En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 7 min 10 sec
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 32 min 16 sec
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 1 heure 5 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 1 heure 31 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 1 heure 47 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 20 heures 15 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 8 min 35 sec
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 40 min 38 sec
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 3 heures 20 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 19 heures 27 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 20 heures 36 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 21 heures 34 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Ravages économiques du coronavirus

La France s’aveugle-t-elle sur la violence de la crise économique qui s’annonce comme elle l’a fait face au coronavirus ?

Publié le 26 juin 2020
La France se prépare-t-elle aussi mal à la crise économique qui vient qu’au coronavirus ? On a tout lieu de le penser.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France se prépare-t-elle aussi mal à la crise économique qui vient qu’au coronavirus ? On a tout lieu de le penser.

Alors que l’activité est dans une situation dramatique, la presse mainstream s’efforce d’enjoliver la réalité. Et on n’entend guère dans la bouche du gouvernement des appels au sursaut national dont nous aurons besoin pour enrayer le désastre. 

La France se prépare-t-elle suffisamment à la crise économique qui vient ?  Fait-elle preuve d’autant de négligence qu’avec le coronavirus ? Plusieurs indicateurs soulignent que des tensions fortes devraient apparaitre dans les semaines à venir, et personne ne semble soucieux d’éveiller la conscience des Français sur l’ampleur des difficultés qui arrivent.

Le FMI annonce une crise plus grave que prévu

Nos lecteurs se souviennent que nous avons très tôt relayé la théorie de la crise en « l » de Nouriel Roubini, selon qui la crise liée au coronavirus sera suivie d’une longue stagnation de l’activité. Depuis plusieurs semaines, les éditorialistes français se relaient pour expliquer que la reprise devrait être rapide et que tout ira bien. Ces derniers jours encore, des titres délibérément optimistes font croire que l’activité connaît, en France, un rebond fulgurant. On lira par exemple aujourd’hui un article de La Croix affirmant que « L’activité économique française rebondit en juin« .

Toutes ces présentations euphorisantes contredisent les réalités aisément perceptibles : dans Paris, les magasins, les restaurants, les hôtels sont vides. La crise frappe. La chute du PIB devrait être colossale, et les statistiques économiques elles-mêmes sont inquiétantes. 

Ainsi, le FMI vient-il d’annoncer pour la France la pire récession du monde industrialisé, avec une contraction du PIB en 2020 de plus de 12%. Autrement dit, le FMI durcit les prévisions de récession déjà émises par le gouvernement. 

On notera quand même que la France fera presque deux fois moins bien que l’Allemagne, et se situera très près de l’Italie et de l’Espagne. Le « club Méd » aura le privilège de réaliser les pires performances du monde industrialisé, ce qui en dit long sur l’état de décrépitude de nos économies. 

Mais au lieu de prendre la mesure de cette déroute, nous continuons de répéter à l’envi : dettes, dettes, dettes. 

La réponse dangereuse du chômage partiel

Selon leurs habitudes, les élites françaises entendent « protéger » les Français comme on protège les enfants. On ne leur dit donc pas toute la vérité, et on encourage en sous-main les articles affirmant que le rebond est prometteur. Moyennant quoi les Français sont persuadés qu’ils devraient passer entre les giboulées qui s’annoncent. 

Sur ce point, le gouvernement est prêt à tout pour prolonger « coûte-que-coûte » l’euphorie nationale. Ainsi, le dispositif de chômage partiel devrait être prolongé encore, quitte à faire survivre des entreprises vouées à la disparition. À compter du 1er juillet, entre en oeuvre un dispositif dit d' »activité réduite de maintien dans l’emploi« , dispositif de prise en charge de 85% du salaire par l’État dans les entreprises qui ne sont pas vouées à disparaître, mais qui sont affectées par la baisse d’activité. 

Progressivement, l’État se substitue donc aux entreprises pour payer les salaires sans avoir le moindre euro d’avance pour payer. Tout ceci est financé par la dette. 

Véran augmente la masse salariale de 6 milliards dans les hôpitaux

De son côté, Olivier Véran, le bouillonnant ministre de la Santé, a annoncé mercredi qu’il dégagerait 6 milliards € supplémentaires pour certaines catégories de personnels hospitaliers. C’est une somme colossale, équivalente à 500 euros mensuels d’augmentation. 

Immédiatement, les syndicats se sont félicités de connaître enfin la « fourchette basse » de la négociation. On peut compter sur une surenchère à venir. 

Dans le même temps, Véran n’a évidemment rien dit sur d’éventuelles économies concernant l’épaisse bureaucratie hospitalière qui étouffe les soignants, et qui coûte plusieurs milliards toxiques au contribuable chaque année. On voit bien la posture dans laquelle on est : on ouvre les vannes au nom de l’utilité émotionnelle des hôpitaux publics, et on ne se demande plus avec quel argent ces dépenses somptuaires seront financées. 

Le FMI souligne que ses prévisions restent exposées à un “degré d’incertitude supérieur à la normale” et juge que “l’ampleur du rebond récent du sentiment sur les marchés financiers semble déconnectée de l’évolution des perspectives économiques sous-jacentes”. Reuters

Le pari risqué d’un financement européen

Dans toute cette affaire, la France parie évidemment sur la générosité européenne, et singulièrement allemande, pour maintenir son train de vie au-dessus de ses moyens. Les admirateurs sans limite de l’Europe sont parvenus à faire croire à l’opinion que l’Union était une oeuvre philanthropique qui nous aiderait à franchir la crise sans limite. 

