En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 29 min 33 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 45 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 52 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 56 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 4 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 43 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 7 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 24 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 11 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 39 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 21 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 52 min
© Steve Pope / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© Steve Pope / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Atlantico Business

Le Covid fait sauter les totems : Warren Buffett n’investit plus et l’Allemagne plonge dans les scandales financiers

Publié le 27 juin 2020
Tout fout le camp ! Quand Warren Buffett s’endort sur son cash, il plonge les gérants de fortune dans l’angoisse et quand l’Allemagne découvre que certains chefs d’entreprises ne sont pas des modèles de vertu, on commence à douter de la crédibilité du modèle rhénan...
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout fout le camp ! Quand Warren Buffett s’endort sur son cash, il plonge les gérants de fortune dans l’angoisse et quand l’Allemagne découvre que certains chefs d’entreprises ne sont pas des modèles de vertu, on commence à douter de la crédibilité du modèle rhénan...

Warren Buffett hors-jeu et l’Allemagne qui triche en bourse... La semaine a été fertile en émotions pour le monde financier. D’abord, ils ont découvert que l’épidémie pouvait revenir au galop en Europe et amplifier son périple désastreux en Amérique du sud mais surtout les chefs d’entreprises, qui ont réclamé à juste titre un déconfinement pour ne pas mourir asphyxiés, s’aperçoivent que les populations sont incapables de ménager un déconfinement prudent et raisonnable. A Berlin, Paris, Marseille, Amsterdam, tous les jeunes ados et beaucoup de millenials font la fête, collés-serrés et sans masques. Du coup, le virus se remet à circuler.

Curieuse opinion publique qui, au mois de mars, criait au scandale parce qu’il n’y avait pas de masques (du moins en France), et les jette ou les oublie aujourd’hui alors qu’il y en a partout.

Cette situation crée un climat fait de pessimisme et d’inquiétude sur fond d’indifférence.

Mais, ce qui a le plus occupé les salles de trading cette semaine, c’est d’apprendre que Warren Buffett, le gourou indiscutable et indiscuté depuis un demi-siècle, n’avait pas investi un centime depuis 4 mois. Pourquoi ? Pour quelles raisons ? Son silence alimente toutes les spéculations.

Mais il y a eu aussi ce scandale financier, Wirecard. La disparition de près de 2 milliards d’euros au bilan du champion allemand du paiement en ligne Wirecard, l’arrestation de son PDG et le coup de colère du commissaire aux comptes, à qui on a tenté de faire avaler la pilule, a bouleversé tout ce que l’Allemagne compte de vertus financières. C’est son image de modèle en Europe qui est atteinte.

Warren Buffett, lui, gère un conglomérat, Berkshire Hathaway, qui en fait un des 3 Américains les plus riches du monde et de fait, l’un des plus puissants. Mais alors que Jeff Bezos (Amazon) ou Bill Gates (Microsoft) ont fait leur fortune à partir un produit et d’un concept, Warren Buffett a géré son portefeuille en financier qu‘il est. Il a pris des participations dans des entreprises. Il a toujours dit dans quelles entreprises il était entré (Coca-cola, les pétroliers ... et Microsoft ou Apple. Sans parler des assurances et de l’immobilier) avec un critère simple : « je veux pouvoir regarder et tester le produit » mais une méthode plein de bon sens. « On n’achète pas cher, on garde les titres très longtemps et si les taux d’intérêt le permettent, on emprunte pour acheter et faire du levier ».

Au tout début de la crise financière, alors qu’on ne savait pas qu’on allait entrer dans un tunnel glauque, Warren Buffett avait annoncé qu‘il avait beaucoup de cash. 140 milliards de dollars. Et il l’expliquait très clairement. Les cours avaient tellement monté depuis 5 ans aux Etats-Unis, les valeurs lui paraissaient surcotées, donc il s’est allégé, doucement mais surement. Il n’était d’ailleurs pas sans critiquer la banque centrale qui, selon lui, alimentait cette spéculation par un afflux de liquidités. Il a donc vendu pour sécuriser son pactole auquel il a ajouté quelques dettes à taux zéro (pourquoi s’en priver). Et il annonce tout de go qu’il va se mettre en chasse de sociétés sous cotées et déclassées.

La crise du Covid-19 a effondré les marchés financiers au point de perdre en moyenne plus de 50% de leur valeur. Pour tous les fans du gourou, il était évident que le moment était venu d’acheter des titres complètement déclassés.

Eh bien, le résultat est tombé. Warren Buffett n’a rien acheté jusqu'à la semaine dernière. Il a donc raté la reprise.  En gros, il ne croyait pas à un redressement général.

Plus perturbant, il avait acheté au début de l'année des compagnies aériennes, des compagnies pétrolières, puis en avril, il a décidé de tout vendre alors que ces secteurs sont au plus bas de leurs activités. Incompréhensible de vendre dans ces conditions.

