En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 32 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 5 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 9 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 30 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 44 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 20 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 49 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 16 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 13 sec
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 31 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

Covid-19 : pour se protéger du risque de faillite en septembre, les entreprises doivent réapprendre très vite à utiliser les assureurs crédit

Publié le 27 juin 2020
A Bercy, on espère que l’assurance crédit va permettre d'amortir le choc de la crise en apportant une garantie contre le risque de non-paiement de la part du débiteur. Mais les risques liés à une conjoncture spécifique, comme celle induite par la Covid-19, sont-ils alors couverts ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Denis Le Bossé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Le Bossé est président fondateur du cabinet Arc, un des plus importants en France spécialisé dans la gestion des délais de paiements, le recouvrement de créances et l’optimisation financière.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Bercy, on espère que l’assurance crédit va permettre d'amortir le choc de la crise en apportant une garantie contre le risque de non-paiement de la part du débiteur. Mais les risques liés à une conjoncture spécifique, comme celle induite par la Covid-19, sont-ils alors couverts ?

Un entretien et les explications de Denis Le Bossé, président fondateur du cabinet Arc, un des plus importants en France spécialisé dans la gestion des délais de paiements, le recouvrement de créances et l’optimisation financière.

Jean-Marc Sylvestre : Bercy veille à ce que les « assureurs crédit fassent leur métier contrairement à ce qui s’était passé en 2008 ou beaucoup s’était mis aux abonnés absents. Le risque premier que court les entreprises en periode de crise comme celle que nous traversons actuellement avec le Covid-19 est évidemment un risque de défaillance au moment du paiement. De nombreuses entreprises font appel à un assureur-crédit pour sécuriser leur poste clients. Mais beaucoup se plaignent que l’assurance-crédit reste coûteuse, mais face à la problématique des retards de paiement, son utilisation s’est développée ces dernières années. Payer pour se faire payer est devenu une des solutions pour se couvrir du risque d’impayés. C’est quand même paradoxal et curieux ?

Denis Le Bossé : Pas du tout. A condition que les assureurs crédit fassent le travail. Les créances à échéance, dues par les clients du fait des délais de paiement, représentent en France entre 30 et 40% de l’actif des entreprises et la somme des créances en attente de paiement entre entreprises représente environ 770 milliards d’euros. Ce crédit inter-entreprises est évidemment préoccupant car il est supérieur aux crédits accordés par les banques et il comporte un risque important de défaut de paiement, au regard du nombre élevé des défaillances d’entreprises. Les créances couvertes par l’assurance-crédit s’élèvent quant à elles à environ 300 milliards d’euros pour 20 000 entreprises souscriptrices.

Quand la conjoncture économique est favorable, l’assurance-crédit est portée par la bonne santé conjoncturelle des entreprises. Elle peut alors faire preuve de politique tarifaire agressive, ou de souplesse dans ses appréciations sur la situation structurelle de certaines entreprises. En revanche, lorsque la situation économique se dégrade, la position de l’assureur-crédit se contracte naturellement. Une conjoncture globale dégradée, telle que nous la connaissons aujourd’hui, ne laisse ainsi que très peu de chance aux entreprises pénalisées par des situations structurelles affaiblies ou exerçant dans des secteurs économiques sinistrés. Les assureurs-crédit ont ainsi tendance à réduire leurs niveaux de couverture et à refuser certains risques.

JMS : En 2008, au moment des subprimes,  les assureurs-crédit s’étaient brutalement désengagés de secteurs économiques entiers à risque et avaient suspendu instantanément leur couverture sur les entreprises qui présentaient des fragilités. La Médiation du crédit avait alors été créée afin d’installer un contrepoids dans la négociation entreprises/banquiers mais aussi entreprises/assureurs-crédit. Qu’en est il aujourd hui avec la crise du Covid-19 qui a mis l'économie et les entreprises en coma forcé.

Denis Le Bossé : Pour éviter une situation proche de celle rencontrée en 2009, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, s’est emparé du sujet dès la mi-mars, en réunissant à Bercy les assureurs-crédit afin qu’ils ne paralysent pas les échanges commerciaux et le flux de trésorerie entre les entreprises, en rappelant les accords souscrits entre l’Etat, les assureurs-crédit et la Médiation du crédit en 2013. Les mécanismes du CAP, CAP+, CAP France export et CAP France export plus (compléments d’assurance-crédit garantis par l’Etat, créés en 2008) ont été réactivés et commercialisés dès le 15 avril.

Et tout récemment, l’Etat, via CAP Relais, s’est engagé à assumer jusqu’à 75% des risques actuels en échange de 75% des primes perçues. Une décision prise pour faire face au désengagement amorcé du secteur et pour éviter d’anéantir les effets positifs des PGE obtenus par les entreprises. Une enveloppe de garantie publique de l’Etat relevée à 15 milliards a par ailleurs été décidée mais la situation n’est pas stabilisée et de nombreuses entreprises ont d’ores et déjà vu leur cotation diminuer.

Dans ce contexte, il est légitime de se questionner sur les risques que l’entreprise pourrait réapprendre à gérer en s’appuyant sur les forces de l’assurance-crédit (qualité de l’information, exhaustivité, professionnalisme des arbitres, couverture d’une partie des risques…) utilisée dans ce scénario, comme un des outils d’aide à la décision, sans en être le seul.

JMS : Vous invitez donc les entreprises à apprendre à utiliser l’assurance credit ?

Denis Le Bossé : Ce scénario est peut-être celui à privilégier. D’autant que les entreprises qui auront rencontré trop de désillusions quant à la couverture de leurs risques durant cette période de crise, pourraient dans quelques semaines faire le bilan et juger que l’assurance-crédit ne couvre pas les bons risques ou les risques tout court au final.

JMS : Pourra-t-on dire à la sortie de la crise que l’assurance crédit a joué son rôle ? comme le préconisait le ministre de l'Economie ?  

Denis Le Bossé : Rappelons qu’une cotation en baisse implique qu’une entreprise doive payer comptant ses fournisseurs, au moment d’une reprise fragile, cela risque fort d’asphyxier toute dynamique économique. Il est sans doute trop tôt pour se prononcer, mais il est à prévoir que si les assureurs-crédit se désengagent une nouvelle fois comme cela semble le cas, c’est à l’Etat que reviendra la tâche de donner les moyens de la reprise aux entreprises. Alors que toutes les mesures et aides ont été prises très rapidement, il restera très certainement à financer des « PGE version reprise » pour assurer le cash nécessaire aux entreprises durant les prochains mois de redémarrage d’activité.

Propos recueillis par Jean-Marc Sylvestre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 27/06/2020 - 10:06
Sur la photo, on voit une
paire de burnes; la plus grosse, c'est normal, est à gauche.