Nous avons eu l’occasion d’alerter à plusieurs reprises sur le danger des illusions françaises. Il suffit de dire « coronabonds » ou « dettes européennes » pour agiter la baguette magique qui clôt tout débat. Mais hier encore, Angela Merkel a exprimé son hostilité au principe des dons aux pays du suc, et a exprimé sa préférence pour des prêts courts et remboursables rapidement. 

Tout indique donc que les Français se bercent d’illusions lorsqu’ils se persuadent que l’Allemagne volera à leur secours et qu’ils peuvent donc brûler du cash sans compter. Les déconvenues devraient arriver à partir de septembre. 

D’ici là, on dépense, on dépense, comme si le Trésor était un puits sans fond.  

La richesse nationale amputée de 250 milliards € en 2020

Reste que le PIB baissera en France, en 2020, d’environ 250 milliards €, c’est-à-dire autant ou presque que les recettes fiscales de l’État. Ce trou dans la caisse va coûter cher à combler et personne ne se soucie aujourd’hui d’expliquer aux Français qu’il faudra, quoi qu’il arrive, réviser notre train de vie à la baisse. Avec un PIB aussi brutalement amputé, on mesure bien que tout le reste suit : la sécurité sociale va de voir être reformatée, et la proportion des dépenses publiques par rapport au PIB va devenir digne de l’Union Soviétique

Bref, l’ajustement des dépenses aux recettes risque d’être d’autant plus brutal que l’opinion est maintenue dans des paradis artificiels et ne s’y attend pas. Au contraire, Emmanuel Macron laisse planer l’illusion d’un virage social avec un discours de 14 Juillet qui doit relancer son quinquennat et préparer sa réélection. Il faut sur ce point, avoir les idées claires.

Soit Emmanuel Macron opérera véritablement un virage social et nos amis allemands (et autres radins septentrionaux) risquent de le contrecarrer. On peut alors s’attendre à de fortes tensions sur les taux qui rendront l’exercice coûteux politiquement et socialement. 

Soit Emmanuel Macron déçoit l’opinion en demandant des efforts là où il promet plus de dépenses, de justice sociale et de réduction des inégalités, et cette déception risque de donner lieu à des troubles sociaux dont nous avons de réguliers avant-goûts depuis les Gilets Jaunes. 

Dans les deux cas, la fin du quinquennat risque d’être un exercice compliqué, et l’affaiblissement de l’État par Emmanuel Macron et son équipe risquent de nous jouer un bien vilain tour. Il réveille en effet les contestations et aiguise la tentation de l’agitation sociale. On sait quel genre d’arbitrages l’État rend dans ces moments : c’est d’ordinaire taxes à gogo et mesures punitives en tous genres pour reprendre la situation en main. 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/06/2020 - 23:23
Rôle de la BCE.
L'oubli dans le raisonnement d'EV, c'est le rôle de la BCE, le seul outil sérieux de l'Europe. Le projet d'eurobonds est une grosse farce qui ne rapporte rien à la France mais qui permet de faire croire à l'utilité du vibrionisme de Macron auprès de Merkel. Les seuls bénéficiaires, Italiens surtout, sont, paradoxalement, quelque peu méfiants ( à juste titre ) et pas du tout reconnaissants à Macron. Il ne faut pas confondre la Com de Macron et la seule réalité efficace et tangible de la BCE.
La vraie question c'est la continuation de la présence de l'Allemagne et de ses satellites dans l'euro et la BCE. Le reste ce n'est rien, du bavardage....rien en fait.
Macron est un grand menteur mais les autres aussi, en réalité.
Personne ne veut assumer les conséquences catastrophiques du confinement occidental des populations et des économies.
Beaucoup de Français ( mais pas seulement) sont dans un déni total, habitués au télétravail et au monde d'une économie sans matière, sans énergie, sans transport, sans produit manufacturé ou sans service vraiment innovant et utile, une illusion qui pourtant contraste avec la trivialité de leur existence concrète.
evgueniesokolof
- 26/06/2020 - 19:14
Verhaeghe oublie
un seul aspect positif dans cette crise: les escrolos et autres décroissants tarés n'auront plus besoin de nous vanter la beauté de la décroissance: on va en avoir la démonstration douloureuse
Mais, je rêve....combien de crétins vont voter pour des listes écolos dimanche: les abrutis de parisiens les premiers!
J'accuse
- 26/06/2020 - 18:30
Puits sans fond
On lit souvent dans les articles de presse que tel ministre "débloque" tant de milliards pour tel secteur; il faut lire qu'il "dépense" cet argent, sans en avoir le premier euro. C'est-à-dire qu'il endette le pays, ses contribuables, d'autant.
Les ministres et élus n'étant jamais responsables des dettes qu'ils contractent, ils dépensent sans compter pour satisfaire les uns et les autres, espérant en récolter des bénéfices en popularité, et uniquement dans ce but. Ils se l'achètent avec notre argent.
Il faudrait inscrire dans la Constitution l'interdiction absolue pour un élu ou un gouvernement, d'endetter une collectivité locale ou l’État au-delà d'un certain seuil. Par exemple 50% du PIB.
Nous en étions à près de 100% et nous allons à toute allure vers 120 ou 130%. Ils n'ont aucune limite. A part la peur de la guillotine...