Comme Berkshire Hathaway est assez peu investi dans les valeurs de la haute technologie, il n’a pas profité de l’escalade de toute l’économie digitale.

Pour beaucoup, Warren Buffett, à 89 ans, a sans doute perdu la main et cet instinct magique qui lui permettait de savoir où et quand acheter. Les analystes n’ont pas de modèle informatique pour expliquer l’effet de l’âge, mais ils le constatent. Warren Buffett n’a pourtant  pas perdu la clarté de son œil, mais il a perdu un de ses plus fidèles amis et actionnaires, Bill Ackman, gérant de hedge fund, qui a préféré reprendre ses propres billes (plus d’un milliard de dollars) et jouer désormais tout seul.

L’affaire allemande n’a pas fait en Europe plus de bruit que l’affaire Warren Buffett aux USA, mais les Allemands, eux, ne s’en sont pas remis. L’Europe est tellement convaincue que le modèle allemand est d’une vertu inoxydable qu‘on ne peut pas croire possible une telle escroquerie.

Et pourtant, la société de paiement en ligne Wirecard, une super licorne dont les Allemands étaient si fiers, a dû la semaine dernière déposé son bilan. L’entreprise qui était cotée au DAX, a fait l’objet d’une enquête judiciaire portant sur un soupçon de fraude de plus de 1,9 milliards d’euros. Du jamais vu au tribunal de Munich qui a accepté le dépôt de bilan, compte tenu du risque d’insolvabilité et de surendettement. Le président Markus Braun a été arrêté et puis libéré contre une caution de 5 millions. Parce qu’on lui reproche d’avoir artificiellement gonflé son bilan. Le problème, c’est qu’il manque près de 2 milliards et ce qui a permis de découvrir ce « disfonctionnement comptable », c’est le commissaire aux comptes qui, jeudi dernier, a refusé de certifier les comptes de l‘exercice.

Le commissaire aux comptes n’est rien d’autre que le cabinet international EY, ex Ernst and Young. L’un des Big Four.

Ce qui fait désordre, c’est que l’enquête qui a été ouverte pour essayer de découvrir où sont passés les 2 milliards, révèle un nœud de complications et de malversations entre l'Allemagne et les Philippines, là où se serait refugié un des dirigeants.

Cette affaire pollue évidemment l’image de l’économie allemande dont le crédit est imputable à sa place de champion du monde du sérieux fondé sur le respect des règles et l'orthodoxie des comportements dans la vie des affaires. Quelque part, pour les Allemands c’est plus grave que la fraude sur les filtres à Diesel chez Volkswagen qui relève d’une histoire de normes non acceptées par les constructeurs.  Là c’est différent.

Comme on dit dans les cours d’HEC, « Plus honnête et plus rigoureux qu‘un Allemand tu meurs ». Cette affaire est d’autant plus grave que cette entreprise dont le président a été pris la main dans le sac a bâti son succès en produisant de la confiance dans le e-commerce. Wirecard garantit la sécurité des paiements dans les agences de voyages ou la pharmacie en passant par les compagnies aériennes ou les hôtels. Bref, chez tous les grands acteurs du e-commerce.

Plus grave encore, il semblerait que le superviseur de la bourse à Francfort, l’équivalent du gendarme AMF à Paris ou de la SEC à New-York n’ait rien vu de suspect. Ça arrive partout, mais normalement jamais en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bidibul
- 28/06/2020 - 10:06
Les Allemands ne sont pas de bons financiers
Il ne faut pas confondre Allemands et Suisses. Comme les Suisses ce sont d'excellents industriels et ils ont de nombreuses ETI ultra technologiques à forte marge malgré les Chinois, mais en matière bancaire ils ne sont pas sérieux. Exemple : la Deutsche Bank, qui a investi dans des actifs pourris même après l'explosion de 2008... La banque a pris des positions spéculatives énormes et est en réalité en faillite et menace d'emporter toute l'économie allemande.
TPV
- 27/06/2020 - 16:45
Foutage de gueule
Les Allemands avec Volkswagen, les migrants de 2015, et l'arnaque de leur défense nationale sous financée, leur pollution au charbon parceque Atomkraft Nein Danke, etc...nous ont habitué à la malhonnêteté de ce qu'ils sont: des "besser Wisser" hypocrites arrogants de fausse modestie pacifiste, sociale capitaliste à la noix et réels profiteurs de cette eurozone constuite sur mesure pour eux.
Alain Proviste
- 27/06/2020 - 13:55
Ça donne pas envie d'aller à HEC
Si c'est pour y entendre ce genre de platitude.
Rigoureux souvent mais honnêtes quand ça les arrange uniquement.