En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 37 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 2 heures 20 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 4 heures 18 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 7 heures 22 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 49 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 2 heures 34 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 55 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 6 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 7 heures 10 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 8 heures 29 min
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Sarkozy François Hollande
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Sarkozy François Hollande
Ecoutes des avocats de Nicolas Sarkozy

François Hollande, le président normal qui avait généralisé la surveillance des Français

Publié le 27 juin 2020
Le Point a révélé que, en toute illégalité, le parquet financier créé par le président "normal" François Hollande après l’affaire Cahuzac avait espionné le vie privée d’avocats pénalistes de renom pendant plusieurs années, en dehors de toute procédure.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Point a révélé que, en toute illégalité, le parquet financier créé par le président "normal" François Hollande après l’affaire Cahuzac avait espionné le vie privée d’avocats pénalistes de renom pendant plusieurs années, en dehors de toute procédure.

Cette violation fondamentale des règles républicains dévoile le vrai visage de la « normalité » qu’incarnait si bien François Hollande et ses sbires : la mise sous surveillance des Français au-delà de tout cadre légal. Le Parquet financier en est un exemple parmi d’autres. 

Le parquet financier créé par François Hollande démontre, jour après jour, l’étendue des dégâts dans l’ordre de la politisation de la justice. Après l’affaire Houlette évoquant les pressions dont elle a fait l’objet dans l’affaire Fillon, après l’affaire Kohler, où Mediapart révèle qu’Emmanuel Macron a probablement protégé son secrétaire général contre des investigations gênantes, on découvre que le parquet s’est autorisé à violer les principes fondamentaux de la défense dans un pays démocratique en espionnant pendant plusieurs années des avocats pénalistes de renom. 

Manifestement, pour ce parquet fantoche qui prouve que la justice française est viscéralement partiale, aucune limite n’existe dans les tripatouillages et les interventions en tous genres au bénéfice du pouvoir en place. 

Le parquet financier et la dépendance politique

Rappelons que le Parquet financier est en principe chargé des « enquêtes pénales les plus complexes dans le domaine de la délinquance économique et financière« . Manifestement, cette mission doit être comprise au sens large, puisqu’elle englobe aussi la surveillance d’avocats pour savoir qui serait la taupe parmi les magistrats qui informerait les prévenus de l’état de leur dossier. On comprend bien la logique : on est au parquet, on a des missions d’investigations hors norme, donc on les utilise pour trouver des taupes, sujet qui ne relève pas de la délinquance économique et financière. Mais après tout, pourquoi se mettre à respecter des règles de procédure quand on peut faire sans ?

Cette violation de l’État de droit est probablement la plus emblématique de la dérive que le parquet financier incarne par ses nombreux manquements. Et on voit instantanément comment François Hollande, qui s’était fait élire sur l’indépendance de la justice, a réalisé l’exact inverse durant son quinquennat. 

On peut même dire que le Parquet financier incarne la dépendance de la justice vis-à-vis du pouvoir politique, la violation de l’impartialité à l’état pur. 

Moi président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l'avis du Conseil supérieur de la magistrature n'a pas été dans ce sens. François Hollande Tweet

Le parquet financier ouvre la voie à la surveillance généralisée des citoyens

On retiendra surtout l’extrême légèreté avec laquelle le parquet financier a violé les règles de droit. On cherche une taupe dans un service ? Hop, on espionne pendant cinq ans les plus grands avocats pénalistes de Paris, pour savoir qui les appelle et ce qu’ils disent. Les bras nous en tombent. Car on voit bien comment un prétexte en dehors de clous justifie le pire : la violation systématique des droits de la défense et de la vie privée comme en Allemagne de l’Est au meilleurs des années Stasi. 

Bien entendu, tout ce petit monde va nous expliquer, lors des prochaines élections, qu’il faut faire front contre Marine Le Pen, qui menace la démocratie. Eux, ils représentent le droit, et les autres la faute. Quelle mascarade !

Ce faisant, le parquet financier légitime au sein même de la magistrature la mobilisation de moyens totalitaires pour assurer la survivance du « système ». Et on ne voit pas très bien où la démocratie peut aller après ce genre d’écart.

