En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 43 min 24 sec
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 1 heure 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 5 heures 3 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 7 heures 40 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 5 heures 47 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 7 heures 40 min
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 22 heures 49 min
© BERTRAND GUAY / AFP
Emmanuel Macron Recep Tayyip Erdogan
© BERTRAND GUAY / AFP
Emmanuel Macron Recep Tayyip Erdogan
Escalade des tensions

Le chaos libyen, prochaine guerre UE-Turquie

Publié le 26 juin 2020
Les tensions se multiplient en Libye et dans les eaux territoriales entre l'Union européenne et la Turquie. Cette crise peut-elle entraîner un nouveau conflit armé aux portes de l'UE ?
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les tensions se multiplient en Libye et dans les eaux territoriales entre l'Union européenne et la Turquie. Cette crise peut-elle entraîner un nouveau conflit armé aux portes de l'UE ?

Atlantico.fr : En Libye et dans les eaux territoriales, les tensions montent entre les forces déployées par l’Union européenne dans le cadre de l’opération IRINI de l’ONU et les forces turques envoyées par le président Erdogan en appui au GNA contre le général Haftar. Un nouveau conflit armé est-il en préparation aux portes de l’Union ?

Quelles sont les forces en présence en Libye et au large des côtes libyennes ? Pourquoi interviennent-elles dans cette zone ?

Cyrille Bret : En Libye aujourd’hui, la guerre civile a dégénéré en conflit international.

Tout part de la compétition interne à la Libye engagée depuis 2014. Cette lutte oppose trois camps, d’une part, le gouvernement d’entente nationale présidé par Fayyez el-Sarraj et internationalement reconnu depuis 2016 ; d’autre part, le gouvernement dit de Tobrouk dans l’est du pays dont le chef militaire est le général Haftar soutenu notamment par les Emirats arabes unis et l’Egypte pour leur combat contre les groupes djihadites ; enfin, le gouvernement dit de Tripoli dans le pays ou le Congrès général national où les Frères musulmans ont un grand poids et qui reçoit le soutien du Qatar et de la Turquie. Durant les derniers mois, les rapports de forces militaires se sont encore durcis et transformés. La Turquie déploie des troupes à partir de janvier 2020 et les troupes du général Haftar, avec l’appui de la société russe Wagner se sont emparées de la ville de Syrte. Le dispositif turc sur place est alors monté en puissance et la Turquie a envoyé des supplétifs recrutés en Syrie pour reprendre la province de Tripoli le 4 juin dernier.

Les camps en présences sont dont désormais multinationaux et les enjeux dépassent largement la guerre civile libyenne. Pour la Turquie, il s’agit de soutenir un gouvernement proche de la ligne confessionnelle du président Erdogan, de compenser les difficultés internes et la crise syrienne par des succès internationaux, de participer à l’exploitation des ressources en hydrocarbures de la Libye et de continuer à affirmer une ligne diplomatico-militaire si indépendante qu’elle peut le conduire à des tensions avec ses alliés de l’OTAN.

En effet, pour faire respecter la résolution 2292 (2016) du Conseil de sécurité des Nations-Unies (CSNU), l’Union européenne a en effet lancé, fin mars, une opération Irini pour le contrôle de l’embargo sur l’exportation d’armes vers la Libye. C’est à cette occasion que les navires turcs ont refusé de se soumettre au contrôle des forces navales de l’opération Irini. 

La crise libyenne concentre en elle les tensions du Golfe et la rivalité entre Emirats arabes unis et Qatar. Elle manifeste également la volonté nouvelle de l’Union européenne de déployer, y compris militairement, son autonomie stratégique.

Quel intérêt stratégique la Turquie a-t-elle en Libye ? Cela ne la met-elle pas en délicatesse avec l’OTAN ?

La Turquie déploie en Libye une politique de puissance autonome sur une base confessionnelle et en rupture assez nette avec ses alliances traditionnelles. Elle n’hésite pas à entrer en tension avec ses alliés de l’OTAN qui sont par ailleurs Etats membres de l’Union européenne. Elle se risque à des frictions avec la Russie comme en Syrie. Ce que la présidence Erdogan essaie de réaliser en Libye flatte le nationalisme d’une partie de l’opinion publique turque dans une période tourmentée. Mais cela achève de désorganiser son réseau d’alliance. A Washington, la politique étrangère turque est regardée avec suspicion. Et dans l’Union européenne on pose désormais ouvertement la question de l’exclusion de la Turquie de l’OTAN. Le président français a ainsi dénoncé le comportement des troupes turques comme « inacceptables » car en contradiction et avec les accords militaires et avec les résolutions du CSNU.

Quels sont les enjeux pour l’Union européenne ?

Même si l’opération Irini est modeste par les capacités qu’elle met en œuvre, elle met en jeu la crédibilité internationale de l’Union européenne. Le conflit libyen se joue à ses portes, à proximité des eaux chypriotes, grecques et italiennes. De son issue dépend la stabilité d’une région par où transitent les trafics d’êtres humains mais aussi d’armes qui ont un impact direct sur l’Union européenne. En outre, la Commission européenne donne aujourd’hui le ton d’une montée en puissance de l’Union sur la scène internationale. Josep Borell, son Haut Représentant (autrement dit son « ministre des affaires étrangères »), Charles Michels, le président du Conseil européen et Thierry Breton accélèrent le mouvement de construction d’une autonomie stratégique européenne. L’Union européenne doit prendre conscience que ce conflit touche directement à sa sécurité et à ses intérêts stratégiques. Il est urgent qu’une position commune sur la Libye, face à la Turquie et pour la sécurité en Méditerranée orientale soit adoptée et affirmée sur le terrain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 27/06/2020 - 08:16
Géostratégie médiatique de l’UE
Les chiens aboient la caravane passe !
hoche38
- 26/06/2020 - 17:16
Un nouvel élément.
Le 20 juin, le président égyptien a défini "une ligne rouge" à l'ouest de Syrte, qui entraînerait son intervention directe dans le conflit.
clo-ette
- 26/06/2020 - 17:12
L'UE
En effet, ne fait peur à personne, pour la bonne raison que personne ne sait ce que c'est exactement .