En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 19 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 24 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 20 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 16 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 32 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 16 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 13 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 58 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 41 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 24 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 45 min
© JEFF PACHOUD / AFP
© JEFF PACHOUD / AFP
Municipales

Municipales : radioscopie de ces électeurs qui vont voter tout en se sentant totalement orphelins de partis

Publié le 28 juin 2020
Alors que se déroule aujourd'hui le second tour des municipales, nombre d'électeurs ont vu la campagne bousculée par de nombreuses alliances inattendues et l'effondrement de nombreux partis de gauche.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que se déroule aujourd'hui le second tour des municipales, nombre d'électeurs ont vu la campagne bousculée par de nombreuses alliances inattendues et l'effondrement de nombreux partis de gauche.

Atlantico.fr : Quelle sera la part d'électeurs qui votera par défaut à ce second scrutin des élections municipales ?

Christophe Bouillaud : Sans doute, voulez-vous dire que le parti dont la crédibilité auprès des électeurs de gauche s’est sans doute définitivement écroulée lors de ce second tour des municipales n’est autre que LREM (La République en Marche) ? En effet, les candidats investis par ce parti quand ils ont pu être présents au second tour ont choisi très majoritairement des alliances avec les candidats présentés par Les Républicains (LR) ou le centre-droit, y compris par des manœuvres surprise de toute dernière minute à la veille du dépôt des listes du second tour, comme à Strasbourg. A l’échelle nationale,  de fait, LREM n’a pas hésité à bâtir ville par ville un front « anti-écologiste » - puisque c’est EELV qui connait une dynamique électorale à gauche - tout en affirmant faire le contraire par la voix de son Délégué général, Stanilas Guérini, lui-même un ancien socialiste sans aucun doute biographique possible. Le déni public de cette stratégie « anti-écologiste » n’a pas échappé même à un Daniel Cohn-Bendit, pourtant réputé proche du Président de la République. 

Pour ce qui est du reste de la gauche, du PS aux Insoumis, en passant par le PCF et EELV, il n’est pas possible de parler d’effondrement. Loin de là. Nous verrons dimanche soir si les partis de gauche progressent ou pas. Ils partent certes des très mauvais résultats des municipales de 2014, et ils ne bénéficient pas beaucoup de la « prime au sortant », si importante dans ces municipales si particulières, qui, par contre, avantage les gagnants d’alors, soit la droite et le centre-droit. Tous ces partis de gauche pris ensemble peuvent donc connaître plutôt une remontée par rapport à ces très basses eaux de 2014 liées au vote-sanction contre F. Hollande cette année-là. 

Il est de fait difficile de dire avant même que le vote n’ait lieu quelle est la part exacte des électeurs qui votent par défaut. Dans un tel contexte, où c’est bien plutôt l’abstention qui prévaudra selon les sondages disponibles, aller voter sera tout de même un choix fort. 

Pourquoi ces électeurs choisissent-ils le vote par défaut plutôt que l'abstention ?

Première raison, il reste une part non négligeable des électeurs qui votent par « devoir civique ». Ce sont essentiellement les personnes les plus âgées, socialisées à une époque où le vote était présenté comme une obligation civique. Ces votants peuvent ne pas être très convaincus effectivement par tous les candidats présents, mais ils iront voter quand même. Cela ne concerne pas cependant les plus âgés d’entre eux qui, souvent, commencent, à l’orée du « quatrième âge », à ne plus voter, car leurs problèmes de santé prennent le dessus sur cette habitude.  

Deuxième raison, tous les électeurs des candidats éliminés au premier tour et qui veulent tout de même empêcher la victoire d’un des divers camps restés en lice. Ils ne sont convaincus par aucune des options en lice, mais ils veulent empêcher le pire, la victoire du candidat qu’ils considèrent le plus éloigné d’eux, c’est par exemple le cas typique des électeurs de gauche qui auront à choisir dimanche à Perpignan entre Louis Aliot (Rassemblement national) et le maire sortant (les Républicains), ou bien des électeurs proches du Rassemblement national à Paris qui, s’ils vont voter au second tour, iront très probablement voter Rachida Dati dans l’espoir de faire tomber Anne Hidalgo. Entre deux maux, ces électeurs par défaut choisiront le moindre, s’ils considèrent bien sûr qu’il existe une différence significative entre eux. Voter, c’est dire alors qu’il existe une différence entre la peste et le choléra. 

Quels réflexes, quels tempéraments électoraux les animent ? 

En fait, ce vote par défaut – vote pour éliminer la peste en se résignant au choléra, ou inversement  – peut correspondre selon les configurations locales à toutes les orientations idéologiques possibles. 

Cependant, dans cette logique, plus on se situe à l’une des extrêmes du champ des possibles politiques, à droite ou à gauche, plus il est probable qu’on soit obligé, faute d’avoir son propre candidat en lice, d’aller voter pour faire barrage à un candidat ressenti comme le pire possible. Les électeurs d’extrême –droite ou d’extrême-gauche se trouvent donc souvent dans cette situation. 

En tout cas, pour aller voter, il faut déjà percevoir une différence entre la peste et le choléra, ne pas dire « tous pourris » sans exception aucune, sinon on s’abstient tout simplement – ou bien l’on va voter blanc ou nul si l’on croit par ailleurs  au devoir civique de voter. Cela suppose donc un minimum de compréhension des enjeux du champ politique, national ou local, et d’intérêt pour ces enjeux. Ce vote par défaut n’est donc pas un vote de dépolitisation, mais plutôt de politisation frustrée car minoritaire.  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires