En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays, nous avons des violences urbaines partout sur le territoire"
il y a 7 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 33 min 43 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 29 min 43 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 51 min 55 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 37 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 32 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 5 min
© Jean-Pierre MULLER / AFP
© Jean-Pierre MULLER / AFP
Manger vrai pour vivre mieux

De l’urgence sanitaire de (re)trouver la vraie qualité des aliments

Publié le 26 juin 2020
Les aliments ultra-transformés sont omniprésents sur le marché de l'alimentation. Il est pourtant vital et urgent de faire évoluer le modèle d'évaluation des aliments et de retrouver le véritable goût des produits.
Aris Christodoulou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aris Christodoulou est Président Fondateur de Siga, le premier indice scientifique qui vous révèle le niveau de transformation des aliments pour distinguer facilement ceux qui ont le meilleur potentiel santé. C’est le résultat de travaux scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les aliments ultra-transformés sont omniprésents sur le marché de l'alimentation. Il est pourtant vital et urgent de faire évoluer le modèle d'évaluation des aliments et de retrouver le véritable goût des produits.

Aujourd’hui, les aliments ultra-transformés (AUT), ces aliments fabriqués de toutes pièces par les manipulations de l’industrie agro-alimentaire pour être plus attractifs, sont bien trop importants dans notre alimentation (Ils participeraient à hauteur de plus de 36%[1] de nos apports caloriques). En effet, les preuves scientifiques s’accumulent pour dire combien ils sont délétères pour la santé et combien il devient impératif d’en limiter la consommation pour préserver notre santé… Le public reste pourtant sous-informé sur cet enjeu de santé publique (70% des Français ne connaitraient pas les effets délétères des AUT sur la santé[2]). Pire encore, au-delà de cette méconnaissance des risques induits par l’ultra-transformation, ce sont les clés de lecture que l’on nous donne pour reconnaitre la qualité d’un aliment qui sont faussées. Nous avons non seulement perdu le goût des aliments vrais mais aussi les repères pour les reconnaitre ! Et chacun des acteurs de l’alimentation a sa part de responsabilité dans cet état de fait.

J’ai grandi au milieu des champs, des fruits, des légumes. J’allais chercher les œufs à la ferme. J’ai compris très jeune l’impact de l’acte alimentaire sur la vie animale et sur l’environnement : les lapins, les oies, les cochons préparés. J’ai été témoin du déploiement de savoir-faire nécessaire pour amener les aliments bruts littéralement « de la fourche à la fourchette »… Je mesure d’autant plus, aujourd’hui, combien les excès de l’alimentation industrielle nous ont éloigné du goût véritable des aliments : des vrais aliments.

De l’aliment brut à l’ultra-transformé : le goût de l’aliment perdu ?

Cuire, fermenter, torréfier : on prépare et transforme les aliments depuis la nuit des temps. Ce n’est pas tant la transformation qui pose problème, aujourd’hui, mais l’ultra-transformation qui relève quant à elle d’une toute autre démarche. Caractérisés par l’ajout de substances obtenues par synthèse ou par une succession de procédés physiques, chimiques, biologiques, les aliments ultra-transformés, sont une réponse du marketing aux lois du marché. Les aliments ultra-transformés sont nés de la volonté de rendre les aliments plus agréables au goût, moins onéreux, avec une durée de vie plus longue et aussi, bien souvent, plus addictifs… Le problème ? Souvent pauvres en fibres et protéines, ils possèdent une haute teneur en graisses saturées, en sucres ajoutés et en sel. Ils ont un effet hyperglycémiant et satiétogène réduit… Plus d’une quarantaine d’études, à ce jour, démontrent qu’ils favorisent le développement de maladies chroniques et qu’ils sont à l’origine de sur-risques de cancers, de surmortalité, d’obésité, etc. . Bien entendu, ils n’ont plus rien à voir en termes de goût avec les vrais aliments…

La perte de nos repères et l’importance de faire évoluer le modèle d’évaluation des aliments

Le Ministère de la santé recommande depuis septembre 2019 une diminution de 20% de la part des AUT dans notre consommation (dans le PNNS4). Pour autant, l’analyse de la transformation peine encore à se faire une place au cœur de nos méthodes d’évaluation de la qualité des aliments… Nous jugeons encore les aliments selon des critères que la science a prouvés comme dépassés. Une huile d’olive extra vierge, trop grasse (?), un yaourt light « meilleur » qu’un vrai yaourt? Ma féta et mon miel artisanaux seraient-ils mauvais pour ma santé tandis que des céréales pour enfants, composées de différents glucides aux procédés d’obtention douteux, hériteraient d’un « bon score nutritionnel » ?

Les systèmes de scores que l’on nous propose en tant que consommateurs sont aujourd’hui, encore, majoritairement basés sur la seule « comptabilité » des nutriments. Ils ne considèrent pas l’aliment dans son intégralité ni surtout les synergies qui se jouent entre ses différents ingrédients (l’effet matrice)... C’est pourtant d’autant plus pertinent que les ingrédients, les aliments qui constituent nos caddies, ont été artificiellement modifiés voire dénaturés.  Un aliment n’est évidemment pas la somme des nutriments qui le compose. Et pourtant ! Cette vision réductionniste de l’aliment reste la norme… C’est ainsi qu’un aliment ultra-transformé peut obtenir un score nutritionnel le présentant favorablement au consommateur.

Les scores nutritionnels nous éloignent des produits naturels et bons pour la santé…. Un changement de paradigme dans nos méthodes d’évaluation de la qualité des aliments s’impose ! Le degré de transformation est, aujourd’hui, le critère clé de la qualité d’un aliment.

La nécessité d’un signal fort et d’une implication de tous les acteurs de l’industrie

Il est impératif que le modèle évolue et rattrape la marche du temps ! Il est urgent de réviser à la hausse la recommandation de réduction de 20% de la consommation de produits ultra-transformés et d’encourager la production et la consommation d’aliments vrais.  La filière agro-alimentaire mais aussi les consommateurs, nous tous, avons besoin d’un signal fort et clair : les aliments ultra-transformés ne nous veulent pas du bien…

Il est tout autant important que soient plébiscités clairement les méthodes d’évaluation les plus pertinentes à l’aune de l’évolution de nos modes de consommation et de l’état de l’art des recherches scientifiques en matière de nutrition.

Enfin, alors que 77 % des Français considèrent que fabricants et distributeurs ne prennent pas suffisamment en compte la santé des consommateurs dans la fabrication des aliments[3], il est primordial que chacun des acteurs de la chaine alimentaire prenne ses responsabilités pour offrir plus de transparence aux consommateurs. Nous devons agir ensemble pour améliorer les recettes en privilégiant la naturalité, le goût vrai des aliments, en réinjectant des ingrédients vrais, en privilégiant les filières et usages les plus sains.

C’est ensemble, tous les acteurs de l’agro-alimentaire et consommateurs réunis, que nous pourrons faire évoluer les choses et redonner à notre alimentation sa fonction première et indispensable dans notre santé. 


[1] Julia, C., Martinez, L., Allès B. & Touvier, M. (2018). Contribution of ultra-processed foods in the diet of adults from the French NutriNet-Santé study. Public Health Nutrition, 21 (Special issue 1), 27-37.

[2] Enquete Siga : Sondage Ifop pour Siga réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 26 au 27 novembre 2019 auprès d’un échantillon de 1 006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

[3] Sondage Ifop pour Siga réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 février 2020 auprès d’un échantillon de 1 008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

A lire aussi : Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 27/06/2020 - 09:22
Comment peut on laisser un tel Philipulus*
nous raconter ses âneries...
Tout y est de ce qui fait le mal de notre société depuis des décennies: dénonciation de tout ce qui n'est pas "naturel" comme diabolique , preuves "scientifiques" à l'appui: on rappellera que les alsaciens avaient déjà , en 1657 identifié la cause de la peste noire : les juifs ! et ils en brulèrent 3000 en une journée!
Notre énergumène, avant de déféquer ses âneries devrait se souvenir de l'affaire des concombres toxiques : on acccusa évidemment les espagnols coupables de fabriquer des concombres avec la pisse de Torquemada mélangée avec du sang de torro pour réaliser que les concombres venaient d'une ferme bio allemande....et la LimMonde et Limerdation ont cessé d'écrire
Ferjou! respect pour les lecteurs !
* Philipulus est l'annonciateur d'apocalypse dans l'Etoile mystérieuse d'Hergé !