ainsi, si les magistrats ainsi formés sont de grande qualité intellectuelle, ils sont, pour la très grande majorité d’entre eux, recrutés très jeunes et le corps judiciaire est donc très homogène. 

L’argument de la discrimination liée à l’âge, retenu par le Défenseur des droits, ne me semble pas essentiel. On a aujourd’hui tendance à faire produire au principe de non-discrimination des effets que l’on peut juger excessifs. Le critère lié à l’âge existe dans bien des situations. En réalité le problème c’est le manque de diversité dans les profils des magistrats et notamment le caractère très limité de l’intégration de juristes expérimentés et, plus largement, de personnes ayant une plus grande expérience sociale.  

 

Selon quel modèle la magistrature française fonctionne-t-elle ? Quelles modifications méritent d'être faites dans la carrière de magistrat ?

 

L’un des problèmes qui se pose tient au fait que des magistrats frais émoulus de l’École,  très jeunes et peu expérimentés, bardés de certitudes et souvent formés dans un moule idéologique univoque, occupent des fonctions essentielles, notamment en matière pénale, juges d’instruction, ou substituts du procureur. S’agissant de la carrière des magistrats, elle se déroule selon un avancement qui mêle une évolution à l’ancienneté et au choix. Si le choix est contrôlé par le Conseil supérieur de la magistrature composé d’une majorité (une voix) de non-magistrats, ce qui est une véritable garantie, et si les chefs de cours de tribunaux et de parquet sont choisis après une audition, les propositions relèvent d’une procédure où les commissions d’avancement largement contrôlées par les syndicats jouent un rôle essentiel. C’est ainsi le risque d’une reproduction endogène qui se manifeste. 

Indépendamment de ces questions délicates, car elles touchent à la nécessaire indépendance des magistrats, il conviendrait de réfléchir à une inversion partielle de la pyramide des carrières. Ainsi les fonctions où magistrats sont appelés à décider seuls (juge d’instruction, substituts..) correspondent au bas de l’échelle, alors que des fonctions collégiales (par exemple assesseur dans une cour d’appel) sont occupées par des magistrats plus expérimentés. On pourrait imaginer qu’au contraire, les jeunes magistrats se forment au début de leur carrière dans des fonctions collégiales, avant de gravir ensuite les échelons qui leur permettraient d’occuper des fonctions plus solitaires. Il suffirait pour cela de modifier la hiérarchie des carrières. 

 

Plus généralement, la magistrature a-t-elle besoin d'une meilleure diversification des profils ? Comment la rendre possible ?

 

L’une des solutions serait, comme c’est le cas, notamment dans les pays anglo-saxons, d’ouvrir plus largement la carrière de magistrats à des juristes expérimentés, par exemple à des avocats qui ont fait leur preuve dans l’exercice de leurs fonctions et choisis parmi les meilleurs, voir à des universitaires reconnus ou même à des fonctionnaires de police ou de gendarmerie de haut niveau.

L’autre possibilité serait de faire en sorte, qu’au-delà des stages qu’ils effectuent au cours de leur scolarité, les magistrats puissent être détachés dans des fonctions administratives (diplomatie, corps préfectoral) ou des fonctions au sein d’autres ordres juridictionnels (juridictions administratives) ou être mis en disponibilité pour exercer des fonctions privées, par exemple dans un cabinet d’avocats. Ces possibilités existent, pour partie, mais elles ne sont pas généralisées, et surtout les fonctions exercées à l’extérieur du corps judiciaire ne sont pas valorisées dans le déroulement de la carrière. Les juridictions administratives, et notamment le Conseil d’Etat, bénéficient incontestablement d’une plus grande ouverture de leurs membres au monde extérieur. 

L’homogénéité du corps judiciaire est souvent défendue au nom de l’indépendance des magistrats. C’est en effet une exigence fondamentale et des garde fous, visant à éviter qu’une trop grande diversification des profils n’y porte atteinte, doivent être prévus. Mais un repli du monde judiciaire sur lui-même peut donner l’apparence de l’indépendance, il n’implique pas l’impartialité. Est-on sûr que l’exercice de fonctions diversifiées, en dehors du corps judiciaire pendant une certaine période ou l’intégration de juristes expérimentés en plus grand nombre rendraient le corps judiciaire dépendant du pouvoir politique ? Le corporatisme d’un corps trop homogène peut aussi être une menace pour les justiciables. 

En conclusion ce n’est pas le principe de non-discrimination qui me semble être essentiellement en cause, mais celui de la protection du droit des justifiables à être jugé dans les meilleures conditions possibles.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 28/06/2020 - 23:53
Des magistrats plus âgés
Des magistrats plus âgés seraient probablement plus indépendants du pouvoir. Quand on n'a plus (trop) d'ambitions professionnelles, on a peut-être plus la possibilité se concentrer sur la défense de la Loi !
HERENUI
- 28/06/2020 - 16:26
En fait ce recrutement de
En fait ce recrutement de "profil mur " existait autrefois .....Je me souviens avoir candidaté ....J'en avais marre de mon job et j'avais passé un entretien ....La limite n'était pas quarante mais cinquante ....Il y avait des profs , des DRH etc , un avocat ...Je ne suis pas Docteur en droit mais diplôme de l'IEP et bien sur j avais une grande expériences professionnelle ....Curieusement cette voie a été supprimée après le scandale de l'affaire d'Outreau ....Pourtant ce n'était pas un "recruté latéral " comme je l'eusse été (j ai finalement renoncé )mais un jeune diplomé rempli de naïves certitudes qui était à l'origine du seisme
lasenorita
- 28/06/2020 - 14:20
Nos juges ''rouges''..
Le ''rouge'' prédomine dans la magistrature. La majorité de nos ''juges'' sont plus enclins à privilégier leurs convictions politiques qu'à juger! Notre ''Justice'' est complaisante envers la racaille, elle donne aux islamos-racailles, qui empoisonnent la vie des Français, des sanctions minables, des ''peines'' ridicules et non-dissuasives! Les Français ne sont plus en sécurité, chez eux, à cause de nos juges ''rouges'' !Ces musulmans, d'origine étrangère, doivent être EXPULSES de notre territoire...et BON DEBARRAS...eux, les musulmans ne se sont pas gênés pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ''nationaliser'' leurs biens! En 1962:nous étions 1 million de non-musulmans ''nés en Algérie'' et nous n'étions PAS TOUS des terroristes! Les musulmans ont voulu être ''indépendants'', maintenant qu'ils RESTENT dans ''leur'' pays et qu'ils nous foutent la paix! J'ai fui l'Algérie (mon pays natal) à cause de ces BARBARES de musulmans, mais les musulmans m'ont suivie, ici, en ''métropole'' au lieu de RESTER dans ''leur'' pays ...ces musulmans n'ont pas respecté les ''Accords d'Evian, ils ont enlevé 3.000 non-musulmans ''innocents'', saccagé nos cimetières, etc...