Surveiller et punir en masse

J’entends ici les habituels timorés, les défenseurs d’un ordre bobo bien compris, qui vont minorer la gravité de cette violation flagrante de nos libertés en expliquant qu’après tout, elle ne concerne que quelques personnes. Toute la difficulté vient du fait que les tripatouillages du parquet financier créé par Hollande ne sont que la partie émergée d’un immense et profond iceberg qui conduit à modifier de façon significative le jeu démocratique et à mettre la population sous la menace permanente d’une déstabilisation judiciaire. Progressivement, plus aucun segment de la société n’échappe à ce contrôle. 

Ainsi, comme nous l’indiquions ce matin, l’inquisition fiscale permanente conduit à proscrire en dehors de tout cadre légal la détention d’argent liquide. Nous signalions le cas d’un sexagénaire dans les Vosges menacé de 6 mois de prison pour avoir détenu de l’argent liquide chez lui sans aucune fraude. On voit bien que du grand avocat parisien jusqu’au Français ordinaire dans les Vosges, la surveillance, l’inquisition, le soupçon, sont devenus des éléments essentiels de l’action de l’État, sans que plus aucun principe de liberté ne permette de nous protéger. 

L’instrumentalisation du COVID pour généraliser la surveillance

Dans ce contexte où l’État surveille sans limite, l’instrumentalisation du COVID 19 est un élément parmi d’autres, qui se détache aujourd’hui comme une préparation émotionnelle des Français à leur mise sous contrôle au quotidien. Pendant le confinement, il fallait une attestation expliquant le motif de sa sortie pour éviter une verbalisation. Aujourd’hui, il faut porter le masque et réduire les contacts sociaux. Une application numérique permet de tracer les Français de façon centralisée. 

Tous ces éléments relèvent de la même stratégie : banaliser, au nom de la protection, de la santé, un contrôle de la population. Rappelons-nous que, ceux-là même qui ont inventé l’attestation, sont aussi ceux qui expliquaient que les masques ne servaient à rien, et que l’hydroxychloroquine était dangereuse. 

Cette façon quotidienne d’attendrir le bois rugueux des Français pour leur rendre naturel l’exercice de prérogatives dictatoriales, voire totalitaires, correspond à une visée profonde : préserver un système ébranlé par les Gilets Jaunes, les grèves en tous genres, et maintenant la contestation des banlieues. 

Macron ne subsiste qu’en généralisant les flashs totalitaires

J’ai coutume d’évoquer régulièrement la survenue de flashs totalitaires dans la vie démocratique française pour faire basculer la situation d’un côté ou de l’autre. Dans ces moments, les institutions n’hésitent pas à franchir la ligne rouge du droit pour préserver un état de fait. 

L’usage répété du LBD pour réprimer le mouvement des Gilets Jaunes, par exemple, constitue une forme de flash totalitaire. Les investigations express contre François Fillon durant la campagne électorale, dont le contenu était systématiquement transmis à la presse, l’étaient aussi. 

Les raisons pour lesquelles cette situation dangereuse s’est mise en place sont bien connues. La gauche bobo qui tient les manettes dans les grandes administrations est prête à tout pour sauver ses privilèges face aux Gaulois réfractaires qui les menacent. Prête à tout signifie qu’elle entend étendre au pays tout entier son esprit de coterie et de politiquement correct où la moindre parole est surveillée et sanctionnée. 

On s’aperçoit désormais que notre vie « démocratique » ne tient plus qu’à ces fils toxiques, dangereux, que sont les flashs totalitaires dont le régime Macron fait un usage immodéré pour régner. Attention au retour de bâton.

D’ici là, préparons-nous collectivement à un grand basculement collectif, à un affrontement interne qui nous obligera à sauver pas mal de meubles. 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 16:28
a ceux qui croient encore
aux décodeurs....Decodez LimMonde

https://covidinfos.net/covid19/le-quotidien-le-monde-a-recu-plus-de-4-millions-de-dollars-de-la-fondation-de-bill-gates/984/
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 10:44
SEDONA
OUI......pour toi...
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 10:40
hors sujet mais
RT france ne censure pas aujourd'hui
Il est vrai que....pourquoi censurerait il ce post pour avoir violé sa politique ?
Pitagore rorry767bis Il y a 1 heures Si Vous remplacez l extremiste zemour goebels par un autre extremiste hainneux , il pourra facillement avoir des propos aussi acide avec les meme metodes d endoctrinement sans nuances bourre d amalgames , zemour est tellement fort dans la manipulation de la haine qu il na rien a envier dans sa perverssite malefique aux gourous de daech Répondre

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/76361-booba-priscillia-ludosky-unis-pour-bannir-zemmour-medias